Les fabricants d’ordinateurs seront mis au pas


Je pense qu’il était temps qu’on agisse sur ce point .. et je suis vraiment pour que les produits technologiques soient recycler et mieux utilisé .. De plus la fabrication des nouveaux appareils seront je l’espère beaucoup plus écolo pour éviter un amas de ferraille.. Il faudra que le consommateur fasse sa part pour rapporter les produits qui serait vouer de toute facon a la poubelle
Nuage
 
Les fabricants d’ordinateurs seront mis au pas
 
 
Les fabricants d'ordinateurs seront mis au pas
Les Québécois devront rapporter leurs ordinateurs afin qu’ils soient démantelés ou réemployés en bonne et due forme.
 
Photothèque Le Soleil
 François Cardinal
La Presse
 
 
Dès 2011, Québec obligera les fabricants d’ordinateurs, de piles, de téléviseurs et d’ampoules à reprendre tous les produits qu’ils vendent une fois leur vie utile terminée, afin qu’ils soient recyclés.
 
Comme l’a annoncé La Presse il y a quelques mois, le gouvernement a choisi d’aller de l’avant avec la «responsabilité élargie des producteurs», obligeant ainsi les fabricants d’ordinateurs et autres produits connexes à mettre en place à leurs frais un programme de récupération.
 
Un an après l’entrée en vigueur d’un règlement qui sera déposé sous peu, les Québécois devront ainsi rapporter leurs ordinateurs, écrans, imprimantes, téléviseurs, lampes fluocompactes et téléphones cellulaires afin qu’ils soient démantelés ou réemployés en bonne et due forme. S’ajouteront à partir de la deuxième année les consoles de jeux vidéo, les photocopieurs, les caméras et les baladeurs numériques.

L’objectif est d’atteindre une cible de récupération (80% des lampes au mercure, 65% des piles, 40% des ordinateurs et 25% des cellulaires et baladeurs numériques), mais aussi de forcer les entreprises à concevoir des produits plus verts, moins dommageables pour l’environnement.
 
«On le voit bien, certains produits contiennent actuellement des métaux collés qui ne peuvent être extraits, a déploré la ministre de l’Environnement, Line Beauchamp. Or, avec le règlement, le producteur verra un intérêt à miser sur l’écoconception ou à distribuer uniquement des produits qui sont faciles à récupérer.»
 
Cela est d’autant plus important qu’une bonne partie des ordinateurs, cellulaires et autres produits électroniques finissent leur vie dans un dépotoir, même s’ils sont bourrés de produits toxiques tels que le plomb, le cadmium, le mercure et le béryllium. Un seul écran cathodique, par exemple, peut contenir jusqu’à 3,6 kg de plomb.
 
Pour mettre en place leur programme de récupération, les producteurs pourront agir seuls (Apple qui récupère les ordinateurs Apple au magasin Apple), se regrouper (Dell et Sony créent conjointement des points de collecte) ou donner ce service à contrat (les consommateurs sont invités à déposer leurs articles dans tel magasin, où un sous-traitant les récupère).
 
Déjà, au Québec, certaines industries sont soumises à la responsabilité élargie: contenants et résidus de peinture, huiles usagées, contenants d’huile et filtres à huile usagés. Mme Beauchamp a d’ailleurs cité le cas de la peinture, récupérée à 90%, pour illustrer la pertinence de son geste.
 
Il n’a pas été question hier d’inscrire des «frais environnementaux» sur les factures des clients achetant des produits électroniques, comme l’exigeait Recyclage des produits électroniques Canada (RPEC), l’organisme qui représente les fabricants.
 
Une hausse du prix de ces mêmes produits est toutefois à prévoir, si l’on se fie à des études menées à l’étranger ces dernières années. On a évalué que la prise en charge des ordinateurs par leurs producteurs pouvait se traduire par une hausse moyenne de 1 à 3% du prix au détail (environ 45$ pour un produit de 1500$).
 

Un étonnant château de papier


L’origamie, l’art du pliage de papier peut paraître facile du moins pour des petites formes mais quand cet art devient vraiment plus élaboré ce sont des chef-d’oeuvres qui peut jaillir d’un grand savoir faire … Ce château est magnifique, et demande un grand talent pour plier du papier de cette façon

Nuage

 
 
 
Un étonnant château de papier
 
L’étudiant japonais Wataru Itou réalise une merveille architecturale avec du papier. Ce petit chef d’œuvre, intitulé "Un château sur l’océan" est exposé à Tokyo où il est déjà la coqueluche des visiteurs venus en admirer la précision et la beauté.
 
