Pourquoi mes critiques fonctionnent rarement ?


Face à la critique nous apprenons soit a gérer la situation ou bien se maintenir en position de défense. Il faut avouer que ce ne sont pas toutes les critiques qui sont constructives surtout si elles nous remettent en question … Mais mieux comprendre nos réactions permettras peut-être a apprivoiser notre façon de faire face a la critique et d’émettre nous même des critiques qui permettras a l’autre de mieux foncé
Nuage
 
 
Pourquoi mes critiques fonctionnent rarement ?
 
 
Pourquoi mes critiques constructives apportent rarement un changement durable ? La réponse est entre autre physiologiques et nous emmène faire un petit tour du côté de la neuroscience.
 

Ce qu’il faut savoir sur votre cerveau et la critique
 
Pour bien comprendre comment la critique, même constructive, ferme notre « usine » à réflexion et apprentissage, il faut d’abord connaître ceci sur votre propre cerveau : une menace sociale y est interprétée comme aussi importante qu’une menace physique. Autrement dit, vos mécanismes d’alarme et de survie sont déclenchés avec autant de puissance pour vous sauver d’un ours que pour éviter d’être ridiculisé en public !
 
Qu’est-ce que cela signifie ? Cela veut dire que se sentir diminuer socialement, comme sous l’effet de la critique, provoque en vous une détresse, puis une puissante alarme au même titre que si vous souffriez de la faim, par exemple. Toute une découverte !
 
La critique ferme l’usine à réflexion et apprentissage
 
Sous l’effet de l’adrénaline sécrétée en réaction à une menace potentielle, votre cerveau rentre en mode survie. Il cesse alors d’alimenter certaines zones, dont votre cortex préfrontal responsable de nombreuses opérations très complexes comme comprendre, décider, mémoriser ou se souvenir.
 
La raison en est simple : votre énergie est une ressource limitée et, face à cette menace, votre corps considère qu’elle est bien mieux utilisée par les fonctions réflexes qui vous permettront de fuir ou de vous battre. Donc, lorsque vous dites à quelqu’un « Est-ce que je peux te faire un commentaire à ce sujet ? » il est prévenu : le pot s’en vient. Un bien désagréable sentiment d’appréhension, léger ou intense, s’installe dans son estomac. Vous l’avez déjà ressenti vous-même, j’en suis sûre ! Son statut social est inconsciemment mis en jeux et son cerveau, pour passer en mode défense, ferme l’usine à réflexion et apprentissage qui lui aurait précisément permis d’assimiler votre critique d’une façon constructive.
 
Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, lire cette précieuse information dans le magazine Choice de septembre 2009 portant sur la thématique : « Neuroscience : coaching & the Brain. A coherent theory for understanding coaching » m’a permis de mieux comprendre bien des choses !
 
 
 

Elle jouait au Robin des bois dans sa propre banque


C’est certes un beau geste pour une bonne cause, mais c’est quand même du vol et une personne travaillant dans une banque ne peut pas voler au riche pour aider les pauvres ..
Nuage
 
Elle jouait au Robin des bois dans sa propre banque
 
Elle jouait au Robin des bois dans sa propre banque
 
Agence France-Presse
Francfort
 
 
Une ancienne directrice d’agence bancaire allemande a été condamnée lundi à 22 mois de prison avec sursis pour avoir voulu jouer au «Robin des bois» en transférant de l’argent provenant de comptes de clients aisés vers ceux de clients dans le rouge.
 
L’ex-banquière, âgée de 62 ans, a viré au total 7,6 millions d’euros (12 millions de dollars canadiens) pour permettre à des clients en difficulté d’éviter la clôture de leurs comptes courants, selon un porte-parole du tribunal d’instance de Bonn (ouest).
 
Afin que ses clients ne s’aperçoivent de rien, la banquière reversait progressivement les sommes d’argent sur leurs comptes d’origine.
 
Mais elle n’a pas pu empêcher la perte de 1,1 million d’euros (1,7 million de dollars canadiens), le découvert de certains clients étant trop élevé, lors de ses 117 opérations de cavalerie qui ont duré de décembre 2003 à février 2005.
 

