Un oiseau et ses miettes de pain bloquent le LHC


Depuis la création de cet engin, il y a eu des incidents qui n’a pu faire fonctionner correctement cette machine qui est destinée a mieux comprendre la création de  l’univers .., Et ce qui est remarquable c’est que cette fois-ci c’est un oiseau qui est la cause de la panne .. Ca beau être gros et cher … mais c’est aussi fragile
Nuage
 
Un oiseau et ses miettes de pain bloquent le LHC
 
Un oiseau et ses miettes de pain bloquent le LHC
 
Le grand collisionneur à hadrons du Cern.
 
Photo: AFP
Agence France-Presse
Genève
 
 
Des miettes de baguette de pain lâchées par un oiseau sur une installation extérieure de l’accélérateur de particules (LHC) du Centre européen de recherche nucléaire ont provoqué un court circuit la semaine dernière déclenchant un «faible» réchauffement de la machine, a indiqué lundi le CERN.
 
Le mardi 3 novembre, «un oiseau transportant une baguette de pain» s’est aventuré près des installations extérieures du Grand collisionneur de hadrons, l’accélérateur de particule le plus puissant au monde en cours de redémarrage après un an de panne, explique le CERN.
 
L’oiseau, présumé être une chouette, «a pu échapper sans dommage mais il a perdu son pain», précise-t-il dans une note interne dont l’AFP a obtenu une copie.
 
Le choc «a provoqué un court circuit sur une installation électrique extérieure alimentant les secteurs 7-8 et 8-1 du LHC» qui a lui-même déclenché «une interruption des opérations du système cryogénique du LHC», ajoute le CERN.
 

Spécifiant qu’il s’agissait de «miettes ou morceaux de pain», une porte-parole du centre de recherche nucléaire situé à la frontière franco-suisse, Renilde Vanden Broeck, a souligné qu’il y avait eu «un faible réchauffement du zéro absolu (-273,15°C) à -268 degrés celsius mais que la machine n’avait pas été arrêtée».
 
«Tout est revenu à la normale quelques heures plus tard, et les opérations ont pu reprendre dans la nuit du 5 novembre», a-t-elle souligné.
 
«L’incident a été identique aux effets d’une coupure de courant normale, pour laquelle les systèmes de protection de la machine sont très bien préparés», assure encore le CERN dans sa note.
 
Le Centre européen de recherche nucléaire se veut prudent, échaudé par les déboires de son joyau de plusieurs milliards d’euros qui doit permettre des progrès dans la connaissance de la composition de la matière et de l’univers.
 
Il procède actuellement aux opérations de refroidissement du LHC, nécessaires à son redémarrage prévu mi-novembre, plus d’un an après deux pannes successives qui avaient suivi de quelques jours son lancement officiel en septembre 2008.
 
La deuxième panne, sérieuse, avait endommagé 53 aimants qui ont du être réparés ou remplacés. De même, de nouveaux systèmes de sécurité ont été installés le long de l’anneau de 27 km de circonférence enterré à 100 mètres sous terre de part et d’autre de la frontière franco-suisse, près de Genève.
 
La construction de cet instrument de physique d’une précision inégalée a pris plus de douze ans, mobilisé 7.000 physiciens et coûté plus de 3,76 milliards d’euros.
 
Le CERN compte reprendre ses recherches sur le LHC fin décembre-début janvier date à laquelle il va tenter de pousser ses deux faisceaux de particules à une énergie de 3,5 téraélectronvolts (TeV), soit trois fois et demi la puissance maximale de son concurrent du Fermilab de Chicago (USA).
 
Les physiciens espèrent que les collisions des faisceaux de protons lancés à une vitesse qui frôle celle de la lumière, leur permettront de trouver la preuve de l’existence des particules éphémères comme le boson de Higgs, à l’origine de la notion de masse en physique théorique, ou apprendre de quoi est faite de la matière noire.
 

Une Britannique souffre de la phobie des légumes


Il existe toute sorte de peur, mais la peur des légumes .. cela ne doit pas être évident a vivre, me semble qu’une bonne thérapie serait de mise pour se débarrasser d’une telle peur, car il y a une différence notable entre ne pas vouloir manger de légumes par goût que pas en manger parce qu’on a peur même si c’est juste un regard!
Nuage
 
Une Britannique souffre de la phobie des légumes
 
Carottes (illustration)
 
Portsmouth, Grande-Bretagne – Une jeune fille de 22 ans souffre de lachanophobie. La vue d’un légume l’emplit de terreur et elle assure être incapable d’en toucher un seul.
 
