Dans la peau des autres


C’est une faculté qui nous ai souvent difficile a atteindre mais pourtant cela peut mieux nous aider a comprendre les agissements d’une personne, mais jamais nous pourrions selon moi, se mettre totalement dans les souliers d’une personne, il y a trop de facteurs qui rentrent en ligne de compte. Mais ce sont des petits pas pour mieux comprendre la race humaine
 
Dans la peau des autres 
 
fleur de lotus
 
Photo : journaldesfemmes.com/© R. Khun / Parc de Saleccia 
 
«La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un.»
 
Dalaï Lama  

Se détacher du passé


On ne peut pas oublier le passé, NOTRE passé, que ce soit de bons ou mauvais moments fait partie de nous, mais il ne doit pas nous gouverner seulement qu’il soit un outil pour avancer …
 
Se détacher du passé
 
 
Se « détacher » du passé ce n’est pas « l’oublier ».
 
Votre histoire vous a construit, mais ce qui est passé n’est plus d’actualité. Aucune action ne le fera changer.
 
 C’est aujourd’hui que vous faites des choix pour un avenir à construire chaque jour.
 
Dépensez votre énergie à construire votre vie présente, remplissez les pages blanches de votre futur pour écrire vos nouveaux chapitres de vie ! 
 

Michel Poulaert

Truc maison ► Le plastique‏


C’est bien pratique le plastique mais quand il est taché et dégage des odeurs c’est moins drôle … voici quelques trucs qui j’espère vous servirons
 
Le plastique
 

Inconnu voilà un siècle, le plastique fait maintenant partie du quotidien de tous. Dans la maison ou dans la voiture, cette matière synthétique est disponible sous des millions de formes. 

Jouets en plastique tachés 
 
Pour enlever les taches sur les jouets en plastique, laver à l’eau savonneuse avec quelques gouttes de glycérine. Laisser reposer et rincer à l’eau tiède. 
 
Étiquettes à enlever sur contenant en plastique 
 
Remplir le pot avec de l’eau du robinet (la plus chaude possible), attendre quelques minutes; décoller avec vos ongles ou un vieux tampon à récurer, en passant le pot sous l’eau froide, tout en laissant l’eau chaude à l’intérieur. 
 
Étiquette collante sur métal, plastique et autres matières associées 
 
Pour enlever la colle d’une étiquette présente sur du métal, du plastique, etc.,
nettoyer avec une huile de maïs ou autre corps gras de même type. 

Nettoyer le plastique blanc 
 
Utiliser du savon à lessive pour nettoyer votre poubelle blanche. L’utiliser sec pour les tâches rebelles et dilué dans l’eau pour laver. Résultats étonnants! 
 
Plats de plastique tachés de tomates 
 
Lorsqu’un contenant est taché de sauce tomate ou de sauce pour spaghetti, il suffit d’imbiber un papier essuie-tout d’huile végétale, de frotter, et le contenant reprendra sa couleur initiale. 
 
Plats en plastique qui ne tachent pas 
 
Enduire les plats en plastique (tels que des Tupperware) avec du vaporisateur antiadhésif à cuisson avant d’y verser les sauces aux tomates ou les spaghettis. De cette façon, ils ne seront pas tachés.  
 
Plat en plastique sale oublié 
 
Si vous avez un plat (ou contenant) en plastique duquel émane des odeurs désagréables parce que vous avez laissé de la nourriture avariée ou nauséabonde, voici un petit truc: 
 
Laver le plat avec du savon à vaisselle puis placer un papier journal mouillé qui fait le contour interne du plat. 
 
Placer dans le congélateur et le lendemain, le papier de journal est devenu sec et s’enlève facilement et l’odeur a disparu. 
 
Éliminer l’odeur des plats en plastique 
 

Pour nettoyer les plats en plastique qui conservent toujours l’odeur de la nourriture malgré les nettoyages, il suffit de leur retirer le couvercle puis de les mettre au réfrigérateur pendant une demi-heure. 
 
