À quel prix le gaspillage alimentaire?


Nous savons qu’il y a trop de gaspillage dans plusieurs domaines, mais juste en nourriture, en chiffre c’est faramineux" Nous devons faire de gros effort, car une banane aux poubelles c’est bien plus que le fruit jeter, mais c’est tout ce qui a abouti a l’arbre jusqu’à la maison en passant par le transport, l’entreposage, la vente …
Nuage

 

À quel prix le gaspillage alimentaire?

 

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Le gaspillage alimentaire se situe partout: dans le secteur agricole, dans l’industrie agro-alimentaire, lors du transport, dans les réseaux de distribution, les restaurants… mais aussi dans nos foyers.

MARIELLE ROUGERIE

Collaboration spéciale

La Presse

Chaque année, une part importante des aliments produits est perdue. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture estiment qu’en 2011, un tiers des aliments produits a été gaspillé ou perdu un peu partout sur la planète.

Au Canada, c’est 27 milliards de dollars en nourriture qui disparaît chaque année, selon une étude du Value Chain Management Center (VCVM) publiée en 2010. Cela représente près de 2 % du produit intérieur brut annuel du pays.

Ce n’est pas seulement le produit lui-même qui est perdu. Le gaspillage alimentaire entraîne la consommation inutile de ressources comme l’eau, les terres arables, l’énergie pour le transport ou encore des emballages. Sans compter l’impact écologique direct sur l’environnement. L’enfouissement des déchets alimentaires est une source considérable d’émissions de méthane, l’un des principaux gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique.

Le gaspillage alimentaire se situe partout: dans le secteur agricole, dans l’industrie agro-alimentaire, lors du transport, dans les réseaux de distribution, les restaurants… Mais aussi dans nos foyers. Selon VCVM, la moitié des aliments perdus au Canada le serait à la maison.

***

Limiter le gaspillage alimentaire :

Optimiser ses achats

Pour ne pas acheter en trop grande quantité, planifiez vos repas et faites une liste d’épicerie. Tenez-vous en à cette liste. Pour éviter d’être tenté par des achats inutiles, ne faites pas vos courses le ventre vide. N’achetez que ce dont vous avez besoin, préparez des plats en plus petite quantité et servez de plus petites portions.

Conserver ses aliments intelligemment

Pour une meilleure conservation des aliments, vérifiez la température de votre frigo. Les aliments frais doivent être conservés entre 1 °C et 5 °C. Faites une rotation dans le frigo pour toujours utiliser les aliments les plus anciens en premier. Consommez en priorité vos légumes périssables: mangez vos framboises avant vos carottes et pommes de terre. Conservez les aliments secs dans des boîtes hermétiques.

Congelez les aliments pour qu’ils se conservent plus longtemps comme la viande, le pain, les restes…

Éviter la poubelle 

Ne jetez pas systématiquement des produits dont la date sur l’étiquette «meilleur avant» est passée. Le produit peut avoir perdu de sa fraîcheur mais même si sa saveur, son aspect et sa consistance ne sont plus optimaux, il peut être encore tout à fait comestible. Sans aller jusqu’à risquer une intoxication alimentaire ou mettre votre vie en danger, faites confiance à vos yeux et votre nez. En cas de doute ou si le produit a une apparence ou une odeur anormale: débarrassez-vous-en.

Quand un fruit ou légume devient trop mûr, est abîmé, préparez-le autrement. Un légume défraîchi sera parfait cuisiné en soupe ou dans une plat mijoté. Un fruit peut être utilisé dans un smoothie ou cuit en dessert. Pensez pain aux bananes, compote ou tarte. Les restes de viande peuvent agrémenter les sandwiches, soupes, gratins ou salades.

Faire profiter les autres

Si vous pensez ne pas consommer vos aliments – si vous partez en vacances par exemple-, faites-en profiter un ami ou un voisin. Vous pouvez aussi contacter une banque alimentaire à qui vous pourriez en faire don surtout s’il s’agit d’aliments non périssables. Malgré tous ces efforts, les déchets alimentaires sont quasi-inévitables. Mais vous n’êtes pas obligés de les jeter. Transformez-les en engrais pour vos plantes. Utilisez un composteur ou un kit de lombri-compostage pour transformer vos résidus en compost.

