Sauvetage in extremis de neuf éléphants


Comment peut-on martyriser des animaux, pour les rendre dociles. C’est injuste, peut-être devrions-nous faire subir les mêmes tortures aux tortionnaires pour leur faire sentir la douleur que ces éléphants ont subit .. Heureusement que des groupes humanitaires cherchent a soulager les souffrances et réhabilité et conduit vers des zones protégées
Nuage
 
Sauvetage in extremis de neuf éléphants
 
éléphant d'Afrique
 
Zimbabwe – Le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) organise le sauvetage de neuf éléphants victimes d’actes de cruauté dans une société de dressage organisatrice de safaris.
 
Les éléphants ont été saisis en avril 2009 à l’issue d’une inspection de la ZNSPCA (Société nationale de prévention de la cruauté envers les animaux du Zimbabwe) qui a découvert les méthodes cruelles et les tortures infligées aux pachydermes afin de les "apprivoiser et dresser" pour l’industrie du safari à dos d’éléphant, une activité touristique populaire au Zimbabwe et partout ailleurs en Afrique australe.
 
La ZNSPCA a sollicité l’aide de l’IFAW pour assurer le déplacement de ces éléphants vers une zone sûre dans le but de les réhabiliter et de les relâcher dans la nature.
 
"Ces éléphants ont été victimes des pires cruautés pour alimenter une industrie du safari qui est indéfendable" déclare Neil Greenwood, porte-parole d’IFAW Afrique australe.
 
Il ajoute : "En fait, ce sont 10 éléphants qui ont été capturés. Malheureusement, l’un d’entre eux est mort de malnutrition et des sévices dont il a été victime. Cette situation a conduit l’IFAW à constituer une équipe d’experts pour transférer les neuf éléphants restants en sécurité”.
 
Les éléphants seront déplacés vers le Parc national de Hwange dès le lundi 2 novembre, à la demande du gouvernement du Zimbabwe. Tranquillisés puis transportés tous ensemble au cours de la nuit vers la réserve, ils seront libérés dans un vaste espace de réhabilitation permettant de les surveiller avant de pouvoir, plus tard, les relâcher dans le parc.
 

Site naturel


J’ai eu la chance moi-même de voyager et ce que j’ai aimer par dessus tout c’est de voir la nature différente de ce que je connaissait, voir l’histoire qui a laissé ses marques a travers le monde, laissant, des cascades rafraîchir les rivières, les montagnes témoins pendant des millénaires, laissant l’emprunte dans les souvenirs du coeur conquis
Nuage
 
Site naturel
 
Milford Sound.
 
milford sound.
 
©  Christopher Meder / Fotolia
 
Grande Barrière de Corail, Australie, Papouasie Nouvelle-Guinée
 
grande barrière de corail
 
 
La baie d’Halong, Vietnam
 
baie d'halong.
 
©  New7Wonders
 
Le Kilimandjaro, Tanzanie
 
le kilimandjaro.
©  Paul Hampton / Fotolia
 
Yushan, Taïwan, Chine
 
yushan.
 
 ©  Jung Pang Wu / Flickr
 
La baie de Fundy, Canada
 
fundy bay.
 
 ©  Desmond Ong / Flickr
 
Sundarbans, Bangladesh, Inde
 
sundarbans.
 
©  Rahman Mohammad Mustafizura / Flickr
 
Le Vésuve, Italie
 
le vésuve.
 
©  Guy Duchesne
 

Du vin rouge pour les singes d’un zoo


C’est quoi cette médecine vétérinaire ? Nous savons les conséquences de l’habitude de l’alcool chez l’être humain, et ce même a petite dose surtout quand c’est régulier, alors que dire chez les singes surtout qu’ils aimeraient bien chaparder quelques bouteilles pour boire a leur guise !!! N’est pas dangereux a la longue de créer une habitude, et leur organisme ne souffrira t’elle pas a un moment donné ?

Nuage

 
Du vin rouge pour les singes d’un zoo
 
Du vin rouge pour les singes d'un zoo
 
Photo: Photothèque La Presse
Agence France-Presse
Moscou
 
 
Une rasade quotidienne de vin rouge, comme mesure prophylactique contre la grippe, est prescrite désormais aux singes du zoo de Krasnoïarsk, en Sibérie, rapporte samedi le quotidien populaire russe Komsomolskaïa pravda.
 
«La grippe, porcine comme ordinaire, sévit partout. Les singes peuvent aussi l’attraper, car leur organisme ressemble bien à celui des humains», disent les vétérinaires du zoo.
 
«Et cinquante grammes de vin, c’est tout ce qu’il leur faut pour la prévention», estiment-ils.
 
Selon le journal, «les singes boivent du vin avec plaisir et clappent même».
 

«De leur côté, les vétérinaires veillent soigneusement que la portion journalière ne soit dépassée, car les singes cherchent à voler des bouteilles entières», écrit Komsomolskaïa pravda.
 
