Liberté


C’est difficile quand la vie nous a stigmatisée de se libérer, pourtant, cela nécessaire pour prendre gout à la vie et de vivre tout simplement … Apprendre a tourner la page pour permettre d’écrire d’autres chapîtres
Nuage

Liberté

 

« La meilleure façon de recouvrer la liberté, c’est de rompre les chaînes qui blessent le coeur et de mettre un terme à son tourment.  »

Ovide

Publicités

Chaque geste de notre vie peut devenir bonheur


On attends toujours pour quelque chose. On visualise souvent comment serait demain, l’an prochain, enfin plus tard. Alors que ce plus tard, pourrait ne jamais arriver. Pourquoi, nous entêtons a toujours voir devant que maintenant …
Nuage

 

Chaque geste de notre vie peut devenir bonheur

 

L’avez-vous déjà remarqué, nous sommes toujours en attente du résultat d’un acte, d’un événement, projetés vers l’avenir, les yeux rivés sur l’aboutissement, sur l’arrivée, en attente d’autre chose, de quelqu’un d’autre, de mieux, d’ailleurs…

J’escalade la montagne en ne songeant qu’à ce que je verrai du sommet.

Je me dépêche de lire le livre pour en savoir plus, pour connaître la suite, toujours la suite, toujours plus avant. Je pose la question : « Comment est-ce que ça se termine? »

J’attends le train, je ne vis pas. Je suis tendue vers l’arrivée du train, le cou tendu vers le tournant où il va apparaître. « Il arrive ? Il arrive ? » Et bien sûr, une fois dans le train, je n’ai qu’une hâte : arriver !

Au travail, j’attends la pause, la fin de la journée, le week-end, les vacances, la retraite… « Quand j’aurai rencontré l’âme-soeur… », « Quand les enfants seront grands », « Ah, si j’étais libre », « Quand j’aurai de l’argent », « Quand j’aurai déménagé », « Quand j’habiterai à la campagne », « Quand j’aurai le temps… », ou alors, c’est « Ah, si j’avais su… », « Avant c’était mieux ! », « Ah, quand il/elle était là ! ».

Et finalement, je ne vis pas et les années passent. Le compte à rebours a commencé et je ne savoure toujours pas la vie précieuse qui m’est offerte à chaque seconde, la douceur de l’air dans mes poumons, sur mon visage, les yeux de l’inconnu(e) qui me croise, la colline si vivante devant moi, la danse des nuages, un après-midi de repos, la chaleur de ma couverture, un toit sur ma tête, les clins d’oeil du soleil…

Hier en faisant le ménage, j’ai pris conscience pour la première fois que j’aimais faire le ménage ! Et chaque acte est devenu un véritable plaisir : laver les vitres, jeter de vieux journaux, de vieux livres, faire le vide…

Chaque geste de notre vie est/peut/va devenir bonheur, chaque instant, chaque seconde (ou presque !), ne serait-ce que respirer…

Alex, L’Âme et le Coeur

Le saviez-vous ► Pourquoi a-t-on sept ans de malchance quand on casse un miroir


Il y a t’il des gens qui croient encore aux 7 ans de malheurs quand un miroir se brise ?
Cette superstition date de très très longtemps, que de gens devaient être malheureux de voir que les 7 prochaines années seraient malheurs par dessus malheur !!!  Aujourd’hui, nous savons que le miroir n’a aucun pouvoir qu’il soit bénéfique ou maléfique
Nuage

 

Pourquoi a-t-on sept ans de malchance quand on casse un miroir

 

Il s’agit d’une vieille superstition datant de plus de deux millénaires : au moment de l’invention du miroir.

À l’époque, les Romains, les Grecs, les Chinois, les Africains et les Indiens croyaient tous qu’un miroir avait le pouvoir de capturer l’âme de celui ou de celle qui l’utilisaient. Si l’image réfléchie devenait le moindrement déformée. cela signifiait que l’âme de la personne était troublée. Pire, le miroir devait être brisé alors que l’image du maladroit était à l’intérieur, son âme pouvait ainsi être fracturée.

