Une facture à l’oeuf pourri


Cela ne doit pas être agréable de un recevoir la facture .. quoi.. généralement personne aime les factures .. et de deux … une odeur nauséabonde quoique .. si c’est pour sauver une vie c’est une bonne chose
Nuage
 
Une facture à l’oeuf pourri
 
Une facture à l'oeuf pourri
 
Photos.com
Associated Press
Bellevue
 
 
Comme si payer les factures n’étaient pas assez désagréable en soi, les abonnés d’une compagnie de gaz américaine vont recevoir ce mois-ci une note sentant l’oeuf pourri.
 
Puget Sound Energy explique qu’elle va inclure dans le relevé mensuel de ses près de 750 000 clients une petite pastille à gratter pour leur rappeler à quoi ressemble l’odeur d’une fuite de gaz. Il s’agit d’une campagne de sécurité.
 
Le gaz naturel est inodore mais les fournisseurs y ajoutent un produit chimique à la senteur très particulière, proche du soufre, pour que d’éventuelles fuites soient rapidement détectées.
 

Top des crops 2004-2005-2006-2007


La 3ème et dernière partie Toujours aussi riche en détails .. avec un laissé aller en 2005, ces gens venus d’ailleurs avaient peut-être d’autres planètes en vue … Mais ce sont vite repris en 2006 et 2007 avec des formes inusités et beaucoup plus détaillées coté esthétique
Nuage
 
Top des crops 2004-2005-2006-2007
 
2004
 
Silbury Hill
 
 
Aldbourne
 
West Kennet
 
Savernake
 
Golden Ball Hill
 
Etchilhampton
 
West Kennet
 
 
Steyning
 
Coombe Abbey
 
Milk Hill 04
 
 
East Field
 
Honey Street
 
Porchester 04
 
 
Ridgeway 04
 
2nd 04
 
2005
 
Alton Barnes
 
Bournemouth, Hampshire
 
2006
 
Etchilhampton
 
 
Blowingstone
 
 
Aldbourne ground
 
Aldbourne
 
Boxley
 
Savernake
 
 
Waylands Smithy
 
Windmill Hill
 
 
Windmill Hill
 
2007
 

West Overton

 
Pewsey
 

West Woods
 

Sugar Hill
 
Mega Koch
 
Martinsell Hill
 
Hailey Wood
 
Stantonbury Hill
 
Wootton Rivers
 
West Kennett
 
Westbury
 
Abbots Down
 
 
Winterbourne Monkton
 
 
Wexcombe Down
 
 
Morgans Hill
 
 
Olivers Castle
 
 
 

 
 

Tourisme médical : une activité en pleine expansion


Le tourisme médical une autre mode qui semble conquérir des gens intéressé a payer moins cher des soins médicaux  que ce soit esthétiques ou non .. Quoi qu’il en soit, il est a mon avis risqué de se faire soigner ailleurs qu’au pays .. et qu’en plus ce genre d’activité risquerais a mon avis de causer des épidémie voir des pandémie .. sans compter qu’il y a toujours des charlatan et qui serait plus difficile de les poursuivre en cas d’insatisfaction
Nuage
 
Tourisme médical : une activité en pleine expansion
 
Un médecin marocain examine une patiente française avant un lifting, le 18 décembre 2006 à Casablanca
 

AFP/Archives
 
Des soins dentaires, moins chers dans les pays de l’Est, aux implants capillaires en Turquie ou en Inde en passant par la chirurgie esthétique, le tourisme médical ne cesse de se développer dans le monde.
 
Cette pratique n’est pas toujours sans conséquences, telle la récente infection par une bactérie résistante aux antibiotiques de personnes ayant voyagé en Asie du Sud, notamment pour du "tourisme médical"
 
Des centaines de milliers de personnes voyagent désormais pour profiter de soins moins chers ou qu’ils ne peuvent obtenir dans leur pays, comme dans le domaine de la procréation (mères porteuses en Inde et aux Etats-Unis, fécondation in vitro pour couples de femmes homosexuelles en Belgique…).
 
