Ah mon coeur


A force d’écrire sous l’inspiration des discussions sur MSN (je ne chatte plus depuis des années) Un ami me présentait ses textes, sans rime, et de longues phrases alors a deux nous avons donc écrits plusieurs poèmes .. Deux cultures, deux mondes et même deux langues différentes réunit pour écrire Il ne voulait pas cosigné mais a accepté que son prénom apparaisse
Nuage

Ah mon coeur

 

Toi, mon cœur, je te dédie ces rimes
Un parfum s’émane pour consoler
Dans les fentes profondes de tes abîmes
Pour revoir ton destin qui s’envole

La nuit est parsemée de remords
De ma vie présente et du passé
A qui dois-je accusé de tout tord
Si ce n’est que toi qui as rusé

Je t’ai relaté, mon cœur, milles fois
Ce bas monde, ne mérite plus tes larmes
Tu n’es que bois en cendre et sans foi
Tes rires étouffés deviennent sans charmes

Que diras-tu devant tous les anges ?
Quand la poussière réduira ton corps ?
Quand  Dieu entendra ces fausses louanges ?
Toi qui te croit invincible et fort

Regretteras-tu d’avoir aimé ?
L’aspect d’une personne qui t’a ruiné 
De toute ta vie, tu n’as qu’écumé
Envoûté de passions raffinées 

Imagines-toi que par ton orgueil
Tu ne goûteras plus les miels d’Eden
Ta vie gâchée, l’enfer en accueil
Réfléchi avant de perdre l’haleine

Sûrement, l’un de nous dois calmer l’autre
Avant le jour de résurrection
Pour une pause du plus sage des apôtres
Et se soustraire de l’humiliation

Le jour se lève et l’espoir renaît
Mon cœur, aide-moi à me relever
Pour changer mon destin imparfait
Que dans l’au-delà, je sois sauvé

Rachel Hubert (Nuage) et Saïd
13 Novembre 2003

Le saviez-vous ►Expression : Le marchand de sable est passé /bonhomme 7 heures


Quand les enfants c’est l’heure de dormir .. on parle souvent du marchand de sable, cette expression que le marchand de sable est connu aussi au Québec mais étrangement l’expression le bonhomme 7 heure va venir te chercher si tu ne dors pas a été beaucoup plus utilisé chez nous comme si la peur aidait a faire dormir les enfants
Nuage

 

Le marchand de sable /bonhomme 7 heures

 

Marchand de sable

 

        Quand les enfants ont sommeil et que leurs yeux se ferment, il n’est pas rare d’entendre quelqu’un prononcer ces mots :


                                                        « Le marchand de sable est passé »

Origine


            Voilà un mythe dont l’origine précise est pour le moins mystérieuse … il semblerait plutôt que cette expression se soit forgée au fil des siècles, partant d’une idée qui a lentement évolué vers celle que chacun connaît aujourd’hui. En voici quelques étapes, non tout à fait sûres :

– la première remonterait au Moyen-Age. Le marchand de sable aurait été un vendeur, se déplaçant de ville en ville, fournissant du sable aux aubergistes qui l’étalaient sur le sol de leur boutique pour le rendre moins glissant.

– la seconde, la plus grande, prend ses racines au XVIIe siècle, puisqu’un ouvrage d’Antoine Furetière (1619-1688) mentionne, en parlant des enfants, qu’un « petit homme leur a jeté du sable dans les yeux » Il semblerait que notre marchand de sable soit né !…

– est-ce une influence de ce personnage ou vient-elle d’ailleurs, toujours est-il que l’expression « avoir du sable sous les yeux » devient commune dès le XVIIIe siècle, pour signifier « avoir sommeil », « avoir les yeux qui piquent sous l’effet de la fatigue ». (1798, Acad.)

– et l’expression actuelle « le marchand de sable est passé » aurait pris sa forme à la fin du XIXe siècle !…

Il est à noter qu’au Canada, on parle d’un autre personnage, beaucoup moins sympathique, mais qui annonce lui aussi l’heure de dormir :
il s’agit du « bonhomme sept-heure » !…

Compléments

 

            C’est le 10 décembre 1962, grâce à Claude et Christine Laydu, que l’émission « Bonne nuit les petits » est diffusée pour la première
fois, sur la première chaîne de l’ORTF.
Ainsi, pendant de nombreuses soirées, le Marchand de Sable et un gros Nounours, perchés sur un
nuage, vont conter de jolies histoires à Nicolas et Primprenelle pour les aider à s’endormir.