Vicky Larrieux, âgée de 22 ans, a un régime alimentaire plutôt particulier : ses repas sont composés de viande, de pommes de terre et de céréales. De temps à autre, elle les agrémente d’une pomme. La jeune fille souffre de lachanophobie : elle a peur des légumes.
 
"Chaque fois que je vois un légume, pas seulement dans mon assiette, mais partout, j’ai des bouffées de panique, je me mets à transpirer et les battements de mon cœur s’accélèrent" , raconte Mlle Larrieux.
 
Toute petite déjà, elle refusait de manger les légumes dans son assiette. Mais voyant qu’elle en avait réellement peur, ses parents l’ont emmenée consulter plusieurs médecins qui ont diagnostiqué sa lachanophobie.
 
"Lorsque j’étais petite, [ma phobie] était plutôt sympa, parce que j’avais une bonne raison pour ne pas manger de légumes. Mais maintenant que je suis un peu plus âgée, je suis curieuse de savoir quel goût ils ont."
 
Mlle Larrieux précise que sa phobie l’handicape dans beaucoup de situations : les courses au supermarché ou une soirée au restaurant peuvent rapidement tourner au cauchemar pour la jeune fille
 

L’excès de poids lié à plus de 100 000 cancers par an


 Il semble qu’il y a des liens entre l’obésité et le cancer .. une parmi tant d’autres .. mais, il est clair que nos habitudes ont changé et les conséquences suivent .. Cela n’est pas pour tomber sur la tête de ceux qui sont `très enveloppé, simplement faire un rappel qu’une bonne alimentation, de l’exercice est important … et ce n’est pas juste pour le cancer
mais aussi le coeur, le diabète etc …

Nuage

 
L’excès de poids lié à plus de 100 000 cancers par an
 
L'excès de poids lié à plus de 100 000 cancers par an
 
Photo: archives Reuters
Agence France-Presse
Washington
 
 
Plus de 100.000 cancers résultent chaque année aux États-Unis de l’obésité ou d’un excès de poids, selon un rapport de l’American Institute for Cancer Research.
 
Ces chercheurs ont notamment déterminé que l’excès de graisses corporelles était responsable de 49% des cancers utérins, de 35% des cancers de l’oesophage, de 28% des cancers du pancréas, de 24% des cancers du sein, de 21% des cancers de la vésicule biliaire, de 17% des tumeurs cancéreuses du sein et de 9% des cancers colo-rectaux.
 
«Nous savons maintenant que le fait d’avoir un excès pondéral joue un rôle central dans un grand nombre de la plupart des cancers les plus communs», a souligné le Dr Laurence Kolonel, un des experts ayant présenté jeudi ce rapport de l’institut privé de recherche à but non lucratif.
 
«Il est aussi plus clair que jamais que l’obésité est un important facteur de risque de développer un cancer mais complique aussi le traitement et réduit la survie» comparativement à des personnes atteintes de cancer mais ayant un poids normal, a-t-il ajouté dans un communiqué.

Bien que la médecine n’ait pas établi fermement pourquoi l’obésité augmentait le risque de cancer, les chercheurs supputent qu’un excès d’oestrogènes produits par la graisse pourrait être le déclencheur pour notamment les tumeurs du sein sensibles à cette hormone.
 
D’autres recherches ont également montré que trop de graisses peut accroître le niveau des oxydants et d’autres substances inflammatoires liées à des mutations de l’ADN comme cela se produit dans de nombreux cancers.
 
L’obésité, qui touche quelque 30% des Américains adultes, accroît également le risque de maladie cardio-vasculaire, de diabète, d’hypertension artérielle et d’attaque cérébrale.
 

