Quand l’intimidation se transforme en création


Rendre le négative vers le positif, n’est pas une création qui mérite d’être soulignée ? Quoi de plus vrai qu’une victime qui réalise un film expliquant l’enfer de l’intimidation
Nuage

Quand l’intimidation se transforme en création

 Période infernale - Quand l'intimidation se transforme en création

© Agence QMI / Archives

Agence QMI

Une victime de l’intimidation, Adam Tanguay, dénonce au grand jour et au grand écran son calvaire. Le film, Période infernale, raconte ses souffrances avec l’objectif d’éviter que d’autres jeunes subissent ce même supplice.

Adam Tanguay a longtemps été victime d’intimidation à l’école, et ce, dès le primaire. À chaque fois qu’Adam ouvrait la bouche, il se faisait niaiser, démolir et harceler à cause de son problème de langage. Il est rapidement devenu le souffre-douleur de l’école.

Il a changé d’école, de secteur, mais le mal suivait Adam partout. Il n’en parlait pas à la maison.

«Les gens se moquaient de moi. J’avais peur», a-t-il dit.

«Honnêtement, j’aurais voulu être un magicien pour disparaître et en faire disparaître, tellement c’est devenu insupportable, a-t-il souligné. Ça fait vraiment mal. J’aurai voulu avoir une blonde, des amis. Tu n’es jamais invité par personne, tu es toujours seul. Je ne pouvais pas vivre le présent, je rêvais au futur.»

Même à l’école de soudure, on lui inflige un coup de métal sur la tête.

Après des années de souffrance, Adam rompt non seulement son silence, mais il le fait au grand jour en produisant un film, Période infernale, avec Michel Dubé, intervenant social à la Commission scolaire des Trois-Lacs.

Ça commence avec quelques mots…

Adam et Michel ressemblent à deux adolescents complices. Pourtant, l’un est dans la cinquantaine et l’autre est âgé de 24 ans. L’intimidation et ses conséquences dramatiques sont à la base de leur amitié et de ce projet cinématographique.

Il y a deux ans, Adam jetait ses réflexions sur son calvaire sur papier, lorsqu’il a croisé Michel Dubé. L’intervenant est lui-même un ancien décrocheur qui s’est repris en main et qui vient maintenant en aide aux étudiants. Michel a fait ce que peu d’autres ont fait pour Adam: l’écouter.

«Tant que tu ne connais pas la personne, on ne connaît pas sa valeur», a-t-il expliqué.

Adam n’avait jamais osé parler de son enfer.

«Tu te refermes, tu refoules et tu accumules un retard pédagogique que je n’ai toujours pas rattrapé aujourd’hui», a raconté le jeune homme.

Mais, Michel l’a convaincu que son texte pourrait se transformer en un film sur les conséquences catastrophiques de l’intimidation.

«Quand il m’a montré son scénario, j’ai dit: wow! J’ai aimé ça parce que ça ressemblait à la réalité», a raconté l’intervenant. «Ça fait assez longtemps que je connais ça.»

Ensuite, tout a rapidement déboulé.

Le duo a soumis le projet au Forum jeunesse de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent où ils ont obtenu une subvention. La commission scolaire des Trois-Lacs a accepté que le film soit tourné sur le campus de l’école secondaire de la Cité-des-Jeunes à Vaudreuil-Dorion. Un réalisateur, Dominic Bouffard, s’est joint au projet, croyant au message qui y est véhiculé.

Le film a été tourné en 22 jours et quelque 200 personnes y ont participé. Période infernale prendra l’affiche le 20 novembre. D’une cinquantaine de minutes, la production dénonce l’intimidation, mais elle veut, avant tout, faire réagir.

Michel et Adam souhaitent ensuite que le film soit projeté dans les écoles du Québec. D’autres enseignants ont déjà démontré un intérêt.

«Les victimes sont une minorité, les agresseurs sont une minorité. Mais, les témoins, c’est la grosse gang qui est là qui accepte que ça continue», a ajouté Michel Dubé, qui espère convaincre plus de jeunes à dénoncer ce problème.

Ils espèrent ainsi susciter des échanges francs, dans le but de finalement enrayer l’intimidation qui a longtemps bouleversé Adam.

http://fr.canoe.ca

7 réponses à “Quand l’intimidation se transforme en création

    • c’est une mode qui semble etre partout malheureusement
      mais si c’est si étendu que ca a travers certains pays ils faut que la mentalité soit causé par des évéments semblable
      peut etre des films .. des jeux ???

  1. J’ai connu l’intimidation au primaire pcq j’avait la peau bleuté a la maternelle, et meme si apres j’avais été soignée, vers la 4 eme année y’avait un gars qui s’amusait a me faire vraiment peur mais c’était moins pire qu’aujourd’hui ca vraiment empirer

  2. Je ne sais pas Loulou, mais aujourd’hui avec les différences sociales, les individualistes et les fameuses gangs de rue…si tu ne fais pas partie de ci ou de ça, t’es étiqueté. Et ça rend les autres jaloux, tiens et ils n’acceptent pas les différences.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s