Notez qu’à l’origine, les enfants s’appelaient Petit-Louis et Mirabelle !…

http://lesmarchandsdesable.e-monsite.com

 

Le bonhomme 7 heures

 

 

L’étymologie la plus répandue veut que ce terme vienne de l’anglais bone-setter (rebouteux). Le bone-setter venait replacer les os déplacés du père de famille. Les enfants, ayant une vision idole de leur père, seraient terrifiés en entendant le bone-setter replacer le ou les os du père (tenant compte du fait que le père criait de douleur).

On en fit alors une phobie pour les enfants en les menaçant d’avoir affaire au bone-setter en cas de bêtise.

Le mot bone-setter se serait déformé de bouche à oreille pour devenir bonhomme sept-heures. Il se peut très bien que ce soit là une erreur, car les spécialistes de la langue québécoise ont historiquement souvent eu tendance à voir des anglicismes dans les régionalismes. On peut penser à mouche à feu (luciole), par exemple, qu’on classe comme anglicisme dans le dictionnaire des anglicismes de Colpron, tandis que ce mot se trouve dans le Littré, ce qui en fait au pire un anglicisme de maintien. Ajoutons à cela que le Québec possède déjà un régionalisme pour rebouteux : ramancheur.

Selon Lionel Boisvert du Trésor de la langue française informatisé, que l’on mentionne dans l’article bonhomme sept-heures du grand dictionnaire terminologique, cette étymologie est douteuse, car on trouverait des formes voisines de ce nom en breton : bonhomme basse heure et bonhomme basse hour.

La légende

 

La légende du bonhomme sept-heures voudrait que ce personnage, à moitié humain et à moitié créature maléfique, enlève les enfants qui, s’amusant à l’extérieur, auraient trop tardé à retourner chez eux avant qu’il ne soit 19 heures (ou 7 heures du soir). Les enfants ne seraient jamais retrouvés.

Le bonhomme sept-heures serait un vieil homme, portant un chapeau, une canne, une cape et un sac. Selon les régions, ce sac contiendrait du sable qu’il lancerait aux yeux des enfants, ou encore il serait assez grand pour y placer ses victimes.

Dans certaines villes, le bonhomme sept-heures viendrait de nulle part. À d’autres endroits, sa résidence serait connue des parents.

Le nom « bonhomme sept-heures » se retrouve aussi sur la liste des noms vernaculaires des hominoïdes en Amérique du Nord. Les cas d’enlèvements et d’agressions ne sont pas étrangers aux hominoïdes.

Autres théories

Bomb setter Selon certains, l’origine de ce personnage serait liée au bomb setter. Cette personne devait allumer les bombes des lampadaires qui fonctionnaient au gaz ou à l’huile, autour des années 1890 dans les rues de Montréal. Cette personne devait le faire avant 7 heures. Le mot se serait déformé et serait devenu « bonhomme sept-heures ». Donc un personnage se promenant à la brunante, difficile à identifier et que les parents pouvaient mentionner pour faire peur aux enfants qui ne voulaient pas écouter ou entrer à la maison trop tôt.

Bone setter L’expression « bonhomme sept heures » serait en fait une déformation de l’expression anglaise « bone setter ». Un « bone setter » est en fait un « ramancheur », une personne qui replace les articulations démises ou qui fait des manipulations pour guérir les maux de dos par exemple.

Lorsque dans une famille on faisait venir le « bone setter », souvent la personne traitée gémissait, grinçait des dents ou criait de douleur ce qui faisait très peur aux enfants présents. Plus tard lorsque ceux-ci ne voulaient pas obéir, on les menaçait du « bone setter ». Au Québec francophone, le « bone setter » est devenu le « bonhomme sept heures ».

http://fr.wikipedia.org

Les germes: ennemis ou amis?


Il est vrai qu’il y a beaucoup d’informations et de produits pour lutter contre les microbes, les épidémies mais comme plusieurs disent il ne faut pas être obsédés par les microbes. Car trop aseptisé, on fini par affaiblir le système immunitaire. Mais personnellement, j’ai horreur de voir des gens sortir des toilettes public sans se laver les mains ou tousser et éternuer sans protéger leur bouche et leur nez
Nuage

 

Les germes: ennemis ou amis?

