Cultures génétiquement modifiées: les abeilles affectées par les pesticides


Beaucoup le savait qu’une bonne partie du problème avec les abeilles était l’utilisation des pesticides .. mais voila qu’une preuve concrète a été dévoilée. L’être humain a trop vouloir contrôler la nature … met la production en péril
Nuage

Cultures génétiquement modifiées: les abeilles affectées par les pesticides

Les néonicotinoïdes peuvent engendrer des modifications des enzymes du cerveau de l'abeille. L'insecte peut alors avoir de la difficulté à voler, à s'orienter ou à communiquer avec les membres de sa colonie.

Les néonicotinoïdes peuvent engendrer des modifications des enzymes du cerveau de l’abeille. L’insecte peut alors avoir de la difficulté à voler, à s’orienter ou à communiquer avec les membres de sa colonie.

Photothèque Le Soleil

Claudette Samson
Le Soleil
 

(Québec) Des chercheuses québécoises viennent de démontrer que les abeilles qui butinent aux champs sont clairement affectées par les nouveaux pesticides utilisés en enrobage des semences de plantes génétiquement modifiées. Cette démonstration serait une première mondiale, selon l’une des scientifiques impliquées.

Madeleine Chagnon est entomologiste et professeure associée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et s’intéresse depuis des années à l’effet des pesticides sur les abeilles, et tout particulièrement des néonicotinoïdes, ces pesticides systémiques qui enrobent les semences et se diffusent dans la plante à mesure qu’elle pousse. Ils sont utilisés au Québec sur de très grandes superficies, dans la culture du maïs et du canola.

 Dans le cadre d’une recherche de trois ans, elle a démontré dans un premier temps que des abeilles soumises en laboratoire à des doses connues de néonicotinoïdes développent des modifications au niveau des enzymes de leur cerveau. Sans nécessairement faire mourir l’abeille, ces modifications peuvent avoir un impact majeur sur le petit insecte pollinisateur : difficulté à voler, à s’orienter, à communiquer avec les membres de sa colonie. Des observations semblables ont d’ailleurs été faites ailleurs dans le monde.

 Mme Chagnon et sa collègue toxicologiste Monique Boily, aussi de l’UQAM, seraient toutefois les premières à démontrer l’impact de ces pesticides sur les abeilles qui butinent librement aux champs, et dont, par définition, on ignore la quantité de pesticides ingérée. Cette démonstration a été faite grâce à l’analyse des biomarqueurs de quelque 6000 abeilles prélevées dans six régions du Québec, expliquait hier Mme Chagnon en entrevue téléphonique.

Les ruches ont été déposées près de champs de maïs cultivé avec le pesticide en question, de même que près de champs de maïs biologique et dans des zones éloignées de ces cultures.

 L’opération consistait à capturer des abeilles qui volaient et à les tuer rapidement en les posant sur de la glace sèche. Elles étaient ensuite conservées à une température de moins 80 degrés Celsius, jusqu’à l’analyse des enzymes de leur cerveau. Les chercheuses ont alors constaté que celles qui butinaient dans des champs de cultures utilisant les néonicotinoïdes présentaient les mêmes modifications que celles qui avaient été exposées au pesticide en laboratoire. En outre, des abeilles présentant un comportement erratique ou mortes ont aussi été découvertes dans ces ruches.

 À l’inverse, les abeilles ne présentant pas d’anomalies provenaient d’endroits éloignés des cultures génétiquement modifiées, et les colonies y étaient davantage en santé.

 Accumulation de preuves

 Les recherches des deux Québécoises, dont le résultat a été remis hier au ministère québécois de l’Agriculture, constituent une preuve de plus de ce que dénoncent depuis des années bien des apiculteurs sur le terrain, croit Jean-Pierre Chapleau, de la Fédération des apiculteurs du Québec.

 Bien sûr, il n’y a pas que les pesticides qui affectent les butineuses, dit-il, et les apiculteurs ont du travail à faire pour améliorer la survie de leurs colonies. La Fédération est d’ailleurs en train d’élaborer un plan d’action à cet égard. L’une des phases de ce plan se déroulera en collaboration avec la Table agro-environnementale de l’Union des producteurs agricoles, pour sensibiliser les agriculteurs aux effets des pesticides.

 Le plan vise aussi à développer une meilleure gestion des parasites, en collaboration avec les vétérinaires. La tendance croissante à louer les ruches pour polliniser sera aussi regardée, en raison du stress qu’elle peut occasionner.

«Il y a des abeilles qui vont aux bleuets, aux pommes et aux canneberges, ça fait beaucoup de transport, ça!», s’exclame cet ancien reproducteur de reines, qui exploite encore 250 ruches en Estrie.

http://www.cyberpresse.ca

9 réponses à “Cultures génétiquement modifiées: les abeilles affectées par les pesticides

  1. Oui tu as bien raison sans compter que les pesticide est aussi dangereux pour l’humain et autant que pour les animaux très intéressant ton article nuage je me suis fais piquer la semaine passé par une abeille j’étais pourtant tranquillement assis dans ma balancoire elle étais peut-être désorienter j’avais mis un parfum elle ma prise pour une fleur 😦 J’te dit cette semaine j’ai pas mis de parfum pour aller dehors Lol et ca ma piquer et cela a enfler mais heureusement je suis pas allergique mais j’ai désinfecté la piqûre au cas où et j’ai pris deux Bénadryl pour allergie 🙂 Bonne-Semaine Nuage xxx

    • Je ne me suis jamais fait piquer par les abeilles ou guepe et pourtant j’ai jardiner souvent pres d’elle sans changer de place elle m’ont tjs laissé tranquille faut dire que je ne les ai pas agacées non plus

      Mais j’ai un ami qui est mort étant allergiques au ces insectes
      il avait laissé sa dose au camps .. il travaillais dans la foret

      • Oui je comprend pour ton ami mon conjoint est aussi allergique lui aussi il a déjà faillit en mourir , mais quand la guèpe essayais de me butiner je me suis affoler essayant de l’éloigner avec mes mains je crois je l’ai énervé 😦 Tu aurais du me voir moi et ma petite chienne Maya que la petite guêpe nous agacais toute les deux on n’est partis en courant vers la maison moi et Maya !!! Tu aurais rit de nous voir deux grand qui on peur d’une petite bébitte , mais j’avais peur d’être justement allergique en 30 ans ca fais juste deux fois que je me fais piquer mais il parait qu’il y a plusieurs sorte de guêpe alors faut être prudent surtout si on enfle de partout ! Je suis désolé pour ton ami mort en forêt et sa vas assez vite je crois quand quelqu’un est Allergique gros gros …

        • effectivement plus tu essaie de les chasser elle redouble d’effort envers nous
          et oui il était jeune et il n’a pas eu le temps de se rendre au camps qui n’était pas loin et en plus il .était tout seul

          • Pauvre lui c’est vraiment pas drôle je sais pas pourquoi de nos jours tant de gens sont allergiques comme cela , mes sympathies Rachel pour ton ami des choses comme cela nous marque pour toujours peu importe le temps …

    • je ne sais pas si on ne peut pas revenir en arriere mais avec l’inquiètude que cause le probleme des abeilles meme en France, il est clair que la culture des graines génétiquements modifiés apportent plus de problèmes que de point positif

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s