Les drogues il y a 20 ans à aujourd’hui et Impact sur la santé


Quand on voit des personnes qui prônent la légalité des drogues c’est a mon avis irresponsable. Les drogues sont de plus en plus dangereuses pour la santé comparer aux années 80-90 et affectent aussi le jugement des personnes qui y sont accros .. Les drogues ne doivent jamais être légalisé car cela hypothèque grandement la santé d’une personne et même de son entourage
Nuage

Les drogues il y a 20 ans à aujourd’hui

Toxicomanie - Les drogues il y a 20 ans à aujourd’hui

© Shutterstock

Les années ont passé, les drogues ont changées, évoluées et certaines sont devenues plus puissantes

Daniel Boisvert, intervenant en dépendance au Centre Normand depuis 20 ans, a établi le portrait de l’évolution de la drogue au travers des années.

Ainsi, il y a 20 ans, la drogue de choix en Abitibi-Témiscamingue, tout comme ailleurs, et qui rejoignait un peu toutes les populations, c’était la cocaïne.

«Elle coûtait, à l’époque, autour de 80$ du gramme. Il n’y a pas eu beaucoup d’inflation sur le prix des substances, c’est à peu près toujours la même affaire au prix de la rue», a-t-il informé.

Pour les gros consommateurs et les usagers de drogues injectables, on retrouvait également l’héroïne.

«Ça, c’était des gens qui avaient été à Montréal et qui revenaient ou c’était autour des milieux de prostitutions. C’était assez restreint», a-t-il ajouté.

Toutes deux sont des drogues qui sont encore présentes en région de nos jours tout comme le cannabis, qui était une drogue d’importance en 1991, «mais qui n’était pas démocratisée comme elle l’est maintenant. C’est-à-dire qu’il y avait du cannabis, mais les gens étaient identifiés. Un fumeur de «pot», ça faisait partie d’un certain groupe», a-t-il dit.

Changement de la relation avec les substances

En 20 ans, on a pu voir un changement de la relation avec ces substances.

«La cocaïne a perdu du terrain ce qui explique probablement le peu d’inflation sur son prix ou même pas du tout», a renchéri M. Boisvert.

«L’héroïne n’a jamais pris plus de terrain. Elle est toujours dans le même petit groupe, a-t-il continué. Le cannabis s’est démocratisé et est devenu très présent, mais vraiment un peu partout. C’est assez fascinant la quantité de cannabis qui se fume et combien de gens peuvent en fumer, que ce soit dans des partys ou dans des endroits publics».

Le rapport à la médecine


Malheureusement, que le cannabis soit utilisé en
médecine pour soigner des gens, ça a aidé à dédramatiser la dangerosité liée au cannabis pour le commun des mortels
.

«Quand on se dit qu’on ne touchera pas à quelque chose parce c’est illégal, donc dangereux, et qu’on voit que ça peut être prescrit, la notion de «c’est très dangereux» part», a mentionné l’intervenant en dépendance.

«Les gens se disent que si Santé canada peut en faire pousser et le distribuer en pharmacie, cette plante n’est pas si pire que ça finalement», a expliqué M. Boisvert tout en précisant que ce n’est pas parce que le cannabis peut être prescrit qu’il n’est pas dangereux, il le reste.

L’évolution en bref


On avait des drogues d’origines biologiques et
organiques qui provenaient de plantes. On
a maintenant des drogues qui proviennent des laboratoires; On avait les drogues dites fortes qui coûtaient plus cher et maintenant, elles coûtent beaucoup moins cher; Le cannabis s’est maintenu sur la période de 20 ans, mais il est 20 fois plus fort que le cannabis d’origine. Il est beaucoup moins biologique aussi; Les substances n’ont pas beaucoup augmenté de prix, ils ont augmenté en effet addictif. Ils ont aussi augmenté en conséquence négatives sur les gens et sur l’environnement.

 

Impact sur la santé

Toxicomanie - Impact sur la santé

© Shutterstock

La consommation de drogue amène les consommateurs dans un état d’euphorie, de bien-être et le temps semble passer beaucoup plus rapidement, mais ses effets ont leur lot de conséquences.

