L’herbe plus verte ..


Envie beaucoup nos voisins, nos amis ..mais si nous connaissions vraiment les hauts et les bas de leur vie .. on s’apercevrait probablement que ce n’est pas plus rose chez eux

Nuage

L’herbe plus verte ..

 

«L’herbe est toujours plus verte chez les autres… jusqu’à ce qu’on découvre que c’est du gazon artificiel.»


Jacques Salomé

Ils en rient alors que moi, ça me met en colère !


Les gens ne réagissent pas de la même façon quand il y a un évènement, une nouvelle, un changement .. Notre perception peut aussi être différentes une fois a l’autre et même si nous ne pouvons changer les choses et ou les autres, nous sommes maître de gérer nos propre perception, nos réponses, nos émotions

Nuage

Ils en rient alors que moi, ça me met en colère !

Une même chose a différentes faces, selon qu’on la regarde différemment ; et de là vient que les uns prennent plaisir à tout, et les autres à rien. » Baltasar Gracian Y Moralès

Vous est-il déjà arrivé de vous poser la question pourquoi chaque individu vit un même événement différemment ? Alors que les uns peuvent s’irriter d’une situation, d’autres en rient.

Pourquoi les uns peuvent y puiser de la force et d’autres sombrent dans de grandes déceptions voire de grandes colères ?

Les uns voient dans la vie un verre à moitié plein alors que d’autres le voient à moitié vide.

Pourquoi les uns réagissent avec calme alors que d’autres explosent de colère ?

L’événement est pourtant le même pour l’un que pour l’autre et il arrive que l’on reste consterné face à ce que nous considérons comme une « réaction démesurée ». Du moins, selon notre point de vue, nos sensibilités, nos perceptions…

La citation introduit impeccablement ce questionnement : nous vivons et ressentons les choses de façons différentes parce que nous ne regardons souvent qu’une seule « face » d’une situation.

Notre bagage psycho-socio-émotionnel forme notre personnalité et nos perceptions. Ce sont ces perceptions qui guident nos réactions. Bien entendu c’est très simplifié, mais dans ce processus complexe qui est engendré par une multitude de facteurs, c’est comme cela que cela marche. Si nous comprenons cela, il est alors possible de remettre en question notre façon de percevoir notre monde, surtout si ces perceptions nous paralysent et pourrissent la vie.

Nous sommes tous uniques et notre « carte du monde » est très personnelle, différente de celle des autres. La vôtre n’est pas la mienne. Je peux, au mieux essayer de la « lire », de l’interpréter, mais ce ne sera jamais mon « territoire » et vice versa.

Au même titre que tous les terrains géologiques sont uniques, une carte topographique vous donnera au mieux et avec précision le relief d’un paysage. Vous savez alors à quoi vous attendre. Mais cette carte ne vous dira pas si quelque chose à changé, s’il y a un nouvel obstacle, un arbre qui est tombé, un ruisseau qui déborde,… Elle n’est pas le territoire.

Peut-être que votre interlocuteur, votre collègue ou votre conjoint a eu une vie difficile qui influence sa réaction face à un cas de figure qui pour vous semble pourtant si simple. Il fait alors une association qui vous semble, à vos yeux, disproportionnée. Il a peut-être juste eu une dure journée ou des soucis. Son état émotionnel a des conséquences sur ses réactions que lui-même ne pourra peut-être pas identifier.

D’autres se mettrons en mode « défensif », il vous semble impossible de dire quoi que ce soit sans qu’il se braque… Et pourtant la situation ou votre intention vous semblait tellement sincère…

Les comportements face à des situations de vie sont le résultat de l’état dans lequel on se trouve à un moment « T ».

Nos ressources et notre « cadre de référence » ne nous permettent pas toujours de réagir de façon optimale ou objective.

Ce qui est important d’intégrer, ce qui aide lorsque vous vous trouvez dans une situation que vous jugez « complexe », c’est de prendre conscience qu’un comportement n’est pas la personne. Ainsi, il vous sera possible de ne pas porter de jugement. Un comportement est le résultat d’un moment « T », ne vous laissez pas emporter dans des sentiments de culpabilité, de honte, de colère, de généralisation ou de stigmatisation.