Nombreux aussi sont ceux qui comme en Angleterre, fatigués de faire la queue, partent ailleurs pour se faire enfin opérer, parfois simplement en traversant La Manche pour aller en face, en France.
 
Une personne sur vingt en Grande-Bretagne a déjà voyagé pour bénéficier de soins médicaux ou dentaires ou prévoit de le faire, selon le courtier Currencies.co.uk. Soit 2,65 millions de Britanniques, calcule le Telegraph. A la clé des prix, pour des opérations du genou ou de la cataracte inférieurs de plus de 70% à ceux pratiqués dans leur pays.
 
Liposuccion-soins spa et plage en Tunisie, Surgeon (chirurgie) and Safari en Afrique du Sud, tourisme culturel et implants dentaires en Hongrie, myopie, obésité, opération de la hanche etc. Les forums d’échange bruissent des échos de clients satisfaits ou mécontents. En tous cas, les offres sur internet sont multiples.
 
Des sites en développent toute une panoplie comme treatmentabroad.com pour les Anglais ou Medtogo pour les Américains.
 
"Cette pratique est plus développée chez les anglo-saxons et les Allemands qu’en France", estime Pierre Hollenbeck d’Esthetic-Planet, une agence française qui s’est lancée en 2004, d’abord dans la greffe de cheveux.
 
Les candidats aux implants capillaires se rendent, par son intermédiaire "en Turquie, en Belgique en Inde, en Tunisie", relève-t-il.
 
Sinon, dit-il, "liposuccion et mammoplastie figurent parmi les bestsellers" de la chirurgie esthétique (parce que non remboursée en France). D’autres se rendent en Hongrie pour les soins dentaires (bridge, couronnes etc.), précise-t-il.
 
Le site américain Planet Hospital, fondé en 2002, propose entre autres des interventions sur les artères coronaires (angioplastie : 8.000 à 13.000 dollars). Il n’hésite pas à s’adresser aussi aux francophones avec un "Mère Porteuse en français? cliquez ici".
 
Pour se renseigner sur la qualité des soins, il existe des programmes d’accréditation international comme le JCI "Joint Commission International" (en Anglais) ou le QHA Trent (britannique) des cliniques concernées.
 
Rien qu’en Inde, le tourisme médical pourrait générer des revenus annuels de 2,4 milliards de dollars d’ici 2012, selon la confédération de l’Industrie indienne citée par le Financial Times. Il pourrait croître de 30% par an durant les cinq prochaines années, estime de son côté le professeur Johann Pitout (université de Calgary, Canada).
 
Ce spécialiste des maladies infectieuses recommande à ceux qui se sont fait traiter en Inde de l’indiquer à leur médecin au retour. Il craint la propagation d’un gène de résistance aux antibiotiques parmi des bactéries aussi répandues que les colibacilles, décelées chez des patients qui s’étaient fait soigner en Inde et au Pakistan
 

Lituanie : des amateurs de plongée créent une galerie de photos sous l’eau


Je suis contre cette façon de faire .. on pollue assez l’eau de bizarreries étranges, pas obliger d’en rajouter .. l’art c’est une chose et la plongée en ai une autre ..
Nuage
 
Lituanie : des amateurs de plongée créent une galerie de photos sous l’eau
 
Un plongeur face à une photographie exposée au fond du lac Plateliai, en Lituanie, le 16 août 2010
 
Des passionnés de plongée ont créé en Lituanie une galerie de photographies, installée sous les eaux du lac Plateliai dans l’ouest du pays.
 
"L’art est vécu de façon totalement différente sous l’eau", a déclaré lundi à l’AFP Andrius Albrikas, responsable d’une école de plongée locale.
 
Une vingtaine de photographies grand format, oeuvres d’artistes locaux, ont été installées sur de grands panneaux flottants au fond du lac.
 
