Sweet Escape de Gwen Stefani, ne laisse pas les chiens indifférents


C’est curieux comment certains sons, les chiens réagissent.. Aime-t-il cette
chanson ou non ???
Nuage
 
Sweet Escape de Gwen Stefani,
ne laisse pas les chiens indifférents
 
La chanson Sweet Escape est tirée de l’album éponyme de la chanteuse
 Gwen Stefani, sorti en 2007. Si ce titre n’a pas cessé d’être diffusé à la
radio pendant plusieurs semaines, il aurait également le pouvoir de
provoquer d’étranges réactions chez nos amis les canidés.
 
Chant ou hurlement ?
 
Une chose est sûre, c’est que la chanson de Gwen Stefani ne laisse pas
les chiens indifférents.
 
 Le Woohoo Yeehoo du refrain peut-être ?
 
 
  
 

Plus beaux couchers de soleil


Peut importe ou le soleil se couche dans le monde, et qu’il n’y a pas ou presque pas de nuage, il est tout feux tout flammes laissant le ciel sous des tons de jaunes, orangées allant jusqu’au rouge flamboyant.. laissant cette immensité brûlante pour s’éteindre en s’inclinant devant la nuit venue
 
 
Plus beaux couchers de soleil
 
Coucher de soleil à Hawaï
 
Coucher de soleil à Hawaï (iStock)
 
 
Coucher de soleil à Santorini
 
Coucher de soleil à Santorini (iStock)
 
 
Coucher de soleil en Égypte
 
Coucher de soleil en Égypte (iStock)
Coucher de soleil à Cape Town
 
 
Couche de soleil à Cape Town (iStock)
 
Coucher de soleil au Grand Canyon
 
Coucher de soleil au Grand Canyon (iStock)
 
Coucher de soleil à Ipanema Beach, Brésil
 
Coucher de soleil à Ipanema Beach, Brésil (iStock)
 
Coucher de soleil à Brampton Island, en Australie
 
Coucher de soleil à Brampton Island, en Australie (iStock)
 
Coucher de soleil en avion
 
Coucher de soleil en avion (iStock)
 
 
Coucher de soleil dans les Maldives
 
Coucher de soleil dans les Maldives (iStock)
 
Coucher de soleil sur Montréal
 
Coucher de soleil sur Montréal (iStock)
 
 

Une mère jette son fils par la fenêtre pour le sauver des flammes


Une catastrophe qui aurait pu vraiment mal finir, peut de temps pour réfléchir, et choisi malgré tout la meilleur solution, pour sauver son fils… Ce drame m’a fait penser quand une nuit j’ai été dans la même situation, mais heureusement sans enfants … si les pompiers ne seraient pas arriver a temps, Yvon m’avais dit tu sauteras en te préservant la tête … l’autre feu, nous étions au premier plancher avec 3 enfants .. encore en pleine nuit
Nuage
 
Une mère jette son fils par la fenêtre pour le sauver des flammes
 
feu, incendie (illustration)
 
Mondeville, France – Alors que son domicile était en proie aux flammes, une femme bloquée à l’étage avec son fils de deux ans n’a pas hésité à jeter ce dernier par la fenêtre afin de le sauver.
 
C’est dans la nuit de lundi à mardi, vers 23 heures, que Benoît Villy est réveillé par "[du] bruit, un crépitement et [une] odeur". Il constate alors que le rez-de-chaussée est enflammé et dévale les escaliers. L’incendie se propage alors rapidement, et Benoît ne peut plus remonter à l’étage où se trouve sa femme et son fils de deux ans. Il explique au quotidien Ouest France :
 
"Ils étaient pris au piège des flammes. Je me suis alors précipité dans le jardin".
 
Peu de temps après, la jeune femme de 27 ans décide de tenter le tout pour le tout et lâche son fils par la fenêtre. Le père raconte :
 
"Il a atterri dans mes bras, sain et sauf".
 
Finalement, la jeune femme n’aura pas d’autre solution que de se jeter elle-même dans le vide pour tomber quatre mètres plus bas. Hospitalisée, elle souffre de brûlures et de plaies mais sa vie n’est pas en danger. Le père et l’enfant sont sortis de l’hôpital.
 