Changer les événements ou votre entourage est impossible. Tout comme nous ne pouvons pas changer le passé. Vous ne les gérez pas.

Les seules choses sur lesquelles vous pouvez travailler, ce sont vos perceptions et vos propres comportements face à ces cas de figure. Vous pouvez ainsi considérablement vous simplifier la vie !

Nous avons tous des attentes de la vie. Ces attentes nous mettent dans des états émotionnels différents.

Par exemple, nous aspirons tous à l’amour, à en donner et à en recevoir non ?

Ou encore d’avoir beaucoup d’argent ou de succès social ou encore de trouver la paix dans la vie ou de ne plus laisser nos peurs maîtriser nos (in)actions.

Ces attentes, la vision que vous vous faite des choses, vont influencer nos perceptions.

La clé du succès de l’épanouissement et de la paix de l’âme réside entre autres à contrôler ses états internes.

Laissez-moi développer ceci :

Si nos états internes sont aux prémices des comportements, on doit alors trouver les raisons qui les engendrent et ce qui les créent.

Un état se compose de deux éléments principaux : nos représentations internes et notre physiologie. Votre représentation du monde et votre interprétation des situations créent l’état dan lequel vous êtes et par conséquence le comportement que vous allez adopter.

Par exemple, comment réagissez-vous envers votre collègue de travail, qui à nouveau, a fait des erreurs dans son rapport ? Ou envers votre conjoint qui, à nouveau, a oublié de sortir les poubelles ?

Eh bien, l’état dans lequel vous vous trouvez au moment où vous constatez ces choses influera sur votre réaction qui peut varier d’un jour à l’autre.

Il ce peut que, toute la journée, vous vous êtes imaginé une poubelle vide parce que vos parents viennent ce soir en visite et que vous attendiez de votre conjoint un minimum syndical de soutien et d’initiative, alors que lui… il n’a rien fait d’autre que d’oublier comme d’habitude, mais n’a pas eu la même perception que la vôtre. C’est vrai quoi, d’habitude cela ne vous met pas dans ces états là ! Et il ne comprend pas et la situation prend des ampleurs grotesques…

Ou alors vous savez d’avance que votre conjoint a un rendez-vous important à préparer et, le connaissant, vous ne vous attendez pas à voir cette poubelle vidée. Mais vous le comprenez, il n’a pas la tête à ça en ce moment. Votre démarche émotionnelle vous met dans un tout autre état, alors que le résultat est le même : la poubelle est tellement pleine qu’elle est à deux doigts de vomir…

Mais votre perception était différente et elle a conduit à un comportement différent.

Bien entendu, nos réactions trouvent leurs sources dans notre plus jeune enfance et dans toute notre vie. Parfois nous ne faisons qu’imiter les réactions de nos parents et, inconsciemment, nous imitons des modèles qui se sont répété maintes et maintes fois.

Il est possible de vivre les choses différemment lorsque nous comprenons que c’est l’état interne dans lequel nous nous trouvons qui influe sur nos perceptions et nos comportements. C’est la raison pour laquelle il nous arrive de réagir différemment en fonction de ce que beaucoup identifie comme « mon humeur du jour ». L’humeur n’est qu’un état causé par des événements extérieurs, pas toujours identifiables. Mais nous pouvons maîtriser ces humeurs, vraiment !

Ce que nous pouvons changer, avec de l’exercice, ce sont nos perceptions des choses qui influeront sur nos comportements.

Nous ne pouvons pas changer le monde qui nous entoure, nous ne pouvons pas changer les « autres », nous ne pouvons pas changer la carte de monde des autres, ni notre passé, mais nous pouvons changer nos perceptions, notre vision. En prenant le temps et envisager que d’autres possibilités sont possibles, envisager des leçons constructives à tirer de vos expériences, vous ouvrez déjà votre esprit à un changement d’état et vous vous sentirez beaucoup mieux.

