Critique


Il y a des gens qui n’ont pas la langue dans la poche pour lancer des critiques amères, mais peut-être qu’au lieu de sentir blessé, on pourrait plutôt penser que la personne est en réalité jalouse
Nuage

 

Critique

 

« Admire la personne qui te critique, car prisonnière de sa propre jalousie, elle ne fait que t’admirer. »
 
Sun Tzu

Publicités

Trisomie 21 – Ma belle Marie…


Une belle lettre d’amour avec un  grand A entre sa mère et sa fille. Sa fille qui lui a donne un bonheur inestimable a elle et à sa famille, même si à sa naissance, on doutait qu’un enfant comme elle pouvait faire la différence a cause d’un certain chromosome 21 et pourtant … Elle a fait  cette grande différence par sa présence, son amour, son partage et son sourire  C’est une réflexion aussi sur ce que nous voulons en temps que société … Dans l’histoire, des peuples ont été décimé car on disait d’eux nuisible .. et aujourd’hui, nous faisons une autre forme d’extermination, un peu plus sournoise …
Nuage

 

 

Trisomie 21 – Ma belle Marie…

 

 

Anik Larose – Mère de Marie Bélanger 31 mars 2012

Marie, ma fille, ma belle adolescente… Tu auras 17 ans le 19 avril prochain. Comme la vie va, comme le temps est bon et nous donne, jour après jour, la chance de nous connaître mieux, de nous aimer encore plus. Tu es arrivée dans ma vie le jour de mes 29 ans. J’avais tout préparé: ta chambre, mon cœur de maman, une belle vie heureuse avec un papa qui t’aime et t’ouvre grands les bras.

Mais tu es arrivée avec un petit quelque chose en plus, un chromosome accroché bien malgré nous à la 21e paire… Tu es porteuse d’une trisomie 21. Ce fut un choc. Ton père et moi avions du mal à comprendre pourquoi la vie nous présentait cette épreuve. Et puis, tout doucement, tu es venue te blottir dans mes bras et notre fabuleuse histoire d’amour a commencé. Tu m’as regardée droit dans les yeux et j’ai senti que tu me demandais de t’aimer comme tu étais et qu’ensemble, nous franchirions les obstacles un à un, avec la conviction que ta vie serait remplie, valorisante et ancrée dans notre communauté.

Le temps a fait son oeuvre. Un frère et une soeur sont venus dans ta vie. Comme tu es une soeur aimante et attentive pour eux! Malgré les petites chicanes d’une famille pleine de vie, ils te le rendent bien. Par ta seule présence, tu nous as permis de nous révéler à nous-mêmes, tu as fait de nous des personnes plus ouvertes, plus tolérantes, plus respectueuses des différences.

Nous t’en serons toujours reconnaissants, ma belle Marie.

Prendre ta place, celle qui te revient

Tu as fréquenté la garderie avec beaucoup de bonheur. Tu aimais tellement jouer avec tes amis et apprendre mille choses qui t’auront été très utiles sur le chemin de l’école primaire. Avec ces mêmes camarades, tu as fait ton entrée à la grande école comme les enfants de ton âge. Dans cette école de quartier, tu as appris à lire, à compter et à prendre de l’autonomie. En retour, tu as laissé ta marque dans cette école et auprès de ces élèves qui seront certainement beaucoup plus réceptifs aux personnes qui vivent comme toi avec une déficience intellectuelle.

Tu étais un petit rayon de soleil et sur ton passage, bien des adultes ont dû remettre en question leur approche face aux enfants ayant des besoins particuliers. Crois-moi, Marie, il y en a des adultes qui ont du mal à comprendre que tu n’enlèves rien à personne mais que tu souhaites juste prendre ta place, la place qui te revient…

Et aujourd’hui, tu es au secondaire. Tu continues de nous épater. Comme un coffre aux trésors, tu nous fais découvrir toutes les facettes de ta personnalité, tes forces et ta détermination afin de franchir les obstacles.

Dépistage prénatal

Mais au même moment où tu poursuis ta route avec toute l’énergie qu’on te connaît, notre société bien-pensante considère Marie que ta vie ne vaut rien… Bien entendu, on ne l’exprime pas ainsi. On met en place un programme public de dépistage prénatal de la trisomie 21 afin de permettre aux femmes enceintes de connaître la probabilité que leur bébé soit porteur de cette «tare génétique».