Être heureux


Chercher à être heureux, nous sommes tous a cette quête,
certains cherchent tellement qu’ils ne voient pas, leurs ornières
cachent ce bonheur des petites choses que la vie apporte
Nuage
 
Être heureux
 
 
« La sensation d’être heureux ou malheureux
dépend rarement de notre état dans l’absolu,
mais de notre perception de la situation,
de notre capacité à nous satisfaire
de ce que nous avons. »
 
Dalaï Lama

Le respect


A notre époque, ce qui manque de plus en plus est le respect, dans nos familles, dans notre entourage et envers les étrangers. Nous sommes des voisins qui ne se connaissent plus. Tant que l’irrespect en parole et en geste est absent … il est difficile de trouver l’harmonie

Nuage

 
Le respect
 
 
Le respect est une vertu fort négligée.
Le respect c’est l’espace vital.
 
Lorsqu’on ne se donne pas le respect,
on ouvre des portes et des fenêtres,
et ce dans différents aspects de notre être,
et ces espaces se remplissent
et ces espaces
deviennent les manques de respect des autres envers nous.
 
C’est en nous, en chacun de nous que se situe la clé du respect.
On ne peut jamais blâmer l’autre de son manque de respect.
Le manque de respect de l’autre est toujours constitué du manque
de respect envers nous-mêmes.
 
Le respect, c’est la survie de l’être.
Le respect est une forme d’amour de soi.
Ce qui ne veut pas dire qu’on n’accueille pas l’autre,
mais on l’accueille près de soi et non en soi.
 
Le respect appelle toujours le respect.
Et le respect a un grand besoin de l’être.
 
Lorsque vous manifestez à quelqu’un votre respect,
cette personne se sent grandie, cette personne se sent comprise.
Les manifestations de respect qui sont de l’amour,
éveillent toujours chez ceux et celles
qui les reçoivent, un plus grand respect d’eux-mêmes.
 
Le respect admire ce qui est et le laisse vivre.
 
Le respect reçoit la beauté de l’autre et laisse cette beauté vivre
et se développer sans chercher à se l’accaparer.
 
Lorsque deux respects se côtoient, l’amour naît.
 
Les respects cheminent côte à côte, ne s’interpénètrent jamais.

Ce qui ne veut pas dire que les corps ne peuvent pas se joindre,
que les émotions ne peuvent pas se frôler,
que les pensées ne peuvent pas chevaucher ensemble les grands espaces,
mais que toujours, il y a de la place pour que chacun des êtres
puisse se développer dans son essence,
pour que chacun des êtres puisse continuer à se re-connaître.
 
Anonyme

Nos défauts vus par nos ados!


Plus ça change, plus c’est pareil, on dirait que les revendications des adolescents ressemblent a nos propres revendications quand nous étions a leur âge .. Il faut croire que l’expérience ne profite pas suffisamment  aux autres qu’à nous-même ..

Nuage

 
Nos défauts vus par nos ados!
 
 
 
Par Gilles-André Poupart
 
À la question: «que voudriez-vous que vos parents améliorent?», des ados nous ont répondu. Voici quelques-unes de leurs réponses.
 
Samuel – 13 ans

« Mes parents n’habitent plus ensemble depuis à peu près 4 ans. J’aimerais ça qu’ils soient capables de se parler un peu plus. Présentement, quand ma mère veut dire quelque chose à mon père, c’est souvent moi qui dois faire le messager. Je trouve ça fatigant et ça serait plus facile pour moi s’ils se parlaient plus souvent. »
 
Jean-Louis – 15 ans

« Ce serait bien que mes parents arrêtent d’être trop protecteurs, ça m’énerve! Je trouve ça fatigant d’avoir tout le temps à me justifier, à dire où je vais et avec qui je suis. À mon âge, je suis capable de prendre des décisions tout seul, ils devraient être capables de comprendre ça et me laisser voler de mes propres ailes. »
 
 
Andréanne – 14 ans

« J’aimerais que mes parents aient plus confiance en moi. Comme ça, je serais capable de me confier à eux sans avoir peur qu’ils me jugent et je ferais moins de niaiseries dans leurs dos. Je leur en ai déjà parlé et ça n’a rien changé. C’est surtout ça qui est décourageant, j’ai l’impression que je ne peux rien faire pour améliorer la situation. »
 
