Le contrôle


Difficile de dire non des fois …  pourtant il y a des fois que certaines personnes savent comment vous manipuler sachant qu’après un non on dira oui avec un grand soupir .. C’est aussi quelque chose que nous pouvons être dépendant, qui contrôle notre vie ..
Nuage

 

Le contrôle

 

« Éviter de garder le contrôle ou d’être contrôlée.

Si je réagis de la manière que les gens attendent, je deviens leur esclave – la leçon vaut et pour l’amour et pour le travail.

Il est très difficile d’éviter cela, parce que nous sommes toujours prêts à faire plaisir à quelqu’un, ou à partir en guerre quand nous sommes provoqués ; mais les personnes et les situations sont des conséquences de la vie que j’ai choisie, et non le contraire. »

Paulo Coelho

Le Saviez-vous ► Expression: Avoir du pain sur la planche


Il est peut-être mieux d’avoir un peu du pain sur la planche que manger le pain du roi … qui serait sans doute une preuve d’incarcération dans les geôles humides des château
Nuage

 

Avoir du pain sur la planche 

 

Avoir beaucoup de travail, de tâches à accomplir.

 
Avant le début du XXe siècle, cette expression voulait dire tout autre chose, puisqu’elle signifiait « avoir des ressources pour l’avenir, être assuré de ne manquer de rien ».

L’image s’explique à l’époque où le pain pouvait être conservé longtemps avant d’être mangé et où avoir de nombreuses miches posées sur leurs planches de stockage, c’était avoir de quoi tenir un moment.

Le fait que l’expression a changé de sens peut s’expliquer de deux manières.

La fin de ce pain ‘de longue durée’ remplacé progressivement par le pain que nous achetons chaque jour à la boulangerie y a probablement aidé.


On a pu alors imaginer les pains crus que le boulanger pose d’abord sur une planche après les avoir façonnés, avant de les mettre au four.
S’il est au début de son travail de cuisson, cet homme a ‘des pains ou du pain sur la planche’ avant de l’avoir entièrement terminé.

L’autre explication vient de Claude Duneton.

Elle remonterait d’abord à une expression argotique utilisée par les voyous, « la planche au pain », qui désignait le tribunal (par allusion à sa position élevée comme les planches où le pain était conservé).

En plus, à cette époque de royauté, « manger le pain du roi » cela voulait dire être en prison ou aux galères (ou à l’armée), le pain étant fourni gratuitement par l’État, donc le roi.

La combinaison de ces deux expressions a fait que les voyous ont assimilé les années de galère ou de bagne gentiment distribuées par le tribunal (des sortes de rations) à autant de « pains sur la planche », ces derniers prenant alors le sens de ‘corvées’, là où auparavant ils avaient le sens de ‘ressources’.

http://www.expressio.fr

Une ville chinoise plongée dans un mystérieux nuage


Est-ce la pollution du aux industries ou des brulis .. j’ai déjà vu une brume brumeux qui donnait au temps une couleur jaune … et je ne crois pas du moins a cet endroit et a cette époque que cela soit du a la pollution .. donc l’histoire de brulis ou d,un feu quelconque serait probable sauf que .. la-bas  avec la pollution et les normes presque inexistants …… on se méfie 
Nuage

 

Une ville chinoise plongée dans un mystérieux nuage

 

Une résidante de Wuhan est photographiée avec sa fillette dans ses bras. Face au nuage jaunâtre qui enrobe la capitale du Hubei, la maman a décidé de masquer sa fille avant de sortir.

PHOTO: AFP

Agence France-Presse
Pékin

La grande ville chinoise de Wuhan s’est brusquement retrouvée lundi plongée dans un épais nuage jaunâtre qui a provoqué de nombreuses rumeurs et inquiétudes chez les habitants, les autorités affirmant que la pollution trouvait son origine dans des feux agricoles.

« Nous sommes très inquiets, car nous ignorons de quoi il s’agit », a confié par téléphone Li Yunzhong, un résidant de Wuhan, qui est la principale agglomération de Chine centrale avec plus de dix millions d’habitants.