 

ILLUSTRATION RACHEL HOTTE, LA PRESSE

Sophie Allard
La Presse

Ils sont parfois mortels. Mais très souvent inoffensifs. Les germes sont présents par milliards dans la maison, de l’évier à l’oreiller. On tente d’exterminer ces organismes invisibles à l’oeil nu avec une panoplie d’armes en pulvérisateur, toutes plus efficaces les unes que les autres, prétendent les fabricants. Mais peut-on et doit-on les éliminer?

«On est tombés dans l’excès. On veut plus que la propreté, on veut la stérilité. Au Japon, on prétend vendre des pianos avec clavier imprégné d’antibiotiques antiseptiques. On nous propose des jouets avec antibactériens. On nous dit qu’il faut passer notre maison au lance-flammes, sinon on va crouler sous les bactéries», lance Karl Weiss, microbiologiste à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. La grippe H1N1 a exacerbé cette peur irraisonnée des maladies infectieuses. «On a réalisé que, même en santé, on est tous vulnérables», dit-il.

«On a peur des germes depuis que le microscope existe, note Jacques Goulet, professeur au Département des sciences des aliments et de nutrition à l’Université Laval. On a de la difficulté à se faire à l’idée que des organismes aussi petits et nombreux soient partout dans notre environnement.»

Qu’est-ce qu’un germe? C’est un microorganisme: une bactérie, un virus, une mycose ou un parasite.

Selon l’Agence de santé publique du Canada, «les bactéries représentent 60% des matières vivantes sur la terre et elles sont présentes presque partout dans notre environnement».

Seulement près de 50 des milliards de bactéries recensées sont infectieuses, pathogènes. Comme les staphylocoques, listeria, salmonelles et E. coli.

«Les virus sont à l’origine d’un nombre beaucoup plus grand de maladies que les bactéries nuisibles parce qu’ils se propagent plus rapidement.»

Les virus les plus contagieux, comme le rhume, sont embêtants mais pas bien dangereux.

«Une hygiène de base est essentielle, mais on ne doit surtout pas chercher à aseptiser la maison», dit Karl Weiss.

Où se cachent les germes? Dans l’évier de la cuisine, sur l’éponge humide et dans la salle de bains. Mais aussi sur le clavier d’ordinateur, la télécommande, le téléphone et les poignées de porte.

«S’en débarrasser est peine perdue, il en restera toujours un peu, dit Jacques Goulet. Quand il y a 100 millions de germes sur une surface, même si on en tue 99,9% avec un désinfectant, il en reste encore beaucoup. Une bactérie se dédouble toutes les 30 minutes et ces organismes forment un film biologique protecteur. Il devient ensuite difficile de les déloger avec des produits chimiques. Mieux vaut miser sur la prévention.»

Comment?

«On lave les surfaces avec du savon et de l’eau chaude, dit Karl Weiss. Dans les cas extrêmes, par exemple lorsque survient une gastroentérite, on désinfecte avec un peu d’eau de Javel. Si vous cuisinez les mains propres et que vous lavez vos comptoirs immédiatement après, vous avez fait l’essentiel.»

Pour éviter la contamination, on lave ses mains dès son arrivée à la maison et avant de manger.

Jacques Goulet recommande de verser quelques gouttes de jus de citron sur le linge de table et de le changer fréquemment.

«Lorsqu’un linge humide commence à sentir, c’est qu’il y a 1 million de bactéries par centimètre carré ou gramme. L’éponge, c’est le paradis des bactéries!» On peut mettre le linge au lave-vaisselle ou au microondes une minute pour détruire les microbes.

Dans la salle de bains, on baisse le couvercle de la cuvette avant de tirer la chasse d’eau. Les bactéries qui s’échappent peuvent atterrir à six mètres! On change régulièrement sa brosse à dents, on la pose tête vers le haut. On désinfecte le support une fois par mois.

«La salle de bains est un bouillon de culture pour les germes, que l’on nettoie régulièrement ou non», dit Jacques Goulet.

Pourtant, mieux vaut nettoyer avec modération.

 «En présence de germes, notre système immunitaire est stimulé et devient plus efficace», dit Karl Weiss.

Les enfants exposés à des bactéries réduiraient leurs risques de souffrir plus tard d’allergies, d’asthme et même de la maladie de Crohn. Comme quoi un peu de saleté ne fait pas de mal…

49: Germes par pouce carré sur un siège de toilettes

10 000: Germes par pouce carré dans une éponge de cuisine

http://www.cyberpresse.ca

Régime inusité Morte d’une diète de soleil


Comment peut-on essayer de telle diète juste en regardant un documentaire. Mais qu’est ce qui a bien pu se passer pour qu’elle pense que cette diète sera un cheminement spirituel qui découle d’une tradition indienne.
Nuage

 

Régime inusité Morte d’une diète de soleil

 

Morte d'une diète de soleil

Agence QMI

Une femme de la Suisse est morte après avoir essayé de vivre seulement grâce à la lumière du soleil.

