Essayer pour réussir


L’échec ne sera jamais une fin tant qu’on n’a pas abandonner
Nuage

Essayer pour réussir


Tant que vous essayez, vous ne perdez pas.
[…] Tu n’échoues jamais complètement jusqu’à ce que tu cesses de tenter ta chance
.


Mike Ditka

L’inquiétude et les soucis


Nous sommes tous humains, les soucis et les inquiétudes font partis de notre quotidien mais nous avons quand même l’option de diriger nos pensées pour minimiser les effets négatifs

Nuage

L’inquiétude et les soucis

"L’inquiétude est une route qui mène nulle part.Ne la laissez pas diriger votre vie."

Qui n’est pas victime de temps à autre d’inquiétude malsaine, c’est-à-dire d’un niveau d’inquiétude disproportionnée par rapport à la situation réelle. Plusieurs personnes inquiètes n’ont pas plus de raison de se faire du souci que les autres, mais elles réagissent différemment aux mêmes situations. La paix d’esprit ne vient donc pas d’une vie dénudée de risque mais plutôt d’une attitude mentale adéquate par rapport aux situations susceptibles de créer de l’inquiétude.


La vraie question est : "pourquoi est-ce que l’on s’inquiète pour des riens ?". Une bonne partie de la réponse est reliée au fait que nous créons des conditions pour que les problèmes nous atteignent.

Avez-vous remarqué que certains soucis nous semblent plus lourds le vendredi que le dimanche. Ce phénomène est simplement associé au fait que nous sommes généralement fatigués le vendredi et reposés le dimanche.

Donc, bien que les circonstances derrières nos soucis soient objectives (p. ex. la possibilité de perdre son emploi), la façon dont nous les percevons est subjective ; et dépend entre autres des conditions (p. ex. la fatigue). Alors, la solution est de créer autant que possible des conditions défavorables aux soucis. Voici une liste d’activités qui contribuent à créer de telles conditions :

►Lecture inspirante
La lecture de textes inspirants est une très bonne façon de s’éloigner psychologiquement de nos soucis. Le type de lecture dépend de vous, certains lisent la Bible, le Coran, de la philosophie…
C’est à vous de découvrir le type de lecture qui vous stimule positivement.

►Environnement calme et silencieux
Observez-vous et vous verrez que vos pensées sont influencées positivement par un environnement calme et silencieux.
Autant que possible, recherchez un tel environnement si vous voulez diminuer le poids de vos soucis.

►Exercice cardiovasculaire
Si votre condition de santé le permet, faites de l’exercice cardiovasculaire
(p. ex. natation, vélo, jogging…) et observez l’effet que ce type d’activité a momentanément sur vos soucis.

►La nature
Un contact direct avec la nature peut avoir un effet surprenant sur l’emprise que nos soucis ont sur nous. Lorsque vous êtes en forêt, près d’une source, au bord d’un lac, restez
là immobile pendant quelques minutes ; laissez-vous pénétrer par ce silence profond et vous percevrez immédiatement un certain effet.

►Musique
La musique harmonieuse
(principalement la musique classique) influence notre état d’âme. Un état d’âme élevé nous donne la capacité d’ignorer (au moins en partie) nos soucis.

►L’influence des autres
On ne peut éviter d’être influencé par les autres. Parfois, cette influence stimule nos soucis, parfois elle nous réconforte. Observez l’impact que les gens ont sur vous et vous verrez que certaines personnes ont tendance à vous stresser par leur négativisme, alors que d’autres vous remontent le moral. Il est utile d’être conscient de l’influence que
nos fréquentations ont sur nous. En décidant de passer du temps avec une personne plutôt qu’une autre, nous augmentons ou diminuons le poids de nos soucis.

►Ménage
Faites le ménage de votre résidence. Le simple fait de se trouver dans un endroit propre et en ordre a un effet sur notre état d’âme. En effet, lorsque nous sommes dans un lieu propre et bien rangé, cette harmonie se reflète dans nos pensées.

►Pause au travail
Si possible, au travail, faites une pause dans un endroit calme en prenant de longues respirations profondes.