La brume polluante est soudainement apparue lundi matin, selon des témoins. « Vers 10 h -10 h 30, j’ai regardé par la fenêtre de mon bureau. Je ne pouvais pas en croire mes yeux. Au début, j’ai pensé qu’il allait se mettre à pleuvoir, mais il ne s’agissait pas de brouillard », a relaté à l’AFP Li Yunzhong.

« En 31 ans à Wuhan je n’ai jamais connu une chose pareille », a-t-il poursuivi. Il a décrit le nuage comme une brume opaque d’apparence sulfurée avec des teintes verdâtres et jaunâtres.

« L’origine de l’épais nuage qui recouvre la ville de Wuhan depuis le début de la journée n’est, pour l’heure, pas connue », a indiqué sur son site internet le consulat général de France à Wuhan.

« Les autorités locales se sont engagées à nous la communiquer dès que possible. Il est conseillé, dans la mesure du possible, de demeurer à la maison, de fermer les fenêtres et de limiter l’usage de la climatisation », a ajouté le consulat.

Les autorités ont réfuté, dans un communiqué, les rumeurs évoquant un accident industriel. Des internautes ont en effet avancé l’hypothèse d’une pollution consécutive à une explosion dans un complexe chimique situé au nord-est de Wuhan.

Un épais nuage jaunâtre s’est formé ce matin autour de Wuhan, ville de plus de 10 millions d’habitants.

PHOTO: AFP

Le Bureau de protection de l’environnement, cité par l’agence officielle Chine nouvelle, a assuré que le nuage avait été causé par des paysans brûlant la paille restée dans leurs champs après les récoltes.

Mais cette affirmation a continué à susciter les doutes.

« C’est le sujet le plus débattu ici aujourd’hui », a souligné M. Li, qui s’est aussi dit sceptique vis-à-vis de l’explication officielle. « Notre région ne pratique traditionnellement pas la culture sur brûlis à grande échelle ».

Ce nuage « m’a semblé différent de la pollution que l’on observe habituellement à Wuhan », a commenté à l’AFP un Français résidant dans la ville. Il a précisé qu’il n’avait pas constaté de mouvements de panique.

Une autre résidente a, elle, déclaré lundi soir à l’AFP qu’elle quittait la ville en raison du nuage. Les habitants se sont rués vers des masques filtrants, ont indiqué d’autres témoins.

Capitale de la province du Hubei, Wuhan est une mégapole industrielle où se sont établies de nombreuses entreprises étrangères.

Le groupe automobile français PSA Peugeot Citroën y a installé depuis 20 ans ses usines en partenariat avec le groupe Dongfeng. Alstom y fabrique également des chaudières pour centrales thermiques au charbon.

Le problème de la pollution atmosphérique est de plus en plus aigu dans les grandes villes chinoises, où les autorités sont fréquemment accusées d’en sous-estimer la gravité.

Les habitants ont appris à se méfier des mesures officielles, qui sont parfois en contradiction avec d’autres relevés non gouvernementaux.

La Chine voit son environnement menacé par ses très nombreuses industries polluantes, son trafic routier en constante expansion et son laxisme pour protéger les écosystèmes.

http://www.lapresse.ca

Le syndrome du côlon irritable


Beaucoup de personnes vivent avec le syndrome du côlon irritable, mieux connu peut être sous le nom de la maladie de Crohn. Même si les chercheurs ne savent pas vraiment les causes et n’ont pas de solutions miracles, il est possible par certains changements alimentaires d’apprendre a vivre avec ces désagréments
Nuage

 

Le syndrome du côlon irritable

 

 

Au Canada, près d’un Canadien sur six, majoritairement des femmes, souffre du syndrome du côlon irritable (SCI). Découvrez comment réduire les symptômes de cette condition inconfortable tant sur le plan physique que sur le plan social.

Qu’est ce que le SCI?

Le syndrome du côlon irritable est un trouble du fonctionnement du gros intestin qui donne lieu à des douleurs abdominales importantes et à des selles anormales. Le SCI est aussi appelé côlon fonctionnel, colite muqueuse, colite spastique ou intestin nerveux. Il ne faut pas le confondre avec la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn.

Les symptômes les plus souvent rapportés sont les suivants :

    Ballonnements et gaz
    Besoin urgent d’aller à la selle
    Constipation
    Diarrhée
    Changements dans la consistance habituelle des selles
    Douleurs abdominales et crampes
    Sentiment d’évacuation incomplète

Quelles sont les causes du SCI?

