Parasites: chercher la petite bête


Cette année les signes de printemps est très tôt, malgré les petits gels que nous avons eu tout est arriver avant le temps, même les insectes. Les animaux peuvent être mit donc plus tot en contact avec les méchantes bactéries qui donnent des maladies. Donc a surveillez la santé de vos 4 pattes
Nuage

 

Parasites: chercher la petite bête

 

Un printemps hâtif, comme la météo semble le prévoir cette année, peut contribuer à une éclosion précoce des parasites, nécessitant de rester alerte plus tôt qu’à l’habitude.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Les parasites qui vivent aux dépens de l’organisme de votre animal de compagnie ne sont jamais les bienvenus et peuvent, outre l’inconfort qu’ils peuvent provoquer, être porteurs de graves maladies.

Au Québec, les chats comme les chiens peuvent être infectés par une multitude de parasites externes (puces, tiques, mites d’oreille, gale, etc., mais aussi internes (vers du coeur, vers plats, vers ronds, toxoplasmose, etc.) que la médecine vétérinaire est maintenant capable de contenir, soigner et prévenir. Un printemps hâtif, comme la météo semble le prévoir cette année, peut contribuer à une éclosion précoce des parasites, nécessitant de rester alerte plus tôt qu’à l’habitude.

Transmissible d’un animal à un autre par une piqûre de moustique, le vers du coeur, doit particulièrement être surveillé. Dans le cadre d’un récent sondage de l’AMVQ, 25 cas ont été déclarés en 2011.

«Les petites larves implantées par la piqûre du moustique se dirigent vers le coeur et forment des vers qui bloquent les artères et le système respiratoire. On a vu apparaître avec le temps doux des maringouins, ce qui est inhabituel pour un mois de mars. Quand arrivent les moustiques, la première chose à laquelle il faut penser, c’est la prévention du vers du coeur. Il y a déjà des cas diagnostiqués, ce qui est anormal à ce temps-ci de l’année, explique Michel Pepin, d.m.v. directeur général de l’Association des médecins vétérinaires en pratique des petits animaux.

Du côté des parasites externes, c’est la tique porteuse de la maladie de Lyme qu’il faut le plus craindre. La Montérégie représente la principale région à risque et la tique est établie ou en cours d’établissement dans au moins trois secteurs: les environs de la rivière Richelieu près de la frontière américaine, la Rive-Sud du fleuve Saint-Laurent entre Châteauguay et Longueuil et les environs des rivières Noire et Yamaska. Au Québec, environ 10% des tiques sont infectées par cette maladie provoquant de graves problèmes d’ordre neurologique et contre laquelle votre animal domestique devrait déjà être vacciné.

«Il y a déjà une vétérinaire qui m’a signalé il y a quelques jours qu’elle avait des cas de tiques. Mais s’il fait très froid dans les prochains jours, on n’en entendra plus parler», précise le docteur Pépin.

Mieux vaut prévenir

Qu’il s’agisse de parasites internes ou externes, la prévention et le traitement doivent être appliqués au cas par cas, selon les conseils de votre vétérinaire. Habituellement, les traitements s’échelonnent du 1er juin au 1er novembre.

En ce qui concerne les parasites externes, le traitement des puces et des tiques peut commencer plus tôt ou même être administré toute l’année. Un brossage régulier pourra aussi permettre de contrôler le pelage de votre chien ou de votre chat

 «Dès qu’il y a des sorties, des contacts avec d’autres animaux dans des parcs à chiens ou des chenils, il faut traiter pour éviter les parasites à la maison», dit le docteur Pépin.

Même précaution pour les parasites internes. Ainsi, un chien qui va en Floride l’hiver avec ses maîtres, devrait obligatoirement être traité.

«De plus, si on vit près de marécages, de la frontière américaine ou dans les Cantons-de-l’Est, il faut être vigilant. L’année dernière, près d’Ormstown, dans un rang d’environ cinq kilomètres, huit chiens ont été diagnostiqués positifs», ajoute-t-il.

Les médicaments actuels ne traitent pas que le vers du coeur, mais aussi l’ensemble des parasites internes beaucoup plus fréquents, une prise de sang annuelle permettra de s’assurer que l’animal n’a pas été affecté au cours des 12 derniers mois.

Ramasser les crottes de son chien peut aussi aider à diminuer les risques de transmission de parasites vivant dans l’intestin des animaux. Surtout que certains sont transmissibles à l’humain…

http://www.cyberpresse.ca

Une réponse à “Parasites: chercher la petite bête

  1. Moi j’ai été chanceuse avec mon petit chien: jamais rien attrapé de tout ça. C’est vrai qu’il n’avait pas de contacts avec d’autres animaux, même si je le promenais régulièrement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s