Ce que l’on dit …


Je pense que c’est un bon exercice de savoir ce qu’on pense de nous .. non pas pour se sentir jugés mais pour apprendre nous même a ne pas juger les autres
 

Ce que l’on dit …
 

Si vous voulez savoir ce qu’on dit de vous en votre absence,
écoutez ce qu’on dit des autres en votre présence. 


 
Jean-Benjamin de Laborde

Une rencontre d’un soir ou rencontre de l’esprit et du corps


Sommes-nous à l’écoute de notre corps ? Entendons-nous les sons de cloches qu’il y a quelque chose qui nous perturbe ? Si nous prenions un temps d’arrêt en silence pour laisser parler notre corps qui par sa fidèlité veut nous aider a mieux gérer les événements, que ce soit des tempêtes qui se passent autant a l’intérieur qu’à l’extérieur de notre corps
  
Une rencontre d’un soir ou rencontre de l’esprit et du corps
 
 
Solitude
 
Photo : absolute3d.net

Voici la drôle d’histoire d’un pauvre corps bien fatigué, d’une forte tête bien entêtée :

 

 

 Je suis ton corps, écoute-moi, je ne fais pas le trouble-fête,
Je ne veux pas te faire la loi, mais, arrête de faire à ta tête.
Je sais, ce n’est pas moi le patron, je ne suis qu’à ton service,
 
Prête-moi un peu d’attention, je veux te dire ce qui m’attriste.
Je te fais pourtant des signes, dans tes muscles quelques raideurs,
Dans ton dos quelques douleurs, tu ne m’entends pas, quel malheur !
 
Je te vois plus irritable, je te sens plus angoissé,
Notre sommeil est perturbé, notre équilibre est compromis.
Je ne veux pas faire de chantage, ce ne serait pas à mon avantage.
Je te conseille de m’écouter, je connais bien la santé.
Ton corps ne t’appartient plus, tu sembles l’avoir oublié,
 
Je te le crie à corps perdu, ressaisis-toi et écoute-moi.
 
Arrête-toi, je t’ai entendu, je suis une tête un peu têtue.
Dis-moi par quoi commencer pour aller te retrouver.
Prends rendez-vous avec moi, offrons-nous enfin un « tête à corps ».
C’est assurément la meilleure voie, le dialogue prévient le désaccord.

(Extrait du livre « Vivre relaxé dans un monde stressé » de Richard Boivin )

Le saviez-vous ► Pourquoi les poissons sont-ils gluants ?‏


La nature est bien faite, même si pour plusieurs toucher un poisson peut-être dégoutant, cela est quand même important pour la vie dans l’eau Sauf que cette substance gluante n’empêche pas d’être poursuivi par des prédateurs …. Ben quoi rien n’est parfait dans ce monde !!!
 
Pourquoi les poissons sont-ils gluants ?
 
 
La peau des poissons sécrète continuellement un mucus une substance gluante qui leur permet de se déplacer rapidement et facilement dans l’eau.
 
Le frottement de l’eau sur la peau est considérablement réduit par cette pellicule qui enduit tout le corps des poisson : une sorte de deuxième peau parfaitement lisse
 
Utilité supplémentaire, ce mucus qui recouvre les écailles constitue une protection contre les bactéries et les parasites.
 
La Semaine / Tout connaître /Janvier 2011  

Le Sichuan, entre monts et merveilles


La Chine un vieux pays remplis de conte et légende. Son histoire a suivi les siècles laissant un héritage riche en couleurs
 
Le Sichuan, entre monts et merveilles
 
Le Sichuan est une province du centre-ouest de la Chine, dotée de magnifiques paysages naturelles, entre lacs et montagnes, dont la plupart sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco.
 
La réserve naturelle de la vallée de Jiuzhaigou et son lac des cinq fleurs.
 
sichuan
© Loong / Fotolia

 
Le Sichuan, principal foyer des pandas
 
sanctuaires du grand panda
© Fotolia
 
L’impressionnante chute des Perles
 
la chute des perles
© Rickshu / Fotolia
 
Prières autour des montagnes
 
montagnes temple sichuan
© iStockphoto / Thinkstock
Jiuzhaigou, région enchanteresse
 

jiuzhaigou
© iStockphoto / Thinkstock
 

Chengdu et ses environs
 
chengdu sichuan chine

© iStockphoto / Thinkstock 
 

Les piscines calcaires du Huanglong
 
huanglong piscines calcaires
© Nathalie
 
Sur les traces du Tibet
 
tours tibet chine
©Nniud / Fotolia
 
Le panda géant, symbole de paix
 
pandas
 Pascal Thillerot / Fotolia
 
Le lac de bambou au décor onirique
 

lac miroir sichuan
© iStockphoto / Thinkstock

 