Les causes du SCI sont mal connues. À l’heure actuelle, quelques hypothèses sont proposées.

1.  La première stipule que les contractions de l’intestin des gens atteints du SCI sont anormales et qu’elles occasionnent de la douleur et des changements dans la consistance habituelle des selles. Un intestin qui se contracte trop serait associé à la diarrhée. Plus précisément, la nourriture avancerait trop rapidement dans l’intestin pour permettre à toute l’eau contenue dans les aliments d’être absorbée, donnant lieu à des selles plus liquides. Par ailleurs, un intestin paresseux serait lié à la constipation et aux ballonnements.

2.  La seconde hypothèse suppose que l’intestin des gens atteints du SCI est trop sensible. En effet, il semblerait que les individus soufrant du SCI ressentent les mouvements de l’intestin, qui sont normalement imperceptibles, ce qui occasionnerait de la douleur.

3.  Il est possible aussi que les gens souffrant de cette maladie soient affectés par des perturbations de la flore intestinale, qui pourraient causer une diminution des bonnes bactéries et, par conséquent, une augmentation des taux de bactéries pathogènes.

4. Finalement, bien que le stress ne soit pas reconnu comme étant une cause directe du syndrome, il semble en accentuer les symptômes. En effet, le stress est reconnu pour activer les mouvements de l’intestin, et ce, même chez les individus ne présentant pas de problèmes gastro-intestinaux.

 

Comment savoir si je souffre du SCI?

Deux des symptômes suivants doivent être présents au moins 25 % du temps depuis 3 mois pour qu’un diagnostic de SCI soit posé :

    Modification de la fréquence des selles
    Modification de la forme des selles
(dures ou liquides)
    Modifications au cours de l’évacuation (besoin urgent d’aller à la selle, difficulté à évacuer, sensation d’évacuation incomplète)
    Gonflement du ventre
    Présence de mucus dans les selles

Si vous pensez être atteint du SCI, consultez votre médecin pour éliminer toute autre condition médicale et pour un traitement adéquat.

Quels sont les traitements pour le SCI?

Certains médicaments sont prescrits pour soulager les symptômes du SCI. Ces médicaments ont pour but de diminuer la douleur en agissant sur les mouvements et les spasmes de l’intestin.


Le meilleur traitement du SCI reste encore la modification de l’alimentation. Les changements proposés visent surtout à diminuer les flatulences et les gaz, en plus de contrôler la constipation et la diarrhée.

Aliments à favoriser

Augmentez graduellement votre apport en fibres, particulièrement les fibres solubles. Il existe deux grandes familles de fibres : les fibres insolubles, présentes entre autres dans les grains entiers et le son de blé, et les fibres solubles présentes dans le psyllium, les fruits, les légumineuses et le son d’avoine. Soyez attentif à l’effet des fibres insolubles, puisque ces dernières peuvent être moins bien tolérées par certaines personnes et qu’elles peuvent même exacerber les symptômes, surtout chez celles qui souffrent de constipation.

Privilégiez:

    le psyllium (poudre ou flocons),céréales avec psyllium,
    les céréales d’avoine,
    le son de riz, de maïs d’orge et de seigle,
    certains fruits comme la pomme, prune, orange, pamplemousse, fraise, framboise, bleuet, poire et banane,
    la carotte et la betterave,
    et n’oubliez pas de bien vous hydrater

De récentes études font un lien entre un changement dans la flore intestinale et le SCI. En effet, l’altération de la flore aurait comme conséquence d’augmenter la formation de gaz par les bactéries pathogènes, d’initier des changements de la capacité motrice et sensitive de l’intestin, et plus d’activer des processus inflammatoires de l’intestin.

Selon de recentes meta-analyses, la prise de certaines souches de probiotiques de la famille des bifidobacteries (souches infantis, lactis, animalis) aurait comme conséquence de diminuer les ballonnements, la distention abdominale, les gaz, la difficulté de défécation. De plus, la prise de ces probiotiques augmenterait le bien être général des personnes souffrant de cette condition.

Évitez les laxatifs pour traiter la constipation.