Nous choisissons notre façon de réagir ! Ne nous cherchons pas d’excuses puisées dans un passé qu’on ne changera pas ! Concentrez-vous sur les possibilités, sur l’avenir à construire !

Personne ne naît avec la prédisposition de voir la vie en noir ou d’échouer !

Inspirez-vous de gens qui ont vécu leur vie en acteur et ne l’ont pas fait dépendre des événements.

Leurs histoires sont inspirantes, et si eux ils ont réussit, alors vous aussi vous pourrez réussir !

Ne vous laissez pas décourager par la déception et le négativisme ! Vous pouvez vous aussi réussir à vous épanouir !

Michel POULAERT.

Le saviez-vous ►La plus grande épidémie de l’histoire‏


On se souvient des dépenses qu’a occasionné les vaccins pour le H1N1, certains ont parler de pure gaspillage .. mais le monde a déjà connu des pandémies meurtrières telle que la grippe espagnoles qui s’est propager en l’espace de quelques mois alors que le déplacement de la population n’était pas aussi rapide qu’aujourd’hui …

Nuage

La plus grande épidémie de l’histoire

 

 

Dans les dernières années, une psychose générale s’est installée lors de l’apparition d’un petit virus H1N1. OMS et autorités gouvernementales prenaient très au sérieux ce qui s’est révélé par la suite une épidémie de grippe, certes très contagieuse, mais relativement bénigne.

C’est pourtant avec de bonnes raisons que la méfiance s’est installée : les virus de sous-type H1N1 sont responsables de l’épidémie humaine la plus meurtrière de tous les temps. Ils ont en effet mis un terme à plus de 50 à 100 millions de vie[1] au
courant du siècle dernier, sous le nom célèbre de "Grippe Espagnole".

 

Sur une période restreinte allant de 1918 à 1919, la grippe espagnole s’est répandue à une vitesse peu commune, du fait de son taux élevé de contagion, à telle point qu’on la qualifie davantage de pandémie que d’épidémie. Elle toucha en effet l’ensemble des continents, partant vraisemblablement de Chine, trouvant son chemin vers les Etats-unis pour s’abattre par la suite en Europe, durant un laps de temps d’à peine quelques mois. 50% de la population mondiale, soit près d’un milliard d’individus, en furent atteints.

La pandémie présentait, outre sa vitesse de contagion, des caractéristiques inhabituelles : elle touchait davantage les jeunes adultes, censé pourtant, être dans une forme optimale pour lutter contre les maladies, par rapport aux jeunes enfants ou aux aînés. Ceci s’explique probablement par le mode d’action du virus, qui affaiblit les défenses immunitaires

(les malades mourraient en majorité de complications, par exemple bronchiques, qui en résultaient) : le système immunitaire des jeunes adultes réagissait beaucoup trop au virus, jusqu’à attaquer le corps même. D’autres raisons d’ordre social ou circonstanciel ont été avancées : la tranche d’âge des jeunes adultes est celle qui se déplace le plus et entretient de nombreux contacts, ou se retrouve dans des endroits ou on côtoie de nombreuses personnes.

 

La Grippe espagnole, du sous-type H1N1, fit en quelques mois davantage de morts que la première guerre mondiale, qui venait de s’achever lorsque la pandémie se déclara.

Cette pandémie fait donc partie des plus fortes et meurtrières de l’histoire, comparables à la Peste Noire au XIVème siècle, ou au Sida dans la période actuelle, bien que dans ces cas, la population globale et les conditions de celle-ci, nuancent fortement les données à comparer.

Ainsi, la Peste Noire tua en quelques années près de 30 à 50% de la population européenne (environ 25 millions). L’hygiène n’était cependant pas ce qu’elle était lors de l’épisode de la Grippe Espagnole. Le Sida, quant à lui, continue d’amener à la mort de nombreuses personnes (24 millions de morts imputables au SIDA et ses conséquences, actuellement),

mais du fait de son mode de transmission, se révèle nettement moins contagieux.