Vous n’avez pas la main verte? Certaines municipalités ou arrondissements à Montréal offrent la collecte des résidus alimentaires. Sinon, apportez-les dans un centre de compostage ou faites appel à des entreprises de ramassage comme Compost Montréal (253 $/an).

***

Quelques chiffres :

27 milliards de dollars : Valeur estimée des pertes alimentaires chaque année au Canada.

40 % : Proportion des aliments produits au Canada perdus.

51 % : Part des pertes dans les foyers canadiens par rapport aux pertes alimentaires totales.

78 kg : Quantité de légumes perdus par personne au Canada en 2009.

45 kg : Quantité de fruits perdus par personne au Canada en 2009.

25 kg : Quantité de produits céréaliers perdus par personne au Canada en 2009.

16 kg : Quantité de viande rouge désossée perdue par personne au Canada en 2009.

6 kg : Quantité de produits laitiers perdus par personne au Canada en 2009.

24 L : Quantité de lait de consommation perdu par personne au Canada en 2009.

2,5 kg : Quantité de poissons perdus par personne au Canada en 2009.

1120 $ : Valeur des aliments gaspillés à la maison par an et par ménage canadien en 2011.

Sources : Food Waste in Canada, 2010, Value Chain Management Centre.

Pertes pouvant survenir dans les points de vente au détail, les foyers, lors de la cuisson et dans l’assiette, Statistiques sur les aliments – 2009, Statistique Canada.

Estimations : basées sur 20 % de pertes alimentaires dans les foyers canadiens et sur les dépenses alimentaires (aliments achetés au magasin) des ménages qui s’élèvent à 5588 $/an en 2011 (Statistique Canada).

http://affaires.lapresse.ca/

J’ÉLIMINE LES INSECTES SANS INSECTICIDES


L’été c’est aussi la saison des moustiques, avant d’utiliser des produits chimiques, insecticides, pesticides qui ont aussi un effet sur l’être humain et les animaux domestiques, il serait peut-être suffisant d’employer des moyens écolos
Nuage

 

J’ÉLIMINE LES INSECTES SANS INSECTICIDES

 

Parfois même sans en avoir vraiment conscience, nous utilisons des produits biocides à l’intérieur de nos logements: shampoing anti-poux, collier antipuces, bombe insecticide anti-moustiques, boîtes anti-fourmis, raticides, produits de traitement des charpentes, colle à papier peint, etc. Or, contre les insectes nuisibles, il existe des alternatives écologiques efficaces à ces produits toxiques. Il importe de les privilégier.

La prévention avant tout, ou comment ne pas attirer les hôtes indésirables

La propreté est la meilleure façon d’éloigner les insectes. Si en plus on lutte contre l’humidité, on coupe totalement les vivres aux petites bêtes indésirables. Le rangement contribue aussi à éloigner les insectes, et particulièrement le rangement des produits alimentaires (placard fermé, en hauteur, boîtes hermétiques…). Enfin, ne laissez pas de miettes sur la table par exemple.

Stratégies naturelles contre les fourmis

Bouchez les fentes, trous et autres interstices afin d’empêcher les fourmis d’entrer.
Nettoyez régulièrement l’endroit où vous déposez la gamelle du chien ou du chat.
Utilisez des répulsifs naturels dans les endroits de passage: vinaigre, lavande, marjolaine, feuilles fraîches de
basilic, de noyer, marc de café, tranche de citron moisi…
Sur vos plantations à l’extérieur, appliquez des barrières collantes
(vaseline ou graisse vendues en jardinerie) sur les tiges et les troncs.
En dernier recours, privilégiez les appâts en boîte fermée, à placer dans les endroits inaccessibles aux enfants et aux animaux domestiques

Stratégies naturelles contre les mouches

Installez des moustiquaires ou des rideaux anti-mouches aux portes et fenêtres.
Utilisez des répulsifs naturels: lavande, marjolaine, feuilles de noyer…
Accrochez des attrape-mouches avec adhésif mais sans pesticides.
Demandez conseil en jardinerie, il existe des pièges à base de levure
digestive, des plaquettes anti-mouches avec attraction optique, etc.
Si vous devez vraiment utiliser un
produit chimique, fermez bien la porte de la pièce durant le traitement et aérez ensuite très abondamment dès que le produit a fait effet.