Cette diète faisait partie de cheminement spirituel de cette femme, appelée Anna Good, qui aurait été inspirée par un documentaire diffusé en 2010 intitulé: «Au commencement, il y avait la lumière».

Le film raconte l’histoire de personnes qui suivent un concept appelé respirianisme et qui prétendent survivre sans boire ni manger quoi que ce soit pendant des semaines, des années, voire des décennies.

Mme Good a vu le film en 2010, selon le journal suisse «Tages Anzeiger». Elle a commencé avec une diète alimentaire, allant même jusqu’à éviter d’avaler sa salive en la recrachant.

Ses enfants, qui n’avaient plus de ses nouvelles, ont fait la macabre découverte à sa maison.

La police a mené une enquête et le procureur de district a annoncé mercredi que l’affaire avait été classée, parce qu’il n’y avait aucune preuve de malversation dans la mort de Mme Good.

http://tvanouvelles.ca

 

respirianisme

Le terme inédie (parfois appelé respirianisme ou pranisme) s’emploie à propos d’une personne qui ne se nourrit pas, volontairement, sans qu’il existe de causes physiologiques ou médicales et généralement pour des motivations d’ordre religieux ou mystique.
 
Pour un être humain en bonne santé, un régime sans eau est généralement mortel après une semaine
1,2. Sans nourriture solide, il n’est pas possible de survivre au-delà de quarante à soixante jours. 3
 
Depuis la fin du XXe siècle, des individus, principalement issus du courant New Age ou s’inspirant de notions traditionnelles indiennes, prétendent qu’il est possible de s’alimenter sans manger, en captant une prétendue forme d’énergie qui nous entoure, appelée prana ou chi : ils parlent de respirianisme ou de pranisme.
 
Le point de vue de la plus grande partie de la communauté scientifique est que ces allégations sont fausses et que ceux qui en font la promotion seraient des manipulateurs ou des mythomanes. En France, la MIVILUDES a mis en garde contre le « jeûne extrême », une pratique qu’elle assimile au charlatanisme4

Connaissances scientifiques
 
À terme, un jeûne provoque la mort du patient s’il dure au-delà de certaines limites. Elle varie selon les individus, et peut atteindre plus de 85 jours
5. L’organisme humain, jeune et en bonne santé, peut supporter un jeûne total, mais n’excluant pas la prise de boisson, pendant une période assez longue, jusqu’à trois mois 6 si la personne est bien portante et bien nourrie au moment du début du jeûne. La physiologie s’adapte en mobilisant les réserves internes, mais, assez vite (en moyenne au bout de 3 à 4 semaines), la poursuite du jeûne comporte des risques importants, notamment sur le rythme cardiaque.

Un suivi médical est vital au moins à partir de la 4e semaine, plus ou moins régulier suivant l’état de santé, les conditions du jeûne et la nature des réserves au départ.

 

  1. (en) How long can the average person survive without water? [archive]
  2. (en) How long can someone survive without water? [archive]
  3. ↑(en) Sur Scientific american [archive] sur http://www.sciam.com .
  4.  Commentaire de la MIVILUDES [archive]
  5.  Mort d’un détenu politique en grève de la faim [archive] sur http://www.france24.com, 2010. Consulté le mercredi 24 février 2010
  6. Comme en témoigne l’histoire de 9 détenus de la prison de Cork (Irlande) en 1920 dont le jeûne a duré 94 jours, il y eut aussi celui de Bobby Sands mort à Belfast le 5 mai 1981 après avoir engagé une grève de la faim sans retour le 1er mars.

http://fr.wikipedia.org

Controverse Les compteurs intelligents préoccupent


Nous ne sommes pas les seuls a contesté les compteurs intelligent, des consommateurs de la France et des États-Unis sont inquiet a la venu de ces appareils que les compagnie d’électricité veulent imposé sur leur territoire.
Nuage

 

Controverse → Les compteurs intelligents préoccupent

 

Controverse - Les compteurs intelligents préoccupent

Manifestation contre les compteurs «intelligent» devant l’Assemblée Nationale le 5 février dernier.

©Karl Tremblay / Archives/ Agence QMI

MONTRÉAL – Il n’y a pas qu’au Québec où le projet d’implantation de compteurs «intelligent» soulève la controverse.