Si ces tests étaient faits afin de permettre de contrer les effets du chromosome supplémentaire et de guérir ces enfants à naître, je ne pourrais que louanger cette initiative. Bien malheureusement, il n’en est rien. C’est bien pour les éliminer et «épargner» à la société ces personnes handicapées qui ultimement sont perçues comme coûtant beaucoup trop cher et rapportant trop peu.


Le 16 avril prochain, c’est au tour de la région de Laval de déployer ce programme public, la ville où nous vivons. En 2012, on veut dépister la trisomie 21 mais, dans les prochaines années, ce sera le tour de quelle différence? Que dira le corps médical à toutes ces futures mamans qui seront inquiétées très souvent pour rien? Est-ce que les enfants dans le ventre de leur mère devront recevoir l’aval de la médecine pour avoir le droit de vivre? Quoi te dire face à la société qui te crie haut et fort que, si elle avait eu la possibilité il y a 17 ans de dépister ta différence, tu ne ferais pas la joie de ta famille aujourd’hui?

Regarde-moi bien, Marie… Dans mes yeux tu verras tout l’amour d’une mère pour sa fille. Tu oublieras peut-être que les humains sont calculateurs et intransigeants. Il faudra encore se battre et prouver la pertinence de ta venue en ce bas monde. Et si seulement on prenait la peine de savoir qui tu es, peut-être que les savants calculs de nos décideurs sur les coûts/bénéfices prendraient le large? N’est-il pas vrai qu’une société civilisée, c’est une société qui accueille et prend soin des plus vulnérables?
***
Anik Larose – Mère de Marie Bélanger

http://www.ledevoir.com

10 trucs à faire avec de l’eau gazeuse


Beaucoup savent que la boisson gazeuse est utilisé pour nettoyer des objets rouillées mais, pour l’avoir essayer il est très utile pour cuire la viande comme des côtes de boeuf que l’on fait mijoter dans moitié eau, moitié cola, pendant une heure égoutter et finir la cuisson dans le four … très tendre, on peut l’employer pour le poulet. Il est aussi utile pour les plantes oui oui les plantes
Nuage

 

10 trucs à faire avec de l’eau gazeuse

 

S’il vous reste un peu d’eau gazeuse à la maison, pourquoi ne pas l’utiliser à de bonnes fins. Que ce soit à la préparation du déjeuner ou pour enlever la rouille, il est toujours bon d’avoir de l’eau gazeuse sous la main.

Tiré de Produits ordinaires, usages extraordinaires, Sélection du Reader’s Digest, 2007

Les restes d’eau gazeuse peut vous servir à nettoyer à peu près n’importe quoi!

 

1. les crêpes et les gaufres

 

Si vous aimez les crêpes et les gaufres légères, remplacez le lait par de l’eau gazeuse. Vous serez surpris du résultat !

2. Reminéraliser les plantes

 

Ne jetez plus l’eau gazeuse qui ne pétille plus ; utilisez-la pour arroser vos plantes. Les minéraux présents dans ce type d’eau favorisent la croissance des plantes vertes. Pour un apport optimal, répétez l’opération chaque semaine.

3. Ouvrir les huîtres

Lorsque les huîtres vous résistent, laissez-les tremper quelques instants dans de l’eau gazeuse, elles seront plus faciles à ouvrir.

4. Nettoyer acier inoxydable, porcelaine, réfrigérateur…

Versez de l’eau gazeuse directement sur le plan de travail ou l’évier en acier inoxydable. Essuyez avec un chiffon doux et rincez à l’eau chaude. Séchez en frottant avec le chiffon. Pour nettoyer de la porcelaine, frottez-la avec un chiffon doux humecté d’un peu d’eau gazeuse. Nul besoin de savon ni de produit de rinçage. Pour le réfrigé­rateur, utilisez un mélange d’eau gazeuse et de sel.

5. Astiquer le pare-brise de la voiture

Gardez toujours un vaporisateur rempli d’eau gazeuse dans le coffre de la voiture. Les bulles vous faciliteront la tâche pour nettoyer les déjections d’oiseaux et les traînées grasses qui souillent parfois le pare-brise

6.  Nettoyer les bornes d’une batterie

Presque tous les sodas contiennent du dioxyde de carbone. Or ce gaz contribue à éliminer les taches et la rouille, même sur une batterie de voiture. Versez un peu de soda sur les bornes de la batterie. Laissez agir puis nettoyez avec une éponge humide.

