Coût des aliments en hausse de 5,2% ►Un panier d’épicerie qui coûte cher


C’est décourageant faire l’épicerie aujourd’hui, et ce même si l’ont fait attention a ce qu’on achète, qu’on n’achete pas de produit transformer. Ce que je trouve plus insultant c’est que même les produits de base sont vraiment trop cher J’ai comme l’impression que la malbouffe a le beau jeu dans tout cela
Nuage

Coût des aliments en hausse de 5,2% ►Un panier d’épicerie qui coûte cher

Un panier d'épicerie qui coûte cher

Crédit photo : Archives TVA Nouvelles

 

Par Héloïse Archambault | Le Journal de Montréal

La facture du panier d’épicerie est de plus en plus salée pour les consommateurs, une conséquence directe de la hausse du coût des aliments de 30 % depuis 10 ans au Canada.



«C’est vraiment plus cher», croit Dominique Leclerc, rencontrée dans un supermarché de la Rive- Sud près de Montréal.

«Pendant longtemps, mon épicerie me coûtait 50 $ par semaine. Maintenant, c’est au moins 60 $ ou 70 $, ajoute Gisèle Saint-Arnaud. Et je n’ai pas changé mes habitudes.»

Les statistiques des prix des aliments confirment une tendance que bien des consommateurs ont certainement remarquée depuis quelques années : le panier d’épicerie coûte plus cher.


Hausse de 30 % depuis 2002


Depuis l’an dernier seulement, le coût des aliments a augmenté de 5,2 %, indiquent les récentes données émises par Statistique Canada.


Parmi les plus importantes hausses, le coût de la farine, des oeufs et des pommes de terre a grimpé de 15 % en 2011, par rapport à l’an dernier.


«Les poutines vont coûter plus cher», ironise Sylvain Charlebois, chercheur en distribution et politiques agroalimentaires à l’en Ontario.


Depuis 2002, les prix ont même augmenté de 29,4 %, relate ce spécialiste.

«Ce n’est pas compliqué, tout est plus cher. L’ère où l’alimentation était abordable est terminée, dit-il. Par contre, il faut dire qu’il y a un certain rattrapage. Dans les années 1990, les aliments étaient très peu chers.»

À titre d’exemple, le prix du pain a bondi de 81 % depuis 10 ans, et celui des pâtes de 55 %.


Changer ses habitudes


Afin de compenser cette hausse, plusieurs consommateurs rencontrés disent avoir modifié leurs habitudes.


«Je regarde les prix et je cuisine selon les rabais, avoue Sylvie Douesmard, une mère d’une famille. Ce n’est pas qu’on n’a pas les moyens de payer, mais je ne veux pas dépenser pour rien.»

 

«Avant, je ne regardais jamais les spéciaux, mais maintenant, je découpe les coupons et j’achète selon les rabais,ajoute Dominique Leclerc. J’ai aussi arrêté d’acheter des produits biologiques. C’est dommage, mais c’est rendu trop cher.»

Du côté de l’Association coopérative d’économie familiale de l’est de Montréal, l’impact de la hausse des prix sur les gens démunis est tangible.



«L’épicerie est souvent ce qui passe après tous les frais fixes, donc ils vont couper dans la quantité de nourriture ou dans la qualité, explique Anne-Marie Millaire, conseillère budgétaire. C’est sûr qu’ils sont plus affectés que les autres.»

Un peu de répit en 2012


Les consommateurs devraient toutefois profiter d’un répit l’an prochain. Selon Sylvain Charlebois, l’augmentation du coût des aliments ne devrait pas dépasser 2 % en 2012.

«Il y a plusieurs facteurs qui entrent en ligne de compte, dont le ralentissement de l’économie mondiale, la baisse du coût du transport et la force du dollar canadien.»

http://tvanouvelles.ca/

4 réponses à “Coût des aliments en hausse de 5,2% ►Un panier d’épicerie qui coûte cher

  1. Nous avons les mêmes problèmes ici de plus nous avons changé la monnaie il y 10 ans du Franc à Euro certain article qui couté 1 franc à l’époque est aujourd’hui à 1 euro ce qui veut dire que le prix a été x 6.5 fois en 10 ans notamment pour le pain et le beurre.
    Le problème c’est que tous augmentent sauf nos salaires forcement il arrive à un moment donné où cela ne passe plus.

    • J’ai lu a quelque part qu’on se demandait si l’euro ne serait pas en voie de disparition mais j’en doute c’est difficile de revenir en arriere

      Chez nous ils ont été subtile pour un temps … au lieu d’augmenter ils avaient rapetisser par exemple les contenants comme les yogourts sans changer le prix mais c’était psychologique plus qu’autre chose …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s