L’inaction


Toute inactivité entraine à la dégradation que ce soit d’une chose ou même de notre propre corps. Le cerveau a besoin d’entrainement pour ne pas perdre ses facultés
 
 
L’inaction
 
chaine rouillée neige
 
Photo : chambe-aix.com/Didier Paillès
 

 Le fer se rouille, faute de s’en servir, l’eau stagnante perd de sa pureté et se glace par le froid. De même, l’inaction sape la vigueur de l’esprit.
 
Léonard de Vinci

Dans une coquille


 

Avec ce beau temps qui s’annonce, un avant goût du printemps ..Laissons  un peu plus découvrir notre vrai moi et le laisser sortir en plein jour
 
Dans une coquille
 

Fichier:35i10rs.jpg
 
Photo : natureculture.org
 
J’étais enfermée dans une coquille. Je croyais que j’étais impuissante à changer ma vie.
 
Puis, j’ai rencontré la profondeur de la mer, la beauté du ciel, la liberté des oiseaux, la puissance du vent, la légèreté des nuages, la lumière du soleil, et j’ai senti que tout cela était moi.
 
J’étais profonde comme la mer, belle comme le ciel, libre comme les oiseaux, puissante comme le vent, légère comme les nuages, lumière comme le soleil, et alors, j’ai choisi de redevenir ce que j’étais.
 

Extrait du livre « le pouvoir de choisir » de Annie Marquier

Truc express ► Conserver une poubelle propre‏


Quoi de plus dégoutant qu’un couvercle de poubelle toute sale … Remarquez qu’avec les villes de la province qui demande de plus en plus de composter nos déchets bientot, la poubelle de cuisine restera vraiment propre 
 
Conserver une poubelle propre
 
On a beau faire attention, les saletés collent toujours ou presque au vouvercle de la poubelle de la cuisine …
 
Pour éviter cela, il suffit d’apliquer une couche de cire qui empêchera les déchets d’adhérer à la surface 
 
La Semaine / Janv 2011 

Le tsunami et les cauchemars des enfants


Il est tellement facile aujourd’hui d’avoir des informations au moment que l’on est disponible alors inutile de mettre les nouvelles a des moments ou de jeunes enfants peuvent voir et entendre ce qui se passe dans le monde et si quand même on les mets au courrant c’est important de faire des mises au point avec eux sur ce qu’ils en pensent ..

 
Le tsunami et les cauchemars des enfants
 
Le tsunami et les cauchemars des enfants
Photos.com
 Silvia Galipeau
Cyberpresse

 
La question se pose malheureusement trop régulièrement. À chaque catastrophe naturelle, en fait: que faut-il dire, et surtout montrer, aux enfants ?
 
Cette fois-ci, les images en provenance du Japon sont particulièrement effrayantes, potentiellement traumatisantes. Je ne sais pas pour vous mais chez nous, en plus, le raz-de-marée, allez savoir pourquoi, a toujours figuré au top des préoccupations des enfants. Alors je vous relance la question:  dans ce cas précis, que faut-il, ou pas, montrer aux enfants?
 
Le Globe&Mail a interrogé une psychologue spécialisée dans les troubles d’anxiété: Sandra Mendlowitz (l’entrevue est reproduite  ici). Sa réponse est toute simple, limite catégorique: dans ce cas précis, dit-elle, ne regardez tout simplement pas la télé avec vos enfants. Compris? Éteignez, un point c’est tout.
 
Pourquoi? Parce que les images des vagues, des maisons et autres voitures emportées, diffusées ad nauseam à la télé, peuvent être très traumatisantes pour un enfant. Les enfants les plus à risques? Les plus jeunes, évidemment, mais aussi ceux qui sont exposés à répétition.
 

« C’est la surexposition qui a un impact négatif sur l’enfant », dit-elle.

 
D’où le conseil: on éteint. Point.
 
D’ordinaire, on peut penser exposer un enfant de plus de six ans aux actualités. Mais dans ce cas précis, les vidéos pouvant tellement frapper l’imaginaire, elle suggère carrément d’éviter tout visionnement jusqu’à 12 ans.
 
Pas facile, à l’ère de You Tube, direz-vous. D’où l’importance de discuter avec votre enfant, dit-elle: qu’est-ce que tu as déjà vu, qu’est-ce que tu as entendu, qu’est-ce que ça te fait, qu’est-ce que tu en penses. Et surtout, surtout, de préciser que ça n’arrivera pas ici, que c’est fini, que les parents sont là pour le protéger, etc.
 