L’idée d’une galerie sous l’eau est née après qu’un couple de plongeurs eut installé sous l’eau ses photos de mariage pour pouvoir les apprécier à chaque plongée.
 
"Je pense que les créateurs de vitraux, de peintures et des sculpteurs commenceront également à exposer leurs oeuvres. On pourrait créer des galeries mobiles que l’on déplacerait d’un lac à autre et dans différents pays", a dit M. Albrikas.
 
"Bien sûr, ce n’est pas la mer Rouge, mais on ne peut plus se plaindre qu’il n’y a rien à voir dans les lacs locaux", a-t-il encore ajouté.
 

10 additifs alimentaires à fuir


C’est vrai que si on écoutait tout ce qui est mauvais .. on ne mangerais plus grand chose .. pourtant nous avons été gavé par des produits chimiques qu’il est difficile de revenir a l’alimentation plus naturel. Néanmoins savoir les symptômes possibles cela peut être des informations a ne pas négliger
Nuage
 
10 additifs alimentaires à fuir
 

© iStock(© iStock)
© iStock
 
Par Christine Fortier
 
Selon Santé Canada, un additif alimentaire est une substance chimique ajoutée aux aliments durant leur préparation ou en vue de leur entreposage. Ils sont utilisés pour rehausser l’apparence, modifier la texture ou aider à la conservation d’un aliment. On les utilise depuis belle lurette, mais depuis quelques années, on s’intéresse davantage à leurs effets potentiellement dangereux sur la santé.
La solution idéale pour éviter d’ingérer des additifs alimentaires, même approuvés, serait de se nourrir d’aliments biologiques et d’éviter autant que possible les aliments et produits transformés. Bien sûr, ce n’est pas toujours possible! On détecte la présence d’additifs en regardant la liste des ingrédients. Ils y sont présentés selon leur pourcentage dans la composition du produit préemballé. Voici une liste des 10 additifs à fuir.
 
 
1. Nitrites et nitrates
 
Nitrites et nitrates (© iStock)
 
C’est un conservateur qu’on retrouve dans les charcuteries. On utilise les nitrites pour éviter le botulisme, causé par la bactérie Clostridium Botulinum, et donner leur couleur rosée aux viandes froides. Au moment de la cuisson et lors de leur pénétration dans l’organisme, les nitrites peuvent se lier aux acides aminés provenant des protéines et former des nitrosamines, considérés comme des molécules cancérigènes. Ainsi, l’exposition aux nitrites est associée à un risque plus élevé de cancer de la cavité orale, de l’œsophage, de l’estomac, de l’appareil urinaire et du cerveau.
 
2. Sulfites
 
 
2. Sulfites (© iStock)
Également connu sous le nom d’acide sulfureux, de bisulfite ou de dioxyde de soufre. Un sulfite est un antioxydant utilisé pour préserver la couleur, prolonger la durée et prévenir la croissance de micro-organismes. Le sulfite sert aussi dans la fabrication de certains matériaux d’emballage comme le cellophane. Son utilisation est réglementée au Canada, mais on en trouve dans de nombreux produits, dont le vin, la bière, les cidres alcoolisés ou non, les céréales, les concentrés et jus de citron et de lime en bouteille, les condiments, les fines herbes séchées, les thés, les fruits et légumes séchés, les charcuteries, les vinaigrettes. Chez certaines personnes, les sulfites -considérés comme l’un des neuf allergènes les plus courants- peuvent provoquer des maux de tête et des réactions allergiques potentiellement mortelles.
3. Acide benzoïque et benzoates
 
3. Acide benzoïque et benzoates (© iStock)

C’est un conservateur qu’on utilise dans les confitures et les gelées à faible teneur en glucides, les fruits confits, les sauces et les boissons gazeuses.
Il est autorisé par Santé Canada car il serait sans danger à petites doses. L’exposition au benzène est associée à la leucémie, au lymphome et aux cancers du poumon et de la vessie. En association avec certains colorants, les benzoates pourraient être associés au syndrome d’hyperactivité chez les enfants.
 