Néanmoins, constatant grâce aux données sanitaires l’existence d’un cycle de grippe meurtrière établit aux alentours de 39 ans, l’OMS considère aujourd’hui comme probable, le retour d’une grippe virulente et contagieuse dans les 5 ans à venir (la dernière datant des années 68-69).
Ce qu’on pourrait considérer comme de l’excès de prudence vis-à-vis des formes naissantes de grippe, s’appuie pourtant bel et bien sur l’existence de données solides prévoyant une pandémie notable et dangereuse dans les prochaines années…

——————————————————————————–
Pour en savoir plus :
[1] Johnson N.P., Mueller J. « Updating the accounts: global mortality of the 1918-1920 “Spanish” influenza pandemic. », Bull Hist Med., printemps 2002, 76(1), p. 105-15.
Wikipédia :
Grippe espagnole

http://www.le-saviez-vous.fr

Envoûtante Guyane


Un paradis terrestre ca vous tente ??? Un lieu qui offre une nature dans ses plus beaux atours

Nuage

Envoûtante Guyane

C’est en Guyane que le photographe François Pattedoie a fait ses premières armes en photos. Il nous emmène à la découverte de ce département français d’outre-mer qu’il affectionne tout particulièrement.

Mystérieuse chenille
chenille
© François Pattedoie

Une araignée qui se baladait
araignée
© François Pattedoie

Très curieux
phylloméduse de vaillant
© François Pattedoie

Un havre de paix pour les oiseaux
aigrette tricolore
© François Pattedoie

Impressionnant Imantodes Cenchoa
imantodes cenchoa
© François Pattedoie

Après une averse tropicale
averse tropicale
© François Pattedoie

A la rencontre des géants de la forêt
crique de fourgassié
© François Pattedoie

Un peu d’aide ?
appel de l'océan
© François Pattedoie

Le chant des petites grenouilles
hyla minuta
© François Pattedoie

La célèbre Ile du Diable
ile du diable
© François Pattedoie

Raie de lumière en sous bois
raie de lumière
© François Pattedoie

Jour naissant
lumière matinale
© François Pattedoie

Atmosphère onirique
brume
© François Pattedoie

Un spectacle unique la ponte d’une tortue luth
ponte
© François Pattedoie

http://www.linternaute.com

Le pardon difficile à obtenir pour les criminels


Quand une personne commet un meurtre ou agresse un enfant ne doit pas être libéré si facilement pour alléger son temps en prison Ceux qui en sont victimes ne pourront jamais reprendre une vie normale soit parce qu’ils sont morts soit qu’ils ont des séquelles physiques et psychologique…

Nuage

Le pardon difficile à obtenir pour les criminels

 
Nouvelle loi - Le pardon difficile à obtenir pour les criminels
Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu
© Agence QMI

MONTRÉAL – Il est de plus en plus difficile pour les criminels canadiens d’obtenir leur pardon depuis qu’une nouvelle loi à ce sujet a été mise en place, il y a un peu plus d’un an.

 

Selon le quotidien La Presse, des 28 020 demandes formulées depuis le 1er juillet 2010, 8206 ont été acceptées, ce qui contraste avec le total de 2009, qui était de 25 251.

Plus de 60 % des requêtes rejetées par la Commission des libérations conditionnelles ont été jugées « incomplètes », car le demandeur n’est pas parvenu à démontrer clairement comment son pardon pourrait lui apporter un « bénéfice mesurable qui soutiendrait sa réadaptation comme citoyen respectueux des lois ».

Il s’agit d’une nouvelle contrainte de la loi.

Les délais afin qu’une demande de pardon soit valide ont aussi été étirés, ce qui est à l’origine de 5 % des rejets. Ainsi, les gens condamnés pour un crime grave, comme un meurtre, doivent maintenant attendre 10 ans avant d’essayer d’obtenir le pardon. Même situation pour ceux qui ont commis une agression sexuelle sur un enfant, alors que le délai passe de trois à cinq ans.

Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu s’est dit en faveur de ce resserrement de la loi, qui remet « un peu de sérieux » dans les demandes de pardon en évitant qu’elles ne deviennent un automatisme.

