Aujourd’hui le temps …


Tout ce temps devant nous qu’il passe discrètement, sans tambour ni trompette. Alors qu’on veut plus de temps sans prendre le temps de vivre ce moment
Nuage

Aujourd’hui le Temps …

Aujourd’hui, on ne prend plus le temps. C’est le temps qui nous prend. On passe son temps à chercher du temps. On passe le temps à fuir le temps.
 
Patrice Pluyette

Un simple geste


Un simple geste pour ensoleiller une journée, mettre un brin de couleur dans la vie d’une personne, orienté dans la bonne direction un jeune, Il y a tellement de chose que nous pouvons faire et qui pourrait changer le cours des choses .. sans que cela ne coute nécessairement une fortune. En fait juste un peu de temps et le don de nous même est suffisant
Nuage

Un simple geste 

Tout le monde peut accomplir
De grandes choses… parce que
Tout le monde peut servir.

Vous n’avez pas besoin d’un diplôme
Universitaire pour servir
.

Vous n’avez pas besoin d’accorder
Le verbe avec le sujet pour servir
.

Vous avez simplement besoin
D’un cœur plein de grâce.

D’un âme régénérée par l’amour.

(Auteur inconnu)

Une nature, une photo


Un oiseau, une mer, la lumière, même l’araignée sont des sujets que les photographes démontre leur savoir faire
Nuage

Une nature, une photo

Les yeux verts

© Sébastien Chambre


La mer l’emportera

© Jean Sauvaget


Première gelée

© Marianne Le Gourrierec


Eléphant à contre-jour

© Daniel LAMOUREUX


Rainette verte

© Sylviane NATOLI


Soleil dans la brume

© Edgard Floor


Hors saison

© Gilles BOISSET


Le rouge gorge

© JEAN BOUILLARD


La lumière de l’Est

© Jean SAUVAGET


http://www.linternaute.com

Le mystère des Oiseaux d’Hitchcock ne fait plus l’ombre d’un doute


Je trouve que ces explications sont beaucoup plus plausibles sur les hécatombes de poissons, d’oiseaux que la désorientation ou encore les feux d’artifices .. L’empoisonnement  a mon humble avis,  pourrait alors cibler une espèces plus qu’une autre …quoiqu’ils peut avoir d,autres raisons comme pour les harengs en Norvège Des milliers de harengs s’échouent mystérieusement en Norvège mais il faudrait surement d’autres études pour avoir la réponse 
Nuage

Le mystère des Oiseaux d’Hitchcock ne fait plus l’ombre d’un doute

 

Les Oiseaux, le film-catastrophe d’Alfred Hitchcock, a suscité, dès sa sortie en 1963, une myriade de questions à propos de l’explication de ces milliers d’oiseaux de mer agressant les humains puis se jetant sur la façade des immeubles.

Pourquoi ces oiseaux ont-ils eu un tel comportement? Le fait divers sur lequel s’est appuyé Hitchcock vient d’être expliqué par une équipe de chercheurs américains affirmant qu’une telle hécatombe proviendrait de la consommation d’une algue empoisonnée, révèle l’étude publiée le 22 décembre 2011 par Nature Geoscience.

Lorsqu’en août 1961, Hitchcock prépare l’adaptation cinématographique de la nouvelle Les Oiseaux, écrite par la romancière britannique Daphne du Maurier, il a écho d’un surprenant fait divers survenu dans la ville de Santa Cruz, sur la côte californienne, rapporte Pierre Barthélémy sur son blog Passeur de sciences hébergé par LeMonde.fr.

Seulement, dans Les Oiseaux, Hitchcock omet sciemment de révéler quelconque cause du comportement suicidaire de ces oiseaux marins (des puffins fuligineux), afin que «le rationalisme scientifique ne vienne pas rassurer le spectateur».

En marge du film, la première explication avancée était que les oiseaux s’étaient simplement égarés dans la brume nocturne, et qu’ils ont été attirés par les lumières de la ville. Mais l’explication n’était guère satisfaisante à l’aune du nombre d’oiseaux morts.

L’étude réalisée par une équipe d’océanographes de l’université de Louisiane met à plat cette hypothèse.

Pour cela, ils ont mis en perspective un événement semblable survenu en 1991, pendant lequel des pélicans bruns désorientés ou mourants ont été retrouvés dans la même région. La cause avancée par les chercheurs est une toxine, l’acide domoïque, produit par les algues.Ces algues microscopiques ont été découvertes dans les estomacs des poissons de la zone, que mangeaient les pélicans.

L’étude explique que «l’acide domoïque, en se substituant au glutamate dans le cerveau des oiseaux et des mammifères, peut provoquer des confusions, des désorientations, des convulsions, le coma ou la mort».

Aussi, chez l’homme, l’intoxication due à l’ingestion de coquillages contaminés produit des effets néfastes sur la santé, pouvant aller parfois jusqu’au décès.