4. Sulfate d’aluminium
 
4. Sulfate d’aluminium (© iStock)

C’est un agent de texture utilisé dans les desserts à base d’œufs, les fruits confits, les légumes conservés au vinaigre, dans l’huile, en saumure ou à la sauce de soja, les grains et produits céréaliers, le sel blanc de table traité au silicate d’aluminium, agent de blanchiment pour traiter la farine, ainsi que dans certains fromages fondus et bonbons. Au Canada, son utilisation est autorisée dans un nombre restreint de produits. À fortes doses (4 à 6 g par jour pendant plusieurs jours) cet additif entraîne une contamination de l’organisme par l’aluminium, un produit qui pourrait être responsable de la maladie d’Alzheimer.
 
5. Glutamate monosodique (GMS ou MSG)

 
 
5. Glutamate monosodique (GMS ou MSG) (© iStock)
 
Santé Canada ne le considère pas comme un additif alimentaire mais comme un rehausseur de saveur sous forme de sel. On le retrouve dans la cuisine orientale, dans les plats préparés, les croustilles et les produits de régime. Il est également présent de façon naturelle dans les tomates et le jus de tomate, les raisins et le jus de raisin, les champignons et des fromages tels que le parmesan et le Roquefort. Santé Canada estime que le GMS ne constitue pas de risque pour la santé mais il peut provoquer chez certaines personnesdes réactions de type allergique ou d’hypersensibilité (sensation de brûlure, de pression faciale, maux de tête, nausées et douleurs thoraciques) qui se manifestent 20 minutes après la consommation et disparaissent deux heures plus tard environ.
 
6. Acide phosphorique
 
6. Acide phosphorique (© iStock)
 

Il est utilisé dans l’industrie alimentaire comme agent de conservation, émulsifiant, acidifiant ou correcteur d’acidité. On le retrouve entre autres dans les colas et les gélatines. Selon une étude publiée en 2006 dans The American Journal of Clinical Nutrition, une longue exposition à l’acide phosphorique pourrait être responsable de la diminution de la densité osseuse (ostéoporose) chez les femmes.
Il est approuvé par Santé Canada.
 
7. Tartrazine ou colorant jaune no 5
 
7. Tartrazine ou colorant jaune no 5 (© iStock)
 
On le retrouve dans les pâtisseries, les céréales, la moutarde, les bonbons, mais aussi dans les cosmétiques. On parle d’un risque de réaction allergique chez les personnes intolérantes aux salicylates (aspirine, baies, fruits). On recommande aux personnes atteintes de lupus d’éviter d’en consommer.

Il est toutefois approuvé par Santé Canada.

8. Cyclamate de sodium
 
8. Cyclamate de sodium (© iStock)

On le retrouve dans le Sweet’N Low et le SugarTwin. Si la plupart des études prouvent que les succédanés de sucre sont sans danger, il est bon de savoir qu’au Canada, le cyclamate peut être vendu comme édulcorant de table, mais pas utilisé comme additif alimentaire.
Ainsi, on ne trouve pas de cyclamate dans les produits transformés vendus en épicerie. Aux États-Unis, le cyclamate a été banni à cause des risques de cancer qui y sont associés.
 
9. Butylhydroxyanisol (BHA) et Butylhydroxytoluène (BHT)
 
9. Butylhydroxyanisol (BHA) et Butylhydroxytoluène (BHT) (© iStock)
 
Ils sont utilisés comme antioxydants pour prévenir le rancissement des gras et des huiles, dans les céréales, la gomme à mâcher, la viande, la margarine et dans certains emballages. Certaines études démontrent qu’ils sont cancérigènes et d’autres, qu’ils sont sans danger. Leur utilisation est permise au Canada.