Comme les Romains croyaient que le corps d’une personne se renouvelait au complet tout les 7 ans, cela correspondait alors à la période nécessaire au rétablissement de son âme cassée en même temps que le miroir

La Semaine/Paul Therren/ Réponse à tout/  Mars 2012

Cancer du sein : l’effet néfaste du soya sur le traitement se confirme


Le soya a de belles vertus sur la santé du coeur et du cholestérol, mais des recherches démontrent aussi que pour certaines maladies il n’est pas recommander d’en consommer surtout si cela ne fait pas partie de notre menu pendant l’enfance
Nuage

 

 

Cancer du sein : l’effet néfaste du soya sur le traitement se confirme

 

Des graines de soya

Des graines de soya   © iStockphoto

Le traitement de certaines femmes qui ont un cancer du sein pourrait être moins efficace si elles ont consommé du soya, confirment des chercheurs américains.

La Dre Leena Hilakivi-Clarke et ses collègues de l’Université de Georgetown expliquent que le fait de manger ces graines augmente la résistance des tumeurs du sein aux traitements contre le cancer.

Des travaux menés sur des rats montrent en effet que les bêtes qui ont été nourries toute leur vie avec des composants de soya ont bien réagi au Tamoxifen, un médicament contre le cancer du sein.

Toutefois, les rongeurs qui ont commencé à consommer du soya à l’âge adulte, et après avoir eu un cancer du sein, ont développé des résistances à ce traitement.

« Ces résultats indiquent que les femmes occidentales qui ont commencé le soya à l’âge adulte devraient arrêter d’en manger si elles sont atteintes d’un cancer du sein. » — Leena Hilakivi-Clarke

Le détail de ces travaux a été présenté à la conférence annuelle de l’association américaine de recherche sur le cancer qui se tient à Chicago.

Le soya fait l’objet d’une controverse depuis quelques années relativement au risque qu’il représente pour les femmes ménopausées ou ayant eu un cancer du sein.

Effets bénéfices

D’autres recherches ont montré que la consommation régulière d’aliments à base de soya serait une bonne façon de maintenir une bonne santé cardiovasculaire, notamment parce qu’ils réduiraient le taux de mauvais cholestérol.

Le saviez-vous?

Environ 23 400 femmes recevront un diagnostic de cancer du sein cette année et 5100 en mourront.

http://www.radio-canada.ca

Les oiseaux contraints de monter le volume


Il est dommage que les oiseaux soient en compétitions avec notre vacarme en tout genre. Que leur chant n’ai moins de variantes dans les sons pour être en mesure d’attirer l’attention de leur semblable

Nuage

 

Les oiseaux contraints de monter le volume

 

Les oiseaux sont contraints de chanter plus fort qu’avant pour se faire entendre à travers le bruit ambiant des villes, selon une étude menée par l’Université George Mason en Virginie, aux États-Unis.

 

Thane Burnett

Selon le professeur David Luthor, les oiseaux qui vivent dans les villes et villages ont dû s’adapter à des niveaux sonores élevés au cours des dernières décennies. Leurs chants sont donc différents et plus puissants qu’il y a quelques décennies parce qu’ils sont en concurrence avec les humains.

Le chercheur a découvert que les chants des moineaux à San Francisco avaient changé au fil des décennies, simplement pour réussir à se faire entendre en milieu urbain.

Non seulement leurs appels sont plus forts, mais il existe moins de variations dans leur chant, alors qu’ils tentent de communiquer au milieu du vacarme de la circulation.

Le professeur a comparé des enregistrements de chants de moineaux à San Francisco qui ont été captés dans les années 1960, avec les gazouillis de leurs contemporains.

