Parole d’enfant ► La machine à nuage


Voilà .. tout peut se fabriquer avec les enfants, même les nuages quoique .. ce n’est pas la meilleur machine a nuage …
Nuage

La machine à nuage

 

 

 

« En passant devant une usine d’incinération de déchets, on voit de la fumée qui sort des cheminées.
Je demande à Elisa : tu sais ce que c’est ça ?

elle répond : bah, oui !!!

Très étonnée je lui demande : ah, bon ? alors qu’est ce que c’est ?

Elisa répond : c’est une machine à fabriquer les nuages… »

Elisa 3 ans

Les élections


S’il y a quelque chose universelle dans le monde c’est bien les ruses des élections pour se faire élire .. et la déceptions des électeurs au fur à mesure que le mandat avance …
Nuage

Les élections

 

Attention, chère nation
Bientôt les élections
Choisissez en sagesse
Votez pour ma justesse

L’homme enfin se présente
Pour chasser la tourmente
De toutes les déceptions
Offrant la rédemption

Pour gagner ses votes
Promit antidote
De sa voix bien haute
Sans erreur, sans faute
                
Regarder bien la scène
Celui qui veut les rênes
Change ses beaux mirages
En vérité sage

Bien des femmes ont chanté
Sa crédibilité
Et que les hommes méfiants
Cherche à être confiant

Le rêve nourrit les cœurs
Surtout, certains docteurs
Où tout autre élite
L’honore à sa visite

D’autres par le chômage
Épuisés du à l’âge
Vont chercher refuge
De cette vie qui gruge

Beaucoup d’informations
Donne la bénédiction
D’émettre les discours
Tout se fait par amour

Il dévoile son histoire
Oracle de la gloire
Ce pays va changer
Et nos vices corrigés

Les photos des journaux
Le ministre plus beau
Avec des orphelins
Donnant des câlins

D’autres avec des veuves
Pleurs gonflant les fleuves
Où l’ancre s’enfoncent
Les avis s’annoncent

Quel ministre, quel saint  !
Donnant aux pauvres son pain
Coeur muni de raison
Jours et nuits, toutes saisons

Puis, un jour sinistre
Ce charmant ministre
Élu majoritairement 
Pris siège récemment

Vivant pour réussir
Politique d’élixir
Voilà l’année passe
Les discussions brassent

La deuxième s’achève
Les  affamés crèvent
La troisième commence 
Sans récoltes, ni semences

Les regards dans l’abstrait
La crise ouvre plus de plaies
Les chômeurs vieillissent
Leur ire en nourrice

Quatrième année 
Des visages fanés
Prodigue leur adieux
Pour quitter les saints lieux

Abdiquant la source
Et laissant la bourse
De toute les richesses
Gagner avec finesse

Voilà la défaite
Temps d’une retraite
Pourtant, il a rusé
D’un plan utilisé

De beaux châteaux construits
Ses enfants bien instruits
Un chenil bien muni
Remplis de chiens bénis

Ce soi-disant pauvre
A des gains qu’il couvre
Tirer dans le magot
De son peuple dévot

Ah la politique !
Toute une polémique
Nous espérons voter
Pour ne plus regretter

Rachel Hubert (Nuage),  Saïd
23 Février 2004

Le saviez-vous ► 10 CHOSES QUE VOUS IGNOREZ DES CHATS


Vous apprendrez des choses étonnantes sur les chats .. 10 points qui vous sont probablement inconnus  et  ce même si vous avez toujours vécu avec des chats ..
Nuage

 

10 CHOSES QUE VOUS IGNOREZ DES CHATS

 

Fripon

Vous croyez bien connaître les chats? Eh bien voici quelques faits qui surprendront même les amateurs de félins les plus avertis.


1. Les chats communiquent par le nez

 

Les frottements de nez sont inhabituels entre deux chats, parce qu’ils mettent chacun d’eux en position vulnérable. Cependant, les chats qui se connaissent bien et qui sont séparés pendant un long moment se sentent assez en confiance pour faire de telles caresses. Elles servent de reconnaissance visuelle et donnent de l’information sur l’état de l’autre, où il a été et ce qu’il a fait.