7. Dévisser un boulon rouillé

Pour dévisser facilement un boulon grippé par la rouille, imprégnez un chiffon de soda et enroulez-le bien serré autour du boulon. Laissez agir quelques minutes.

8.  Faire durer un bouquet de fleurs coupées

 

Versez un fond de bouteille de soda dans le vase. Le sucre qu’il contient prolongera la vie des fleurs. Si le vase est transparent, mieux vaut opter pour un soda incolore, comme le Sprite ou le 7-Up.

 

9. Attendrir un jambon (ou autre viande : nuage)

Pour que votre jambon soit plus moelleux, versez ½ canette de soda au cola dans le plat de cuisson au moment d’enfourner.

10.  Nettoyer des pièces de monnaie

 

Si vous collectionnez les pièces de monnaie, nettoyez-les en les faisant tremper dans du soda au cola. Évitez néanmoins cette technique avec les pièces très anciennes ou de grande valeur.

http://selection.readersdigest.ca

Le code ravageur des criquets


Certains savent qu’un rassemblement de criquets peut être dramatique pour des cultures Il semble que les chercheur ont réussit a comprendre le code de couleur selon la densité de la population de ces insectes
Nuage

Le code ravageur des criquets

Les scientifiques le savaient: le criquet nomade, ce grand ravageur de cultures en Afrique, change de couleur quand il se déplace en nuée.

Des chercheurs du CIRAD, à Madagascar, vont plus loin. Ils précisent que la coloration évolue sur le corps des insectes à mesure que leur densité augmente.

Au cours d’un rassemblement préalable à une invasion, une petite tache noire apparait sur le fémur des insectes lorsque leur densité est 10 criquets par mètre carré,

et la tête vire à l’orange-rouge lorsqu’elle atteint 30 insectes par mètre carré. Et,

à 100 insectes par mètre carré, le corps entier passe à l’orange brillant.

Pour prévoir les prochaines invasions, les chercheurs espèrent utiliser ce code de couleurs

7 Jours/Extra/La science à coeur/Science en Stock/février 2012

L’avenir du sou noir est aussi incertain aux É.-U.


Les États-Unis vont-il emboîter le pas d’éliminer la cenne noire, il semblerait que pour une fois des américains trouvent que le gouvernements canadiens a eu une bonne idée .. ( Budget fédéral ►Finis les sous noirs)  alors que d’autres qui ont toutes les misères a acceptez le  un dollars en pièces de monnaie, croyez-le ou non y voient un complot communisme .. Mais qu’en fait c’est que des personnes y voient une grosse pertes d’argent dans la vente de leur métaux pour fabriquer les pièces de monnaie
Nuage

 

L’avenir du sou noir est aussi incertain aux É.-U.

 

WASHINGTON – La décision du gouvernement canadien de faire disparaître progressivement la «cenne noire» a relancé aux États-Unis le débat sur la pertinence de la vénérable pièce de monnaie.

La décision canadienne a été encensée, vendredi, notamment sur la page Facebook du groupe Citizens for Retiring the Penny, dont le slogan est «N’est-il pas agaçant?».

«Si le Canada peut le faire, pourquoi pas nous?», demande Aaron R. Piven.

«Bravo!, ajoute un internaute. Le Canada a pris la bonne décision! Espérons que les États-Unis fassent bientôt de même.»

L’idée d’éliminer la pièce d’un cent, qui porte l’effigie de l’ancien président Abraham Lincoln, est discutée depuis des années aux États-Unis, où la production d’un sou coûte… 2,4 cents US.

Le journaliste David Owen — qui s’est déjà prononcé en faveur de l’abolition du cent et a jadis louangé la décision du Canada d’aussi retirer les billets de 1 $ et 2 $ — a de nouveau félicité le Canada pour sa position innovatrice.

«Le Canada est et a été un pionnier, et ce à plusieurs chapitres, y compris en éliminant le billet de 1 $, en utilisant des métaux différents et moins dispendieux — des choses que les Américains hésitent à faire, a-t-il dit lors d’une entrevue accordée vendredi. Je ne sais pas si les Américains se feront jamais à l’idée. Il y a un lien sentimental envers le sou (…) Nous en voudrons probablement tant que nous continuerons à utiliser du liquide, tant que les gens ne paieront pas avec leur téléphone cellulaire.»

Le lobby américain du zinc compte parmi les principaux opposants à la disparition du sou noir, tout comme les lobbyistes du nickel s’opposent à l’abolition de la pièce de cinq cents. Un autre groupe, Americans for Common Cents, affirme que la disparition du sou nuirait aux consommateurs, en incitant les détaillants à arrondir leurs prix vers le haut — une hypothèse ridiculisée par M. Owen.