Tout droit sortie de l’imagination de Wataru Itou, un étudiant japonais, l’œuvre d’art réalisée avec patience et minutie dans du papier est en passe de devenir une véritable attraction. Le "château sur l’océan" est un édifice fascinant, où formes géométriques, montagnes russes et grande roue se côtoient harmonieusement.
 
Un jeu de lumière vient en rehausser les courbes et les tourelles, conférant à l’ensemble une dimension féérique.
 
 
Castle on the ocean : vue d'ensemble
 
 
 
Castle on the ocean
 
 
Castle on the ocean illuminé de jaune
 
Le chateau est une sculpture de papier
 
Wataru Itou esdt le créateur de cette oeuvre
 
 
 
Castle on the ocean : détail
 
Le chateau possède une grande roue
 
Castle on the ocean illuminé de blanc
 
Castle on the ocean : détail
 
 

Vue d'ensemble de l'oeuvre

 

La période humide du Sahara aurait permis aux premiers hommes de quitter l’Afrique


Le Sahara n’a pas toujours été une mer de sable ou règle chaleur, sécheresse, mais il y a bien longtemps, que la mémoire d’homme a oublier .. le Sahara était luxuriante, humide et sûrement très agréable Un fait demeure, quand c,est la nature qui fait ses lois, les changements sont lents qu’une adaptation et possible, alors quand c’est l’être humain … c’est comme l’éclair et beaucoup d’animaux, plante et même les hommes en souffrent .

Nuage

 
 
La période humide du Sahara aurait permis aux premiers hommes de quitter l’Afrique
 
Tassili-n-Ajjer, Sahara - Algérie
 

Tassili-n-Ajjer, Sahara – Algérie
© UNESCO / Jean Zucchet
 
D’après une nouvelle recherche conduite par des scientifiques néerlandais et allemands, les premières migrations des hommes hors d’Afrique auraient été facilitées par des changements climatiques qui avaient rendu le Sahara bien plus humide qu’il ne l’est aujourd’hui. L’étude, publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), suggère également que ses changements ont résulté de modifications au niveau de la force d’un courant important dans l’océan Atlantique.
 
Le Sahara n’a pas toujours été le désert que nous connaissons aujourd’hui; en effet, des recherches antérieures ont montré qu’il y a environ 10000 ans, pendant une période baptisée «période africaine humide», la région était jonchée de forêts, de prairies et de lacs et était habitée par des hommes. Puis, à la fin de cette période, il y a environ 5500 ans, le Sahara a repris son statut de désert.
 
Dans cette étude, des scientifiques de l’Institut Royal des Pays-Bas pour la recherche océanographique (NIOZ) et de l’université de Brême, en Allemagne, ont étudié des sédiments collectés dans les fonds marins au large de la côte d’Afrique de l’Ouest en vue de déterminer l’évolution de l’environnement du Sahara au cours des derniers 200 000 ans. Des vents forts envoient des rafales de poussière des régions du Sahara et du Sahel dans l’Atlantique. La poussière atteint à terme les fonds marins et s’accumule en couches sur des millénaires.
 
Dans cette poussière, on trouve des cires végétales emprisonnées dans les couches de sédiments qui se sont bien conservées pendant des millions d’années. La composition chimique des arbres, des arbustes et des herbes qui poussaient quand le Sahara était plus humide diffère de celle des herbes et des laîches (ou carex) que l’on trouve dans la région dans sa période désertique. En étudiant la composition chimique de ces cires, les chercheurs ont pu déterminer la période à laquelle le Sahara était sec et celle à laquelle il était plus humide.
 
Leurs analyses ont révélé 3 périodes au cours des 200 derniers millénaires, lorsque le Sahara était couvert d’arbres, ce qui laisse à penser que l’environnement était humide. La première période, il y a entre 120 000 et 110 000 ans, coïncide approximativement avec la dispersion des hommes anatomiquement modernes hors d’Afrique vers l’Asie du Sud-ouest et l’Europe il y a entre 130 000 et 100 000 ans. Cette nouvelle étude soutient donc l’idée selon laquelle le Sahara a offert une route à ces peuples primitifs pour qu’ils quittent l’Afrique.
 
La seconde période humide s’est étendue d’environ 50000 à 45000 ans en arrière. Cette période coïncide encore une fois à une autre vague de migration hors d’Afrique il y a entre 60000 et 40000 ans. Il semblerait également que les populations aient quitté l’Asie du Sud-ouest pour revenir en Afrique à cette période.
 
La troisième période humide a eu lieu il y a 10000 à 8000 ans ; comme on le disait plus haut, il semblerait que le Sahara ait été occupé par des populations humaines à cette époque.
 