Stratégies naturelles contre les moustiques

Éliminez tous les réceptacles susceptibles de contenir de l’eau (seaux, arrosoirs…).
Si vous avez une mare dans votre
jardin, mettez-y des poissons prédateurs. La présence de batraciens et de libellules aide aussi à réguler le nombre de moustiques.
Fermez portes et fenêtres ou utilisez des moustiquaires aux endroits de passage.
Placez aussi des moustiquaires au-dessus des
lits.
Le soir, n’allumez qu’après avoir fermé portes et fenêtres ou placé vos moustiquaires.
Si malgré tout vous devez utiliser un produit chimique à diffusion permanente pour la nuit
(vaporisateurs, plaquettes…), veillez à aérer durant leur utilisation.
Si vous utilisez un produit à appliquer sur la peau
(crème, spray, gel…), veillez à ce qu’il contienne certaines substances ayant un effet répulsif: IR3535, icaridine, Citrodiol, DEET.

Stratégies naturelles contre les guêpes

Inspectez régulièrement maison et jardin à la recherche d’ébauches de nid.
N’écrasez pas les
guêpes car il se produit une réaction chimique susceptible d’attirer et d’exciter leurs congénères.
Supprimez tout accès aux
boissons sucrées et aux aliments. Veillez aussi à bien fermer les poubelles et à débarrasser les restes e nourriture sur le barbecue
Si cela ne suffit pas, faites appel à un professionnel

 

Par Isabelle Eustache, journaliste Santé
Sources : SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement.

http://www.e-sante.be

VINAIGRE BLANC : 15 RECETTES MAGIQUES POUR LA MAISON


La publicité nous fait voir des produits bons pour les fenêtres, d’autres pour les planchers, etc que notre armoire se remplit de mille et un produit chimiques. Alors qu’en fait, le vinaigre blanc qui coûte moins chers ferait aussi bien l’affaire et peut-être mieux pour un moindre coût et surtout plus écolo
Nuage

 

VINAIGRE BLANC : 15 RECETTES MAGIQUES POUR LA MAISON

Économique, écologique, désinfectant et désodorisant, le vinaigre permet d’entretenir toutes les pièces de la maison ! Découvrez 15 recettes magiques pour nettoyer, détartrer, faire briller toute la maison simplement sainement et à moindre coût !

Un nettoyant "tout-en-un"

Depuis l’Antiquité, le vinaigre est utilisé pour le nettoyage, la conservation des aliments et même comme médicament. Il s’obtient grâce à l’oxydation de l’éthanol dans le vin, le cidre, la bière et autres boissons fermentées. A l’air libre, la bactérie « Mycoderma Aceti » (acétobacter) transforme en effet l’alcool en acide. Un peu de vin abandonné se transforme donc facilement en vinaigre !

Avec une concentration de minimum 5 % d’acide acétique (vinaigre ménager), une substance connue pour ses propriétés antiseptiques et désinfectantes, il est imbattable pour réduire la présence des bactéries. Le vinaigre blanc est aussi apprécié comme détachant, détartrant, assouplissant, désodorisant… Biodégradable et économique (moins d’un euro le litre !), il remplace aisément la plupart des produits d’entretien. Ne craignez pas son odeur forte : elle s’évapore vite !

Détartrer grâce au vinaigre blanc

Eviers et robinets. Pour lutter contre le calcaire, pulvérisez du vinaigre blanc sur les éviers, les robinets… Laissez agir 15 minutes et essuyez avec un chiffon.

Détartrer une bouilloire. Pour enlever le tartre d’une bouilloire ou d’une cafetière, faites chauffer la moitié de son volume en eau et l’autre moitié en vinaigre blanc. Rincez soigneusement avant usage et penser à récupérer le vinaigre chaud pour désinfecter vos toilettes et retirer les traces de calcaire !

Lave-linge et lave-vaisselle. Pour lutter contre le calcaire rien de tel que de faire tourner votre lave-linge ou lave-vaisselle avec du vinaigre. Il suffit de mettre le vinaigre dans le bac du lave-vaisselle avant de faire tourner.

Carafes et vases. Remplis de vinaigre, vos carafes et vases retrouvent une nouvelle vie en quelques heures !

Fer à repasser. Passer un chiffon imprégné de vinaigre régulièrement sur la semelle de votre fer permet de le nettoyer en toute simplicité.

Du vinaigre pour faire briller

Une vaisselle et des verres brillants. Pour faire briller les verres, ajoutez quelques cuillerées de vinaigre à l’eau de rinçage.