Pour les plus vieux, enfin, le désastre peut servir de prétexte pour se lancer dans l’action: pourquoi pas faire un don familial à la Croix-Rouge, par exemple, faire du bénévolat dans un organisme charitable, conclut-elle. Objectif: impliquer l’enfant, l’initier à la coopération, pour éviter qu’il ne se sente impuissant
 
http://blogues.cyberpresse.ca
http://www.cyberpresse.ca

Des millions non réclamés dans les déclarations de revenus des Canadiens


Hummm je me demande ou va cette argent non réclamé ? Le gouvernement doit bien l’utiliser a d’autres fins … C’est bizarre quand même, si on fait une erreur dans notre rapport d’impot au détriment du gouvernement .. Va t’il nous demander son du …Sûrement !!!
 
 
Des millions non réclamés dans les déclarations de revenus des Canadiens
 

  
Des millions de dollars ne sont pas réclamés par les Canadiens chaque année lorsqu’ils remplissent leur déclaration de revenus. Crédits de TPS, de loyer, de transport en commun ou pour retraités, prestation universelle pour enfant, les oublis sont nombreux.
 
Selon une étude de H & R Block, trois Canadiens sur quatre remplissent mal leur déclaration de revenus, et la plupart ignorent qu’ils sont perdants. Il existe 40 programmes de prestations, de bénéfices et de crédit au Canada.
 
Selon une étude du Groupe de travail sur la littératie financière :
 
150 000 aînés se privent du supplément de revenu garanti;
160 000 oublient de réclamer leur prestation de la sécurité de la vieillesse, l’équivalent d’un milliard de dollars de prestations au total;
55 000 Canadiens admissibles ne reçoivent pas les prestations du Régime de pensions du Canada.
 
Et les logiciels utilisés pour faire sa déclaration de revenus ne sont pas sans faille, a confirmé un comptable consulté par Radio-Canada. Les mauvaises entrées de données ou encore des crédits ou des prestations oubliées sont nombreuses.
 
Le rapport sur la littératie financière, remis au ministre des Finances du Canada, recommande au gouvernement de mettre en place une stratégie nationale pour améliorer la compétence financière des Canadiens. Cet enseignement devrait commencer dès l’enfance, dans les salles de classe, estiment les auteurs du rapport.
 
Avec un reportage de Tamara Alteresco
 

http://www.radio-canada.ca

Cyberpédophilie: attention aux réseaux sociaux


On le sait qu’Internet est une belle invention, car nous en profitons mais malheureusement elle a aussi de très mauvais côté et en temps qu’utilisateurs, adultes équilibrés (j’ose espérer) aider a mieux rendre cet environnement virtuel sécuritaire pour les enfants. C’est en éduquant nos enfants qu’on pourrait probablement diminuer les victimes

 
Cyberpédophilie: attention aux réseaux sociaux


MONTREAL – Si les réseaux sociaux sur Internet facilitent la communication, ils permettent également aux prédateurs sexuels et aux cyberpédophiles de mieux s’organiser.
 
C’est ce que concluent les auteurs de l’ouvrage «Cyberpédophiles et autres prédateurs virtuels», qui paraîtra jeudi prochain.
 
Un des coauteurs, Patrice Corriveau, qui est également enseignant au Département de criminologie à l’Université d’Ottawa, soutient que les réseaux sociaux facilitent l’accessibilité à la pornographie juvénile.
En entrevue à La Presse Canadienne, il a indiqué que les amateurs sont de moins en moins isolés et qu’ils peuvent désormais s’organiser en réseaux, notamment afin de s’échanger des images ainsi que des conseils.
 
Pendant un mois, les auteurs, sous la supervision de la Sûreté du Québec (SQ), ont infiltré trois réseaux de groupes de nouvelles concernant la pornographie juvénile, notamment pour observer l’interaction entre les amateurs.
 
M. Corriveau souligne qu’il s’agit de la première étude francophone réalisée avec des données qui ne proviennent pas d’études diverses ou de sources journalistiques.
 
Il estime maintenant que pour lutter efficacement contre la cyberpédophilie, les autorités doivent notamment bénéficier de meilleurs moyens techniques.
 
M. Corriveau rappelle que le rôle des parents est primordial pour contrer ce phénomène, rappelant que ces derniers ne doivent pas nécessairement démonitiser les nouvelles technologies, mais plutôt éduquer leurs enfants sur le sujet.
 
Même si certains parents ne sont pas habitués aux nouvelles technologies et aux réseaux sociaux, ils ont quand même un rôle à jouer pour être au courant de ce qui pourrait être à risque pour leurs enfants, croit l’enseignant à l’Université d’Ottawa.
 
http://actualites.ca.msn.com