►Fatigue
La fatigue est un facteur très important de susceptibilité aux soucis. Nos problèmes sont tellement plus lourds lorsque nous sommes fatigués. Alors, comment diminuer la fatigue :
meilleure gestion du stress , des détentes brèves mais fréquentes, meilleure gestion du travail , meilleure alimentation, plus exercices physiques, …

►Séance d’immobilisation
Faites une séance d’immobilisation dans le silence, il s’agit simplement de s’asseoir sans bouger. Après un certain temps d’immobilisation
(p. ex. 20 minutes), vous constaterez que vous contrôlez un peu vos pensées et vous pouvez donc volontairement de pas penser à vos soucis. Limites : l’effet de cette technique est temporaire et de beaucoup diminué par la fatigue et le stress.

►Technique de détentes
Si vous connaissez une technique de détente
(p. ex. Yoga ou Tai chi), il peut être intéressant de l’utiliser pour vous éloigner psychologiquement de vos soucis.

►L’écoute des autres
La pratique de l’écoute peut devenir une façon de focaliser sur les gens qui nous entourent ; ce qui a pour effet de nous distraire de nos soucis. De plus, en écoutant les problèmes des autres on se rend parfois compte du ridicule de nos propres problèmes.

►Prier
Si vous êtes croyant, la prière peut être utilisée comme un moyen de vous éloigner sentimentalement de vos soucis. Les gens qui prient sont en général mieux armés pour faire face aux épreuves et à l’enchaînement de soucis qu’ils déclenchent.

►L’amour
L’amour est une force qui affecte positivement notre être entier. En particulier, lorque nous avons des rélations harmonieuses avec les autres, l’inquiétude nous atteint beaucoup moins.


Choix d’une approche de réduction de l’inquiétude

Il est préférable de commencer modestement et d’augmenter progressivement l’ampleur de nos efforts. En d’autres termes, je vous suggère d’essayer initialement seulement une des 14 approches précédentes. Si elle ne vous convient pas, essayez une autre approche, jusqu’à ce que vous ayez trouvé chaussure à votre pied.



Conclusion
Décidez une fois pour toutes de vous libérer des soucis qui empoisonnent votre existence. Trop souvent, nous nous rendons la vie difficile en s’inquiétant inutilement. La plupart du temps, notre vie n’est pas difficile à cause de malheurs ou de calamités
(ce qui n’arrive que rarement). Notre vie est parfois difficile parce que nous faisons des montagnes avec des riens.


"Les soucis n’éliminent pas les épreuves de demain, mais ils font en sorte qu’aujourd’hui soit une épreuve."

Denis St-Pierre (Québec)

Le saviez-vous ► Expression : Mettre les pieds dans le plat


Se mettre les deux pieds dans les plats … est bien malheureux, le plus difficile c’est d’en sortir honorablement
Nuage

Mettre les pieds dans le plat

 

 


 On ne parle pas la bouche pleine !

 
origine :  France


Cette expression familière, d’usage courant, signifie aborder une question délicate sans aucun ménagement. Il s’agit donc d’une version imagée proche de ce que l’on appelle également faire une gaffe, une bourde, un impair.


L’image utilisée ne semble présenter que peu de mystères quand à sa motivation. L’image d’un individu mettant brutalement les pieds dans le plat que tout le monde honore, illustre bien la maladresse (ou la provocation ?) qui vient rompre d’un geste les codes de bonnes conduite en société.


Pourtant, l’origine de cette tournure est d’un tout autre ordre et ne présente que peu de rapport avec les arts et déboires de la table… Le plat n’a pas toujours désigné qu’un récipient. Il se rapportait aussi plus généralement, au XIXème s., à une vaste étendue.


P. Guiraud voit un rapport entre le plat comme étendue d’eaux basses et la forme franco-provençale gaffer, qui signifie agiter les pieds dans l’eau ou la boue. On retrouve alors la synonymie entre notre expression et gaffer au sens familier (faire une gaffe). Dans les deux cas, il s’agirait de remuer le fond des eaux, faisant passer des eaux claires et calmes à des eaux subitement assombries par la boue.