Cette pratique peut être nocive à long terme, car elle risque d’aggraver le problème en rendant l’intestin encore plus paresseux. De plus, les laxatifs peuvent entraîner des carences en vitamines et en minéraux, puisque les aliments passent trop rapidement dans l’intestin pour permettre l’absorption de tous les nutriments. Pour traiter la constipation, prenez plutôt l’habitude de consommer une variété d’aliments riches en fibres et allez à la selle dès que vous en ressentez le besoin.

Aliments moins bien tolérés

Bien qu’aucun aliment ne soit la cause directe du SCI, certains peuvent en aggraver les symptômes. C’est le cas notamment des aliments suivants :

   Les aliments trop épicés
    Les aliments très gras
(aliments frits, sauces à la crème…)
    Les aliments qui causent des gaz et des ballonnements tels les légumineuses, les crucifères (brocoli, chou-fleur…), le maïs, les oignons et les pois. Les boissons gazeuses peuvent aussi avoir cet effet chez certains.
    L’alcool et les aliments contenant de la caféine, du sorbitol et du fructose.
    Certains produits laitiers riches en lactose.

Puisque nous réagissons tous différemment aux aliments, il importe de vérifier sa tolérance aux aliments énumérés plus haut. Cela permet d’éviter de se priver inutilement de certains aliments et de mettre sa santé en danger.

Bien que le lait et les produits laitiers soient bien tolérés par la majorité des personnes atteintes du SCI, il arrive parfois que ces aliments amplifient les symptômes. Si c’est votre cas, il est possible que vous soyez intolérant au lactose. Cela signifie que votre corps ne possède pas la lactase, l’enzyme nécessaire à la digestion du sucre du lait, le lactose. Vous trouverez sur le marché des produits conçus spécialement pour les gens intolérants au lactose. Par exemple, les laits LacteezeMD ou LactaidMD que l’ajout de lactase a rendus digestes pour tous. Il est aussi possible d’acheter des comprimés de lactase qui vous aideront à digérer le lactose. Votre médecin ou votre diététiste-nutritionniste sera en mesure de vous conseiller sur les meilleures façons de contrôler ce problème.

Si vous souffrez du SCI, rassurez-vous, cette condition, quoique désagréable, n’est pas dangereuse. En plus des changements alimentaires, la gestion du stress et des émotions ainsi que l’apprentissage de techniques de relaxation et l’activité physique peuvent réduire les symptômes. Consultez votre médecin et demandez-lui de vous suggérer des méthodes efficaces pour contrôler votre stress. Si votre condition physique vous le permet, commencez graduellement à incorporer de l’activité physique dans votre journée, cela vous aidera non seulement à évacuer le stress, mais aussi à améliorer votre santé de façon générale.

Le SCI ne pose pas de risque important pour la santé et n’est pas associé à une plus forte prévalence de cancer ou autre condition médicale. Par conséquent, les symptômes ne semblent pas s’amplifier avec le temps, quoique certains événements puissent parfois les exacerber. Et bien que le SCI ne se guérisse pas, il est possible, en modifiant vos habitudes de vie, d’en contrôler les symptômes. Vous améliorerez ainsi votre qualité de vie.

http://www.extenso.org

Chien mort étouffé dans une voiture


En auto s’il fait chaud pour vous, il fait trop chaud pour les bébés, pour les jeunes enfants, pour les adultes et aussi pour les animaux C’est quoi le tripe d’amener un animal en auto dans un stationnement si c’est pour le laisser seul et ce pendant un temps assez long … ?
Nuage

 

Chien mort étouffé dans une voiture

 

Des accusations seront déposées contre les maîtres

 

Des accusations seront déposées contre les maîtres

Crédit photo : archives TVA Nouvelles

Par Maryam Shah | Agence QMI

Un homme et une femme ont été arrêtés dimanche après que leur labrador brun soit mort étouffé dans leur voiture, stationnée en plein soleil dans un centre commercial de la ville de Vaughan, en Ontario.

Un client du centre d’achat a aperçu le chien en détresse dans l’auto, alors que la fenêtre était à peine entrouverte, et a composé le 9-1-1.

La police a estimé que le chien était dans la voiture depuis au moins deux heures.