Argenterie. Pour nettoyer l’argenterie, faites-la tremper dans du vinaigre pur.

Fenêtres et parois de douche. Pour obtenir un nettoyant pour les fenêtres, mélangez une dose de vinaigre avec cinq doses d’eau dans un vaporisateur.

Casseroles en cuivre. Pour faire briller les casseroles en cuivre, frottez-les avec une petite poignée de gros sel aspergée de vinaigre.

Seconde vie pour les feutres des enfants. Tremper tout simplement la pointe dans un peu de vinaigre blanc…

Désinfecter et désodoriser grâce au vinaigre

En cuisine. Quelques gouttes dans l’eau de trempage de la salade chasse les petites bêtes

Désinfecter les planches à découper. Les planches à découper sont des nids àbactéries. Frottez-les avec une éponge imbibée de vinaigre blanc. Vous pouvez aussi les laisser tremper directement dans du vinaigre blanc pendant 5 à 10 minutes.

Désodoriser frigo et poubelles. Le vinaigre blanc est idéal pour nettoyer le frigo, les poubelles ou les cages des animaux domestiques. Prudence cependant : les chats n’aiment pas du tout l’odeur du vinaigre blanc et pourraient bien bouder leur litière si elle a été nettoyée avec ce produit.

Tout détacher avec du vinaigre

Taches difficiles. Pour enlever les taches difficiles (encre, café, rouille, vin…) sur la moquette ou les tissus, frottez avec un chiffon imprégné de vinaigre. S’il s’agit d’un textile délicat, faites un essai sur un petit morceau non visible.

Colle super glue. Chaud, il devient un solvant et permettrait d’enlever la colle super glue indésirable.

par Marion Garteiser, journaliste santé

http://www.e-sante.be

10 recettes pour fabriquer vos produits ménagers


Avec tous les produits en vente sur le marché, beaucoup d’entre eux sont nocifs pour l’environnement. Pour ceux qui ont le souci des produits écologiques, voici quelques recettes écolo qui feront tout aussi l’affaire pour des nettoyages divers et en plus, cela sera moins nuisible au portefeuille
Nuage

 

10 recettes pour fabriquer vos produits ménagers

Écologiques et économiques, les produits d’entretien faits maison sont également faciles à réaliser, à condition de connaître quelques recettes de base.

Un nettoyant multi-usages

le savon de marseille peut rentrer dans la composition d'un produit nettoyant

Le savon de Marseille peut rentrer dans la composition d’un produit nettoyant multi-usages.©  Michaklootwijk – Fotolia.com

Charlotte utilise le savon de Marseille pour réaliser un produit nettoyant multi-usages. Voici sa recette :

"Râper un petit savon de Marseille puis le mettre dans un petit peu d’eau chaude pour le faire fondre. Une fois ce mélange refroidi, ajoutez-y le jus d’un citron, un verre de vinaigre de cidre, un flacon d’huile essentielle d’Eucalyptus. Enfin, ajouter 4 litres d’eau et mélanger le tout. Il ne reste plus qu’à répartir cette solution dans des vaporisateurs et autres flacons de produits ménagers". 

"Ce produit me sert aussi bien pour nettoyer le plan de travail de ma cuisine que le lavabo de ma salle de bains ou mes sols. Je conseille de secouer le mélange avant utilisation".

Une lessive liquide à base de savon de Marseille

la savon de marseille est parfait pour préparer une lessive maison.

La savon de Marseille est parfait pour préparer une lessive maison. © Itestro – Fotolia.com

Pour laver le linge, le savon de Marseille est également plébiscité.

C’est l’ingrédient de base de la recette de Géraldine :

150 g de savon de Marseille en paillettes, une poignée de cristaux de soude, unehuile essentielle (lavande ou arbre à thé) et 3 litres d’eau. Elle fait bouillir l’eau, met les paillettes et les cristaux. Puis elle verse le tout dans en pot ouvert (par exemple un seau) avant que cela devienne trop épais. Enfin, elle laisse un peu refroidir et ajoute l’huile essentielle avant que le mélange ne durcisse. Pour chaque lessive, elle verse "environ un verre à moutarde dans le tambour de la machine à laver". 

Blandine a quasiment la même recette, si ce n’est qu’elle utilise 50 g savon de Marseille Bio qu’elle râpe avant de le dissoudre dans un litre d’eau chaude. Puis elle ajoute 7 gouttes d’huile essentielle.

