La gestion du risque par les bactéries


Personnellement, je n’appelle pas cela l’évolution mais une adaptation du milieu et les bactéries sont maître dans l’art de s’adapter a des conditions changeantes ..
Nuage
 
La gestion du risque par les bactéries
 
 
En une génération, les bactéries produisent des variants capables de s'adapter à différents environnements, sans même en connaître les contraintes.
 
En une génération, les bactéries produisent des variants capables de s’adapter à différents environnements, sans même en connaître les contraintes. (Hubertus J. E. Beaumont)
 
Grâce à des bactéries qui produisent une nouvelle génération en moins d’une heure, des chercheurs ont observé en direct la mise en place d’une stratégie de gestion des risques essentielle à l’évolution.

Pour augmenter leurs chances de survie ans un environnement changeant et imprévisible, certaines espèces animales ou végétales diversifient les caractères de leurs rejetons, pariant sur le fait qu’au moins une partie s’en sortira en cas de changements environnementaux rapides.
 
C’est ce mécanisme que l’équipe d’Hubertus Beaumont (Leiden University, Hollande) et Paul Rainey (Massey University, Nouvelle-Zélande) a observé chez des bactéries Pseudomonas fluorescens, qui se divisent toutes les 52 minutes. En laboratoire ces bactéries se cultivent très facilement dans un milieu remué, où l’oxygène circule.
 
Rainey et ses collègues ont mis une partie des souches bactériennes dans un milieu remué et une autre partie dans un milieu stagnant. Au cours de l’expérience, les chercheurs ont régulièrement changé les conditions de vie des Pseudomonas, avant d’étudié la morphologie et les gènes des bactéries.
 
De nouveaux variants sont apparus dans les deux milieux de culture. Ces rejetons ont le même patrimoine génétique (génotype) mais des caractéristiques différentes (phénotypes) leur permettant de s’adapter à plusieurs milieux. Les chercheurs ont identifié neuf mutations génétiques apparues au cours de l’expérience qui expliquent ces différences, dont une qui permet aux bactéries de passer d’un phénotype à un autre en fonction de l’environnement.
 
Ces travaux, publiés aujourd’hui dans la revue Nature, fournissent une rare occasion de voir comment la stratégie de minimisation du risque se met en place. Dans des climats désertiques, cette stratégie permet à certaines plantes de produire des graines qui germent à court terme et d’autres au bout de plusieurs années, afin de ne pas rater l’imprévisible pluie.
 
Cécile Dumas
Sciences-et-Avenir.com

5 réponses à “La gestion du risque par les bactéries

  1. L’évolution va dans tout même les virus et bactérie évolution ou adaptation sa change même si tes un être microscopique!Va tu le prendre à pension ton M.Matou?????

  2. Oui Guyguy Monsieur Virgule ne veux pas partir .. alors oui je le garde je remarque que Fripouille a beaucoup plus de classe quand elle dors .. lui c’est n’importe comment

  3. Ca ghis c’est une vrai bonne question mais tu imagine, que ce soit l’armée, les armes haute définition les grands de ce monde ne peuvent pas grand chose contre les virus … et pourtant ils sont minuscules

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s