En France, le déploiement de 35 millions de compteurs de nouvelle génération est contesté par de nombreux groupes.

Une association de consommateurs estime que ces compteurs ont été conçus «dans l’intérêt exclusif du gestionnaire de réseau et des fournisseurs d’énergie et bien peu dans celui des consommateurs», ont rapporté plusieurs médias français, mardi.

L’association juge que les compteurs ne permettent pas aux consommateurs de «mieux connaître leur consommation d’énergie en temps réel et de la maîtriser».

Elle a demandé mardi au Conseil d’État (plus importante juridiction administrative en France) de laisser le choix aux clients d’adopter ou non la nouvelle technologie.

Le coût annoncé du projet, qui doit être terminé en 2021, est de 4,3 milliards d’euros. Toutefois, selon certains, la facture pourrait grimper à 10 milliards d’euros.

Au Québec, Hydro-Québec souhaite implanter 3,8 millions de compteurs «intelligents» d’ici 2017.

De nombreux organismes et individus soulèvent de sérieux doutes sur les bénéfices du projet et son impact sur la santé.

La société d’État a toutefois déposé à la Régie de l’énergie une proposition qui, si elle est acceptée, donnerait le droit aux clients de refuser qu’un compteur «intelligent» soit installé chez lui.

Si un client refuse la technologie, il pourrait lui en coûter jusqu’à 200 $ de plus par année.

En Californie, l’implantation de cette technologie soulève également de l’inquiétude. Le comté de Santa Cruz a émis un moratoire sur l’implantation de compteur intelligent parce que les autorités médicales régionales jugent que l’exposition aux radiofréquences constitue un risque significatif pour la santé publique.

http://fr.canoe.ca

FBI : 300 000 internautes privés de connexion en juillet


En juillet certains risque avoir des surprise en voulant se connecté.  Plusieurs ordinateurs ont été infectés a leur insu. Ils donne un lien a savoir si vous êtes infectés ou non par un groupe qui lutte contre la cybercriminalité …
Nuage

 

FBI  300 000 internautes privés de connexion en juillet

 

FBI - 300 000 internautes privés de connexion en juillet

© Shutterstock

Agence France-Presse

WASHINGTON – La police fédérale américaine a prévenu lundi qu’environ 300 000 internautes à travers le monde pourraient être privés de connexion à compter de juillet, après l’expiration d’un système de sécurité temporaire mis en place en réponse à un réseau de pirates informatiques.

Le FBI encourage les internautes à se connecter dès que possible sur le site www.dcwg.org afin de savoir s’ils ont ou non été infectés par un réseau de pirates informatiques qui avait été démantelé en novembre 2011, a indiqué une porte-parole de la police fédérale, Jenny Shearer.

Le FBI estime que jusqu’à 568 000 ordinateurs ont été infectés par un logiciel installé par les pirates.

Ce logiciel reprogrammait les ordinateurs et redirigeait leurs utilisateurs à leur insu vers des sites frauduleux, sur lesquels les internautes atterrissaient après avoir tapé une adresse régulière.

Les enquêteurs estiment que les escrocs auraient gagné 14 millions de dollars des pourriels qui apparaissaient sur ces sites, a ajouté la porte-parole.

Cinq pirates estoniens et russe de ce réseau ont été arrêtés en novembre dernier dans le cadre de l’opération «Ghost Click».

À cette date, «nous avons remplacé le système piraté par un service propre afin que l’accès internet des gens puisse rester intact», a déclaré Jenny Shearer.

«Le service propre n’a jamais été prévu pour être une solution permanente», a-t-elle dit, «prévu à l’origine pour fonctionner de novembre à mars, nous avons obtenu une prolongation de mars à juillet mais nous ne voulons pas que les gens aient une mauvaise surprise».

Cinq mois après ces arrestations, le nombre de victimes encore connectées au système «propre» serait tombé à 360 000 principalement aux Etats-Unis, en Union européenne et en Inde. «Au moins 300 000» personnes pourraient encore être concernées, a précisé la porte-parole.

Elle a encouragé les internautes à vérifier s’ils sont ou non concernés sur le site internet www.dcwg.org

«Si votre ordinateur est connecté au service propre alors vous serez notifiés et des conseils vous seront fournis. Si votre ordinateur ne dépend pas du système propre, vous aurez un écran vert et cela signifiera que votre ordinateur n’est pas infecté», a-t-elle ajouté.

http://fr.canoe.ca