Le chien était encore en vie, quoique très faible, lorsque les pompiers ont tenté de lui donner de l’eau, après avoir entrouvert davantage la fenêtre avec leurs outils, mais le chien est rapidement tombé inconscient avant que l’on ait pu l’en sortir.

Lorsque les propriétaires du chien sont revenus à leur voiture, ils ont été emmenés au poste de police.

Durant une chaude journée, même laisser son chien 10 minutes dans la voiture est trop long, a indiqué la police. Les accusés pourraient écoper d’une amende de 2000$, voire de six mois de prison.

http://tvanouvelles.ca

Voleurs à quatre ans


Il y a des gens qui ont de bien drôles de cultures qu’ils transmettent de générations en générations .. Si ce genre de familles exercent le vol ici au pays alors surement qu’ils font pareille ailleurs dans le monde … Comment peuvent t’il avoir une conscience morale pour le vol quand c’est enseigné dès l’enfance ?
Nuage

 

 

Voleurs à quatre ans

 

La police frappe un réseau familial de voleurs gitans dans lequel même les enfants étaient actifs

 

DANIEL RENAUD

JOURNAL DE MONTRÉAL,

Une opération policière menée dernièrement contre un réseau de voleurs gitans à grande échelle, lève le voile sur les us et coutumes renversants de ces familles nomades qui volent de génération en génération. Les enfants commencent à voler dès l’âge de quatre ans et ne fréquentent pas l’école. Lorsqu’ils sentent qu’ils vont se faire prendre, ils fuient en pleine nuit sans payer leur loyer et n’hésitent pas même à abandonner leurs enfants pour sauver leur peau.

Ces façons de faire étonnantes ont été dévoilées lors de l’enquête sur remise en liberté d’un homme de 40 ans arrêté, au début du mois de mai, pour avoir présumément fait partie d’un réseau de voleurs qui écumaient, en groupe, des dépanneurs et commerces de Montréal, Laval, et des couronnes nord et sud.

Les individus effectuaient ce que la police appelle des « vols par distraction ».

« Ils entrent dans l’établissement par groupe de cinq ou six. Il y a autant d’hommes que de femmes. Pendant que les hommes occupent le commis, les femmes se rendent dans l’arrière-boutique et volent le contenu du coffre-fort ou des cartons de cigarettes, qu’ils cachent sous leur robe à double-fond », a raconté le sergent détective Hélène Yergeau de la région Est de la police de Montréal.

Les vols prennent une dimension encore plus spectaculaire dans les pharmacies.

« Ce sont surtout des vols de parfums. Les hommes entrent et posent des questions aux commis sur les crèmes pour la peau, en sachant très bien que celles-ci sont loin des parfums. Pendant ce temps, les femmes vident des étalages et des tiroirs de parfum au complet », a poursuivi la témoin.

Selon l’enquêteur Yergeau, les suspects ont volé lors d’un même événement pour 11 000 $ de parfums dans une pharmacie du secteur Pointe-aux-Trembles.

« Les cigarettes sont volées en lots, ça peut aller jusqu’à 10 000 $. Pas dans ce projet-ci, mais dans un autre projet, on a eu des aveux pour des vols dans des coffres-forts allant jusqu’à 100 000 $ ».

Voleur à quatre ans

Les 21 individus ciblés par la police dans cette affaire ont tous des liens familiaux. Il y a onze femmes, huit hommes et deux mineurs. Ils sont tous entrés illégalement au pays depuis 2004 et aucun n’est citoyen canadien. Ils sont réfugiés, en attente de statut, ou résidents canadiens.

Un mineur de 16 ans, arrêté lors de l’opération, a raconté aux policiers avoir commencé à voler à l’âge de quatre ou cinq ans.

« Il volait des tablettes de chocolat, des choses comme ça », a dit l’enquêteur Yergeau.

« Puis, vers l’âge de 11 ou 12 ans, il a commencé à avoir sa part du butin. Depuis, il fait des vols en groupe. Il vole beaucoup avec sa mère », a ajouté la policière.

L’adolescent en fait maintenant un travail à temps plein et ne va plus à l’école.