Cette manière de jeter subitement le trouble (remuer la boue) sur une situation jusque-là sans histoire (les eaux claires) aurait motivé l’interprétation métaphorique de notre expression.


http://www.francparler.com

Transports Distraction au volant : le cellulaire au banc des accusés


Il est clair que le cellulaire, le texto sont des distractions dangereuses pendant la conduite d’une auto .. mais d’autres facteurs ne doivent pas être oublier .. il suffit de se pencher pour chercher quelque chose, fouiller dans ses poches, regarder les passants, les panneaux publicitaires etc ..
Nuage


Transports

Distraction au volant : le cellulaire au banc des accusés

Transports - Distraction au volant : le cellulaire au banc des accusés

©Shutterstock/Agence QMI


Près de trois Canadiens sur quatre (72,2 %) citent l’usage du téléphone cellulaire comme principale distraction au volant,
selon un sondage réalisé l’automne dernier par la Fondation de recherches sur les blessures de la route.


Les quatre autres distractions mentionnées le plus fréquemment étaient : manger et boire (4 %), les passagers (3,4 %), les autres conducteurs sur la route (2,9 %) et le changement de poste de radio ou de CD (2,8 %).


Ces résultats laissent croire aux chercheurs de la Fédération de recherches sur les blessures de la route
(FRBR) que

« les Canadiens ne sont peut-être pas pleinement conscients de l’ampleur du spectre des comportements qui peuvent distraire un conducteur », a indiqué l’institut de sécurité routière, mardi, dans un communiqué.

« La distraction est une activité qui détourne l’attention accordée à la conduite, a souligné la chercheuse principale de l’étude, Robyn Robertson. Cette question va bien plus loin que le seul cellulaire et inclut d’autres distractions à l’intérieur du véhicule, comme manger, boire, fumer, et à l’extérieur du véhicule, notamment regarder les panneaux-réclames, les autres conducteurs et le paysage. »


Moins d’un répondant sur cinq a admis utiliser à l’occasion son cellulaire au volant.
Ils étaient toutefois beaucoup plus nombreux à accomplir d’autres tâches jugées distrayantes par l’institut de sécurité routière, comme converser ou interagir avec des passagers (67 %) ainsi que changer de poste de radio ou de CD en conduisant (45,8 %).


Plus de 1601 Canadiens ont répondu au sondage de la Fondation de recherches sur les blessures de la route, de septembre à octobre 2010. La marge d’erreur est de 2,5 %, 19 fois sur 20.


http://fr.canoe.ca/techno

Réchauffement climatique Les crabes prennent d’assaut l’Antarctique


Les changements climatiques amènent la disparitions de certaines espèces animales et végétales et augmentent d’autres espèces a se profiler en changeant la biodiversité d’un endroit
Nuage

Réchauffement climatique

Les crabes prennent d’assaut l’Antarctique

Réchauffement climatique - Les crabes prennent d'assaut l'Antarctique

© FRED TANNEAU / AFP Archives

Agence France-Presse

PARIS – Les fragiles fonds marins autour de la péninsule Antarctique pourraient être envahis par une espèce vorace de crabes dont la propagation semble être favorisée par le réchauffement climatique, avertissent des biologistes marins dans une étude publiée mercredi.


L’intrus
examiné dans cette étude de la revue britannique Proceedings of the Royal Society B est le crabe royal, un crabe rouge vif des profondeurs ayant un impact non négligeable sur les fonds marins où il s’installe. Il creuse le sol en quête de vers et autres petits animaux marins qui constituent son alimentation et peut, à grande échelle, modifier la chaîne alimentaire.


Une équipe conduite par Laura Grange
, de l’Université de Hawaï à Manoa, a mené des observations à Palmer Deep, un bassin situé à 120 km au sud-est de la bordure du plateau continental de la péninsule Antarctique, où la profondeur atteint jusqu’à environ 1440 mètres.


Un robot a permis d’observer 42 crabes sur un trajet de 2 km, vivant sur les sols à une profondeur au-delà de 850 m, à des températures de l’ordre de 1,4°C. Aucun n’a été vu à des
profondeurs plus faibles où l’eau est plus froide.


À partir de cette observation, les auteurs de l’étude estiment la population possible de ces crabes à quelque 1,5 million d’individus.


La densité serait ainsi supérieure à celle des crabes de la même famille pêchés en Alaska et équivalente à celle des crabes pêchés au large de l’île de Géorgie du Sud, dans l’Atlantique sud.


Les images recueillies par les scientifiques ont donné un aperçu du type de dommages que peuvent causer les crabes sur les fonds marins de l’Antarctique: les animaux, dont la coquille mesure environ 10 centimètres, creusent des entailles qui peuvent atteindre 20 cm dans le plancher océanique.


