La récolte


Si on veut voir nos réalisations il faut d’abord commencer par la base, on ne voit peut-être pas nécessairement les effets mais c’est a la longue qu’on peut arriver a voir le résultats

Nuage_blanc_1

La récolte

 

«Ne juge pas chaque jour à la récolte que tu fais mais aux graines que tu sèmes.»

Robert Louis Stevenson

La leçon de guitare


C’est une belle métaphore pour s’imager et comprendre le stress … et peut être une bonne manière pour que mentalement nous puissions trouver ce juste milieu pour donner la plus belle musique

Nuage_blanc_1

La leçon de guitare

 

 

J’étais ce qu’on appelle un "homme pressé" et, dans
mon cas, cela signifiait aussi un "homme stressé":
papiers administratifs, factures, comptes, prospection
des clients, le quotidien d’une entreprise est passionnan tmais c’est aussi une tâche lourde à assumer.

 

Souvent le soir, lorsque je rentrais fatigué après une
longue journée, je n’étais pas aussi disponible que je le voulais pour ma famille. Mes enfants le sentaient bien:

 

"Papa, détends toi, viens jouer avec nous". Mais rien
n’y faisait, plus j’essayais de me calmer, moins j’y parvenais.

 

J’ai essayé beaucoup de choses et pas toujours les
meilleures pour diminuer mon stress : médicaments, alcool, manger des sucreries n’ont pas d’effets durables et sont mauvais pour la santé.

Bizarrement, c’est mon professeur de guitare qui a résolu le problème.


Je prenais une leçon hebdomadaire. C’est un réel plaisir pour moi de sentir vibrer la caisse de l’instrument comme si elle faisait écho à mes propres sentiments.


Mais la pratique de la guitare demande discipline et
disponibilité d’esprit.

 

Or, ce jour là, je rejouais sans cesse le même passage, mais il n’y avait rien à faire: les sons ne "sonnaient" pas, ma musique n’avait pas d’âme. Au bout de quelques mesures, je me suis emporté:

"Bon Dieu je n’arrive pas à me détendre!"

 

Mon professeur a souri. Il m’a enlevé l’instrument des mains et s’est mis à triturer les mécaniques en bout de manches jusqu’à ce que les cordes soient toutes distendues. Il m’a redonné la guitare en me
disant: "Maintenant, joue!"



J’étais surpris mais j’ai obéi. Evidemment, le morceau était inaudible.


Le professeur a repris la guitare et cette fois-ci, il a tiré les cordes au maximum. Lorsqu’il me l’a redonnée, celles-ci étaient si tendues qu’il ne m’a fallu que quelques secondes et un aller-retour sur le manche pour casser le mi et le la.


Tout penaud, je lui lançais un regard interrogateur. Il me dit alors: "Tu vois, nous sommes tous comme cette guitare: trop mous, nous ne sommes bons à rien et trop tendus, nos nerfs lâchent.


Crois-moi, la solution c’est LE JUSTE MILIEU. Chaque fois que tucherches à te détendre, rappelle-toi la manière dont tu accordes ta guitare : le son est toujours plus beau quand les cordes ne sont
ni relâchées, ni trop tendues.


Auteur :http://www.club-positif.com

Truc express ► Faire pousser des plants – Accélérer l’éclosion des fleurs


Bon il est peut-être un peu tard pour cela mais un truc qui servira pour l’an prochain .

Nuage_blanc_1

Faire pousser des plants – Accélérer l’éclosion des fleurs

1ère astuce : Avant de mettre en terre des fleurs ou même un plant de tomates, il suffit de verser un peu de sucre dans le trou qui va avoir pour effet de détruire les micro organismes nuisibles présents dans ce dernier.

2ème astuce : Pour que les fleurs d’un bouquet éclosent plus rapidement, placer dans l’eau du vase 3 cuillères à café de sucre et 2 cuillères à café de vinaigre.

http://www.nursia.net

L’effet bénéfique des espaces verts sur la santé


Je suis aussi d’avis que les espaces verts sont important dans les milieux urbains Dans le coin que j’habite j’ai accès a 3 parcs dont deux ont une partie sont utilisé pour des fêtes et et le sport comme le soccer .. il y a même dans un coin rue un espace aménager a l’ombre des arbres idéale pour s’assoir et faire la lecture …

Nuage_blanc_1

L’effet bénéfique des espaces verts sur la santé

L’effet bénéfique des espaces verts sur la santé
Crédit photo : archives Agence QMI
Des Montréalais en pleine détente au Parc Lafontaine

La présence d’espaces verts semble être associée à plusieurs effets positifs non seulement sur l’environnement, mais aussi sur la santé physique et mentale de la population.