L’odeur disparaîtra!
 
http://www.trucsmaison.com

De nouveaux champignons hallucinogènes découverts chez des fourmis-zombis !


Des champignons halucinogène … on connait sans avoir nécessairement expérimenté mais chez une fourmie … les zombies existent
 
De nouveaux champignons hallucinogènes découverts chez des fourmis-zombis !
 

Par Claire Peltier, Futura-Sciences 
 


La forme des spores, produites à partir de la forme anamorphe du champignon (la forme asexuée), diffère selon les espèces. © Plos One
 
Les fourmis aussi peuvent être sous l’influence de champignons hallucinogènes modifiant leur comportement. Quatre nouvelles espèces de ces microorganismes, toxiques pour l’insecte, ont même été découvertes dans la forêt amazonienne.
 
La nature regorge de phénomènes aussi étonnants que mystérieux. Parmi ceux-ci, les fourmis-zombis méritent sans aucun doute l’une des meilleures places au classement. Ces insectes sociaux, à l’organisation très hiérarchisée et dont le comportement est habituellement entièrement dévoué au bien-être de la colonie, perdent soudainement la tête à cause de champignons un peu trop envahissants.
 
Parmi les interactions fourmi-champignon, certaines s’en sortent plutôt bien en entretenant des relations pacifiques (symbiotiques). Ce sont les fourmis coupeuses de feuilles, qui utilisent ces morceaux de végétaux comme zone de culture pour une espèce particulière de champignon, qui ne vit qu’au sein des colonies de fourmis. Les champignons y trouvent la nourriture idéale et nécessaire à leur développement, et les fourmis peuvent à leur tour s’en nourrir.

Les fourmis-zombis grimpent aux arbustes…
 
À l’inverse, certaines fourmis vivent un peu trop étroitement avec des champignons, au point que ceux-ci trouvent le moyen de s’emparer de leur cerveau et de modifier leur comportement. Ces fourmis-zombis sont connues depuis longtemps, mais ne cessent d’intriguer les scientifiques, qui tentent d’en apprendre un peu plus sur ce champignon pas comme les autres. Dans une nouvelle publication parue dans la revue Plos One, trois biologistes issus d’universités brésilienne, américaine et anglaise, ont identifié quatre nouvelles espèces du microorganisme.
C’est dans la forêt amazonienne, dans la région Minas Gerais au Brésil, que les chercheurs ont prélevé des échantillons, après avoir observé l’étrange comportement des fourmis-zombis. Une fois infectés par les spores du champignon et par un procédé encore mystérieux, les insectes deviennent comme possédés et se mettent à la recherche d’un arbuste particulier. Ils y grimpent et ne s’intéressent qu’à certaines feuilles aux caractéristiques très précises : situées à 25 centimètres du sol et exposées au nord ou au nord-ouest.

… et deviennent des usines de production de spores
 
Avant de mourir, la fourmi s’accroche à la face inférieure de la feuille et plante ses mandibules dans la nervure principale. Alors que les molécules chimiques produites par cette plante sont nocives pour la fourmi et la tuent, le champignon, lui, est ravi. Il se multiplie, faisant du pauvre insecte une usine de fabrication et de dissémination des spores, qui sera opérationnelle pendant près d’un an.
 
Les spores du champignon sont alors éjectées et tombent au sol, idéalement directement sur une nouvelle proie qui passait par là. La spore qui n’a pas cette chance peut prendre sa revanche en germant sous forme de tige et en colonisant une nouvelle fourmi qui viendrait s’y frotter, recommençant ainsi le cycle de la vie.
 