Il s’est aussi penché sur l’augmentation de la circulation sur le pont du Golden Gate. Selon M. Luthor, les sons émis par les oiseaux sont plus aigus, parce qu’ils ont besoin de se faire entendre au-dessus de notre bruit ambiant.

http://fr.canoe.ca

Montérégie La chatte Maripossa rescapée d’un piège mortel


Il y a des gens voir même certains professionnels qui ont manque de jugement ! Et ce même s’il y a des animaux dites nuisibles dans un secteur résidentiel c’est pas une raison pour mettre un piège mortel … c’est cruel et il y a beaucoup de trop de risque pour attraper des animaux domestiques
Nuage

 

Montérégie → La chatte Maripossa rescapée d’un piège mortel

 

La chatte Maripossa rescapée d'un piège mortel

Crédit photo : Agence QMI

S’il est vrai qu’un félin a sept vies, la chatte Maripossa a en perdu au moins une, mardi, alors qu’elle a été coincée par un piège mortel destiné aux bêtes indésirables

Par Hélène Gingras | Agence QMI

S’il est vrai qu’un félin a sept vies, la chatte Maripossa a en perdu au moins une, mardi, alors qu’elle a été coincée par un piège mortel destiné aux bêtes indésirables.

Par une force incroyable de la nature, l’animal n’a pas été tué, mais il était très souffrant lorsque son propriétaire l’a trouvé.

«J’entendais un chat se lamenter. J’étais sûr qu’il était en train d’accoucher», raconte le jeune homme qui marchait près de chez lui à Sainte-Catherine, en fin d’avant-midi.

En s’approchant, il a vu que l’animal de sa fille était coincé dans un piège installé devant une résidence privée. Il a travaillé comme un forcené avec un ami pour la dégager.

«Elle ne pouvait plus marcher, elle était paralysée. Elle urinait et déféquait», se souvient-il.

La chatte a été amenée chez un vétérinaire et la facture s’annonce très salée. Sa colonne vertébrale ne serait pas cassée, mais il est encore trop tôt pour savoir si l’animal a eu des organes écrasés ou s’il gardera des séquelles de cet incident.

felin-piege-mortel

(Les puissantes mâchoires du piège à ressorts aurait dû tuer chatte instantanément en se refermant sur elle. Le trappeur est le premier surpris qu’elle soit encore vivante.Photo Agence QMI)

Destiné à une marmotte

Le papa croyait à un cas de cruauté animale, mais le propriétaire de la résidence lui a affirmé le contraire. Il a réitéré ses propos auJournal.

Aux prises avec une marmotte vivant sous son balcon, ce dernier a appelé à la Ville qui l’a référé à un trappeur professionnel de Saint-Michel. Celui-ci était dans son droit d’installer un piège mortel à cet endroit.

«Rien dans la loi ne précise quelle sorte de piège utiliser lorsqu’on veut se départir d’un petit animal nuisible», explique Gilles Chiasson, adjoint au soutien des opérations au sein du ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

M. Chiasson est cependant surpris que le trappeur ait pris un piège au lieu d’une cage compte tenu du secteur résidentiel. Les coûts pourraient expliquer ce choix.

«Normalement, on les installe dans un endroit caché, où l’on est sûr que rien ne peut arriver, comme dans un endroit clôturé, pour éviter qu’un enfant se prenne la main dedans, par exemple.»

«J’avais averti le client, mais il m’a répondu qu’il n’avait pas de chat et que ces enfants se limitaient à la cour, se défend le trappeur. C’est malheureux. Je n’ai pas mis d’appât exprès pour ne pas attirer de chat.»

Les puissantes mâchoires du piège à ressorts aurait dû tuer chatte instantanément en se refermant sur elle. Le trappeur est le premier surpris qu’elle soit encore vivante.

«J’attrape des castors de 60 livres avec ce type de piège», raconte-t-il.

http://tvanouvelles.ca