L’Institut de la santé publique du Québec (ISPQ) a publié une étude documentant les effets bénéfiques pour la santé des espaces verts en milieux urbains.

Les arbres réduisent les polluants, comme la poussière, l’ozone, et les métaux lourds. Les espaces verts réduisent aussi le bruit, la température locale et l’effet d’îlots de chaleur urbains.

Par ailleurs, plusieurs études suggèrent que les espaces verts urbains sont associés à une meilleure santé, à la fois autorapportée et diagnostiquée. On remarque aussi un meilleur niveau d’activité physique, un moindre taux de mortalité, moins de symptômes psychologiques, moins d’anxiété, de dépression et de stress, ainsi qu’un niveau de cohérence sociale plus important.


De plus, quelques études suggèrent que ces liens sont plus forts parmi les groupes de la population les plus désavantagés.

«Bien que des recherches complémentaires seront nécessaires pour affiner l’analyse, il semble que les espaces verts sont très importants pour la santé en milieu urbain et doivent être considérés comme un élément central lors de la planification urbaine», conclut le rapport de l’Institut.

Cette étude a été réalisée dans le cadre du Plan d’action 2006-2012 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec.

http://tvanouvelles.ca

Une voleuse se cache dans un congélateur


Jeudi dernier il a fait vraiment chaud et ce fut une cachette très rafraichissante, mais pas très futée d’avoir perpétré ses vols sur leur du midi …

Nuage_blanc_1

Une voleuse se cache dans un congélateur


Une voleuse se cache dans un congélateur
Crédit photo : Archives Agence QMI
Par John Miner | Agence QMI

Une voleuse a trouvé le moyen de rester au frais durant la plus chaude journée de l’année, jeudi, en se cachant dans un congélateur.


Lorsqu’un homme est entré chez lui, jeudi vers midi, il a entendu une personne à l’intérieur et a appelé la police, mais trop tard. La suspecte avait pris la fuite avec des biens d’une valeur de 3000$.

Environ 20 minutes plus tard, la police a été appelée pour un autre vol par effraction, dans une autre rue.


Une jeune femme de 24 ans a été retrouvée cachée à l’intérieur de la résidence, dans un congélateur. Elle avait avec elle des biens dérobés dans les deux maisons.


Elle a été accusée de vol par effraction et de possession de drogue en vue d’en faire le trafic.


http://tvanouvelles.ca

7 mythes revisités sur l’exercice physique


L’exercices est bon pour le corps et le moral .. et permet de se remettre en forme .. mais certains mythes persistent ..

Nuage_blanc_1

 

7 mythes revisités sur l’exercice physique

Il existe plusieurs croyances populaires bien ancrées qui circulent au sujet de l’exercice physique. Le kinésiologue Alexandre Paré nous donne l’heure juste sur 7 mythes tenaces.

1- Faire des étirements prévient le risque de blessures.

Un nombre grandissant d’études montrent que contrairement à la croyance populaire, le fait de s’étirer avant de s’exercer ne prévient pas le risque de blessures.

« L’étirement statique ne prévient ni les blessures ni les courbatures. Il est plutôt recommandé de s’échauffer de façon lente et progressive afin d’atteindre un niveau d’intensité comparable à celui de l’exercice planifié », explique Alexandre Paré.

L’étirement statique, qui consiste à demeurer sur place et étirer les muscles de ses bras, ses jambes et de son dos, par exemple, doit être distingué de l’étirement actif (échauffement). Ce dernier est utilisé par des athlètes de haut niveau que l’on voit sauter ou prendre de grandes enjambées. Il met l’accent sur des mouvements plutôt que de simples étirements.

2- Les femmes ne devraient pas lever d’haltères pour éviter d’avoir de trop gros muscles.