Dans la forêt tempérée de Jiuzhaigou
 
forêt jiuzhaigou

© iStockphoto / Thinkstock

 
Le bassin de Sichuan
 
montagnes bassin sichuan chine
© Jupiterimages / Photos.com / Thinkstock
 
Le panda roux, espèce menacée
 
 
panda roux 
©iStockphoto / Thinkstock

 
Ermitage dans la montagne à Qingcheng Shan
 

ermitage qingcheng shan
© Marc Soviche

 
http://www.linternaute.com

Accident nucléaire : les risques pour l’environnement


 

Je trouve que l’être humain prend beaucoup de risque quand il emmagasine des éléments dangereux, c’est pas juste quelques personnes qui risquent leur santé, leur vie, ce sont des villes voir des pays entiers qui sont pris en otage si les choses fonctionnaient mal
 
Accident nucléaire : les risques pour l’environnement
 
Un expert évalue le degré de radioactivité d'un chien dans la région de Fukushima.
 
Un expert évalue le degré de radioactivité d’un chien dans la région de Fukushima.

Photo: AFP

 

 Agence France-Presse

  

Sols, eau, végétaux, animaux… Si un accident nucléaire comme celui en cours à Fukushima libère des produits radioactifs dans l’atmosphère, c’est l’ensemble de l’environnement qui risque d’être contaminé.

  

Il est toutefois difficile d’évaluer le risque pour la centrale de Fukushima car la contamination serait vraisemblablement différente de celle provoquée par l’explosion du réacteur de Tchernobyl en 1986.

  

En Ukraine, la déflagration avait projeté des débris nucléaires à plus d’un kilomètre de haut et libéré un panache de particules et de gaz contaminés qui avait disséminé des éléments radioactifs sur la plupart des pays d’Europe.

  

Au Japon, les six réacteurs de la centrale sont à l’arrêt, et le risque d’explosion lié à un emballement de la réaction nucléaire semble écarté. Une contamination de l’environnement serait donc plus localisée, mais aussi plus forte.

 

«On s’attend à avoir des retombées plus importantes dans le voisinage immédiat de Fukushima que ce qu’on a eu dans le voisinage de Tchernobyl», explique à l’AFP Didier Champion, directeur de l’environnement à l’Institut de radioprotection et sûreté nucléaire (IRSN).

 

«L’inconvénient, c’est qu’on a un territoire qui est plus fortement contaminé à 10 ou 20 km, peut-être au-delà. L’avantage, par contre, ça veut dire moins de contamination à plus grande distance», ajoute-t-il.

 

LES PRINCIPALES SOURCES DE CONTAMINATION

 

Un accident nucléaire peut libérer une grande variété d’éléments radioactifs, mais les deux principales sources de contamination sont l’iode-131 et le césium-137.

 

– L’iode-131

 

Ce produit de la fission nucléaire dans les réacteurs constitue le principal danger de contamination à court terme en cas de rejets dans l’atmosphère. Il se volatilise en vapeur violette à faible température, un peu au-dessus de 100 °C.

 

C’est un élément redouté car il est volatil et donc très mobile. Il se propage rapidement dans l’environnement: dispersion dans l’atmosphère, dépôt au sol ou sur les feuilles de végétaux, captation par les racines, ingestion par l’animal et éventuellement consommation par l’homme.

 

Ingéré par les mammifères en période de lactation, l’iode se retrouve très rapidement dans le lait (quelques heures après l’ingestion).

 

Il se concentre dans la glande thyroïde, raison pour laquelle il est prévu de distribuer des pastilles d’iode stable en cas de contamination pour saturer cette glande et empêcher l’iode radioactif de s’y fixer.

 

Contrepartie de sa grande radioactivité, l’iode-131 une vie très courte, la moitié de ses atomes se désintégrant naturellement en huit jours (période radioactive). Sa radioactivité est ainsi divisée par 2.000 tous les trimestres.

 

– Le césium-137

 

Cet élément, l’un des plus importants produits de la fission nucléaire, est la principale source de contamination de la chaîne alimentaire due aux essais nucléaires et à l’accident de Tchernobyl.

 

Contrairement à l’iode-131, il est peu mobile et s’enfonce lentement dans le sol, où il est fixé par les minéraux.

 

La contamination se fait d’abord par les feuilles, puis les racines. Les champignons et le gibier sont les plus contaminés par le césium. Il peut se concentrer dans la chaîne alimentaire, par exemple dans la chair des poissons.

