Découvrez le « fly-vertising » : des mouches équipées de banderoles publicitaires


Rien ne peut reculer la publicité, tout ce qui peut apporter une nouvelle façon d’attirer
l’attention afin d’être connu… Faut dire que ça fonctionne bien .. les mouches ne passent pas
inaperçu
Nuage
 
Découvrez le "fly-vertising" :
des mouches équipées de banderoles publicitaires
 
Découvrez le
 
Francfort, Allemagne – Lors du dernier Frankfurt Book Fair qui s’est tenu ce mois-ci
en Allemagne, l’éditeur Eichborn a réussi à se faire remarquer : des centaines de
mouches équipées de banderoles à son nom ont en effet volé dans tout le bâtiment.
 
Cette nouveauté marketing est baptisée "fly-vertising". C’est la première fois que des
mouches sont utilisées comme support promotionnel.
 
Plus de 200 mouches ont été équipées de petites banderoles de papier attachées par
un fil de cire. Le fil était conçu pour se casser quelques heures plus tard et décharger
ainsi l’insecte. Le poids de cet attirail publicitaire était calculé pour que les mouches,
fatiguées, viennent se poser sur les visiteurs du salon et soient ainsi remarquées.
 
 

 

 

 

http://www.zigonet.com

Internet a 40 ans !


Il y a 40 ans naissait internet, personne n’aurait pu imaginer a cette époque l’évolution de cette découverte qui permet a des millions de personnes a travers le monde d’échanger, discuter, jouer, etc … Internet est en constante évolution qu’il ai difficile de savoir jusque où cette technologie peut aller …
Nuage
 
Internet a 40 ans !
 
 
Monde – Le 29 octobre 1969, une équipe de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), menée par le professeur Leonard Kleinrock, a réussi à connecter un de ses ordinateurs à une autre machine, au Stanford Research Institute. Depuis ces premiers pas, la Toile n’a cessé d’évoluer.
 
Internet est né il y a 40 ans à des fins militaires avant de se destiner au grand public. Les Etats-Unis voulaient en effet détenir un système de communication militaire inattaquable en cas de guerre nucléaire. L’un des départements de l’armée américaine a donc financé le projet Arpanet.
 
A la tête du projet, Leonard Kleinrock. Après un essai raté, le deuxième était le bon. Le professeur et son équipe sont parvenus à connecter deux ordinateurs. A ce moment, les chercheurs n’auraient jamais imaginé l’ampleur qu’Internet prendrait.
 
 « Nous sommes constamment surpris par les applications qui affluent» a confié Kleinrock à l’AFP.
 

Le travail, c’est la santé, même pour les retraités


Je pense que le fait que les retraités se sentent utile aide grandement a mieux vieillir, d’où le travail serait un bon atout … mais certains ne peuvent travailler pour x raisons .. et c’est pour cela qu’il est important de chercher des activités qui sont utiles. Je prend exemple de ma mère qui après avoir vendu sa Salle de Quille s’est retrouver démunie et que la ménopause fut très difficile .. après sa dépression, elle a commencé a suivre des cours, faire du bénévolat et cela l’a maintenue très alerte
Aujourd’hui, voyant se dépérir elle a recommencer a faire des petites choses, puis a suivre encore des cours du Savoir … Je suis très fière de ma mère qui a 83 ans
Nuage
 
 
Le travail, c’est la santé, même pour les retraités
 
 
Continuer à travailler après la retraite serait un gage de santé à plusieurs égards, selon une étude américaine1 menée auprès de plus de 12 000 retraités.
 
Durant 6 ans, les chercheurs ont relevé les diagnostics de maladies qui ont touché les participants : hypertension artérielle, diabète, cancer, maladies respiratoires, cardiopathie, accident vasculaire cérébral, maladie mentale, etc. Selon les résultats, les sujets qui ont continué à travailler après la retraite, à temps plein ou partiel, ont reçu moins de diagnostics de maladies que les personnes qui avaient cessé tout travail.
 
Ils ont également observé que les participants qui avaient maintenu une certaine activité de travail souffraient moins que les retraités inactifs de divers handicaps fonctionnels (capacité à se déplacer, à se vêtir, à manger, par exemple).
 
Les auteurs de l’étude précisent que la protection que confère le travail après la retraite est modeste, mais tout de même significative sur le plan statistique, même après avoir pondéré les résultats en fonction de l’état de santé des sujets.
 
Santé mentale
 
Les participants qui ont continué à travailler après la retraite souffraient moins de troubles psychiatriques que leurs semblables qui étaient devenus inactifs, signalent les chercheurs. Cependant, cet effet protecteur n’était observable que chez les sujets qui avaient un emploi dans le même domaine que le travail qu’ils occupaient avant leur retraite.
 
Selon les chercheurs, l’effet sur la santé mentale diffère peut-être parce que les retraités qui occupent un emploi dans un autre domaine travaillent plutôt par nécessité que par choix personnel. Mais ces personnes bénéficient toutefois de la même protection contre les maladies et les handicaps fonctionnels, indiquent les résultats.
 