Deux hormones sont nécessaires pour gagner du volume musculaire : l’hormone de croissance (HGH) et la testostérone. Cette dernière fait défaut chez la femme, si bien qu’elles ne peuvent espérer développer une masse musculaire significative sans l’apport de stéroïdes.

 

Ce mythe est si tenace que certaines femmes perçoivent à tort qu’elles prennent du muscle grâce aux haltères. En fait, c’est davantage les exercices qui expliquent le développement de certains muscles qui réagissent à une résistance externe. Que l’on pagaie, nage ou court, les muscles vont s’adapter à la tâche et se développer en conséquence.

Mais les haltères n’ont rien à voir dans ce développement musculaire selon M. Paré.

« Les femmes n’ont pas à craindre les haltères. Un des grands avantages de la musculation est qu’elle aide à prévenir la perte de masse osseuse et donc l’ostéoporose », dit Alexandre Paré.

3- Il est possible de s’exercer en ciblant les endroits où s’accumulent les graisses.

Les spécialistes ont longtemps pensé que la brûlure ressentie dans un muscle sollicité signifiait que les graisses présentes à cet endroit allaient être brûlées. Or, c’est faux.

« La perte de gras localisée n’a jamais été prouvée », tranche M. Paré.

« La sensation de brûlure dans les cuisses ou les abdominaux est une simple perception chimique. Un muscle qui se contracte n’utilise pas nécessairement le gras situé à proximité pour produire de l’énergie. C’est le cerveau qui décide d’où proviennent les molécules de graisse et elles peuvent provenir de n’importe où », dit-il.

4- Il est recommandé de consommer des barres et boissons protéinées après un entraînement.

Lorsque l’on fait de l’activité physique d’intensité modérée, les aliments naturels ou peu transformés, comme des fruits et des noix, suffisent pour obtenir des protéines, mais aussi des minéraux et des vitamines qui font souvent défaut dans les mets protéinés.

Il en va autrement pour les athlètes qui recherchent la performance musculaire et cardiovasculaire. Il existe en effet une fenêtre de 30 minutes pour consommer des protéines rapidement assimilables que l’on retrouve dans des barres et boissons protéinées.

5- La perte de poids est un gage d’un bon entraînement.

Après un exercice ou une séance d’entraînement, il est tout à fait possible d’afficher le même poids corporel qu’auparavant.

 

« Une personne peut perdre 2 livres de gras, mais gagner 2 livres de masse maigre en muscle ou en eau, par exemple », explique Alexandre Paré.

De plus, il ne faut pas sous-estimer les multiples bienfaits physiologiques associés aux exercices physiques. Les entraînements cardiovasculaire et musculaire diminuent la résistance à l’insuline chez les diabétiques – donc réduisent le taux de sucre sanguin – et diminuent la tension artérielle. Un bon entraînement peut aussi augmenter le nombre de récepteurs à HDL

(bon cholestérol).

« Tous ces éléments s’améliorent avec une perte de poids d’à peine 5 % à 10 %. Pour une personne qui pèse 300 livres, une perte de 15 livres peut être importante », illustre-t-il.

6- Il faut souffrir lorsque l’on fait de l’exercice.

Ressentir de l’inconfort et de l’essoufflement est normal en faisant de l’exercice. Une personne qui commence un programme d’entraînement peut très bien voir son état s’améliorer sans avoir à souffrir. Mais pour passer à un niveau supérieur, il en va autrement.

« Un athlète devra tout de même souffrir pour se surpasser et continuer à progresser. L’entraînement se doit de devenir plus difficile, souligne le kinésiologue. L’importance est surtout de s’entraîner avec intelligence afin d’éviter de se blesser. »

7- Faire de l’exercice au quotidien permet de faire des abus.

Ce n’est pas parce qu’on s’entraîne de 30 à 45 minutes par jour que l’on peut ensuite manger n’importe quoi. En cette ère de grande sédentarité, tant à la maison qu’au travail, il suffit de peu de chose pour reprendre les calories perdues. Tous les spécialistes vous le diront, un bon entraînement doit être couplé à une saine alimentation.

« L’humain est une excellente machine à stocker des calories, mais pas à les dépenser », rappelle Alexandre Paré.

Une heure de marche est nécessaire pour brûler 300 calories. Si, après un exercice, on mange une dizaine d’amandes (10 calories chacune), une barre tendre (120 calories) et qu’on arrose le tout d’un verre de vin en fin de soirée, l’heure d’exercice n’aura rien donné.

