Des emplois risqués


 

Quelle relation entre les travailleurs et le changement climatique ? Ce n’est pas tous les travailleurs qui peuvent oeuvrer dans un milieu de travail a température contrôler … Ces canicules qui sont de plus en plus insupportables finissent par avoir des répercussion sur la santé
Nuage

 

Des emplois risqués

Certains travailleurs sont plus affectés par les changements climatiques

 

Des emplois risqués

PHOTO D’ARCHIVES

HÉLOÏSE ARCHAMBAULT
JOURNAL DE MONTRÉAL

 

Les travailleurs de la construction ne sont pas épargnés par les changements climatiques. La chaleur peut provoquer chez eux un épuisement accéléré.

Les changements climatiques rendent certains travailleurs plus à risque de développer des problèmes de santé, notamment lors des vagues de chaleur, révèle une étude québécoise.

« Quand il fait chaud, les travailleurs doivent respirer plus rapidement, et la fatigue entraîne un épuisement plus rapide, explique Joseph Zayed, le chercheur responsable de l’étude de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST). Et avec les changements climatiques, la problématique ira en augmentant. »

Travailleurs à risque

Parmi les emplois les plus vulnérables aux vagues de chaleur, on retrouve entre autres les travailleurs des domaines de la construction, de la santé et les conducteurs de taxi (voir tableau).

Selon l’étude, une première du genre au Québec, plusieurs impacts directs sur la santé peuvent en découler. Notamment, les coups de chaleur, la fatigue, et les problèmes cardio-vasculaires et cutanés.

À noter que les gens de plus de 45 ans sont plus à risque d’être incommodés, puisqu’ils « transpirent plus rapidement et leur métabolisme nécessite plus de temps pour revenir à l’état normal ».

Par ailleurs, les agriculteurs et les pêcheurs sont plus exposés à développer un cancer de la peau en raison des rayonnements ultraviolets.

Mis au courant de cette étude, les travailleurs à risque ne sont pas surpris des résultats.

« Extrêmement pénible »

« Le travail de facteur en été est extrêmement pénible. On marche en pleine chaleur sur l’asphalte durant des heures », indique Sylvain Lapointe, directeur national de la région de Montréal du syndicat des travailleurs et travailleuses des postes.

« On s’en rend compte lors des canicules. Nos uniformes sont très chauds et on doit travailler dur physiquement », dit Bruce Diotte, porte-parole de la Coopérative des techniciens ambulanciers de la Montérégie.

D’ailleurs, Joseph Zayed souligne que cette première étude doit servir de tremplin pour la mise en place de solutions et l’élaboration de nouvelles recherches.

« Il faut soit réduire les risques ou permettre aux travailleurs de mieux s’adapter aux changements climatiques. Il faut aussi faire de la sensibilisation parce que certains sont téméraires et ignorent les risques. »

TRAVAILLEURS À RISQUE DES COUPS DE CHALEUR

Travailleurs de la construction

Domaine de la santé (surtout urgences)

Services postaux

Chauffeurs d’autobus et de taxis

Aménagement paysager

Services d’incendies

Fabrication de verre

SOURCE : ÉTUDE IRSST

http://www.journaldemontreal.com

Une réponse à “Des emplois risqués

  1. C’est sûre cela ne doit pas être évident de travailler quand il y a des canicules ou le froid et même sous la pluie, il y a en France certaines professions où ils arrêtent de travailler notament pour le froid et la pluie sans aucune perte de salaire et pour les grosses chaleurs ils travaillent plus tôt le matin pour éviter la monter en température de la journée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s