Lorsqu’un criminel obtient le pardon, son casier judiciaire, bien que toujours existant, n’apparaît plus lors de vérifications de routine, ce qui facilite les déplacements à l’étranger et la recherche d’emploi.

http://fr.canoe.ca

Chaud à mourir


Un billet qui explique bien les conséquences de la canicule. Il est important quand cela arrive de se prémunir le mieux que l’on peut pour éviter des désagréments qui peuvent être même mortel …

Nuage


Chaud à mourir

Chaud à mourir

© Shutterstock
Par Ronald Denis – Docteur en médecine, chirurgien et traumatologue

Partout, la chaleur des derniers jours a été accablante. Pour certains elle s’est avérée mortelle… Par temps de canicule, il ne suffit pas de boire de l’eau

Notre corps tente de maintenir de façon constante sa température à 37°, et lorsqu’il fait chaud comme ces derniers jours, la sueur qu’il produit le rafraîchit en s’évaporant. La vitesse avec laquelle cette évaporation se produit est reliée au niveau d’humidité relative et lorsque celle-ci atteint près de 90%, l’évaporation risque de cesser avec pour conséquence l’augmentation de la température de notre corps.

Tout le monde peut souffrir d’un malaise relié à la chaleur, mais certaines personnes sont plus à risque que d’autres comme les personnes âgées, celles qui font de l’embonpoint et celles qui consomment des médicaments tels que des antihistaminiques ou des neuroleptiques. Celles qui consomment de la cocaïne ou qui souffrent d’alcoolisme aussi.

Environnement Canada utilise l’indice Humidex pour exprimer l’effet combiné d’une humidité et d’une température élevées pour décrire la chaleur qui est ressentie. L’inconfort survient lorsque cet indice dépasse 30, et lorsqu’il s’approche ou dépasse 40, il devient impérieux de prendre des mesures pour se protéger de la chaleur. Bénins pour certains, les problèmes résultant d’une exposition à une chaleur intense seront éprouvants pour d’autres et, parfois, mettront leur vie en danger.

 

Problèmes cutanés

Une température ambiante élevée peut être la cause de l’obstruction temporaire des orifices des glandes sudoripares causant, principalement chez les jeunes enfants, une irritation cutanée. Celle-ci, la miliaire rouge, caractérisée par l’apparition de petits boutons rouges de la grosseur d’une tête d’épingle sur le visage, le cou et le thor
ax, s’estompe dès que la température diminue.

Problèmes musculaires

Vous faites un exercice physique intense accompagné d’une abondante transpiration et vous buvez abondamment pour compenser votre perte en eau, mais vous ne compensez toutefois pas vos pertes minérales. Pendant l’exercice ou plus tard, les muscles qui travaillent seront le plus susceptibles d’être atteints de brèves crampes intermittentes et souvent particulièrement sévères. Isolez-vous dans un lieu frais, ouvrez vos vêtements et buvez de l’eau fraîche additionnée de sel à raison de 5 ml pour 4 litres d’eau.

 

L’épuisement

Le manque d’eau et de sel après plusieurs jours d’exposition à une chaleur extrême ou suite à un exercice prolongé dans un environnement très chaud peut provoquer un effondrement du système de refroidissement du corps. Les enfants en bas âge et les personnes âgées sont les plus susceptibles d’en être victimes. La peau devient alors froide et moite. Transpiration abondante, faiblesse, étourdissement, soif intense, vision floue, nausée, maux de tête et température du corps supérieure à 38°, font partie des symptômes. L’épuisement par la chaleur est attribuable à une perte des tissus en eau et en sels minéraux consécutive à une transpiration trop abondante. La victime doit être déplacée dans un lieu frais, à l’ombre, boire de l’eau fraîche, idéalement salée, être aérée et aspergée d’eau fraîche.