«L’idée que vous allez être exploités par les marchands, qu’ils factureront quelques cents de plus sans le sou — ce n’est pas le cas. La plupart des marchands sont heureux d’arrondir leurs prix en votre faveur. Ils ne veulent simplement plus avoir à gérer le sou», a-t-il dit.

M. Owen reconnaît que les Américains semblent allergiques au changement, citant en exemple la piètre réception accordée à la pièce de 1 $.

«Un des problèmes — en plus du fait que certains Américains pensent que c’est un complot communiste —, c’est que le dollar ressemble de près à la pièce de 25 cents. Il ne circule donc pas librement et quand les gens en obtiennent un, ils le gardent comme si c’était un objet rare, a-t-il expliqué. Contrairement à ce qu’on voit ailleurs, il ne semble pas y avoir ici de réaction rationnelle aux changements liés à la monnaie.»

http://actualites.ca.msn.com

Forêts du Québec : Le carcajou pourrait revenir


Avez-vous déjà vu un carcajou ? Il semble qu’il habitait nos forêts mais maintenant c’est une espèce en voie de disparition … Cependant il est possible qu’ils reviennent au bercail en Abitibi-Témiscamingue .. et cet animal a l’avantage d’être un charognard donc il est aussi très utile
Nuage

 

Forêts du Québec : Le carcajou pourrait revenir

Forêts du Québec - Le carcajou pourrait revenir

On ne l’a pas vu au Québec depuis plus de 30 ans, mais le Service canadien de la faune met en place un Programme de rétablissement du carcajou de l’est du Canada.

© COURTOISIE / Zoo Sauvage de St-Félicien

VAL-D’OR – On ne l’a pas vu au Québec depuis plus de 30 ans, mais le Service canadien de la faune met en place un Programme de rétablissement du carcajou de l’est du Canada. Une consultation publique a d’ailleurs eu lieu lundi et mardi à Val-d’Or.

Le carcajou est un charognard qui se nourrit de carcasses laissées dans la forêt. C’est une espèce très timide qui ne se montre pas facilement. Le carcajou de l’est a été désigné espèce en voie de disparition en 2003. En fait, la dernière preuve de sa présence au Québec remonte à 1978.

Le document de planification du rétablissement a été notamment présenté à plusieurs groupes d’intérêt tels que des motoneigistes, des trappeurs, des écologistes et des chercheurs dans le but de connaître leur opinion.

«De par leurs connaissances du terrain, les gens peuvent nous aider à avoir le meilleur document de rétablissement possible», a indiqué Alain Branchaud, biologiste au Service canadien de la faune. Par la collaboration entre les scientifiques et les citoyens qui fréquentent le territoire potentiel du carcajou, on aura une meilleure chance de rétablissement.

Le carcajou est encore présent en Ontario et dans l’Ouest du Canada. On estime que la population de l’est (Québec et Labrador) pourrait être rétablie par un effet rescousse, c’est donc dire de façon naturelle par migration.

Mauvaise réputation

Pour diverses raisons relevant souvent du mythe, le carcajou possède une mauvaise réputation. C’est pourquoi le Service canadien de la faune mise beaucoup sur l’acceptabilité sociale de l’espèce afin d’assurer son rétablissement dans l’est du pays.

«Nous avons ciblé l’Abitibi-Témiscamingue pour notre consultation publique parce que c’est la première région par laquelle la recolonisation naturelle se fera en provenance de l’Ontario», a indiqué M. Branchaud.

D’ici quelques mois, la proposition du programme de rétablissement révisée suite aux consultations sera déposée au Registre public des espèces en péril. Il y aura alors une consultation publique de 60 jours afin de recueillir à nouveau les opinions des gens sur le programme de rétablissement. Le Service canadien de la faune élaborera par la suite un plan d’action afin de ramener le carcajou dans les forêts du Québec.

«On souhaite statuer sur une population résiduelle de carcajou de l’est d’ici cinq ans», a indiqué M. Branchaud.

Le Service canadien de la faune travaille en étroite collaboration avec le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec.