Les éclairs produisent des quantités considérables d’oxydes d’azote


Les éclairs qui fendent le ciel en une lumière puissante semblent avoir des propriétés qui se pourrait se confirmer après quelques expériences complémentaires .. malgré quelques bons côtés, ils pourraient malgré tout avoir des effets néfastes sur l’environnement et si l’on rajoutent en plus notre négligence, cela ne feraient qu’augmenter encore plus vite les dégats
Nuage
 
Les éclairs produisent des quantités considérables d’oxydes d’azote
 
 
Grâce aux satellites, les chercheurs ont découvert que plus d’1,2 milliards d’éclairs se produisaient dans le monde chaque année. (le Rwanda a le plus d’impact de foudre au kilomètre carré, alors qu’ils sont rares dans les régions polaires). Des essais en laboratoires et sur le terrain ont révélé que le cœur de certains éclairs atteignait 29 700 °C, une température suffisante pour faire fondre instantanément le sable et casser les molécules d’oxygène et d’azote en deux atomes individuels.
 
Et voilà la nouveauté : chacun de ces milliards d’éclairs produit un souffle d’oxyde d’azote (Nox) qui réagit avec la lumière du soleil et d’autres gaz de l’atmosphère qui produisent de l’ozone. Près de la surface de la Terre, l’ozone peut nuire à la santé des humains et des plantes, plus haut dans l’atmosphère, c’est un gaz à effet de serre puissant, et dans la stratosphère, il bloque la radiation des ultra-violets, responsables des cancers.
 
En 1827, le chimiste allemand Justin von Liebig observa le premier qu’un éclair produisait des Nox- abréviation scientifique pour un mélange gazeux d’azote et d’oxygène y compris le monoxyde d’azote (NO) et le dioxyde d’azote (NO2). Presque deux siècles plus tard, le sujet continue à attirer l’attention des scientifiques.
 
La combustion d’énergie fossile, les microbes dans le sol, la foudre et les feux de forêts produisent tous des Nox. Les scientifiques pensent que la contribution des éclairs au budget de la Terre, probablement autour de 10%, est relativement faible par rapport aux émissions d’énergie fossile. Cependant ils ne sont pas encore sûrs de l’estimation mondiale des Nox produits par les éclairs soit exacte.

« Il y a toujours beaucoup d’incertitude en ce qui concerne la quantité de Nox produite par la foudre » a déclaré Kenneth Pickering, un scientifique spécialiste de l’atmosphère qui étudie les éclairs au Centre de Vol Spatial Goddard de la Nasa à Greenbelt, Maryland.

« En fait, même les estimations publiées récemment sur la production mondiale de Nox par les éclairs varie toujours de 1 à 4. Nous essayons de réduire cette incertitude afin d’améliorer la précision à la fois des modèles climatiques mondiaux et des modèles régionaux de la qualité de l’air. »
 
En utilisant des données glanées grâce aux observations aériennes et celles des satellites, Pickering et sa collègue de Goddard Lesley Ott ont récemment pris la direction d’une meilleure estimation mondiale des Nox produits par la foudre et ont trouvé que la foudre pouvait avoir un impact considérablement plus fort sur le climat dans les latitudes intermédiaires et subtropicales (et moins sur la qualité de l’air de surface) qu’on ne l’avait pensé précédemment.
 
Selon un nouvel article d’Ott et Pickering dans le Journal de Recherche Géophysique, en moyenne chaque éclair étudié dans les différentes régions de latitudes moyennes et subtropicales transforme 7 kg d’azote en Nox chimiquement réactifs.
 
« En d’autres termes, on pourrait conduire une voiture neuve à travers les Etats-Unis plus de 50 fois et produire toujours deux fois moins de Nox qu’un éclair moyen » a estimé Ott. Les résultats ont été publiés en juillet.
 
Quand les chercheurs ont multiplié le nombre d’impacts de foudre par 7 kg, ils ont trouvé que la quantité totale de Nox produite par la foudre chaque année est de 8,6 terra-grammes, ou 8,6 millions de tonnes.
 
« Ce qui est plutôt élevé par rapport aux estimations précédentes. » a dit Pickering.
 