2. Le ronronnement n’est pas toujours bon signe

 

Habituellement, le chat ronronne lorsqu’il est bien, mais un ronronnement profond peut aussi être un signe de douleur. Si vous connaissez bien votre chat, vous serez capables de faire la différence entre deux sons différents.


3. Les chats préfèrent le langage du bébé

 

Pour communiquer avec leur maître, les chats semblent préférer les sons qu’ils utilisent avec les chatons; entre eux, ils ont plutôt un répertoire de sons adultes.


4. Chats et chocolat ne font pas bon ménage

 

Tout comme les chiens, les chats peuvent devenir malades ou même mourir s’ils mangent du chocolat.


5. Les chats ne font pas toujours la sieste

 

Ils préfèrent sommeiller plutôt que dormir, mais s’ils sont assez détendus pour entrer dans un sommeil profond, ils ont le même rythme cérébral que nous avons durant nos rêves.


6. Les chats ne regardent pas toujours dans les yeux

 

Ils plissent les yeux ou battent des paupières lorsqu’ils croisent vos yeux par accident. Pour apprivoiser un chat inconnu, clignez des yeux et détournez le regard si vos yeux se croisent.


7. Les chats ont besoin de renforcement positif

 

Ils ne comprennent pas le sens d’une punition comme les humains; pour obtenir le comportement désiré, il faut plutôt les encourager et les récompenser.


8. Les chats se nettoient les dents avec de la viande

 

Une ration quotidienne de viande crue lui permettra de mastiquer et de conserver les gencives et les dents en bonne condition. Vous pouvez lui donner de la viande désossée de poulet, de lapin ou de bœuf.


9. Les chats apprécient le soleil

 

Si votre chat semble capable de supporter aussi bien la chaleur, c’est parce que ses ancêtres vivaient autrefois dans le désert.


10. Le ronronnement demeure un mystère

 

Certains scientifiques croient que le ronronnement est produit au niveau cardiovasculaire plutôt que dans la gorge; mais ils ne sont toujours pas en mesure d’expliquer ce phénomène

Virgule

1329404879644

Fripouille

http://selection.readersdigest.ca

La santé c’est manger des pissenlits!


Des gens ont décidé que certaines plantes étaient des mauvaises herbes .. pourtant nombre d’entre eux peuvent être consommée …le pissenlit est un merveilleux exemple .. quand je pense que j’achète des feuilles de pissenlit au magasin et sur ma pelouse qui n’est pas traité par les propriétaires le pissenlit est roi ..
Nuage

 

La santé c’est manger des pissenlits!

 

La saison des pissenlits bat son plein.
Photo grimplet – Fotolia.com

Agence QMI

Patricia Blackburn

 

BEAUHARNOIS – La saison des pissenlits bat son plein. Et de plus en plus souvent depuis quelques années, on rencontre ci et là dans un champ des arracheurs de pissenlits chevronnés, sac en bandoulière, préparant leur provision de cette petite fleur jaune mal-aimée de notre société moderne.

Eh oui, c’est que certaines personnes les mangent, de la racine jusqu’à la fleur. C’est le cas de Jean Gargano de Beauharnois qui a développé une dépendance pour le pissenlit. Ses grands-parents, des Italiens d’origine, ont transmis cette habitude à ses parents, qui l’ont à leur tour passée à leur fils.

«Je me rappelle de ma mère qui passait une grande partie de ses journées à arracher les pissenlits afin de les cuisiner, a expliqué M. Gargano. En plus d’être bon pour la santé, c’est bon pour garder la forme puisqu’il faut se pencher pour les ramasser!»

Depuis, M. Gargano ne passe plus un printemps sans pissenlit dans l’assiette. «Avant, je ne mangeais que les feuilles en salade, mais j’ai commencé à manger la racine qui a un goût très épicé et qui est aussi fort délicieuse. Il ne me reste que les fleurs, mais je ne suis pas encore rendu là!»