 

La syncope

La syncope due à la chaleur se manifeste par une sensation de vertige et une perte de conscience causées par une diminution temporaire du flot sanguin vers le cerveau pendant que la personne est debout. Un malaise créé par une perte importante de liquide et une absorption insuffisante d’eau, causant une chute de tension artérielle conséquente d’un afflux de sang plus important dans les membres inférieurs. Les symptômes disparaissent rapidement lorsque la victime est soustraite aux conditions éprouvantes, s’étend et boit de l’eau en petite quantité
.


Le coup de chaleur

Le coup de chaleur est une affection très sévère et nécessite une intervention médicale d’urgence. La personne a été exposée trop longtemps à une chaleur intense ou au soleil sans s’abriter, ni se rafraîchir, ni s’hydrater de façon adéquate. On parle alors d’insolation: le corps a épuisé la totalité de ses réserves d’eau et de sel et la transpiration cesse. Le coup de chaleur peut survenir soudainement ou peut être la suite d’un épuisement par la chaleur. La température du corps augmente et dépasse les 41°. La peau devient rouge, chaude et sèche. La personne éprouve fatigue, maux de tête et vertiges. Elle peut devenir confuse, délirer, s’évanouir ou sombrer dans le coma. Au-delà de 41,5°C, la victime est en danger de mort ou de complications cérébrales irréversibles. Si vous croyez qu’une personne est victime d’un coup de chaleur, sollicitez sans tarder l’assistance d’urgence au 9-1-1. Dans l’intervalle, retirez ses vêtements en trop, aspergez-la d’eau fraîche et procurez-lui de l’air frais. Si elle est consciente, faites-lui boire de l’eau fraîche en petite quantité. Les personnes affectées de problèmes cardiaques ou qui ont un régime alimentaire faible en sel sont sujettes aux coups de chaleur.

Ne surestimez pas votre capacité à supporter la chaleur. Elle peut être insidieuse. Évitez les efforts aux heures les plus chaudes et durant celles qui suivent les repas. Vous êtes sous le soleil? Évitez de porter des vêtements épais, serrés ou de couleur foncée. Portez une casquette blanche et ne courez pas torse nu. Mouillez-vous régulièrement le front et la nuque, buvez beaucoup, même sans soif, et accordez- vous régulièrement des moments de répit au frais.


http://fr.canoe.ca

Arctique : Des polluants relargués avec le réchauffement


Peut-on accusé nos parents et grand-parents d’avoir mit l’environnement en péril, je pense que non du a l’ignorance des effets occasionnés sauf que quand l’environnement fut mieux compris de l’impact des activités de l’homme, je pense que nous avons réagit trop lentement Bien sur que nous ne pouvons revenir en arrière mais depuis des années qu’on nous parle de la pollution que nous sommes comme des grenouilles dans l’eau froide qui graduellement la chaleur de l’eau augmente et nous vivons aujourd’hui notre inaction du passé .. Un changement radical dans tous les milieux individuels et sociaux doit entamer un processus pour que les choses n’empire pas aussi vite. Car nos enfants et petits enfants seraient en droit de nous demander des comptes

Nuage

Arctique : Des polluants relargués avec le réchauffement


Arctique - Des polluants relargués avec le réchauffement
©Shutterstock
Agence France-Presse

PARIS – Des pesticides et d’autres polluants organiques persistants qui se sont accumulés dans les glaces et les neiges de l’Arctique sont relargués dans l’atmosphère suite au réchauffement climatique, selon une étude publiée dimanche.

La concentration dans l’air de la région arctique de plusieurs de ces substances toxiques avait pourtant diminué au cours des dernières décennies suite aux restrictions de production et d’utilisation, relèvent les auteurs dans la revue scientifique Nature Climate Change.

La Convention de Stockholm, entrée en vigueur en 2004, visait à réduire ou éliminer progressivement les rejets de douze polluants organiques persistants (POP), dont le DDT, l’hexachlorobenzène (HCB) et le polychlorobiphényle (PCB). Neuf autres substances ont été ajoutées en 2009.

Susceptibles d’être transportés sur de longues distances, ces polluants ont pu se déposer et s’accumuler dans les sols et les glaces de l’Arctique sous l’effet des basses températures.