La Russie a déjà annoncé cinq cas mortels de grippe H1N1 dont quatre en Sibérie orientale. Le pays a enregistré au total près de 2 000 cas de la maladie.
 

À 94 ans, elle reçoit son diplôme de droit


Je lève mon chapeau a cette dame qui a tout les mérites de ne pas s’arrêter a son grand âge pour aller au-delà de ses rêves. J’imagine la surprise de cette université ayant reçu la demande pour suivre ce cours .. et qui en plus réussit haut la main pour recevoir un diplôme. Milles fois bravos
C’est un bel exemple de ténacité
Nuage
 
À 94 ans, elle reçoit son diplôme de droit
 
Diplôme (illustration)
 
Urbino, Italie – Adriana Jannilli est une étudiante peu ordinaire : à 94 ans, elle vient de recevoir son diplôme de droit, délivré par l’université d’Urbino, avec la meilleure note.
 
Cette ancienne consultante à la retraite possède déjà un diplôme de sciences politiques et un autre de langue orientale. Maintenant diplômée en droit, elle ne compte pas s’arrêter là : l’année prochaine, elle se réinscrira en droit pour se spécialiser.
 
Mme. Jannilli est d’après Stefano Pivato, le recteur de l’université d’Urbino, très bien intégrée parmi les autres étudiants de son amphithéâtre d’une moyenne d’âge de 20 ans.
 
"Elle fait preuve d’une vivacité et d’une lucidité incroyables. On lui donnerait 20 ans de moins" , ajoute-t-il.
 
"Grâce à son remarquable mémoire final sur le thème de la violence envers les femmes et ses excellentes notes aux examens, nous avons attribué la meilleure note possible à Mme Jannilli" a annoncé M. Pivato.
 

Accidents vasculaires cérébraux : connaître et repérer leurs symptômes


Être a l’écoute de son corps, voir des signes chez les autres, en cas d’accident vasculaire cérébral peut permettre d’éviter le pire, mais pour cela il faut savoir les signes avant-coureur qui permettra d’agir dans de brefs délais
Nuage
 
Accidents vasculaires cérébraux :
connaître et repérer leurs symptômes
 
 
France – A l’occasion de la journée mondiale contre les accidents vasculaires cérébraux (AVC), le quotidien France Soir publie un point sur les symptômes caractéristiques de cette maladie. Une reconnaissance rapide de ces derniers permet en effet une prise en charge médicale plus rapide et plus efficace.
 
Le Pr Neau, neurologue au CHU de Poitiers, identifie cinq symptômes caractéristiques.
 

Le plus fréquent est la paralysie brutale d’un ou plusieurs membres d’un côté du corps.

Il y a aussi les fourmillements ou engourdissements des membres,
les troubles de la parole (on remplace les mots par d’autres sans s’en rendre compte),
les troubles de la vision (ne plus voir que d’un œil ou voir partiellement),
et les maux de tête très intenses.
 
Ressentir un de ces symptômes peut indiquer qu’on fait un AVC ou qu’il peut survenir dans les heures ou jours qui suivent. Même si un symptôme ne dure que quelques minutes, il est vivement conseillé de consulter un médecin le plus vite possible.
 
En cas d’AVC avéré, le Pr Neau recommande d’appeler le 15 immédiatement. Le centre d’urgences vitales guide alors vers les services les plus adaptés afin de limiter le risque de séquelles. Le Pr Neau conseille aussi d’allonger la personne en position latérale de sécurité et de la rassurer le temps de l’arrivée des secours. Un AVC doit être traité au mieux dans les trois heures pour limiter les risques d’une rééducation parfois lourde.
 
Environ 150.000 personnes font un AVC chaque année, 30.000 en meurent, près de 50 % en gardent un handicap moteur ou neuropsychologique. L’hypertension, l’excès de cholestérol, le diabète, la consommation de tabac et d’alcool sont les facteurs de risque les plus connus.
 

Vision


 

La vision que nous avons ne peut avancer que si
nous prenons conscience du présent, car le passé ne
sert que d’indication .. et le futur est trop loin pour
que nous puissions hypothéqué le moment présent
Nuage
 
Vision
 
« Ne regardez pas en arrière avec colère,
ni devant avec crainte,
mais autour de vous avec conscience. »
 
J. Thurber

  

Le roi blasé


On n’est pas obligé d’être un roi pour sentir la monotonie, a chaque jour, la même chose les mêmes gestes, une lassitude nous envahi .. Mais, il suffit de changer un temps soit peu cette routine en sortant hors de notre itinéraire, voir autre chose .. de beaux, de marcher dehors et regarder tout simplement, pas besoin d’argent, juste marcher et respirer ..et la vie devient plus belle
Nuage
 
Le roi blasé
 
 
Il était une fois un roi,
un roi qui s’ennuyait " royalement "
c’est le cas de le dire.
 
Il était fatigué d’avoir à diriger son
royaume. Il n’en pouvait plus de devoir
présider toutes ces cérémonies aussi
officielles qu’artificielles.
 