Le réchauffement climatique provoquant une hausse progressive des températures des eaux côtières, les conditions semblent réunies pour permettre à ce crabe royal de poursuivre sa progression vers l’Antarctique,
estime l’étude.


La péninsule Antarctique est,
selon plusieurs études, l’une des régions du monde les plus vulnérables face au changement climatique. Les eaux de son plateau continental se réchauffent au rythme d’environ 0,1°C par décennie.

Si le crabe royal est «actuellement limité par les températures froides, il pourrait se répandre sur le plateau continental dans les dix à vingt ans» à venir, selon l’étude.


http://fr.canoe.ca/infos

Les régimes amaigrissants font perdre la tête


Pourquoi que les régimes ne fonctionnement pas? Notre cerveau réagit a un bouleversement que nous provoquons quand nous suivons un régime surtout s’il est drastique .. Alors que faire … ??? Sinon que de changer nos habitudes alimentaires et physique
Nuage

Les régimes amaigrissants font perdre la tête

Les régimes amaigrissants font perdre la tête

© Shutterstock

Par Richard Béliveau – Docteur en biochimie


La plupart des régimes amaigrissants sont inefficaces parce qu’ils engendrent un sentiment de faim intense qui décourage et frustre les personnes qui cherchent à perdre du poids.
 

Une étude récente indique que cette faim serait provoquée par la destruction de certains neurones impliqués dans le contrôle de l’appétit.
 

Régimes inefficaces
 

L’excès de poids et l’obésité qui sont associés à la consommation excessive de calories sont les éléments déclencheurs de plusieurs maladies chroniques qui touchent de plein fouet la population, en particulier le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires et plusieurs types de cancers.


Même si nous plaçons beaucoup d’espoirs dans la découverte de nouveaux médicaments destinés à guérir ces maladies, il ne faut surtout pas oublier qu’une simple réduction de la masse corporelle pourrait avoir des répercussions extraordinaires sur l’incidence de ces maladies et sauver d’innombrables vies.


Au fil des années, un nombre incalculable de régimes amaigrissants ont été popularisés pour aider les personnes qui cherchent à perdre du poids.


En théorie,
le principe est très simple: puisque le surpoids est dû à un excédent de calories, le simple fait de réduire cet apport calorique ne peut qu’entraîner une diminution de la masse corporelle.


En réalité,
la situation est beaucoup plus complexe: le corps perçoit cette baisse de l’apport calorique comme un signal de conditions difficiles et abaisse en parallèle le métabolisme basal pour tenir compte de ce manque de nourriture.


Ces régimes hypocaloriques engendrent aussi un sentiment de faim intense qui peut être réprimé à court terme, mais qui devient intolérable à plus long terme.


En conséquence,
l’enthousiasme des gens devant quelques kilos perdus au départ est vite refroidi par le plafonnement de cette perte de poids: non seulement les personnes qui sont au régime ont faim, mais, en plus, la perte de poids promise n’est pas au rendez-vous! Il est donc normal que ces régimes soient rapidement abandonnés… et que les kilos perdus reviennent en force!


Un autre danger de ces régimes est qu’ils peuvent à la longue détruire notre relation privilégiée avec la nourriture: l’acte de manger n’est plus un plaisir, mais devient plutôt une «menace» pour le poids corporel, une activité qu’on ne peut accomplir sans se sentir d’une certaine façon coupable. Coupable d’avoir faim, quel gâchis!


Cannibalisme cérébral

 

Une étude récente montre que la sensation de faim associée à la privation de nourriture est due à un dérèglement physiologique des processus impliqués dans la régulation de l’appétit(1). Des chercheurs new-yorkais ont observé qu’une réduction de l’apport en nourriture provoque des dommages importants à certains neurones situés au niveau de l’hypothalamus: en réponse à une baisse de calories, ces neurones commencent à «s’autodigérer», c’est-à-dire à utiliser leurs propres constituants comme source d’énergie, ce qui mène ultimement à leur destruction. Un genre de cannibalisme cellulaire!