Avec le réchauffement climatique entrainant hausse des températures et recul de la banquise, les POP stockés commencent à se volatiliser, selon Jianmin Ma (agence Environnement Canada, Toronto) et ses collègues.

Ils ont analysé l’évolution des concentrations aériennes de plusieurs POP de 1993 à 2009 dans deux stations situées dans l’archipel norvégien de Svalbard et dans le Grand Nord canadien. Tenant compte de la tendance à la baisse sur le long terme, suite aux restrictions d’usage, ils ont cherché à évaluer l’influence du changement climatique sur un éventuel relargage.

Ils ont ensuite comparé leurs résultats avec des modèles informatiques simulant les effets du réchauffement du climat sur les concentrations atmosphériques de POP.

«Nos résultats indiquent qu’un large éventail de POP ont été relargués dans l’atmosphère de l’Arctique au cours des deux dernières décennies suite au changement climatique», résument les chercheurs.

Cela confirme «que le réchauffement de l’Arctique pourrait entraver les efforts destinés à réduire l’exposition de l’homme et de l’environnement à ces produits chimiques toxiques», préviennent les auteurs de l’étude.

Elle a porté sur les concentrations de PCB, DDT, cis-chlordane ainsi que de de lindane et d’autres types d’hexachlorocyclohexane (HCH) ajoutés depuis 2009 à la liste des substances à éliminer.

Dans un commentaire accompagnant l’article scientifique, Jordi Dachs de l’Institut espagnol de diagnostic environnemental et d’étude de l’eau (Idaea-Csic) relève que des «milliers» de polluants organiques persistants pourraient se comporter de façon similaire.

Ainsi relargués «les polluants générés par nos grands-parents» deviendraient des «témoins indésirables de notre passé environnemental» venant «du froid».

http://fr.canoe.ca

Carnage en Norvège : Les franc-maçons inquiets


Sans être une adepte de la Franc-maçonnerie et dans leur rites .. il est clair que cela démontre qu’il ne faut pas juger tout une groupe par une brebis galeuse … que ce soit en religion ou autre groupe ..

Nuage

Carnage en Norvège : Les franc-maçons inquiets

Les franc-maçons inquiets
Crédit photo : Reuters
Des centaines de gerbes de fleurs ont été déposées prês de la cathédrale d’Oslo
Par Reynaldo Marquez | Journal de Montréal

L’appartenance du tireur fou norvégien, Anders Behring Breivik, à une société secrète maçonnique inquiète les francs-maçons du Québec, qui ont tenu à s’en dissocier.

La photo du présumé assassin de 32 ans portant un tablier et un collier de fonction, signes distinctifs de la franc-maçonnerie, a fait le tour du monde dans les heures qui ont suivi le drame, samedi dernier.

Sa diffusion a suscité l’inquiétude au sein des francs-maçons québécois, répartis au sein de trois principales obédiences.

«La franc-maçonnerie est un mouvement philosophique fondé sur la tolérance et l’ouverture aux autres. Nous ne prônons pas la violence, ni la haine», a précisé, lundi, Jacques G. Ruelland, porte-parole de la Grande Loge du Québec.

Rappelons que Anders Behring Breivik a reconnu avoir perpétré deux attentats qui ont fait une centaine de morts, en Norvège.

Sa haine du multiculturalisme et des immigrants aurait, entre autres, motivé ses gestes.

«Un mauvais maçon»

«S’il a fait cela, c’est qu’il n’a rien compris à nos enseignements. Il a été un bien mauvais maçon», a ajouté M. Ruelland.


«Comme partout, il y a des brebis galeuses. Assassiner son prochain, ce n’est pas ce que nous faisons», a ajouté un franc-maçon d’une loge concurrente, qui a requis l’anonymat.

M. Ruelland a ajouté que la franc-maçonnerie, dont les origines remontent à 1717, est une société discrète et non pas secrète.

«Nous avons pignon sur rue, au centre-ville. Dire que nous sommes une société secrète ne fait qu’alimenter la peur à notre sujet», a-t-il indiqué au Journal de Montréal.

http://tvanouvelles.ca