Un autre avantage de cette pratique ? Plus besoin de sortir son portefeuille pour acheter des engrais et pesticides. Il suffit d’un outil, l’arracheur de pissenlit qui permet de cueillir la plante avec la racine, et le tour est joué : la pelouse reste verte et votre santé s’en trouve améliorée sur tous les aspects.

Que du bon

Les vertus du pissenlit sur la santé seraient connues depuis des millénaires. La plante est notamment répertoriée dans les anciens documents de médecine chinoise et arabe.

La médecine d’aujourd’hui recommande la consommation du pissenlit pour traiter le manque d’appétit, les troubles digestifs mineurs, améliorer les fonctions hépatique, biliaire et urinaire en plus de contribuer à prévenir les calculs rénaux. Il aiderait également à réduire la rétention d’eau, soulager la constipation, les hémorroïdes, la digestion difficile et les douleurs rhumatismales. Les feuilles agiraient sur les reins. La racine agirait sur le foie.

Ces vertus s’annulent toutefois si l’on cueille ses pissenlits là où il y a eu des engrais chimiques ou des pesticides.

Dans la marmite

Un jour peut-être, exterminer les pissenlits de son terrain deviendra un acte interdit. Cet espoir trotte dans la tête de M. Gargano.

«Qui a décidé que ce serait une mauvaise herbe? Personnellement, entre une tulipe et un pissenlit, je préfère de loin le second. Il est gratuit, abondant, plein de vertus, délicieux en salade et, en plus, il sent bon!»

Il suffit en effet d’une rapide ballade sur internet pour découvrir des possibilités inimaginables : confitures de pissenlits, sauce aux boutons de pissenlits, ragoût, soupe, salade, tisane et vin de pissenlit. Certains livres accessibles dans les librairies vous donneront tous les trucs et recettes pour cuisiner cette plante. Notamment le livre La Flore Laurentienne, écrit par le frère Marie-Victorin, ou encore La cuisine des fleurs, de Alice Caron-Lambert et Jacques Denarnaud.

La plante serait beaucoup plus délicieuse lorsqu’elle est jeune, au tout début du printemps et avant qu’elle ne forme des boutons floraux. Les outils spéciaux pour arracher la plante et sa racine sont disponibles dans les quincailleries.

http://sante.canoe.ca

Un virus transmis par un acarien tuerait des millions d’abeilles dans le monde


Nous savons tous que les abeilles domestiques sont en danger, les causes sont encore nébuleuses mais les chercheurs semblent avoir trouver non pas la cause mais une des causes des problèmes relié aux abeilles ..
Nuage

 

Un virus transmis par un acarien tuerait des millions d’abeilles dans le monde

 

Un apiculteur inspecte l'une de ses ruches

AFP/Archives

Un virus très contagieux transmis par l’acarien parasite « Varroa » contribuerait à la propagation et probablement à la mort de millions d’abeilles dans le monde, selon des chercheurs américains et britanniques dont les travaux ont été publiés jeudi aux Etats-Unis.

Cet acarien, qui se nourrit du sang des abeilles au stade larvaire ou adulte, perce leur peau et déforme leurs ailes.

Les abeilles jouent un rôle essentiel pour la pollinisation de plusieurs récoltes de fruits et légumes aux Etats-Unis estimés de 15 à 20 milliards de dollars annuellement.

Cette dernière recherche, qui paraît dans la revue américaine Science datée du 8 juin, a été menée à Hawaii par des chercheurs de l’Université de Sheffield (Grande-Bretagne), de la « Marine Biological Association » et de l’Université de Hawaii.

L’étude montre que ce pathogène viral a accru sa fréquence parmi les abeilles dans les ruches de 10% à 100%.

Ce changement s’est accompagné par une augmentation d’un million de fois du nombre de particules du virus infectant les abeilles entre elles, accompagné d’une énorme diminution de la diversité virale qui a conduit à l’émergence d’une seule souche très virulente de ce pathogène.

Un fois que cette nouvelle souche virale s’établira à Hawaii, longtemps épargnée, une nouvelle situation virale émergera qui reflétera ce qui se passe dans le reste du monde où le Varroa est déjà établie.