 

Louis M. Gagné – PasseportSanté.net

http://www.passeportsante.net

Au moins 92 morts en Norvège Le suspect préparait ses attaques depuis 2009


La Norvège a vécu l’horreur par l’un des leurs. Cet acte va peut-être encourager d’autres a suivre le pas … ce qui serait dramatique. C’est aux USA qu’il existe le plus grand nombre de chrétiens fondamentalistes .. alors qu’au Canada leur nombre est plus faible.

Au moins 92 morts en Norvège
Le suspect préparait ses attaques depuis 2009

Le suspect préparait ses attaques depuis 2009

Crédit photo : Reuters

La Norvège est en état de choc au lendemain de la tuerie d’Utoeya et l’attentat d’Oslo, au cours desquels au moins 92 personnes ont été tuées. Le suspect, Anders Behring Breivik, un Norvégien de 32 ans, a été inculpé samedi pour ce double attentat et il a reconnu les faits pour lesquels il est poursuivi.

 
«Il explique que c’était cruel mais qu’il devait mener ces actions à leur terme»,
a déclaré aux médias l’avocat du suspect, Geir Lippestad.
 

Par ailleurs, selon un document publié par Anders Behring Breivik sur Internet, les attaques étaient en gestation depuis l’automne 2009 au moins. Dans un mémoire qui fait 1500 pages, le Norvégien détaille ses préparatifs et dit qu’il s’attend à être perçu «comme le plus grand monstre depuis la Seconde guerre mondiale».
 
Dans ce texte en anglais intitulé «A European Declaration of Independance – 2083», son auteur explique ses motivations, sa méthode pour fabriquer une bombe et son entraînement au tir.
 
Son dernier ajout au texte remonte au 22 juillet à 12h51, quelque trois heures avant le début des attaques à Oslo.

Bilan temporaire

Selon un nouveau bilan provisoire des autorités, au moins 85 personnes sont mortes dans la fusillade qui a visé un rassemblement de la jeunesse travailliste, lié au parti au pouvoir, sur l’île d’Utoeya, et sept autres ont péri dans l’explosion d’une bombe, peu auparavant, près du siège du gouvernement norvégien situé à Oslo, la capitale norvégienne.
 
Sur l’île, le suspect, déguisé en policier, a ouvert le feu sur les jeunes présents avec des armes automatiques, après en avoir rassemblé un certain nombre en prétextant avoir une annonce à leur faire.
 
Il aurait été présent sur les lieux pendant deux heures avant que la police n’intervienne,
ce qui explique le nombre élevé de victimes.
 
Des explosifs ont été découverts sur place dans son véhicule.
 

Les secouristes ont mis en place un camp sur l’île d’Utoeya afin de venir en aide aux blessés de la fusillade. (Crédit photo: Reuters)
 
Le suspect, «un fondamentaliste chrétien»
 
Lors d’une conférence de presse aujourd’hui, le premier ministre norvégien Jens Stoltenberg a qualifié les événements d’hier de «tragédie nationale» et de «cauchemar» alors que les drapeaux ont été mis en berne partout au pays.
 
Dans un pays ou la sécurité autour des dirigeants est minimale, M. Stoltenberg a jugé essentiel que la Norvège conserve ses valeurs d’ouverture et de transparence.
 
Le suspect, un Norvégien de 32 ans, est décrit comme un «fondamentaliste chrétien» de droite.
 
Les médias norvégiens l’ont identifié comme étant Anders Behring Breivik, qui dirigerait une ferme biologique.


(Le suspect est toujours interrogé par les autorités norvégiennes. (Crédit photo: Reuters)
 
Il avait acheté six tonnes d’engrais chimique début mai, des produits qui pourraient servir à la composition d’explosifs artisanaux.
 
Sur son profil Facebook, l’homme se décrit comme «conservateur», «chrétien» et intéressé par la chasse et les jeux vidéos de guerre.
 
Sur son compte Twitter ouvert il y a quelques jours, il n’avait publié qu’un seul message:

«Une personne avec des convictions vaut la force 100 000 qui n’ont que des intérêts.»

 
http://tvanouvelles.ca