Des nouvelles espèces
 
Si les quatre champignons découverts possèdent le point commun d’appartenir au genre Ophiocordyceps, caractérisé par la formation d’une tige sur la « nuque » de la fourmi, ils sont néanmoins reconnaissables selon des différences micromorphologiques évidentes (des spores mais aussi des formes anamorphes et télomorphes, c’est à dire asexuées et sexuées). Chacun d’entre eux attaque une espèce particulière de fourmis (Camponotus rufipes, C. balzani, C. melanoticus ou C. novogranadensis), et ont naturellement été baptisés en hommage à leur hôte (Ophiocordyceps suivi du nom de la fourmi légèrement revisité).
 
Les noms d’espèces ont déjà été déposés à l’Index Fungorum, une référence internationale en ce qui concerne la taxonomie des champignons. Des prélèvements d’ADN ont été réalisés, et les génomes respectifs de chaque champignon seront prochainement analysés afin de vérifier leur classement et leurs relations phylogénétiques.
 

Flexitaquoi?


Le mot végétarien cela fait longtemps que ca existe dans notre vocabulaire, mais végétaliens, crucivores etc … On dirait qu’ils en inventent a tous les jours … mais peut-on dire être végétariens si on mange de la viande de temps a autre  … alors un mot pour chaque chose … En tout cas ce terme flexitariste … me définie bien 
 
Flexitaquoi?
 
Jérôme Ferrer et Vincent Gratton (debout) partagent des plats végétariens avec leurs invités.
 

Jérôme Ferrer et Vincent Gratton (debout) partagent des plats végétariens avec leurs invités.
 

Photo: Daniel Mathieu, fournie par Les Éditions La Presse
 Silvia Galipeau
La Presse
 
Vous n’êtes pas vraiment végétarien, mais… vous préférez les légumes, le poisson et les légumineuses, vous êtes adepte des lundis sans viande, mais vous ne dites jamais non à l’osso buco de votre mère? En gros, vous mangez santé, idéalement local, pour votre ligne, mais aussi pour votre coeur, et puis pour celui de la planète, tout en vous permettant joyeusement de petits écarts. Vous reconnaissez-vous? Bienvenue au monde des «flexitaristes», qui sont apparemment de plus en plus nombreux.
 
«C’est un mot laid, vraiment laid», reconnaît le comédien Vincent Graton, qui signe avec le chef Jérôme Ferrer (Europea) et la nutritionniste Isabelle Huot un livre de recettes pour les végétariens à temps partiel de ce monde.
 
«Mais c’est vraiment ça. Ça veut dire qu’il n’y a pas que deux camps, les végétariens et les carnivores. Il y a aussi des gens flexibles, qui disent: je réduis.»
 
Ironie du sort, deux des trois auteurs de Végétarien parfois, souvent ou passionnément, en librairie depuis cette semaine, n’étaient pas, mais pas du tout portés sur les légumes auparavant.
 
«Moi, j’étais vraiment carnivore, a confié cette semaine Vincent Graton, lors du lancement du livre. Mon père était boucher! Je suis un gars qui aime la saucisse.»
 
Quant au chef Jérôme Ferrer, qui met fièrement toutes les viandes possibles à son menu:
 
«Manger végétarien, pour moi, c’était manger granola. Les végétariens, des mangeurs de foin, je les voyais comme des gens coupés des plaisirs de la table…» dit celui qui se propose, dès le mois prochain, d’offrir aux clients d’Europea un menu «tout légume» en plus de son menu habituel.
 
Un choc

Il faut dire que les deux hommes ont vécu chacun un choc: Vincent Graton a subi une chute de tension importante et réalisé que son corps était dans un état «lamentable». Quant à Jérôme Ferrer, il a traversé l’impensable:
 
 «J’ai vécu un moment tragique: j’ai perdu ma conjointe, emportée par un cancer. On attendait un enfant…»
 
Pour des raisons très fortes et très personnelles, donc, les deux carnivores ont décidé sinon de devenir végétariens, du moins de revoir leur alimentation. Pour des raisons de santé, d’abord, mais aussi par conviction citoyenne et environnementale. Enfin, ils ont décidé d’écrire un livre, avec leur amie la nutritionniste et vulgarisatrice Isabelle Huot («Capable de faire comprendre à un écureuil la différence entre une noisette et une peanut», écrit Vincent Graton), pour convaincre d’avantage d’adeptes, séduire les plus récalcitrants et surtout, surtout, inspirer les plus gourmands.
 
