Parole d’enfant ► L’érosion‏


 Pourquoi pas !! Les trous sont causés soit par l’usure ou par accros .. n’est ce pas que c’est une forme d’érosion ..

L’érosion
  
 
Sam enfile son pyjama en sortant de la douche et me dit
 
« tiens, mon pyjama est troué » avant d’ajouter « ça doit être l’érosion »
Sam, 9 ans 

J’aurais dont dû


C’est tout un défit de laisser aller les choses quand on se rémémore certains événements .. si nous avions agit autrement, est-ce que cela aurait vraiment changer quelque chose en bout de ligne … ??? Personne le sait vraiment, on ne fait que des suppositions …  alors qu’est ce que cela donne de ressasser ce qu’on ne peut pas changer ? Vive le moment présent à vivre pleinement
 
J’aurais dont dû
 
 
« Ce que nous aurions dû faire », « ce qu’on doit encore faire »… 
 
Stop ! Partagés entre le passé et le futur nous ne pensons ne pensons plus au moment présent et passons à coté des choses essentielles d’aujourd’hui ! 

En se concentrant trop avant ou trop en arrière on en oublie de profiter de ce que nous vivons en ce moment…. Cessez de vous préoccuper de choses qui ne changeront plus ou qui n’existent pas encore.
 

Michel Poulaert 

Le saviez-vous ► Impossible n’est pas français‏


C’est intéressant de savoir d’où viennent les expressions que nous employons de temps a autre .. Pour cette expression Napoléon premier devait être très tenace devant ces défis  
  
Impossible n’est pas français
 

Se dit lorsque l’on refuse d’abdiquer face à la difficulté.


Se dit lorsque quelque chose paraît impossible à effectuer.

Cette expression est attribuée à Napoléon Ier mais pas exactement sous cette forme. En effet, le général Jean Léonard François, comte Le Marois, se voyant dans l’impossibilité de défendre la ville de Magdebourg lors de la campagne d’Allemagne fit part de ses doutes à Bonaparte. L’Empereur lui aurait, alors, répondu dans une missive en date du 9 juillet 1813:
 
 “Ce n’est pas possible, m’écrivez-vous; cela n’est pas français”.
 
Pour l’anecdote, les troupes de Napoléon ne capitulèrent à Magdebourg que le 20 mai 1814 après l’abdication de l’Empereur.
 
D’aucuns donnent une autre origine, cependant incertaine, à cette phrase. Le ministre Fouché aurait déclaré à Napoléon Ier le 12 octobre 1808 suite à une altercation quant à l’impossibilité de convaincre le Tsar d’aider l’Empereur à traquer les royalistes français émigrés:
 
“En effet, j’aurais dû me rappeler que Votre Majesté nous a appris que le mot Impossible n’est pas français”.
 
Il est à noter que le mot impossible figure dans les dictionnaires et qu’il est donc bien français. L’expression “Ce n’est pas possible […] cela n’est pas français” souligne bien la détermination de Bonaparte.
 
De nos jours on entend plus souvent comme instruction “faites le possible” ce qui souligne l’effort que fait le subordonné pour accomplir une tâche difficile voire insurmontable et fait entrevoir la possibilité d’un échec… ce que Napoléon refuse catégoriquement.
 
De nos jours l’expression “impossible n’est pas français” est une marque, pour certains, du tempérament français. 
 

Un obèse secouru après être resté deux ans coincé dans son fauteuil


Je peux concevoir qu’une personne a rester pris dans un fauteuil a cause de son poids mais pendant 2 ans .. je suis septique … Comment aurait-il pu endurer les échauffements de plus en plus brulants du a l’urine et aux selles Et ceux qui vivaient avec comment ont-ils pu supporter l’odeur, ou bien ils n’étaient vraiment pas futé .. Et les voisins, comment ont-il pu endurer eux aussi. Cela n’a vraiment pas de sens !!!
 
Un obèse secouru après être resté deux ans coincé dans son fauteuil
 
Un obèse secouru après être resté deux ans coincé dans son fauteuil
Photo Reuters
Agence France-Presse
Chicago

 

 

Un homme obèse a dû être secouru dans l’Ohio après être resté coincé dans son fauteuil pendant deux ans, rapportent mardi des médias locaux.
 
La police, citée par la chaîne de télévision WTRF, a donné des détails sordides sur ce sauvetage, expliquant que la peau de l’homme s’était littéralement incrustée dans son fauteuil, imprégné d’urine, d’excréments et grouillant d’asticots.
 
L’amie de la victime lui apportait ses repas dans l’appartement d’une saleté indescriptible que le couple partageait avec un autre homme.
 
La femme et le colocataire ont finalement appelé les secours dimanche après avoir retrouvé l’occupant du fauteuil sans connaissance, et un trou a dû être pratiqué dans un mur pour l’évacuer et le transporter à l’hôpital.

