Combien d’esclaves travaillent pour vous?


En temps que consommateur nous sommes envahi par toutes sortes de produits et leur nouveautés.. que ce soit en électronique, vêtements, produits de beauté etc .. Nous voulons toujours plus et souvent sans en avoir vraiment besoin .. mais on ne sait pas le chemin d’origine qu’a pris le produit acheté jusqu’entre nos mains. Nous ne sommes pas conscient que des gens travaillent pour presque rien pour que nous puissions nous vivre dans l’abondance .. Il serait peut-être bon de faire quelques prises de conscience sur notre manière de consommation
Nuage

Combien d’esclaves travaillent pour vous?

 

C’est ce que vous permet de calculer un nouveau site Web, à partir de vos habitudes de consommation.

Par Catherine Meilleur

Lancé le 22 septembre dernier, le site Slaveryfootprint.org veut sensibiliser les consommateurs à l’influence que chacun détient sur l’esclavagisme moderne. Créé par le Fair Trade Fund, un organisme sans but lucratif établi en Californie, ce site a pu voir le jour grâce à une subvention de 200 000 $ du département d’État américain.

 
Slavery Footprint définit un esclave comme «toute personne qui est forcée de travailler sans être payée, ou qui est économiquement exploitée, sans avoir la possibilité de refuser».

Selon le département d’État, il y aurait environ 27 millions d’esclaves dans le monde.

55 esclaves pour chaque consommateur

Le Slavery Footprint donne à l’utilisateur un pointage correspondant au nombre d’esclaves «qui travaillent pour lui». Pour connaître ce chiffre, le consommateur doit répondre à une série de questions portant sur l’ensemble de ses habitudes d’achat: nourriture, gadgets technologiques, vêtements, bijoux et bien plus. Au lieu de nommer les fabricants – ce qui leur attirerait à coup sûr des poursuites judiciaires – Slavery Footprint a choisi de s’en tenir à des catégories générales de produits. Pour un téléphone cellulaire, par exemple, 3,2 esclaves seraient impliqués. Au total, et d’après les résultats compilés par le site, un seul consommateur occidental fait travailler en moyenne 55 esclaves…

Changer les choses

Sur le site, on peut lire plusieurs énoncés chocs sur le travail forcé, comme:

«En Chine, un travailleur qui fabrique un ballon de soccer travaille jusqu’à 21 heures par jour durant un mois entier. En Amérique, même les entraîneurs les plus durs n’en demanderaient pas autant à leur équipe»,

ou encore: «Tous les jours, des dizaines de milliers d’Américaines s’achètent du maquillage. Tous les jours, des dizaines de milliers d’enfants indiens travaillent dans des mines de mica, le minéral qui procure ce petit scintillement dans le maquillage».

Culpabilisant?

Certainement. Toutefois, ce n’est pas l’objectif visé par les initiateurs du projet, qui espèrent plutôt «encourager le dialogue entre le consommateur et le fabricant», comme l’explique le directeur du Fair Trade Fund, Justin Dillon, dans une entrevue accordée en septembre 2011 au New York Times.

Dans l’idéal, ils aimeraient susciter un engagement suffisamment important de la part des consommateurs pour que ces derniers fassent pression sur les fabricants et que l’esclavagisme moderne soit finalement aboli.

Solution virale


Une application (Android et bientôt iPhone) a été mise au point pour faciliter le passage à l’action. Elle permet d’accéder, pendant qu’on magasine, à de l’information sur les produits, et d’envoyer des lettres électroniques aux fabricants pour connaître leurs politiques sur le travail forcé.

Il est à noter que le Fair Trade Fund propose déjà un
site Web qui permet d’envoyer des lettres électroniques aux entreprises pour leur demander d’expliquer leurs politiques sur le trafic humain. Les réponses – comme les absences de réponses – des fabricants sont publiées sur le site.


Pour en savoir plus

Slaveryfootprint.org
Chainstorereaction.com
Article du New York Times


http://www.protegez-vous.ca

6 réponses à “Combien d’esclaves travaillent pour vous?

  1. juste le chocolat, des enfants en bas âge sont kidnappés dans des villages pour la récolte du cacao. pour avoir un jeune ca coute 350$ si je me souviens bien. et nos grandes induistries comme Nestlé tiens.. s’en sacre pas mal….

        • ca l’air a etre une compagnie québecoise

          Le premier magasin a ouvert ses portes en 1992 à Matane dans le Bas-St-Laurent au Québec. L’entreprise étend sa présence en convertissant les magasins Rossy existants au nouveau concept Dollarama et ouvre de nouveaux magasins
          Le 17 avril 2009, Dollarama annonçait qu’il dépassait pour la première fois de son histoire le milliard de dollars canadiens de ventes (1,1 milliard), soit une augmentation de 12% par rapport à l’année fiscale précédente

          Le même communiqué révèle aussi qu’à cette date, 565 magasins étaient en activité au Canada, d’un océan à l’autre. En 2009, la chaîne exploitait 585 magasins

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s