 
10. Gallate de propyle
 
10. Gallate de propyle (© iStock)
 
Il est utilisé pour prévenir l’oxydation et le rancissement des gras. On en trouve dans certaines huiles végétales, dans la gomme à mâcher, les boissons énergétiques, les pâtisseries. Souvent utilisé avec les BHA et BHT, il pourrait être responsable de réactions allergiques. Le Comité international de la Croix-Rouge le place dans la liste des produits possiblement cancérigènes
 

La bonté


La bonté est un langage universel .. peut la langue ou si nous avons un problème de compréhension dans la communication .. la bonté se fait comprendre partout..
Nuage
 
La bonté
 
 
La bonté est un langage que le muet peut parler et que le sourd peut entendre et comprendre.
 
Christian Nestell Bovee

Les épreuves d’une tasse à thé !


Cette histoire me fait penser quand nous étions petits sans pourtant avoir été battu, chauffé etc .. mais nous avons eu des souffrances sans que l’on comprennent ce que nos parents nous préparaient …
Nuage 
 
Les épreuves d’une tasse à thé !
 
 
 
Je me rappelle l’époque où, avant d’être une tasse, je n’étais qu’une boule d’argile.

Un jour, mon Maître s’empara de moi puis se mit à me frapper de Ses mains,
à me modeler.  Cela me faisait mal et je Le suppliais d’arrêter mais
Il se contenta de me sourire en disant :
 
" PAS ENCORE !

J’avais si mal au coeur que je croyais que ma fin était venue.
Heureusement, Il finit par me sortir de là !
Puis Il me plaça sur un tour de potier et me fit tourner, tourner…
 
Je ne comprenais pas pourquoi Il voulait me faire passer par le feu.
Alors, je hurlais, je Le suppliais d’arrêter, de me faire sortir.
A Travers la porte vitrée, je distinguais encore Son visage,
et je Le vis me sourire et hocher la tête, en disant :
 
" PAS ENCORE ! "
 
Puis soudain, me saisissant, le Maître se mit à
me poncer et à me brosser.  Il prit un pinceau et me
badigeonna de toutes sortes de couleurs.  Les vapeurs étaient
si fortes que je cru m’évanouir.
Je L’implorer d’arrêter, mais avec le même sourire,
Il me dit à nouveau :
 
" PAS ENCORE ! "
 
C’est alors qu’il me plaça dans un autre four,
deux fois plus chaud que le premier.
 
Cette fois, j’allais suffoquer, j’en était sure.
En larmes, je Le suppliais, mais, une fois de plus,
Il se contenta de me sourire en disant :
 
" PAS ENCORE ! "
 
À ce moment-là, la porte s’ouvrit toute grande
et le Maître annonça :
 
" MAINTENANT ! "
 
Il me prit sans Ses mains et me déposa sur une étagère.
Ensuite, Il me tendit un miroir en me disant de me regarder.
Je n’en croyais pas mes yeux.
 
Je m’écriais : 
 
" Oh, quelle magnifique tasse ! "
 
Alors le Maître expliqua :
 
" Je voudrais que tu comprennes :
Oui, quand Je te frappais et que Je te modelais,
Je savais que cela te faisait mal.
Je savais que le tour te donnait des vertiges.
 
Mais si Je ne m’étais pas occupé de toi, tu te serais desséchée,
et tu serais restée à tout jamais une simple boule d’argile.
Ta personnalité n’aurait pas pu s’épanouir. "
 
" Je savais que le premier four était brûlant, mais si Je ne t’y avais
pas mise, tu te serais effritée. "
 
" Je savais que tu étais incommodée par le ponçage et la peinture,
mais si Je t’avais épargnée, ta vie serait restée sans couleurs. "
 
" Et le second four, oh ! Je savais bien qu’il te serait presque
insupportable !  Mais vois-tu, si Je ne t’y avais pas placée,
tu n’aurais pas été capable de résister aux pressions de la vie. "
 
" Ta force n’aurait pas suffi, et tu n’aurais pas survécu longtemps. "
 
" Tu vois, alors même que tout te semblait si difficile,
Je prenais soin de toi.  Je savais ce que tu allais devenir.
Dès le premier instant, J’entrevoyais déjà le produit fini ! "
 
Auteur: anonyme