L’explication du «phénomène des oiseaux» serait qu’en raison de conditions marines et météorologiques particulières, une floraison d’algues s’est produite en mer, conduisant à une présence importante de ces algues, dont les petits poissons se sont gavés.

L’acide domoïque s’est concentré dans la chaîne alimentaire et a conduit à l’empoisonnement de ces oiseaux migrateurs se nourrissant dans ces eaux. Enfin, les volatiles, perturbés par leur intoxication alimentaire et non par le brouillard, sont venus percuter la côte.

Photo: AlfredHitchcock via El Matador / Wikimedia Common

http://www.slate.fr/

Des requins hybrides découverts en Australie


Les requins ont-ils décidé par instinct de renforcir leur génétiques en s’alliant avec d’autre requins provenant d’ailleurs dans le monde ? Il semble que ces requins peuvent maintenant élargir leur territoire dans des eaux même plus froide .. Ont-ils voulu ainsi se préparer a de grand changement climatique ?
Nuage

 

Des requins hybrides découverts en Australie

 

Des descendants hybrides du requin à pointe noire ont été retrouvés dans des eaux beaucoup plus froides.

Photo: AFP/NSWDPI

Agence France-Presse
Sydney

Des scientifiques ont annoncé mardi avoir découvert les premiers requins hybrides au monde dans les eaux australiennes, signe probable, selon eux, que ces prédateurs s’adaptent au changement climatique.

La reproduction croisée du requin australien à pointe noire, qu’on trouve près des côtes de ce pays, avec celle du requin à pointe noire trouvé ailleurs dans le monde, a des implications pour l’ensemble de ces animaux, a estimé le chercheur Jess Morgan, de l’université du Queensland.

«C’était très surprenant car personne n’a encore vu de requin hybride auparavant. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut imaginer facilement», a-t-il dit à l’AFP. «C’est l’évolution en direct».

Les premiers résultats de l’étude suggèrent que les hybrides sont robustes et parviennent à se reproduire, a ajouté Colin Simpfendorfer, de l’université James Cook, qui a participé aux travaux de recherches.

Les scientifiques ont étudié 57 spécimens de ces requins hybrides.

Les chercheurs effectuaient des travaux au large de la côte est de l’Australie, pour répertorier la faune, lorsque des tests génétiques ont montré que certains requins appartenaient à une espèce donnée alors qu’ils avaient les caractéristiques physiques d’une autre espèce.

Le requin à pointe noire australien est plus petit que son cousin plus commun et ne peut vivre que dans des eaux tropicales. Ses descendants hybrides ont en revanche été retrouvés à 2000 km vers le sud, dans des eaux beaucoup plus froides.

En se reproduisant avec l’espèce commune, le requin australien accroit son habitat naturel, a expliqué Jess Morgan.

«Cela permet à des espèces limitées aux eaux tropicales de vivre dans des eaux plus tempérées», a-t-il ajouté.

Si les spécimens hybrides se révèlent plus robustes que leurs parents «de pure race», ils pourraient les remplacer petit à petit, a ajouté Colin Simpfendorfer.

«Je ne sais pas si c’est le cas ici, mais nous savons qu’ils sont viables, qu’ils se reproduisent et qu’il y a plusieurs générations d’hybrides», a-t-il déclaré. «Ils semblent être des animaux tout à fait sains».

Ces requins hybrides étaient nombreux, représentant dans certains endroits jusqu’à 20% de la population totale de requins à pointe noire évoluant près des côtes australiennes. Mais ils ne semblent pas pour le moment provoquer une baisse de la population de leurs parents de pure race, a noté Jess Morgan.

http://www.cyberpresse.ca

États-Unis → Un billet de 1 million $ à la caisse


Me semble qu’il a pris un risque vraiment stupide en voulant passer un billet de 1 million de dollars américain. T’sais veux dire !!!! Faudrait vraiment être idiot de croire qu’un tel billet existe que ce soit ici au Canada qu’au USA
Nuage

États-Unis → Un billet de 1 million $ à la caisse

Un billet de 1 million $ à la caisse

Crédit photo : TVA Nouvelles

Par TVA Nouvelles | d’après l’Agence QMI

Un homme qui souhaitait acheter un aspirateur et un micro-onde dans un Wal-Mart de Caroline du Nord a tenté de payer ses achats avec un billet de 1 million de dollars.

Michael Anthony Fuller, 53 ans, souhaitait ainsi payer sa facture de 476$ avec ce billet, qui pourtant n’existe pas au pays de l’Oncle Sam.

L’homme a insisté pendant un long moment sur l’authenticité de son billet, mais les employés du magasin de Lexington ont choisi plutôt d’appeler les policiers.

Selon le Winston-Salem Journal, l’homme s’est contredit devant les forces de l’ordre en affirmant qu’il n’avait jamais été question d’un tel billet.

L’individu a tout même été accusé de tenter d’obtenir un bien au moyen de la contrefaçon.

En 1969, le gouvernement fédéral américain a retiré de la circulation les billets de 500$, 1000$, 5000$ et même ceux de 10 000$.

http://tvanouvelles.ca