La SQ ouvre une enquête ►Des textos de mauvais goût


Il y a des gens qui ont du temps a perdre et aime dépenser les fonds publics pour satisfaire leur temps a faire autant d’idiotie, En plus de troubler la personne qui les reçoit, on ne peut que s’imaginer que ce n’est qu’une blague de très mauvais gout
Nuage


 

La SQ ouvre une enquête ►Des textos de mauvais goût

 

Des textos de mauvais goût

Crédit photo : Archives

Par Cynthia St-Hilaire | Agence QMI

Des textos mensongers envoyés à des gens au hasard donnent du fil à retordre à la Sûreté du Québec depuis deux semaines.

Ces textos font état d’un meurtre ou d’une agression grave qui viendrait tout juste de se produire. Le message est rédigé de façon à ce que la personne qui le reçoit croie qu’il lui est adressé par erreur.

«C’est comme si la personne s’adressait à un ami, mais qu’en l’envoyant elle se trompait de numéro, a indiqué Ingrid Asselin, porte-parole à la SQ. Ça dit, par exemple, « Salut mon chum, j’ai tué quelqu’un et j’ai jeté son corps à l’eau ».»

L’auteur du message prend également soin d’indiquer précisément l’endroit où le crime a été commis.

«La personne qui le reçoit contacte les policiers et on déploie plusieurs ressources comme des plongeurs, des bateaux, des hélicoptères, des maîtres-chiens, a expliqué Mme Asselin. On se doit de faire les vérifications dans ce type de situation. Le problème, c’est que si quelque chose d’autre se produit pour vrai, en même temps, il y a moins de ressources disponibles.»

La porte-parole n’était toutefois pas en mesure de chiffrer l’argent dépensé inutilement par la SQ pour ces canulars.

Trois régions touchées

Depuis deux semaines, une personne de l’Estrie, une de Trois-Rivières et une autre de Québec ont reçu l’un de ces textos.

«Chaque fois, on a déployé des services, mais aucun de ces événements n’était fondé, a déploré la porte-parole de la SQ. La personne qui pose de tels gestes peut être arrêtée pour méfait public.»

Enquête en cours

Les enquêteurs de la Division des crimes contre la personne de la SQ tentent de retrouver le ou les auteurs de ces textos.

Mme Asselin n’était pas en mesure de déterminer, vendredi soir, si les enquêteurs ont pu retracer le ou les numéros d’où provenaient les appels.

«L’enquête permettra de savoir s’il y a une façon d’utiliser un texto sans que ce soit le numéro de téléphone de celui qui l’envoie qui apparaisse ou si c’est possible de retrouver le propriétaire», a indiqué la policière.

http://tvanouvelles.ca

8 réponses à “La SQ ouvre une enquête ►Des textos de mauvais goût

  1. J’en reviens toujours à la même chose:La conne…(idiotie) humaine n’a pas de limites .
    Billet intéressant
    Merci
    Amitié
    F.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s