 
 
Pierre Lefrançois – PasseportSanté.net
 
 
 
1. Zhan Y, Wang M, Liu S, Shultz KS. Bridge employment and retirees’ health: A longitudinal investigation. J Occup Health Psychol. 2009 Oct;14(4):374-89.
 

Narcissique, moi?


Je connais au moins une personne de mon entourage qui rejoint presque tout les points du narcissique, et c’est parfois difficile a composer avec lui. Ces relations avec autrui ne sont possible que si cela lui donne quelque chose de positif, sinon cela ne dure jamais longtemps. Il est clair que ces personnes essaient de cacher leur mal d’être mais refuse toute aide pouvant aider a mieux gérer leur personnalité
Nuage
 
Narcissique, moi?
 
 
Au travail, seules ses idées ont du mérite. En amour, elle séduit, mais n’a pas de relation stable. Contemplation du monde égocentrique des narcissiques.
 
L’origine mythologique

Le narcissisme réfère à la fixation maladive qu’une personne a pour elle-même. Le terme tire ses origines de la mythologie grecque. Narcisse était un jeune homme d’une très grande beauté. Alors qu’il se promenait en forêt, il se pencha au-dessus d’une fontaine et aperçut son image à la surface de l’eau. Obnubilé par la magnificence de son reflet, il demeura immobile à se contempler, à tel point qu’il prit racine et se changea en fleur, le narcisse.
 
L’excès de soi

Il est tout à fait sain et même essentiel de s’intéresser à soi, mais si cet intérêt devient le centre de votre univers et vous empêche de fonctionner adéquatement au travail, avec votre famille ou vos amis, on parle alors de trouble de la personnalité narcissique. On estime que ce trouble psychiatrique affecte moins de un pour cent de la population et se manifeste habituellement au début de l’âge adulte.
 
Les causes exactes de ce désordre demeurent inconnues. Toutefois, les spécialistes ont identifié plusieurs facteurs qui peuvent contribuer au développement de cette affection: parents surprotecteurs qui ont des attentes démesurées pour leur enfant et enfants qui ont été victimes d’abus, de traumatisme ou de négligence.
 
La reconnaître

En général, la personne qui souffre d’un trouble de la personnalité narcissique surestime ses réalisations et ses capacités. Elle est absorbée par ses projets grandioses et a soif de pouvoir, de succès et de reconnaissance. Elle a un constant besoin d’être admirée, félicitée et encensée. À ses yeux, elle est si spéciale qu’elle doit toujours être traitée avec beaucoup d’égards. Arrogante et hautaine, elle n’hésite jamais à exploiter les autres pour arriver à ses fins ou pour obtenir ce qu’elle désire. Elle manque cruellement d’empathie envers quiconque et elle croit que tous l’envient. On la qualifie souvent de personne égocentrique.
 
Manque de confiance en soi
 
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces personnes masquent leur insécurité derrière leur façade grandiose, comme l’explique le docteur Pierre Doucet, psychiatre psychanalyste à l’Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal.
 
«Ce sont des personnes qui ont eu des déficiences dans leurs relations avec les êtres humains, en commençant par leurs parents. Elles manquent d’une personnalité de base, d’une confiance de base. Pour renflouer, pour essayer de réparer leur personnalité, elles ramènent tout à elles, en se complimentant et en se donnant toutes les qualités.»
 
Cette fragilité de l’estime de soi les rend très vulnérables aux critiques, qu’elles soient constructives ou pas. Facilement insultées, elles réagissent avec rage ou ressentent de l’humiliation. Elles peuvent parfois devenir déprimées.
 
Relations désastreuses

Lors d’un contact initial, ces personnes peuvent facilement charmer un employeur et séduire une conquête amoureuse. Généralement, elles se présentent bien et elles ont le tour de se mettre en valeur et de faire une bonne première impression. Elles peuvent même, pour l’occasion, complimenter l’autre, mais ce n’est que de courte durée. Ultimement, ces relations ne servent qu’à valider leur perception exagérée de soi.
 
«Les relations avec les autres sont pratiquement impossibles. En amour, elles les changent, les brisent ou les quittent. Elles sont souvent impulsives, si ça ne marche pas, elles coupent tout. En général, ça ne dure pas. Au niveau du travail, ce sont les mêmes attitudes ou comportements. Elles ont de la difficulté à partager les responsabilités et à diviser les tâches. Habituellement, les gens ne veulent pas travailler avec elles et vice versa», affirme le psychiatre.
 
De l’espoir en vieillissant

Selon le docteur Doucet, il est plutôt rare de voir de jeunes narcissiques consulter un professionnel de la santé pour leur état. Toutefois, lorsqu’ils atteignent la cinquantaine, ils sont souvent aux prises avec des épisodes dépressifs, ce qui les motive à demander de l’aide. Généralement, deux types de traitements peuvent leur être offerts: la psychanalyse ou la psychothérapie psychodynamique et la thérapie cognitivo-comportementale.