L’odeur était insoutenable et un policier a raconté avoir dû jeter son uniforme après avoir participé au découpage du fauteuil pour libérer son occupant.
 
«J’ai prévenu ce matin le propriétaire (de l’appartement) et les locataires qu’ils devaient le nettoyer car il est impossible de vivre dans des lieux comme ceux-là, et ils y travaillent», a déclaré un responsable de la ville de Bellaire, Jim Chase, cité lundi par WTRF
 

http://www.cyberpresse.ca

Neige du printemps empoisonnée‏


Existe t’il encore des endroits non pollué au pays ? Je ne crois pas qu’on va s’empêcher d’aller a la cabane a sucre pendant que le sirop d’érable coule a flot ..
 
Neige du printemps empoisonnée

 
 Étude - Neige du printemps empoisonnée
 
 © Agence QMI / Mike Drew 

 

TORONTO – Un chimiste de l’Université de Toronto a découvert «le côté sombre du printemps»; une trouvaille qui pourrait remettre en question la traditionnelle tire sur la neige.

Dans un laboratoire spécialement conçu pour ses recherches, armé d’un fusil à neige, le chimiste spécialisé en environnement Torsten Meyer a découvert qu’au moment où la neige fond d’un bout à l’autre du Canada, la chaleur tant attendue crée un échappement soudain de toxines.
 
«Durant les mois de l’hiver, les contaminants s’accumulent dans la neige, explique le chimiste. Lorsque la neige fond, ces substances chimiques sont relâchées en de fortes concentrations dans l’environnement.»
 
Torsten Meyer a recréé dans son laboratoire les agréables températures du printemps. En faisant fondre lentement la neige souillée, il a été en mesure d’observer la façon dont les produits chimiques migrent dans l’air ambiant.
 
«La découverte la plus intéressante est que l’apogée de l’expulsion de ces contaminants se fait au tout début de la fonte», a-t-il expliqué dans un communiqué exposant ses conclusions.
 
La neige maculée que l’on voit en bordure des routes contient une répugnante liste d’ingrédients ayant déjà infiltré le sol, tels que les pesticides, des débris sortant des tuyaux d’échappement et de la peinture.
 
Le chimiste est convaincu que les résultats de ses recherches auront un réel impact. Par exemple, les municipalités pourraient revoir le positionnement de leurs dépôts à neige.

http://fr.canoe.ca 

À bas le crapaud buffle!


C’est un des cas ou l’être humain n’a pas le choix se sévir contre un animal qui menace tout l’écosystème d’un pays Cet animal n’est pas originaire de l’Australie et n’a donc pas de prédateurs naturels pour contrée a la proilifération de l’espèce
 
À bas le crapaud buffle!
 
Australie - À bas le crapaud buffle!
© AFP Photo/Rob Elliott
 
La campagne annuelle en Australie d’abattage des crapauds buffle, une espèce nuisible introduite dans le pays en 1935, s’est soldée par la mort de 14 000 de ces batraciens, ont indiqué ses organisateurs le 28 mars. 
 
Les volontaires devaient ce week-end ramener les animaux dans des sacs en plastique à des endroits désignés, où les crapauds étaient ensuite tués. 

 
Troisième édition
 
La campagne, dont c’était la troisième édition, s’est déroulée notamment dans l’État du Queensland, où se trouve la majorité de ces bêtes.
 
Les crapauds buffle étaient gazés dans les sacs en plastique et les dépouilles vendues pour leur peau, pour être transformées en engrais ou pour la recherche scientifique.
 
Les récentes inondations, qui ont frappé le Queensland, ont visiblement favorisé la prolifération de ces animaux, doués d’une prodigieuse vitesse de reproduction. Dans les rues de Townsville, un seul réverbère a attiré jusqu’à 50 crapauds.
 
Selon le député de la région, Shane Knuth, l’abattage de milliers de ces animaux, grâce à cette campagne annuelle, permet d’éviter la naissance de millions d’autres.

Un batracien dangereux
 
Ce batracien possède des glandes qui secrètent un poison violent, capable de tuer serpents et crocodiles. Il détruit les espèces concurrentes et colonise sans cesse de nouveaux territoires.
 
Originaire d’Amérique centrale, le Bufo marinus, aussi appelé crapaud géant puisqu’il est le plus imposant représentant de son espèce, a été introduit en Australie en 1935 afin de lutter contre des coléoptères qui dévastaient à l’époque les plantations de canne à sucre.
 
Une mauvaise idée, car non seulement l’animal n’a pas éradiqué ces insectes mais il est devenu une nuisance bien plus redoutable.
 
Bufo marinus a déjà colonisé une surface d’environ 1,2 million de km2 dans l’État du Queensland et le Territoire du Nord.
 
Il progresse chaque année de 50 km supplémentaires, mettant en danger la biodiversité de ces régions, estiment des experts.