Cédric – 16 ans

« Mes parents s’engueulent pratiquement tous les soirs. Ils travaillent beaucoup tous les deux et ils sont tout le temps fatigués. Je crois que c’est pour ça qu’ils s’engueulent. Ça me tombe sur les nerfs et je ne sais pas quoi faire. Je ne peux rien dire parce que si je le fais, ça empire les choses. Ils devraient peut-être moins travailler ou, au pire, s’ils ne sont pas bien ensemble, ils pourraient se séparer. Ce serait moins pire comme ça, je crois. »
 
Isabelle – 13 ans

« Même s’il y a des choses qui nous dérangent, ça ne sert à rien d’y penser, car de toute façon si on leur disait ce qu’on voudrait qu’ils changent, ils ne le feraient pas. Je préfère ne pas me poser ce genre de questions là. »
 
Julie – 15 ans

« Je crois que ce que j’aimerais, c’est que mes parents arrêtent de se penser dans les années 60 où rien ne se passait. On n’est plus dans ce temps-là et le monde a évolué! C’est normal de vouloir des choses qu’eux ne faisaient pas ou que leurs parents ne leur laissaient pas faire. Si je leur parle d’un gars, ils me disent de faire attention et répètent toujours que ma priorité, ça devrait être mes études. On est dans les années 2000, il me semble qu’ils devraient s’en rendre compte et s’apercevoir qu’il n’y pas que les études dans la vie. »
 
William – 14 ans

« Je trouve que ma mère est beaucoup trop émotive. Elle exagère tout le temps! Par exemple, quand je rentre un peu en retard à la maison, elle a toujours peur qu’il me soit arrivé quelque chose de très grave comme m’être fait frapper par un autobus. Elle devrait prendre la vie plus calmement, ce serait mieux pour elle… et pour moi! »
 

L’art de la microscopie


La microscopie permet de voir des couleurs, des formes insoupçonnées. Certaines images, ressemblent a une époque déco des années 60-70 …
Nuage
 
L’art de la microscopie
 

Des poils très absorbants
 
2e prix du concours nikon
 
Cette coupe transversale de la racine de la plante "Sonchus asper" (laiteron rude) montre les différents tissus la composant. Les excroissances roses sont des poils absorbants qui captent l’eau et les sels minéraux du sol. © Gerd A. Guenther
 
Une étoile de mer attachante
 
5e prix du concours nikon
 
Bruno Vellutini a immortalisé l’orifice buccal d’une jeune étoile de mer, après avoir grossi de quarante fois l’échinoderme. © Bruno Vellutini 
 
Enchevêtrement de poils
 
7e prix du concours nikon
 
Elle s’appelle Suzanne aux yeux noirs. Il s’agit d’une variété de plantes grimpantes dont les petites fleurs sont de couleur jaune orangé. Les trichomes, représentés ci-dessus, sont des excroissances de la plante. © Dr. Shirley Owens
 
Serpentins multicolores
 
8e prix du concours nikon
 
Ce cliché représente des fibres de coton entrelacées puis traitées au sulfate de Berberie. © Dr. Lloyd Donaldson
 
Inclusions d’olivine
 
9e prix du concours nikon
 
A la lumière polarisée, le Dr Cesare a mis au jour des inclusions d’olivine dans le gabbro, une roche magmatique. © Dr. Bernardo Cesare
 
Cohabitation marine
 
10e prix du concours nikon
 
Cette image montre la cohabitation entre deux types d’algues. Les diatomées, microalgues unicellulaires, apparaissent sous forme de petits cercles oranges entre les bras de l’algue. © Dr. Arlene Wechezak
 
Modèle animal pour la recherche sur Alzheimer
 
11e prix du concours nikon
 
La perche est souvent utilisée par les chercheurs pour des expérimentations. ici, ce poisson sert comme modèle pour Alzheimer. En vert, nous voyons le réseau de neurones, en rouge, la protéine Tau saine et en bleu, la protéine Tau pathologique. © Dominik Paquet
 
Un film très glissant
 
12e prix du concours nikon
 
Cette figure artistique est ni plus ni moins qu’une traînée de savon. © Dr. Tsutomu Seimiya
 
Pur comme du cristal
 
19e prix du concours nikon
 
Ce n’est ni du cristal, ni un diamant. Un indice ? C’est très froid et offre un magnifique spectacle en hiver quand elle tombe. Il s’agit tout bonnement d’un flocon de neige. © Yamping Wang