Jeunes en difficulté: dans le bois pour sortir de la forêt


Ce genre d’aventure pour des jeunes ayant des problèmes, des décrocheurs, et autres .. qui mérite d’être soutenue .. car passer 6 mois dans une forêt a l’état brute c’est d’apprendre la vie avec ses embuches, ses aléas sans être en mesure de les contournés .. malheureusement ce genre de projets le gouvernement veut couper les vivres … alors que je pense que c,est un moyen de redonner une chance aux jeunes pour évitez de rentré dans le système carcéral et sociaux … Un jeune qui se prend en main .. c’est payant même pour le gouvernement
Nuage


Jeunes en difficulté: dans le bois pour sortir de la forêt


L'expédition En marche est un projet créé par la coopérative Vallée Bras-du-Nord de Portneuf. L'activité en forêt, d'une durée de cinq jours, a un effet sur les jeunes, elle les rend plus forts, ça agrandit leur zone de confort, et ils se connaissent davantage.
L’expédition En marche est un projet créé par la coopérative Vallée Bras-du-Nord de Portneuf. L’activité en forêt, d’une durée de cinq jours, a un effet sur les jeunes, elle les rend plus forts, ça agrandit leur zone de confort, et ils se connaissent davantage.
Richard Boucher
Sophie Gall
Le Soleil

(Québec) La forêt de la Seigneurie-du-Triton, en Mauricie, a été le terrain d’une sacrée expédition cet été. Huit jeunes un peu malmenés par la vie et quelques accompagnateurs y ont passé cinq jours en autarcie pour une aventure thérapeutique. Au programme : canot, portage et pieds mouillés. Il y aurait même eu une chicane au milieu d’un lac. L’histoire ne dit pas si c’était à coups de rames ou à coups de noms d’oiseaux.

Joé Juneau faisait partie de cette équipée. Le Triton, il le connaît bien. Non seulement, il le foulait du pied quand il était enfant, mais avec quelques concitoyens, il s’est battu pour que cette forêt, dernier territoire vierge et mixte du Québec abritant une biodiversité remarquable, soit déclarée aire protégée par le gouvernement du Québec.

C’était en 2006. Aujourd’hui, 400 km2 sont protégés provisoirement, «jusqu’à ce qu’il y ait une officialisation par le Conseil des ministres» précise M. Juneau.

«C’est une aire protégée, c’est pas un parc, pas une zone d’exploitation contrôlée, c’est la forêt à l’état brut, y a pas de barrière, pas besoin de payer pour y aller!»

Voilà la fierté de Joé Juneau. «Et y en a qui ont compris qu’un arbre à la verticale peut être aussi rentable qu’un arbre à l’horizontale.»

Cette rentabilité verticale de l’arbre se mesure par l’effet social et éducationnel que l’expédition de cinq jours en forêt a eu sur les jeunes en difficulté. Tout un pied de nez aux forestières.


L’expédition En marche est un projet de la coopérative Vallée Bras-du-Nord, un organisme de Portneuf qui, depuis 2002, oeuvre pour la réinsertion socioprofessionnelle de jeunes entre 16 et 25 ans qui connaissent diver­ses problèmes.


Les jeunes sont accueillis pendant six mois, période pendant laquelle ils travaillent dans le domaine récréoforestier et se frottent aux contraintes du monde du travail tout en étant épaulés par des professionnels de l’éducation.

Aventure thérapeutique

L’expédition est une parenthèse au milieu de ces six mois.

«C’est une aventure thérapeutique, mais c’est pas une thérapie», précise Étienne Beaumont, directeur adjoint de la Coop Vallée Bras-du-Nord. Y a pas de psychologue avec nous, on se sert de la nature comme levier d’intervention. On a fait un parcours linéaire de lac en lac en canot-portage. C’était difficile, fallait porter tout notre stock et les canots. Ça n’a pas été long que les jeunes se sont ennuyés de leur iPod!»

Le niveau de difficulté élevé de cette expédition est important, car ces jeunes ont souvent l’habitude d’appréhender la vie en prenant des chemins de traverse pour esquiver les embûches.

«Dans la forêt, y en pas, de chemin plus facile», raconte Joé Juneau, qui participait au projet pour la première fois. «Notre zone de confort est loin derrière nous, alors pour affronter tout ça, faut avancer en équipe, et ça, ça s’apprend.»