Et la capacité de cet acarien à bouleverser de façon permanente l’environnement viral des abeilles domestiques pourrait être un facteur dans le phénomène, aux origines toujours mystérieuses, dit de « colony collapse disorder » ou CCD observé depuis 2005, marqué par la disparition soudaine dans les ruches de millions d’abeilles adultes.

Ce phènomène s’est produit aux Etats-Unis et en Europe.

© 2012 AFP

http://actualites.ca.msn.com

PAS MAL PLUS BEAU DANS LA PUB


Plus cela a l’air bon, plus ils espèrent attirer des consommateurs a venir acheter leur produits alimentaires . En terme clair, en fin pour moi, la publicité est une tromperie pour toujours consommer plus ..
Nuage

 

PAS MAL PLUS BEAU DANS LA PUB

 

MAQUILLER LA RÉALITÉ POUR MIEUX VENDRE, ÇA FONCTIONNE TOUJOURS

Le burger que vous commandez ressemble souvent à peine à celui que vous venez de voir quelques secondes plus tôt sur la photo au-dessus du comptoir.

Stephan Dussault

Journal de Montréal

Le Journal a fait une tournée dans cinq chaînes de restaurants pour comparer leurs hamburgers avec la publicité.

La différence saute aux yeux. La laitue de la publicité est verte et croustillante, mais flétrie dans la vraie vie, tout comme le fromage et la sauce dégoulinante, le pain écrasé, la boulette de viande difforme. Et puis, où diable ont-ils mis ces tranches de cornichons ?

Bref, dans le coin gauche, le produit est éclatant et dans le coin droit, le burger est plus brun que brun.

« On mange avec tous les sens, mais les yeux demeurent notre premier contact avec un aliment », résume la nutritionniste Stéphanie Côté, d’Extenso, le centre de référence en nutrition de l’Université de Montréal.

MENTIR… SANS MENTIR

Pourtant, quand on y regarde de plus près, tout semble là ; les deux tranches de pain, le fromage, la boulette, la laitue, la rondelle de tomate.

« Pour la pub, j’ai cinq heures pour préparer le hamburger, prendre la laitue la plus verte, placer l’oignon et la tomate avec une pince à sourcils et choisir le plus beau des 200 pains devant moi. Côté présentation, aucun employé de fast-food ne peut me concurrencer ! », lance en riant la styliste culinaire Chantal Legault.

Des lois votées à Québec et à Ottawa interdisent tout de même les exagérations.

« Ça peut parfois paraître limite, mais les fabricants vont vous répondre qu’ils n’ont rien ajouté ou enlevé sur la photo », répond Stéphanie Côté.

« Nous vous assurons que les produits de nos publicités sont faits avec exactement les mêmes ingrédients que ceux que nous servons », nous a effectivement répondu Lisa Deletroz, responsable du marketing chez Wendy’s Canada.

La déception des clients semble rarement générer des griefs.

 « De mémoire, je ne me souviens pas avoir reçu de plainte là-dessus », dit Réal Coallier, directeur régional à l’Office de la protection du consommateur.

« Les images et les graphiques […] ne devraient pas servir à tromper ou à fausser la valeur d’un produit », lit-on dans le Guide d’étiquetage et de publicité sur les aliments de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA).

LES TRUCS DU MÉTIER

SI LE HAMBURGER DE LA PUB A L’AIR SI BEAU, C’EST LA FAUTE DES STYLISTES CULINAIRES

Pour que la photo du burger, de la crème glacée ou de la dinde soit parfaite, tous les coups sont permis, dont le remplacement des ingrédients.

Chantal Legault fait depuis 30 ans ce que nos mères nous ont toujours interdit durant notre enfance : elle joue avec sa nourriture. C’est même son métier.

Au Québec, on dénombre une dizaine de stylistes culinaires. Leur tâche : mettre en valeur les plats des livres de recettes et les produits dans les publicités ou sur les emballages.

Chantal Legault a travaillé pour des dizaines d’entreprises, dont La Cage aux Sports, Weston et Saputo.