Le tribunal a toutefois estimé que l’accusée, qui a reconnu les faits, avait agi «par pitié» et qu’il n’y a «aucun indice» suggérant un quelconque enrichissement personnel. Elle a en outre perdu son emploi et a tenté de rembourser une partie des dettes.
 

Grande-Bretagne : elle retrouve son agresseur grâce à Facebook


Les patrons, les médecins, les compagnies d’assurances., des retrouvailles (ami, famille) s’en servent voilà que même des victimes peuvent trouver leur agresseurs sur des réseaux sociaux …On ne passe vraiment pas inaperçu surtout quand on donne beaucoup d’information …
Nuage
 
Grande-Bretagne : elle retrouve son agresseur grâce à Facebook
 
Facebook (illustration)
 
Grande-Bretagne – Une jeune femme a joué les détectives et retrouvé la personne qui l’avait agressée : c’est sur le site de réseau social Facebook qu’elle a mené l’enquête, alors que la police avait échoué à arrêter cette personne.
 
C’est alors qu’elle se trouvait dans une boîte de nuit que Jenifer Wilson, 20 ans, a été agressée par Mlle Holliman, qui lui a jeté son verre au visage avant de quitter les lieux. Mlle Wilson a été blessée à moins d’un centimètre de l’œil gauche, ce qui aurait pu la laisser aveugle d’un œil. La police qui a enquêté sur l’agression a été incapable de retrouver la coupable en raison d’un manque de visibilité sur les vidéos des caméras de surveillance.
 
Mlle Wilson a alors décidé de mener elle-même son enquête. Reconnaissant sur Facebook un homme qui, ce soir là, se trouvait en compagnie de la femme qui l’avait agressée, elle a réussi à retrouver la trace de celle-ci. Jenifer est même parvenue à trouver l’adresse de son assaillante par le biais d’une amie qu’elles avaient en commun sur le site. Cependant, lorsque les policiers se sont présentés à son domicile, celle-ci ne s’y trouvait pas. Ils ont alors demandé à Mlle Wilson si elle pouvait également leur fournir l’adresse du lieu de travail de la jeune femme, éléments qu’elle a à nouveau fourni grâce à Facebook.
 
Le jour suivant, Mlle Holliman, responsable de l’attaque, a été arrêtée par la police. Jenifer Wilson se dit fière d’avoir retrouvé elle-même la coupable, mais dit regretter le manque d’efficacité de la police. Mlle Holliman a été condamnée à 120 heures de travaux généraux et Jenifer Wilson a reçu une compensation de 2400 livres (environ 2500 euros, $4,200 Cad).
 

La petite espérance


Tant que la vie existe, tant que la terre tourne .. l’espoir ne doit être écarté malgré nos difficultés,
nos misères, notre tristesse, une lumière, une lueur tente de jaillir dans les jours les plus sombres
Nuage
 
La petite espérance
 
 
La petite espérance, c’est la petite lumière qui brille au fond du coeur
et nul au monde ne saurait l’éteindre.
 
Si ton coeur est brisé, malheureux, éperdu.
Si ta vie est triste, monotone, sans saveur.
Si l’angoisse parfois et souvent te saisit,
 
la petite espérance est là au fond de ton coeur
qui va te permettre de remonter la pente.
 
Elle est le doux printemps qui surgit après l’hiver.
Elle est la bonne étoile qui scintille dans le ciel.
Elle est le souffle du vent qui chasse les nuages.

Si tu te crois sans force, sans idée,
sans espoir, tout au fond d’une impasse, dans le noir d’un tunnel.
Si tu n’as plus le goût à rien ni même celui de vivre…
 
la petite espérance est encore là au fond de ton coeur
qui te donne du courage quand tout semble fini.
 
Elle est la goutte d’eau pure qui jaillit de la source,
le bourgeon qui permet à l’arbre de reverdir,
la clarté du jour là-bas au bout de la nuit.
Merci d’être toujours là ma petite espérance,
tout au fond de mon coeur, ma merveilleuse lampe magique
 où je puise tous mes rêves, toi qui ne connais pas le mot FIN.

 
Auteur inconnu