Les chercheurs souhaitaient également découvrir la raison des changements drastiques dans l’environnement du Sahara. Aussi ont-ils étudié la composition chimique des carapaces de minuscules animaux, appelés foraminifères, également emprisonnés dans des sédiments marins. La composition chimique de ces carapaces correspond à la composition chimique des profondeurs de l’océan dans lequel vivent ces minuscules créatures.
 
Le climat du Sahara dépend énormément d’un système de courant atlantique important appelé "circulation méridionale de renversement de l’Atlantique" (AMOC, de l’anglais Atlantic Meridional Overturning Circulation), qui transporte des eaux chaudes vers le Nord en direction de l’Arctique à la surface et des eaux froides vers le Sud dans les fonds de l’océan. La force de ce système varie au fil du temps.
 
L’équipe a découvert que lorsque l’AMOC est plus faible, le Nord de l’Afrique est plus sec. Les chercheurs pensent que l’affaiblissement de l’AMOC est dû à un flux plus important d’eau douce dans la région Arctique de l’Atlantique. Lorsque l’AMOC est plus faible, la température de surface de la mer dans l’Atlantique Nord chute, les vents alizés s’accentuent et, associés au mouvement d’air froid des hautes latitudes des Tropiques, ils déplacent les pluies de mousson d’Afrique du Nord plus au Sud et provoquent donc des conditions plus arides pour le Sahara.
 
"Nos résultats montrent que les changements dans l’AMOC influencent le climat d’Afrique du Nord et contribuent parfois aux variations climatiques dans le Sahara central et au Sahel, ce qui permet aux populations de traverser cette région peu hospitalière", concluent les chercheurs.
 

Des laboratoires égarent des agents pathogènes


Ceux qui croient a une conspiration, ceux qui parlent de guerre bactériologiques .. je pense que cet égarement viens mettre de l’huile sur le feu … Qu’ils soient ou non dangereux, les laboratoires devraient quand même revoir leur systèmes de sécurité et faire un inventaires plus rigoureux .. mais, comme on le sait, il y aura toujours des zélés qui trouverons des failles …
Nuage
 
Des laboratoires égarent des agents pathogènes
 
Des laboratoires égarent des agents pathogènes
 
Une vérification récente de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) conclut que des contrôles déficients dans des établissements fédéraux pourraient mener à la disparition d’agents pathogènes dangereux ou à un usage non autorisé.
 
Photo: Reuters
  Steve Rennie
La Presse Canadienne
Ottawa
 
 
Des laboratoires fédéraux, dont celui qui manipule des échantillons de la grippe A (H1N1), ont du mal à retracer les virus et les bactéries qu’ils manipulent.
 
Une vérification récente de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) conclut que des contrôles déficients dans des établissements fédéraux pourraient mener à la disparition d’agents pathogènes dangereux ou à un usage non autorisé.
 
«Les systèmes de suivi et les procédures actuellement en usage rendent difficilement compte des agents pathogènes manipulés en laboratoire», affirment les auteurs du document.
 
Les découvertes de l’agence fédérale, un peu plus tôt cette année, concernent une période durant laquelle des scientifiques du Laboratoire national de microbiologie, à Winnipeg, étudiaient des centaines d’échantillons de ce qui s’est révélé être le virus de la grippe porcine.

La vérification souligne que le problème est en partie attribuable au fait que chaque laboratoire a sa propre manière de conserver ses échantillons.
 
Ainsi, le Laboratoire national de microbiologie a perdu la trace, un peu plus tôt cette année, de 22 flacons contenant du matériel biologique.
 
Un scientifique aurait volé des flacons contenant le gène du virus Ébola en janvier. Mais la direction du Laboratoire national de microbiologie n’a appris la disparition des flacons qu’en mai, soit lorsque les autorités américaines ont arrêté l’ancien employé à un poste frontalier séparant le Manitoba et le Dakota du Nord.
 
La disparition de ces fioles est longtemps passée inaperçue parce que des dizaines de milliers de ces flacons contenant du matériel non infectieux sont conservés dans les réfrigérateurs et congélateurs du laboratoire.
 
Le chef du Laboratoire national de microbiologie, le docteur Frank Plummer, avait alors assuré que les agents pathogènes à très haut risque étaient soumis à un suivi très rigoureux et que les employés les manipulant travaillaient selon des normes de sécurité strictes.
 
Cependant, la sécurité n’est pas aussi serrée en ce qui concerne les matériels non infectieux.
 
La vérification de l’Agence de la santé publique du Canada, datée du 25 juin, révèle que les laboratoires suivent des lignes directrices en matière de biosécurité, mais ajoute que ces mesures pourraient être améliorées.
 