 
Carte des impacts de foudre sur Terre. Le centre de l’Afrique est la région la plus touchée par les éclairs et les régions polaires les moins.
Crédit : Jeff De La Beaujardiere, Scientific Visualization Studio

Plus remarquable que le nombre, cependant, c’est l’endroit où les Nox sont produits. Il y a 10 ans, beaucoup de chercheurs croyaient que les éclairs d’un nuage jusqu’au sol produisaient beaucoup plus de Nox par éclair qu’un éclair intra nuage, qui se produit à l’intérieur d’un nuage et beaucoup plus haut dans l’atmosphère.
 
La nouvelle preuve suggère que les deux types d’éclairs produisent approximativement la même quantité de Nox par éclair en moyenne. Mais comme la plupart des éclairs sont intranuage, cela laisse entendre que beaucoup plus de Nox sont produits et restent plus haut dans l’atmosphère. En composant cet effet, la recherche a également montré que de puissants courants ascendants à l’intérieur des orages aidaient à transférer des niveaux plus bas de Nox vers des altitudes plus élevées dans l’atmosphère.

« Nous avons réellement commencé à nous interroger sur nos anciennes suppositions car nous avons obtenus de meilleures mesures d’éclairs sur le terrain » a déclaré Ott.
 
Les observations ont émergé des projets conduits sur le terrain en Allemagne, au Colorado, en Floride, au Kansas et en Oklahoma entre 1985 et 2002. Par exemple, sur un terrain de campagne de la NASA appelé CRYSTAL-FACE (Cirrus Regional Study of Tropical Anvils et Cirrus Layers Florida- Florida Area Cirrus Experiment) un avion a volé tête baissée à travers un nuage en forme d’enclume pour mesurer l’anatomie des orages. Des détecteurs ont mesuré la pression, l’humidité, la température, le vent et la quantité de traces de gaz comme les Nox et l’ozone.
 
Plus tard, Ott a saisi ces données, ainsi que que d’autres données du Réseau de Détection Nationale de Foudre Américain et du TOMS de la NASA, dans un modèle informatique complexe qui simulait les six orages et calculait la quantité de Nox qu’un éclair produit en moyenne. Avec ce nombre, elle a ensuite pu estimer la quantité de Nox que la foudre produit au niveau planétaire chaque année.
 
« Ce que nous essayons de comprendre, c’est combien de transformations d’ozone sont dues à la force radiative de l’éclair, et comment cela pourrait se traduire en impact climatique », a déclaré Pickering.
 
Il y a une possibilité que la foudre puisse produire un cycle rétroactif qui accélère le réchauffement climatique. Pickering constate que
 
« Si un globe plus chaud produit plus d’orages, cela pourrait conduire à une production de Nox plus importante, qui entraîne plus d’ozone, plus de force radiative et plus de réchauffement. »
 
Il insiste sur le fait que c’est une théorie et bien que certaines études des modèles mondiaux semblent indiquer que ce soit effectivement le cas, cela n’a pas encore été confirmé par des observations sur le terrain.
 
Les dernières découvertes ont également des répercussions pour les modèles régionaux de la qualité de l’air. Des scientifiques de l’Agence de Protection de l’Environnement américaine (EPA), par exemple, sont déjà en train de rentrer les nouveaux chiffres dans un modèle de qualité de l’air largement utilisé appelé CMAQ.
 
« La foudre est l’un des facteurs les moins importants pour le niveau d’ozone de surface, mais dans certains cas, un pic d’ozone formé à partir des Nox de la foudre pourrait être suffisant pour rendre une région non-conforme aux critères de qualité de l’air de l’EPA à certaines périodes de l’année » selon Pickering.
 
Pickering a offert une mise en garde importante aux découvertes : la valeur de 7 kilogrammes par éclair a été donnée sans considération pour la foudre des orages tropicaux, où la plupart des coups de foudre de la Terre se produisent. Ce n’est que très récemment que des données sont devenues disponibles pour les régions tropicales, a-t-il constaté.
 