Puisque ces neurones jouent un rôle clé dans le contrôle de l’appétit, leur destruction provoque évidemment plusieurs bouleversements, notamment la production de certains peptides impliqués dans la stimulation de l’appétit.
Avoir faim lorsqu’on est au régime n’est donc pas un état lié à un manque de volonté ou un simple caprice; il s’agit plutôt d’une réponse physiologique du corps à une situation anormale qui est interprétée comme une menace pour l’intégrité de l’organisme.


Approche équilibrée

 

Ces observations expliquent scientifiquement ce que les personnes qui ont adopté un régime sévère savent par expérience: il n’y a pas de méthode «miracle» pour perdre du poids, surtout à l’aide de régimes qui prônent une diminution trop draconienne de l’apport calorique. La faim finit toujours par nous rattraper, quelle que soit notre volonté!


La seule approche réaliste au maintien du poids corporel consiste à modifier nos habitudes de vie en adoptant certains réflexes très simples, mais qui peuvent cependant faire une énorme différence:

 

• Manger lentement pour donner le temps aux mécanismes de contrôle de la satiété d’être activés.

 • Manger des aliments de faible densité calorique qui occupent beaucoup de volume dans l’estomac sans contenir énormément d’énergie; le meilleur exemple étant les végétaux et particulièrement les légumineuses, au très haut pouvoir rassasiant.


• Adopter une approche défensive face à l’omniprésence
d’aliments industriels dans notre environnement : collations, boissons gazeuses, fast-food, etc., ne doivent pas être des aliments quotidiens, mais plutôt de petits plaisirs occasionnels.


• Privilégier les grains entiers:
la hausse rapide d’insuline provoquée par les aliments contenant des farines raffinées stimule la fabrication de graisse à partir du sucre excédentaire.


• Enfin, soyez actifs!
L’activité physique améliore le fonctionnement général du métabolisme et permet au corps de mieux gérer les calories consommées.

 
 
(1) Kaushik et coll. Autophagy in hypothalamic AgRP neurons regulates food intake and energy balance. Cell Metab, 2011;14:173-83.

http://fr.canoe.ca/artdevivre

Meurtre de Valérie Leblanc «Nous ne sommes pas près d’une arrestation»


Une enquête qui se promet d’être longue .. et que je suis le plus possible car c’est quand même dans ma région et c’est une jeune fille qui a l’age de mes propres enfants .. Mais au moins, la police continue l’enquête suite a des informations qui semblent important a vérifier
Nuage


Meurtre de Valérie Leblanc

«Nous ne sommes pas près d’une arrestation»

«Nous ne sommes pas près d'une arrestation»

Crédit photo : Agence QMI


La police de Gatineau retournera sur le lieu de la découverte du corps inanimé de Valérie Leblanc, mercredi, après avoir obtenu un nouvel élément d’information dans leur enquête.


Les policiers scruteront le secteur boisé situé à proximité du Cégep de l’Outaouais après qu’ils aient appris qu’un groupe de campeurs avait séjourné dans la forêt à proximité du lieu où le
corps de l’étudiante de 18 ans a été découvert.

Crédit photo: Agence QMI

«C’est de l’information qu’on a reçu à la suite de la diffusion de la description du témoin important recherché», a expliqué l’agent et porte-parole de la police de Gatineau, Pierre Lanthier.


Les policiers ont aussi une nouvelle piste sous la main: la description du témoin important recherché correspondrait à un des campeurs. C’est ce qu’ils tenteront de confirmer au cours des prochains jours.


Toutefois, la quantité d’information pertinente accumulée jusqu’à présent demeure insuffisante pour identifier un suspect.


«Nous ne sommes pas près d’une arrestation,
a prévenu M. Lanthier. Ces gens-là seront questionnés et identifiés. On étudie toutes les pistes.»


Crédit photo: Agence QMI


M. Lanthier a aussi laissé entendre que, comme il fut le cas avant la tenue de la
conférence de presse de jeudi dernier, l’enquête ne permet toujours pas de dessiner un portrait-robot.

«Il nous manque encore des éléments importants», a-t-il laissé savoir.


L’agent Lanthier a aussi indiqué que la police de Gatineau bénéficie d’une collaboration assidue de la Sûreté du Québec depuis le début de l’enquête.


Valérie Leblanc est morte à la suite d’un traumatisme crânien, a révélé une autopsie. Il ne fait aucun doute qu’elle a été victime d’un meurtre,
selon les autorités.


http://tvanouvelles.ca/lcn/infos