Par ailleurs, à ceux qui rencontreront un carcajou en forêt, il est demandé d’accumuler les preuves de sa présence, notamment des photos de l’animal et des traces de pas, ou de recueillir des poils. Et par la suite, il faut contacter le service régional du ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

http://fr.canoe.ca

La Sarre: Jean-Aimé Marenger retrouve sa mère après 68 ans


Imaginer de retrouver sa mère biologique dans la soixantaine et qu’elle soit toujours vivante. Cela est une surprise quand on a été orphelin dans le temps de Duplessis ou les enfants de mère célibataires pour étaient souvent mit dans institutions psychiatriques. Ils n’ont pu se voir malgré que sa mère a voulu le reprendre mais on lui a menti, on moins ils ont pu communiquer a travers des missives …
Nuage

 

 

La Sarre:  Jean-Aimé Marenger retrouve sa mère après 68 ans

 

Jean-Aimé Marenger retrouve sa mère après 68 ans

Crédit photo : Agence QMI

Jean-Aimé Marenger, de Macamic, a retrouvé sa mère, en 2011, 68 ans après en avoir été séparé après sa naissance. Ces retrouvailles ont eu lieu par l’entremise d’une intermédiaire, Nadia Gagnon

Par Yvon Audet | Agence QMI

Jean-Aimé Marenger, de Macamic, connu sous le surnom de Ti-Mé, a retrouvé sa mère, en 2011, 68 ans après en avoir été séparé après sa naissance. Ces retrouvailles ont eu lieu par l’entremise d’une intermédiaire, et elles ont été rendues possibles grâce au dévouement d’une concitoyenne, amie et confidente du sexagénaire, Nadia Gagnon.

«M. Marenger m’a connue à l’époque où je travaillais dans un restaurant de Macamic, a raconté la dame. Quand j’ai changé d’emploi, il continuait à venir chez nous pour prendre de nos nouvelles. Il me parlait souvent qu’il pensait être un « enfant de Duplessis » et qu’il n’avait pas connu ses parents biologiques. En mars 2011, je lui ai proposé de l’aider à faire les démarches pour tenter de les retracer et il a accepté tout de suite.»

Il savait une seule chose : le couple de Val-St-Gilles qui l’avait adopté en bas âge avait été le chercher à Québec.

Sa mandataire désignée a fait des démarches au près du Centre Jeunesse (CJ) de Québec qui a confirmé par lettre à M. Marenger qu’il est né le 26 juillet 1943 à la Clinique privée St-Joseph et a été transféré à deux reprises avant son adoption.

La travailleuse sociale du CJ de Québec, Lucie Méthot, a ensuite contacté M. Marenger.

« Elle m’a annoncé que ma mère était vivante et aurait 88 ans», a enchaîné le sexagénaire.

«Quand Mme Méthot a expliqué à la dame que quelqu’un la recherchait, qu’on avait retrouvé son fils et qu’il avait 68 ans, cette dernière aurait répondu «non» parce qu’elle pensait avoir eu une fille et que les gens lui avaient dit que [sa fille] était décédée quand elle est retournée pour la chercher, a précisé Nadia Gagnon. La dame s’est mariée par la suite, mais n’a jamais eu d’autres enfants.»

Échange de correspondance

M. Marenger a expédié quelques lettres à sa mère, avec des photos et des médailles, à l’automne 2011 et au début de 2012, et celle-ci a fait de même, toujours en passant par la travailleuse sociale.

«Elle a beaucoup de regret et de peine, a dit son fils. J’ai su qu’elle était une artiste. Elle m’a avoué qu’elle était en phase terminale à la suite d’un cancer des os. Ma mère m’écrit, dans une lettre: « On ne s’est pas vu sur Terre, mais on va se voir de l’autre bord. »»

Sa dernière missive remonte à janvier 2012.

«Elle est la seule vivante parmi les 15 enfants de sa famille, a précisé Mme Gagnon. Quant au père de Jean-Aimé, il est mort à 45 ans.»

Indemnité refusée

Le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec a refusé d’accorder une indemnité à Jean-Aimé Marenger, de Macamic, à l’intérieur du Programme national de réconciliation avec les orphelins et orphelines de Duplessis, pour les sévices subis pendant les années qu’il a vécues dans des orphelinats, parce qu’il ne se trouvait pas dans un des neuf établissements visés par le programme.

M. Marenger et sa mandataire ont rencontré le député d’Abitibi-Ouest, François Gendron, pour lui demander son aide. Il a accepté d’emblée et devait remettre le dossier en main propre à la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Julie Boulet.

«Nous remercions M. Gendron pour son support et nous attendons une réponse à notre demande de révision», a dit Mme Gagnon.

http://tvanouvelles.ca