 

Sa période radioactive est beaucoup plus longue que celle de l’iode-131 (30 ans) et il peut donc contaminer durablement l’environnement.

 

LES DANGERS POUR L’ENVIRONNEMENT ET LA POPULATION

 

– L’alimentation humaine et animale

 

Selon Didier Champion, la priorité aux abords de la centrale est de surveiller «la contamination des denrées alimentaires» par dépôt des particules radioactives sur les feuilles, qu’il s’agisse des légumes consommés directement par la population, ou des végétaux consommés par le bétail. En raison de la rapide transmission de l’iode radioactive au lait, cette denrée fait également partie des «produits les plus sensibles dans l’immédiat».

 

Mercredi, l’UE a recommandé le contrôle des aliments importés du Japon.

 

– Les zones bâties

 

Que les éléments radioactifs contenus dans l’atmosphère retombent naturellement ou qu’ils soient lessivés par la pluie, ils peuvent former des dépôts dans les zones urbaines (routes, maisons, etc).

 

 «Le problème principal c’est que ces dépôts deviennent à nouveau une source de rayonnement, qui peut conduire à des doses durables», explique M. Champion.

 

– L’eau

 

Hormis les citernes d’eau de pluie, la contamination de l’eau reste a priori un enjeu «secondaire», selon l’expert de l’IRSN.

 

L’océan Pacifique voisin de la centrale constitue un «réservoir» où les produits radioactifs devraient se diluer. Concernant les rivières et aux autres sources d’eau potable, l’eau s’y écoule en permanence et le dépôt radioactif est rapidement évacué.

 

Quant à la nappe phréatique, il faut plusieurs années pour que la contamination migre dans le sol. Le césium-137 migre très peu et l’iode se désintègre bien avant d’avoir pu l’atteindre.

 

 http://www.cyberpresse.ca

Le Canada se dote d’une banque de sang de cordon ombilical


C’est une bonne chose, le Québec a déjà sa banque, alors autour du reste du pays. Il y a semble t’il beaucoup d’avantage que les cellules souches soient recueillit ainsi .. De plus le cordon ombilical est comme recyclé pour le bien de plusieurs malades

 
Le Canada se dote d’une banque de sang de cordon ombilical
 
Le Canada va investir 48 millions $ pour créer la première banque publique de sang de cordon ombilical. Une structure qui existe déjà au Québec depuis 2004.
 
Deux laboratoires spécialisés et un réseau de centres de prélèvement seront mis à contribution dans tout le pays. Le sang de cordon sera également recueilli dans les hôpitaux des grandes villes canadiennes, l’objectif étant de recueillir 20 000 unités de sang de cordon ombilical d’ici 8 ans.
 

«Nous savions depuis longtemps qu’il fallait nous doter d’une banque publique de sang de cordon ombilical, a affirmé Maureen MacDonald, ministre de la Santé et du Mieux-être de la Nouvelle-Écosse. Les fonds substantiels annoncés sauveront des vies et bénéficieront au système de santé pendant de nombreuses années.»
 

Dans de nombreuses collectivités du pays, les parents pourront donner anonymement le cordon ombilical de leur enfant à la banque publique pour le mettre à la disposition des malades.
 

«À l’heure actuelle, plus de 800 Canadiens ont besoin d’une greffe de cellules souches pour vaincre de graves maladies telles que l’anémie aplasique, la leucémie et d’autres troubles hématologiques ou immunologiques, a déclaré le Dr Graham Sher, chef de la direction de la Société canadienne du sang. Le sang du cordon ombilical est une excellente source de cellules souches et la banque publique nous permettra de disposer de nos propres réserves de produits et de réduire ainsi notre dépendance envers les autres pays.»

 
Il y a environ 40 banques publiques de sang de cordon à l’échelle mondiale, dont une au Québec, gérée par Héma-Québec. C’est pourquoi la province est la seule à ne pas être concernée par cet investissement.
 

«Ce qui est annoncé pour le reste du Canada existe déjà depuis 2004 chez nous, a expliqué le porte-parole d’Héma-Québec, Laurent Paul Ménard, à l’Agence QMI. C’est une bonne nouvelle pour l’ensemble du pays, car de plus en plus de malades qui ont besoin de cellules souches pourront être soignés grâce à cela.»
 

L’organisation nationale dispose actuellement d’une banque de 5000 cordons ombilicaux. 1518 unités ont été recueillies l’an dernier et il vise 2000 unités en moyenne par année à compter du 1er avril.
 