Il était las de devoir participer jour après jour
à tous ces conseils et comités, toujours trop
nombreux et souvent inutiles.
Il était écoeuré de voir son entourage lui faire
des courbettes en face et des commérages dans le dos.
 
Il était devenu blasé, sans énergie et sans
enthousiasme; il s’acheminait lentement et
sûrement vers une bonne dépression.
 
 
Un beau matin, alors qu’il s’était levé après avoir
mal dormi comme d’habitude, il regarda par la fenêtre les
champs qui lui faisaient signe. Il fouilla dans sa garde-robe
et finit par trouver un vieux vêtement de roturier.
 
Il l’enfila rapidement et se faufila discrètement jusqu’à
la sortie des fournisseurs de son château.
Au diable les visites officielles et les réunions
fixées pour aujourd’hui !
 
Vite il se retrouva au milieu des prés, libre
comme le vent qui soufflait à ses oreilles et joyeux
comme le soleil qui illuminait ses yeux.
Alors, notre roi se remplit le coeur de beautés.
Il se mit à marcher au milieu du trèfle et du mil
sans avoir peur de salir ses habits.
Il se retrouva assis a milieu des pâquerettes, une
marguerite à la bouche et des fleurs bleues sous la main.
 
 
Un couple de chardonnerets vint danser juste devant lui
pour égayer son regard. Et des mésanges se mirent à
chanter juste pour son plaisir.
Notre roi était " aux oiseaux ".
 
Poursuivant sa route, il entra dans un sous-bois tapissé
d’ombres et de lumières. Les fougères s’inclinèrent bien bas
pour saluer sa majesté. Il croisa des bleuets et des framboises
qui s’offraient à lui pour assouvir sa faim et régaler son palais.
Une petite source d’eau fraîche coulait doucement un
peu plus loin. Il s’en approcha sur la pointe des pieds pour
ne pas fausser sa musique. Il s’appuya le dos contre un grand pin,
enleva ses chaussures et trempa ses deux pieds dans l’eau claire.
 
Ah ! qu’il était bien !
Détendu, il s’assoupit tout doucement sur la mousse qui
lui faisait signe au milieu des aiguilles de pin.
Il se mit à rêver qu’il vivait comme le plus simple de ses sujets:
il avait une petite maison, une femme et des enfants, une vache
et un cochon, quelques poules, un champ pour cultiver le blé et un
four pour cuire son pain…
 
Quand il se réveilla, le soleil disparaissait déjà à l’horizon
dans une symphonie de couleurs flamboyantes. Il vit deux libellules
qui s’embrassaient sur son genou et le couchant qui miroitait bellement
à travers leurs ailes translucides. Il aperçut deux écureuils qui
s’amusaient à faire la course au milieu des feuilles mortes.
À quelques pas de lui, un faon le regardait de ses grands yeux étonnés.
 
Avec sa main, il prit une grande lampée d’eau à la source qui
chantait toujours. Ah ! qu’il aurait voulu éterniser ces instants bénis !
 
Il rentra au château, le coeur content et le pas léger.
Et il se promit de revenir s’abreuver aux joies simples de la vie,
souvent, souvent…
 
 
Si vous êtes déprimés, fatigués, découragés, tristes,
allez faire une promenade dans la nature afin de faire
le plein intérieur !!!
 
Auteur inconnu

Les photographies gagnantes du Veolia Environment Wildlife Photographer of the Year


Des concours de photos a l’avantage de donner des images magnifiques qui donne plaisirs a regarder
Nuage
 
Les photographies gagnantes
du Veolia Environment Wildlife Photographer of the Year
 
Ces remarquables clichés ont été récompensés lors du concours photographique Veolia Environment Wildlife Photographer of the Year. Ils font partie des 100 photographies qui seront exposées au muséum d’histoire naturelle de Londres du 23 octobre 2009 au 11 avril 2010
 

Gagnant du concours général : Jose Luis Rodriguez
 
gagnant du concours général : Jose Luis Rodriguez
 
La nuée d’étourneaux de Danny Green, gagnant du concours dans la catégorie Nature noir et blanc
 
La nuée d'étourneaux de Danny Green, gagnant du concours dans la catégorie Nature noir et blanc
 
Les bruants jaunes de Fergus Gill, gagnant dans la catégorie 15-17 ans
 
Les bruants jaunes de Fergus Gill, gagnant dans la catégorie 15-17 ans
 
Deux macaques se disputant un robinet, Andrew Forsyth
 
deux macaques se disputant un robinet, Andrew Forsyth
 
Le photographe igor Spilenok a immortalisé son propre chat, mettant un renard en fuite
 
le photographe igor Spilenok a immortalisé son propre chat, mettant un renard en fuite
 
Une fourmi se désaltérant, autre cliché présenté lors de l’exposition
 
une fourmi se désaltérant, autre cliché présenté lors de l'exposition