En 1970, les gens fumaient des feuilles de cannabis. Ces feuilles étaient à peu près 20 fois moins puissantes que le cannabis d’aujourd’hui. Maintenant, les gens ne fument plus ou presque plus la feuille, mais bien la cocotte, soit l’organe reproducteur de la plante.

«Les variantes de la plante et la génétique ont beaucoup changé, donc on a une plante beaucoup plus puissante qu’avant et c’est un profond dépresseur», a informé Daniel Boisvert, intervenant en dépendance au Centre Normand.

En effet, la consommation du cannabis peut entraîner des effets de psychose et surtout de dépression.

«Il y a un principe que tout ce qui monte doit redescendre et, effectivement, sur le cannabis, il peut y avoir un état très agréable, mais le retour à la normale ne revient pas à l’état précédent, il revient une petite coche plus basse», a-t-il continué.

Également, cette substance crée des dommages au cerveau.

«Il y a un goudron qui s’en va dans le système nerveux et qui s’installe sur le bout des neurones. Le cerveau reste avec des traces de ça plusieurs semaines après la consommation. Ça ralentit la pensée et les réflexes. Donc, on augmente le risque d’accident, même si l’on n’est pas en état de consommation», a dit M. Boisvert.

Effet sur le système nerveux


Toutes substances psycho actives, toutes drogues, ont un effet sur le système nerveux central
.

«À partir du moment où on ajoute un produit extérieur qui vient modifier le fonctionnement du système nerveux, on prend un risque de l’endommager. Il n’est pas fait pour fonctionner avec ça. C’est une partie qui ne se régénère pas, donc les dommages causés sont permanents», a mentionné M. Boisvert.

La consommation de drogue a également son lot d’effets collatéraux sur la personnalité,

«puisqu’aucune drogue ne donne le goût de se prendre en main», a-t-il affirmé avec un petit sourire.

http://fr.canoe.ca

5 réponses à “Les drogues il y a 20 ans à aujourd’hui et Impact sur la santé

  1. Ah non, il ne faut pas que ça devienne légalisé. Et oui, avec les années qui passent, de nouvelle drogues sont sur le marché qui font encore plus de ravage…..c’est bien dommage tout ça…

  2. incroyable 20 fois plus fort le cannabis.

    je sais que pour les drogues chimiques, ils mettent bcp de cochonnerie, c’est coupé avec n’importe quoi. de la bonne qualité, ca serait assez rare m’a t’on dis cet été.

    j’ai un ami qui était dépressif chronique sous anti depresseur, un jour il se mis à fumer du pot… il a freaké, psychosé, maintenant il est bi polaire et au lithium pour le restant de ces jours…….. ca fait réfléchir ca !

    moi la dope fait longtemps j’ai pas touché à ca, ds la 20aine j’ai essayé diverses drogues pour la curiosité mais jamais plus que le bon H qui n’existe plus je sais pas on entend pu parler. le pot dans le temps me donnait des maux de tete et mal de coeur, alors je preferais de temps en temps le H mais j’ai jamais été une junkie là lolllll le crack, ice, l’héro, freebase oublie drette ca… et aujourd’hui je toucherais meme pas au pot alors imagine le reste lolllllll.

    • pis aujourd,hui c’est risqué de commencé avec tout ce qui mettent dedans Une personne tres proche me disait qu’il fumait du pot de temps a autre que c’était pour l’aider a dormir .. ca été des années comme ca en augmentant la dose ipeut a peut il devenait de plus en plus impatient pis un jour au travail il a craqué et comme il travail avec des outils qui pourraient etre dangereux il a été voir les ressources humaines pour dire qu’il prenait congé car il était devenu accro a la drogue .. elle lui a offert que la compagnie épaulerait sa désyntox .. il n’a pas voulu lui a dit qu’il le ferait tout seul

      Il a arreter de fumer et de se droguer en meme temps .. tout seul

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s