Les cellules souches du sang de cordon réduisent le risque de réaction du greffon contre l’hôte et augmentent les chances de compatibilité, ce qui favorise les patients appartenant à une minorité ethnique, ceux ayant immédiatement besoin d’une greffe et les malades qui ne peuvent pas trouver de donneur parfaitement compatible.

http://sante.canoe.com

Bébé sur la sécheuse: Brault et Martineau doit retirer la publicité


Ceux qui aimaient cette publicité, elle est retirée … Cela ne prend pas grand chose pour donner l’idée a des parents de faire la même chose sauf qu’ils peuvent négliger la surveillance …
 
Bébé sur la sécheuse: Brault et Martineau doit retirer la publicité
 
Bébé sur la sécheuse: Brault et Martineau doit retirer la publicité
 
Photos.com
La Presse Canadienne
Montréal
 
Le détaillant de meubles et électroménagers Brault et Martineau n’a pas mis de temps à retirer des ondes une publicité où l’on voit un jeune père placer son bébé qui pleure sur la sécheuse pour le calmer.
 
La décision de retirer la publicité est survenue dans les minutes suivant la publication, mercredi, d’un communiqué du service de traumatologie de l’Hôpital de Montréal pour enfants (CUSM) dénonçant cette pratique.
 
Dans le communiqué, les spécialistes en traumatologie de l’institution faisaient valoir que la publicité vantait les bienfaits du mouvement et du bruit blanc pour calmer un enfant en faisant abstraction des dangers potentiels liés à cette pratique.
 
La directrice du service de traumatologie, Debbie Friedman, souligne que les enfants peuvent facilement tomber et se blesser sérieusement ou même être tués par une telle chute.

Mme Friedman précise que même des enfants attachés dans un siège d’auto ou un porte-bébé ont déjà culbuté sur le côté en raison des vibrations.
 
Les chutes à la maison, rappelle-t-elle, sont les principales causes de blessures chez les enfants.
 
L’Hôpital de Montréal pour enfants, rattaché au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), s’est dit ravi de la décision de la chaîne de détail de retirer aussi rapidement cette publicité.
 

http://www.cyberpresse.ca

Accident nucléaire – Fuite d’eau à la centrale nucléaire de Pickering


Avez-vous remarquez quand une catastrophe survient et qu’il y a des certaines conséquences peuvent être causées par des batiments avec quelque chose de dangereux voir mortel… cela a un effet de domino …
 
Accident nucléaire – Fuite d’eau à la centrale nucléaire de Pickering
 
Accident nucléaire - Fuite d'eau à la centrale nucléaire de Pickering

La centrale nucléaire de Pickering, à l’est de Toronto, rapporte une fuite de 73 000 litres d’eau déminéralisée. 
 
L’eau a été déversée dans le lac Ontario. 
 
Un risque « négligeable »
 
La situation peut soulever des inquiétudes à la lumière de la catastrophe nucléaire au Japon, mais la Commission canadienne de sûreté nucléaire se fait rassurante. 
 
L’agence fédérale assure que la fuite, qui s’est produite lundi, présente un « risque négligeable pour l’environnement et la santé humaine ». 
 
La Commission et Environnement Canada continuent de surveiller la situation. 
 
L’exploitant de la centrale, Ontario Power Generation, attribue le problème à la défaillance du joint d’étanchéité d’une pompe. 
 
OPG précise que l’eau déminéralisée était utilisée dans un large bassin d’entreposage de combustible épuisé
 
Contrairement à l’eau lourde, l’eau déminéralisée n’entre pas en contact directement avec les éléments radioactifs. 
 
Moratoire demandé en Ontario
 
De leur côté, le groupe environnemental Greenpeace et l’Association des infirmières autorisées de l’Ontario demandent un moratoire sur l’énergie nucléaire dans la province, à la lumière de la catastrophe au Japon. 
 
Cet appel survient alors que des audiences publiques commencent lundi sur le projet de construction de deux nouveaux réacteurs à la centrale de Darlington. 

Des craintes également au Michigan
 
Des résidants qui habitent près de la centrale de Monroe, au sud de Détroit, s’inquiètent eux aussi.
 
Les réacteurs de la centrale, de marque General Electric, sont de conception similaire à ceux de la centrale Fukushima, au Japon, qui a été frappée par une série d’explosions au cours des derniers jours.
 
Mais les dirigeants de la compagnie DTE du Michigan assurent que les systèmes d’urgence et la structure renforcée de la centrale sont à l’épreuve des tremblements de terre, des tornades et des inondations.