Le vrai du faux

Pour arriver à satisfaire ses clients, elle sort sa boîte à outils. On y trouve un fusil à décaper, de la colle, une torche à souder, une pince à épiler, un ciseau fin, de la vaseline, une seringue et un brumisateur.

Saviez-vous par exemple que, sur la boîte de céréales, le lait est le plus souvent remplacé… par de la colle blanche ?

« Le lait fait ramollir les céréales et c’est moins joli. Alors, je mets un fond de colle et je dépose judicieusement les grains de céréales et les fruits séchés avec une pince », explique-t-elle.

Pour la crème glacée, aucun produit ne tolérera les puissants éclairages du photographe. Pour contourner le problème, elle a sa recette secrète, composée entre autres de shortening, de sirop et de colorant.

Dans ce métier, le souci du détail peut vite devenir maniaque. Chantal Legault rit encore de cette journée où son client, un fabricant de biscuits qu’elle refuse de nommer, était contrarié par les poils des framboises décoratives.

« J’ai sorti mes ciseaux et nous nous sommes mis à trois pour épiler les framboises sélectionnées. »

Non comestible

Sinon, mieux vaut ne pas manger ce que Chantal Legault touche.

Prenez la magnifique dinde du livre de recettes. Elle est cuite à peine 15 minutes pour éviter que le gras perdu ne fasse friper la peau. La dinde est colorée avec un fusil à décaper et une marinade.

Même chose pour le steak, qui n’est cuit que quelques secondes. Pour reproduire les lignes de la grille du barbecue, Chantal Legault fait chauffer à blanc une broche à l’aide d’une torche à souder et marque la viande.

Tricher ?

Elle refuse de parler de tricherie.

« Au Québec, mes clients veulent que leurs produits soient ressemblants, mais aux États-Unis, on exagère souvent. Achetez des pizzas par exemple et comparez la quantité de fromage de la pub avec la réalité. »

Pour le reste, elle ne se gêne pas pour enduire le contour des pains à hamburgers de vaseline pour éviter que la moutarde ne vienne tacher les rebords et prend mille précautions en chargeant sa seringue de ketchup pour placer le liquide parfaitement dans le burger pour que vous ayez le goût d’y mordre à belles dents.

PHOTOS JOURNAL DE MONTRÉAL, STÉPHAN DUSSAULT

Chantal Legault, styliste culinaire, avec ses instruments de travail, dont des ciseaux, des pinceaux, de la colle, une pince à épiler et des seringues.

De la crème glacée ? Plutôt un savant mélange de shortening et de sirops.

Des cubes de plexiglas à 50 $ l’unité qui ne risquent pas de fondre.

http://www.journaldemontreal.com

Grande-Bretagne Un kit antivampire du 19e siècle aux enchères


Ce qui me dérange dans cette vente, c’est que ce genre d’outils ou des semblables auraient servie a torturer des gens ou profaner des corps qu’on croyaient des vampires (même chose pour les sorcières) a cause de l’ignorance des gens mais c’est l’histoire humaine qui a été écrite par nos ancêtres. Mais je serais curieuse de savoir qui achèterait ce genre de chose …un fanatique ou un historien ou autre ?
Nuage

 

Grande-Bretagne

Un kit antivampire du 19e siècle aux enchères

 

TVA Nouvelles d’après AFP

Avis aux chasseurs de vampires: un nécessaire antivampire de la fin du 19e siècle sera mis en vente le 22 juin en Angleterre par la maison d’enchères Tennants Auctioneers.

Le kit serait même «presque complet et en bon état».

Le lot comprend une mallette en acajou dans laquelle on trouve: un pistolet, des pieux, un marteau, un chapelet, un livre de prières datant de 1857 et un crucifix.

Les accessoires dateraient d’avant la publication du célèbre roman Dracula de Bram Stoker paru en 1897.

Selon la maison d’enchères, ce serait ce livre qui aurait «popularisé le personnage du vampire et a sans doute lancé la mode des kits antivampires».

Vous pourrez donc vous procurer cet ensemble pour la modique somme de 3000$ ou 2000 livres sterling.

http://tvanouvelles.ca