« On a vérifié auprès de l’école et il y a beaucoup d’absentéisme. Selon ses amis, il n’allait même plus à l’école. C’est la même chose pour tous les juvéniles dans la famille. Il y a eu des signalements à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). Sur les vidéos des vols, on voit même des bébés de quelques semaines ou de quelques mois dans les bras des femmes. C’est quelque chose de familial qui est récurrent. C’est dans la culture, ils vivent comme ça à l’année et ils le disent ouvertement ».

« Pour cet adolescent, c’est un mode de vie. Il a dit qu’il a fait tellement de vols qu’il ne se rappelle plus les vols qu’il a faits, même un vol de 100 000 $ ».

In extremis

Dans cette affaire, les policiers ont dû devancer leur frappe, car les 21 suspects ont su qu’ils étaient dans leur mire. D’ailleurs, ils n’en ont arrêté que six et une quinzaine sont toujours au large.

C’est l’équipe de filature qui a appréhendé l’accusé parce que celui-ci s’apprêtait à prendre la poudre d’escampette avec sa famille.

Les policiers fileurs l’ont observé en train de charger des boîtes dans son véhicule, avec l’aide de son fils. Ils ont alors eu des doutes sur ses intentions et obtenu le feu vert pour l’arrêter.

« Dans les boîtes, il y avait des manteaux de fourrure de grande valeur, des parfums, des bouteilles de vin et des habits Hugo Boss », décrit l’enquêteur Yergeau.

Enfant abandonné

La femme de l’accusé se trouvait également sur les lieux lorsque les policiers fileurs sont intervenus. Mais, puisque ces derniers n’étaient que deux, ils ont appréhendé les deux hommes alors que la femme est entrée dans la maison, est ressortie par l’arrière et s’est échappée.

Une surprise attendait les policiers lorsqu’ils ont pénétré dans la résidence.

« Dans le logement, il y avait un enfant de 12 ans qui avait été laissé seul. Les policiers l’ont amené au centre d’enquête et ont appelé la DPJ. L’enfant a dit que la famille s’apprêtait à déménager et que les enfants plus jeunes étaient déjà chez leur grand-mère », a raconté la témoin.

L’enfant de 12 ans a également dit aux policiers que la marchandise trouvée dans les boîtes avait été volée dernièrement par sa mère et sa soeur.

Filer à la gitane

Comme écrit plus haut, plusieurs des suspects ciblés par les policiers dans cette enquête sont disparus dans la nature lorsqu’ils ont su que la police était sur leur cas parce que l’enquêteur Yergeau a dû témoigner devant la DPJ.

« Les propriétaires nous ont dit que certains sont partis de nuit, d’autres sans donner d’avis ou sans payer leur loyer. Certains ont laissé le loyer insalubre avec des meubles, des vêtements, de la nourriture. Cela s’est fait très rapidement, il y a environ trois semaines ou un mois », a expliqué le sergent-détective.

Selon son témoignage, des suspects auraient quitté leur logement depuis près d’un an alors qu’ils étaient sous le coup de conditions émises par le tribunal, leur intimant de demeurer à cette adresse.

Fiers

Fait à noter, lorsqu’il a été interrogé par l’enquêteur Yergeau peu après son arrestation, l’accusé s’est insurgé lorsque la policière l’a identifié en tant que Roumain.

« Il a dit : “ Je ne suis pas un Roumain, je suis un Gitan. Je ne ferai pas comme mon fils. Il a parlé à la police, mais moi, je ne trahirai jamais son clan ” », a résumé la policière.

L’homme s’est aussi demandé pourquoi la police s’en prenait à eux, car ils ne tuent pas personne et il n’y a pas de violence durant leurs crimes.

Il a demandé à l’enquêteur de lui laisser une chance, qu’il allait parler avec son clan pour tout arranger.

L’accusé, un camionneur, a déclaré des revenus de 20 000 $ en 2011.

Il a été libéré sous de sévères conditions. Il a dû déposer 1 000 $ et s’engager personnellement pour 3 000 $. Il doit chercher activement un emploi, s’occuper de son fils et demeurer à son adresse. Il lui est interdit de magasiner avec plus de deux personnes, de demander un passeport et de quitter le Québec.

L’histoire ne dit pas encore si ces conditions sont respectées ou non.

http://www.journaldemontreal.com