«Des études supplémentaires sont nécessaires pour s’assurer que les échantillons destinés à être manipulés en laboratoire soient rigoureusement suivis, de leur livraison à l’ASPC jusqu’à ce qu’ils soient transférés ou détruits,» peut-on lire dans le document.
 
La vérification recommande à l’agence fédérale d’établir une norme pour le suivi et la comptabilisation des agents pathogènes.
 
La vérification a également établi que l’ASPC devrait améliorer sa manière de s’assurer que les employés de laboratoires aient un accès approprié aux zones contrôlées et aux renseignements protégés.
 

La vérité sur aliments enrichis d’omega-3


Personnellement les oeufs oméga 3, je trouve qu’il y a un arrière goût de sardine .. Comme j’aime le poisson c’est pas vraiment un problème, mais au petit déjeuner disons .. que des oeufs ordinaire me satisfait grandement .. Donc, mieux vaut choisir, selon moi, des aliments qui contiennent naturellement de l’oméga 3
Nuage
 
 
La vérité sur aliments enrichis d’omega-3
 
La vérité sur aliments enrichis d'omega-3
 
Les oméga-3 : tout dépend de la source
 

Vous avez peut-être remarqué dans votre supermarché l’apparition de nouveaux produits enrichis d’oméga-3 comme les oeufs, le lait, le yogourt, les biscuits et le pain. Il faut savoir que ces oméga-3 proviennent généralement de l’addition d’huile ou de graines de lin, soit directement dans le produit ou dans l’alimentation de l’animal selon le cas. Il s’agit donc d’oméga-3 d’origine végétale, lesquels ne possèdent pas les propriétés si prisées des oméga-3 que proposent les poissons plus riches en matières grasses.
 
À titre d’exemple, il faudrait consommer une vingtaine d’oeufs enrichis pour égaler une petite portion de saumon (90 g). Mentionnons que les besoins quotidiens en oméga-3 s’élèvent à 1,1 g pour les femmes et 1,5 g pour les hommes. Parmi les produits enrichis, une tasse de lait ou 100 g de yogourt contiennent 0,3 g d’oméga-3. Autre exemple, l’apport d’oméga-3 d’une tranche de pain oscille entre 0,4 g et 0,8 g.
 

L’optimisme


J’aime bien cette citation, car il est vrai qu’être optimiste, n’est pas se mettre des ornières mais juste une façon de prendre la vie comme elle viens, de changer ce qui peut être changer et d’accepter ce qui ne peut pas .. et s’en accommoder
Nuage
 
L’optimisme
 
 
« L’optimisme c’est aussi de dire qu’il y a de la tristesse dans la vie, du malheur.
Dire que tout va bien, que tout va bien se passer, ce n’est pas de l’optimisme,
c’est de la bêtise. »
 
Cédric Klapisch

Les étreintes


Comme j’ai déjà dit dans un billet sur les calins, je n’ai pas reçu beaucoup de calins pendant mon enfance, et ce n’est pas un geste nécessairement spontanées chez moi, mais que mes enfants, m’ont donner cette ouverture a explorer .. qui permet de merveilleux contacts
Nuage
 
Les étreintes
 
 
Les étreintes sont bonnes pour la santé.  Elles aident le système immunitaire, guérissent la dépression, réduisent le stress et améliorent le sommeil.  Elles revigorent, rajeunissent et ne s’accompagnent d’aucun effet secondaire incommodant.  Bref, les étreintes son un remède miracle.
 
Les étreintes sont cent pour cent naturelles, organiques, aussi sucrées qu’une friandise, exemptes d’ingrédients artificiels, non polluantes, sans danger pour l’environnement et tout à fait saines.
 
Les étreintes s’offrent merveilleusement bien en cadeau.  Quelque soit l’occasion, elles sont agréables à donner et à recevoir, elles constituent une preuve d’amour, elles n’ont pas besoin d’emballage et, bien entendu, elles sont échangeables en tout temps.
 
Les étreintes sont virtuellement parfaites: elles ne requièrent pas de piles, ne se déprécient pas à cause de l’inflation, ne font pas grossir, ne nécessitent aucun versement mensuel et ne peuvent se faire ni voler ni taxer.
 
Les étreintes sont une ressource sous exploitée qui possède des pouvoirs magiques.  Lorsque nous ouvrons nos coeurs et nos bras, nous incitons les autres à faire de même.
 
Pensez à tous ceux et celles qui vous entourent.  Avez-vous quelque chose à leur dire? Avez-vous quelques étreintes à leur faire? Attendez-vous et espérez-vous qu’on vous le demande d’abord?  Je vous en prie, n’attendez-pas! Faites les premiers pas!
 

Charles Faraone