Les « âmes oubliées » de l’hôpital de « Vol au-dessus d’un nid de coucou »‏


Je me souviens de ce film Vol au-dessus d’un nid de coucou, Jack Nicolson m’avait vraiment impressionné .. et l’histoire m’avait vraiment dérangé .. enfin quoi qu’il en soit c’est que cette hopital existe vraiment a eu aussi des histoires qu’on ne s’aura jamais vraiment la réalité .. Beaucoup son mort sans laissé une partie de leur histoire a des personnes qui n’auront jamais su qu’il avait disparu
Mourir tout le monde meurs, mais mourir dans l’oubli c’est comme si étions sur une planete d’un seul habitant .. c’est triste
 
Les « âmes oubliées » de l’hôpital de « Vol au-dessus d’un nid de coucou »
 

L'hôpital psychiatrique de Salem dans l'Oregon en 1914
Oregon State HospitalAFP/Archives

 

Etats-Unis: L’hôpital où a été tourné le film « Vol au-dessus d’un nid de coucou » ne renferme pas seulement les souvenirs du tournage de ce classique du cinéma, mais aussi les cendres de 3.500 patients morts entre 1914 et les années 1970 qui n’ont pas été réclamées.
 
En 2004, un groupe de responsables politiques qui visitait les locaux décrépits de l’hôpital psychiatrique de Salem, la capitale de l’Oregon (nord-ouest des Etats-Unis), a ouvert par hasard la porte d’un bâtiment attenant et découvert quelque 3.500 urnes de cuivre contenant les cendres d’anciens patients.
 
Certaines urnes avaient perdu leur étiquette, d’autres avaient été mélangées. La pièce, rebaptisée « chambre des âmes oubliées », n’avait semble-t-il pas été visitée depuis 30 ans.
 
« Certaines cendres datent de 1914 », a expliqué à l’AFP Rebeka Gipson-King, porte-parole de l’hôpital. « Seuls les restes de quatre personnes n’ont pas été identifiés. Nous en avons remis 120 jusqu’à présent. Les restes non réclamés seront placés dans un mémorial que nous allons construire sur le terrain du nouvel hôpital ».
 
La liste des patients dont les cendres ont été retrouvées est consultable en ligne
 
 
Le principal titre de gloire de l’hôpital, un ensemble de bâtiments néo-gothiques, est d’avoir servi de décor à l’adaptation en 1975 par Milos Forman du roman de Ken Kesey, « Vol au-dessus d’un nid de coucou », avec Jack Nicholson. Le film, l’histoire d’un homme qui se fait volontairement enfermer pour échapper à la prison et découvre les agissements d’une infirmière sadique, a remporté six Oscars.
 
L’hôpital, dont certains bâtiments ont récemment été détruits en attendant la construction cette année d’installations flambant neuves, a été fondé il y a 128 ans. Il accueillait des malades mentaux mais aussi des patients souffrant d’épilepsie.
 
Le frère et le grand-père de Don Whetsell, 79 ans, y sont morts tous les deux.
 
« C’était pendant la Grande dépression, l’argent était rare et je pense que c’est pour cette raison qu’ils ont fini à l’hôpital d’Etat. Il n’y avait rien à Astoria », la ville côtière où vivait la famille à l’époque, raconte-t-il.
 
« Mon frère aîné, Kenneth, avait des crises terribles. Je me rappelle que mon père le promenait pendant des heures la nuit. C’était de l’épilepsie. Aujourd’hui, on saurait le traiter », dit-il à l’AFP.
 
La famille finit par se résoudre à placer l’enfant de neuf ans dans cette institution, où il est mort deux ans plus tard.
 
Quant au grand-père de Don Whetsell, Nathan McComber, il y a été placé en 1939 et y est mort en 1941.
 
 « Ils l’ont déclaré fou, mais il avait probablement la maladie d’Alzheimer », dit-il.
 
Don Whetsell a commencé à enquêter en 2005 pour savoir ce qu’il était advenu de leurs dépouilles. Quatre ans plus tard, il avait découvert leurs urnes. Il a depuis enterré son grand-père et s’apprête à le faire l’été prochain pour les cendres de son frère.
 
L’hôpital a commencé à décliner dans les années 1970. En 2008, 40% des installations étaient inutilisables, infestées de rongeurs. La peinture se décollait, les fientes de pigeons s’accumulaient, l’amiante se désagrégeait.
 
Les soins étaient à l’avenant, avec près de 400 cas d’agressions entre patients chaque année. La section 40, un centre qui accueillait enfants et adolescents, faisait l’objet de rumeurs d’abus sexuels commis par le personnel d’encadrement.
 
« Nous avons fait beaucoup de chemin pour améliorer les soins aux personnes ayant des problèmes mentaux, mais il reste du travail à faire », reconnaît Rebeka Gibson-King. « Nous prenons soin aussi des patients du passé ».

Liste des patients dont les cendres ont été retrouvées à l’hôpital de l’Oregon

http://actualites.ca.msn.com

3 réponses à “Les « âmes oubliées » de l’hôpital de « Vol au-dessus d’un nid de coucou »‏

  1. Oui le film oui moi aussi j’avais adoré ce film.

    Douce pensée à ses 3.500 patients morts. Pas drole mourir et personne n’est au courant et ne cherche ce qu’une telle autre personne est devenue… oui tristesse.

    Oui la médecine (santé mentale) a évoluée depuis tout ce temps et c’est un plus !!!

    J’en profite pour souligner aussi Les enfants de Spiegelgrund durant la 2ieme guerre mondiale… reposez en paix petits xxx

    http://psychotrope.canalblog.com/archives/2006/10/26/3302252.html

    http://www.microsofttranslator.com/BV.aspx?ref=IE8Activity&a=http%3A%2F%2Fnews.bbc.co.uk%2F2%2Fhi%2Feurope%2F1942335.stm

  2. Moi, j’ai vu ça quand j’étais petite, mais tu m’en apprends ce matin.
    J’en reviens pas que des corps ne soient pas réclamés par la famille. Mourir dans la solitude…ouffff!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s