La leucémie féline, une maladie mortelle


Nos compagnons a quatre pattes peuvent attraper de très vilains virus .. Ce que je déplore par contre et je le dis souvent ce sont les couts du vétérinaire pour la prévention … ca fini que ca ruine un portefeuille et les gens n’ont pas toujours les moyens de protéger leur chats
Nuage

La leucémie féline, une maladie mortelle

La leucémie féline, une maladie mortelle

© Shutterstock

Annie Ross – Docteure en médecine vétérinaire

On ne parle pas suffisamment de la leucémie féline et pourtant… Cette maladie mortelle affecte environ 3,4% de la population féline canadienne et au Québec c’est encore plus.

En effet, selon les données d’une vaste étude pancanadienne réalisée par la vétérinaire Dre Suzan Little sur un total de 11 144 chats «clients» de 343 cliniques vétérinaires dans pas moins de dix provinces canadiennes, la prévalence de cette maladie serait encore plus élevée au Québec que dans la population féline canadienne.

Au Québec, la prévalence serait de 6,56% tandis qu’en Ontario et en Colombie-Britannique, elle serait 2,57 % et 2,23 % respectivement. Disons qu’en sachant cela, tout propriétaire de chat qui se respecte devrait en connaître un peu plus sur cette maladie mortelle, sur sa transmission et, bien sûr, sur les moyens de prévention.

Un virus


Tout comme le SIDA chez l’humain, la leucémie féline est causée par un rétrovirus. Ce virus infecte les globules blancs des chats et induit une immunodépression. Le chat immunodéprimé est alors plus susceptible d’attraper toutes sortes d’infections.

Malheureusement, le virus peut aussi causer l’apparition d’un cancer des lymphocytes (une sorte de globule blanc) en plus de provoquer des désordres dans les cellules de la moelle osseuse et du sang. La maladie est donc éventuellement mortelle.

Symptômes variés


Cette maladie produit des symptômes très variables, parfois subtils. Le chat atteint peut présenter des symptômes non spécifiques tels qu’une baisse de l’appétit, de l’abattement, des malaises généraux et de la fièvre. On pourra aussi voir une perte de poids, des « ganglions »enflés, de la diarrhée ou des selles molles chroniques, des problèmes respiratoires et oculaires tels que rhinites, sinusites, conjonctivites et uvéites et, encore, des infections variées telles que gingivites, infections dentaires, abcès, etc. Très vaste, n’est-ce pas ? En plus, à long terme, le cancer et les désordres sanguins pourront aussi créer toutes sortes de symptômes variés.

Transmission du virus entre chats


La transmission du virus se fait surtout par la salive, mais aussi par toutes autres sécrétions ou liquides corporels comme l’urine, les sécrétions nasales et même le lait maternel !

Généralement, les chats adultes se contaminent lorsque des particules virales entrent dans leur gueule ou leur nez, mais parfois, la transmission a lieu pendant la gestation, via l’utérus de la mère. Comme ce virus est rapidement éliminé une fois dans l’environnement, il faut des relations félines rapprochées pour que la transmission ait lieu. Ainsi, les chats qui se côtoient sont plus à risque.

Portrait-robot


Selon les résultats obtenus par Dre Little, voici le portrait-robot du chat à risque d’être infecté par ce virus: il s’agit généralement d’un chat adulte, souvent non stérilisé, qui va dehors et qui a des contacts avec d’autres chats. Bien sûr, les mâles non castrés qui vont dehors ont tendance à se battre ou à se mordre et fréquentent aussi des femelles non stérilisées !

Mais ce ne sont pas les seuls…En fait, les chats très sociaux vivant ensemble ou ayant des contacts rapprochés entre eux tels que le toilettage mutuel, le partage des bols d’eau et de nourriture et de la litière, sont plus à risque d’être infectés. Finalement, les chatons qui naissent d’une mère séropositive sont définitivement à risque d’être séropositifs!

Comment éviter la leucémie féline?


On garde son chat dans la maison, hors de contact d’autres chats.

On fait tester tout nouveau minou que l’on désire adopter avant même de le présenter à nos autres félins.

On fait vacciner annuellement son chat contre la leucémie féline s’il va dehors ou s’il vit avec d’autres chats.

On fait vacciner son nouveau chaton contre la leucémie féline lorsqu’on ne sait pas encore s’il ira dehors ou non plus tard.

Finalement, avant d’acheter un chat d’un éleveur, on s’assure aussi que ses parents ont été testés.

http://fr.canoe.ca

5 réponses à “La leucémie féline, une maladie mortelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s