Les deux premiers jours de l’expédition ont été éprouvants.

De l’aveu d’Étienne, «c’était le chaos, c’était pas une équipe, c’était un paquet de nombrils.»

Et Joé confirme : «Certains se disaient incapables de porter le canot et le déposaient sur le bord du chemin, d’autres boudaient, un portage qui devait durer 15 minutes en a pris 45. Mais fallait pas qu’ils s’attendent à ce que ce soit facile, ça ne l’est pas, c’est comme la vie.»

À l’issue des deux premières journées, le groupe s’est réuni, et les langues se sont déliées. Les expériences, les inquiétudes, les frustrations, les peurs ont été verbalisées. La fatigue était là. Mais au fil des discussions, tous ont compris que la fatigue des uns et des autres pouvait être diminuée si l’équipe prenait le dessus sur l’individu.

«Le lendemain, au réveil, il y avait une autre dynamique. Ça prenait ces deux jours d’adaptation. Puis il y a eu une gradation dans le plaisir, la satisfaction et la fierté», se souvient Joé Juneau.

Pour ce dernier, aider les jeunes à raccrocher à l’école, à raccrocher à la vie est un but. Son projet de hockey pour les jeunes du Nunavik pour les inciter à raccrocher à l’école en est un bon exemple. Et ça fonctionne bien.

«C’est important, parce que les jeunes, c’est le futur», dit Joé Juneau. Le raccrochage par une immersion en forêt, c’était une première, et il espère que l’expérience perdure. «Ça a été très positif.»


Pour Étienne Beaumont, une chose est essentielle : cette expédition doit outiller les jeunes pour leur quotidien.

«La vie, c’est une grande expédition. Là où les jeunes auront puisé pour surmonter les difficultés vécues lors de l’expédition, c’est là qu’ils iront puiser quand ils vivront des moments plus durs dans la vie», ajoute Étienne.

L’expédition rend les jeunes plus forts, ça agrandit leur zone de confort, ils se connaissent davantage.

«Ce qu’ils accomplissent lors de l’expédition, ce n’est pas forcément des acquis, précise Étienne, mais c’est une référence de succès. Des succès, ils en ont pas eu beaucoup dans leur parcours. Parfois ils se réfèrent très vite à ce bagage, parfois ça prend quelques années.»

Ce bagage que les jeunes se constituent est bien rempli : effort, émerveillement, patience, confiance en soi, confiance en l’autre, détermination, persévérance, rencontre et gestion de nouvelles émotions. Des ressources précieuses au cours d’une vie.

Des résultats

À l’issue de l’expédition et des six mois de travail à la Vallée Bras-du-Nord, certains ados retournent à l’école, diminuent ou cessent leur consommation, s’éloignent d’un mauvais entourage… Tout ça en plus des différentes compétences professionnelles acquises.

Malgré cela, le gouvernement fédéral vient de couper les vivres à l’organisme.

«On travaille avec des jeunes qui sont d’éternels décrocheurs ou qui sont déjà sur le bien-être social, on en fait des gens travaillants, compétitifs, on en fait des payeurs de taxes. Parce qu’on a été coupés, on n’a pu encadrer que huit jeunes cette année, alors qu’à la réunion d’information, y avait une vingtaine de jeunes pockés, tempête Étienne. Qu’on vienne pas me dire que c’est pas un investissement!» C’est ça la fameuse valeur socioéconomique de l’arbre à la verticale…

Au troisième jour de cette aventure estivale, une équipe de tournage de TV5 a rejoint l’expédition pour faire un reportage. Elle est arrivée en retard, retardant de trois heures le trajet prévu ce jour-là. Ça a agacé un peu tout le monde, mais tous sont passés par-dessus ce contre-temps. Les caméras ont filmé. Allumez vos télés à partir du 16 novembre à 19h30, pour l’émission Les guérisseurs.


http://www.cyberpresse.ca

7 réponses à “Jeunes en difficulté: dans le bois pour sortir de la forêt

  1. oui apprendre à devenir responsable, de penser avec sa tête, de trouver des solutions, des stratégies, aptitudes, à se connaitre, ca va etre bon pour eux ca.

  2. Pingback: Les fugues en hausse | Nuage Ciel d'Azur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s