 

Apprentissage d’une langue : Les sous-titres, ces pédagogues


A mon avis, ça du sens .. et serait je crois un excellent outil pour apprendre l’anglais … en regardant des cd sous titrés non pas traduits mais bien dans la langue original .. Si l’image vaut milles mots .. alors que mettre les mots avec les images .. serait donc augmenter sa compréhension
Nuage
 
 
Apprentissage d’une langue  :
Les sous-titres, ces pédagogues
 
television-commande
 
Le recours aux sous-titres dans la langue maternelle n’améliore en rien la compréhension d’une langue étrangère, bien au contraire.
 
Les travaux de chercheurs allemands montrent que, contrairement à ce que pensent la plupart des gens, lire des sous-titres dans notre langue diminue même la capacité à comprendre une autre langue.
 
Le chercheur Holger Mitterer et ses collègues de l’Institut Max Planck de psycholinguistique ont démontré que lire les sous-titres dans la langue originale du film visionné améliore la compréhension de cette langue.
 
Les auteurs des travaux indiquent que les sous-titres apparaissant dans la langue parlée dans un film indiquent les mots qui sont prononcés par les acteurs et peuvent ainsi stimuler l’apprentissage d’une langue à partir des sons d’une langue étrangère.
 
Par exemple, les chercheurs ont découvert que les étudiants néerlandais reconnaissaient plus facilement l’anglais d’Écosse ou d’Australie après avoir écouté une vidéo pendant 25 minutes. Cependant, l’apprentissage semble plus efficace lorsque les sous-titres sont en anglais et non en néerlandais.
 
Dans l’étude, les participants ont visionné des films écossais ou australiens avec des sous-titres anglais, des sous-titres néerlandais ou sans sous-titres.
 
Les chercheurs leur ont ensuite demandé de répéter autant de mots qu’ils pouvaient à partir de 160 extraits audio (certains nouveaux et d’autres tirés des extraits visionnés auparavant) des films.
 
Les participants ont été testés sur des mots qu’ils n’avaient pas entendus dans l’extrait original, ce qui a permis aux chercheurs d’évaluer leur adaptation à l’accent. Les résultats montrent que les performances optimales ont été enregistrées chez les sujets lisant les sous-titres en anglais. Les sous-titres en néerlandais ont renforcé leur performance sur des extraits déjà entendus, mais n’ont pas aidé les participants à mieux comprendre les nouveaux extraits.
 
L’équipe en a conclu que les participants utilisaient des informations sémantiques (basées sur le sens) dans les sous-titres néerlandais lorsqu’ils écoutaient le film en version anglaise. Ainsi, les participants ont pu décoder des mots anglais qui avaient été articulés dans des extraits plus anciens, mais n’ont pas pu « régler » leurs catégories phonétiques pour stimuler leur compréhension des nouveaux mots prononcés.
 
Les chercheurs déclarent que les participants peuvent ajuster leur perception du langage parlé d’une manière inhabituelle en utilisant leurs connaissances de la consonance des mots.
 
Le détail de ces travaux est publié dans la revue PLoS.
 

Parole d’enfant : Problème de Traduction


Des fois je me demande ou les enfants vont chercher toutes ces questions .. Qu’est ce que ca  mijote dans leur tête
Nuage
 
Problème de Traduction
 
 
 
Pendant qu’on écoutait «Les anges de la rénovation», Francis me fait remarquer que les animateurs parlent anglais et qu’on entend la traduction québécoise. Francis, qui a des cours d’anglais à l’école me dit:
 
«Maman, comment je vais faire quand ma femme va accoucher et que mon bébé va parler en anglais à sa naissance?»

Caroline Viens de Boucherville

SI TU NE PEUX ETRE


Peut-être que nous aimerions être autre chose ce que nous sommes, mais nous pouvons quand même réussir a se démarquer en étant le meilleur de nous même
Nuage
 
SI TU NE PEUX ETRE
 
 
Si tu ne peux être pin au sommet du coteau,
Sois broussaille dans la vallée.
Mais sois la meilleure petite broussaille
Au bord du ruisseau.
 
Sois buisson, si tu ne peux être arbre.
Si tu ne peux être route, sois sentier.
Si tu ne peux être soleil, sois étoile.

Ce n’est point par la taille que tu vaincras.
Sois le meilleur, quoi que tu sois.”
 
Douglas Mallock