Car l’ouvrage se veut un livre gourmand pour les gourmets.
 
«L’idée, c’était de faire des recettes plaisir», confirme Jérôme Ferrer, qui a relevé le défi de concocter une poutine au tofu (sans pommes de terre!), un «orgeotto» (façon risotto) et même une paella végétarienne, parmi quelque 130 recettes.
 
Des recettes plaisir pour manger autrement, parfois ou souvent.
 
«On ne veut pas que les gens deviennent tous végétariens», a indiqué Isabelle Huot, elle-même végétarienne passionnée, qui rappelle malgré tout les taux alarmants d’obésité au Québec.
 
 «Ce qu’on veut, c’est offrir des recettes. Que ce soit gastronomique. On veut proposer du végétarisme savoureux.»
 
Quant à Vincent Graton, qui signe un petit manifeste engagé et surtout engageant dans le recueil, il espère que le livre éveillera quelques consciences.
 
«Pour moi, c’est important qu’il y ait une réflexion, a-t-il conclu. L’alimentaire, c’est 23 milliards de dollars par an au Québec. Quand on sait qu’on passe tant d’heures à manger, que cela a une telle incidence sur notre santé, est-ce qu’on peut avoir une réflexion sur ce qui se brasse?»
 
Végétarien parfois, souvent, ou passionnément, 130 recettes savoureuses, Vincent Graton, Jérôme Ferrer et Isabelle Huot, Les éditions La Presse.
 

Semaine de l’eau: les Canadiens encouragés à conserver la ressource


Nous sommes dans un pays que nous croyons que l’eau potable nous ai acquis … alors que la réalité l’eau n’est pas la source inépuisable que nous croyons .. Nous devons y penser maintenant, éduquer nos enfants et prévoir que cette été il faut faire des choix judicieux dans l’utilisation de l’eau potable …
 
 
Semaine de l’eau: les Canadiens encouragés à conserver la ressource
 
 Semaine de l'eau: les Canadiens encouragés à conserver la ressource
 
Sous le thème «Célébrer et conserver l’eau à travers notre pays», la semaine proposera un peu partout au pays diverses activités et événements visant à attirer l’attention sur l’importance de l?eau.
 
La Presse Canadienne
Ottawa
 
Les premiers ministres des provinces et territoires incitent les Canadiens, les entreprises et les institutions à travailler de concert afin d’améliorer la gestion et la conservation de l’eau.
 
À la veille du début de la Semaine canadienne de l’eau, qui se termine le 22 mars, le Conseil de la fédération, qui regroupe les premiers ministres des 13 provinces et territoires, rappelle que l’eau est une ressource naturelle qui constitue une composante essentielle à toute forme de vie sur Terre.

Sous le thème «Célébrer et conserver l’eau à travers notre pays», la semaine proposera un peu partout au pays diverses activités et événements visant à attirer l’attention sur l’importance de l’eau.
 
Par voie de communiqué, le président du Conseil et premier ministre du Manitoba, Greg Selinger, a indiqué que les autorités savent que les bassins hydrographiques ne suivent pas nécessairement les frontières nationales et que le Conseil travaillera afin d’assurer un approvisionnement en eau pour tous les Canadiens.
 
En août 2010, la Charte de l’eau du Conseil de la fédération a été adoptée.
 
Elle comporte un engagement des premiers ministres à prendre toutes les mesures offertes, dans leur province ou leur territoire respectifs, de travailler ensemble pour gérer cette ressource de façon adéquate.
 

http://www.cyberpresse.ca