Un liquide vaisselle à base de citron

un liquide vaisselle à base de citron frais.

Un liquide vaisselle à base de citron frais.© ChantalS – Fotolia.com

Dominique n’achète plus de liquide vaisselle, elle le fabrique elle-même. Voici sa recette :

"Couper trois citrons (avec l’écorce) en morceaux. Les mixer avec 200 g de gros sel, un verre de vinaigre blanc et 4 verres d’eau. Faire chauffer la préparation durant 15 minutes puis laisser refroidir. Filtrer ensuite ce produit, notamment pour enlever les pépins, et le verser dans un flacon vide de liquide vaisselle". 

Une crème à récurer à base de sel et de bicarbonate de soude

rien de tel que le bicarbonate de soude pour récurer.

Rien de tel que le bicarbonate de soude pour récurer. ©  Africa Studio – Fotolia.com

Rien de tel que le bicarbonate de soude pour récurer la maison.

Stéphanie mélange

deux cuillères à soupe de bicarbonate de soude et deux cuillères à soupe de sel fin. Elle rajoute un peu d’eau du robinet pour mélanger le tout. Elle utilise ce produit avec une éponge pour nettoyer sa salle de bains.

 

Des lingettes imprégnées faites maison

ces lingettes lavables sont beaucoup moins polluantes que les modèles jetables

Ces lingettes lavables sont beaucoup moins polluantes que les modèles jetables que l’on trouve dans le commerce. © Unclesam – Fotolia.com

Martine fait elle même ses lingettes imprégnées pour nettoyer la salle de bains ou les toilettes. Voici sa recette : "

Mélanger 1 tasse de vinaigre blanc, 5 gouttes d’huile essentielle de citron, 5 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé, 1 cuillère à soupe de liquide vaisselle et 1 tasse d’eau. Découper des carrés de 15 cm de côté dans une vieille serviette éponge et les placer dans une ancienne boîte de lingettes du commerce. Il ne reste plus qu’à les imprégner du mélange obtenu précédemment".

Ces lingettes lavables sont beaucoup moins polluantes que les modèles jetables que l’on trouve dans le commerce.

Nettoyant pour le sol

le vinaigre blanc fait briller les sols.

Le vinaigre blanc fait briller les sols. © Africa Studio – Fotolia.com

Le vinaigre blanc peut servir de base pour un produit ménager destiné à laver les sols. Dans sa recette,Patricia utilise

240 ml de vinaigre blanc, 60 gouttes d’huile essentielle de citron, 40 gouttes d’huile essentielle de thym et 20 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus.

Elle fait son "mélange dans un pulvérisateur et le vaporise directement, tout en passant la serpillière. Sol propres, désinfectés et parfumés".

Attention : si ce type de produit est destiné au carrelage en général, il ne convient pas pour les dalles de pierres naturelles ou le marbre. Pour ce dernier, Françoise recommande de dissoudre une cuillère à soupe de savon noir dans 5 L d’eau.

Un nettoyant pour les vitres

le vinaigre blanc peut aussi servir à nettoyer les vitres.

Le vinaigre blanc peut aussi servir à nettoyer les vitres. © Brian Jackson – Fotolia.com

Pour nettoyer ses vitres François a une recette toute simple.

Il mélange "40 cl de vinaigre blanc,10 cl d’eau, 5 gouttes d’huiles essentielles d’arbre à thé dans un vaporisateur". 

Il utilise ce produit pour "nettoyer les vitres des fenêtres, les miroirs ou encore les parois de douche.

Martine utilise aussi du vinaigre blanc qu’elle mélange avec du savon liquide et de l’eau tiède.

Dans un demi seau d’eau, Nadia verse un verre de vinaigre blanc et quelques gouttes de liquide vaisselle. Le produit obtenu lui permet d’avoir "des vitres impeccables".

De l’huile pour entretenir les meubles cirés

de l'huile pour nettoyer les meubles cirés.

De l’huile pour nettoyer les meubles cirés. © Kelly Marken – Fotolia.com

Leba a une recette astucieuse pour nettoyer ces meubles cirés :

"Mélanger 1 dose de vinaigre blanc, 3 doses d’huile d’olive, 2 doses d’une autr ehuile végétale et 1 dose de jus de citron. Mixer le tout". 

Elle donne même des conseils d’utilisation :

"Étendre sur le meuble avec du coton cardé ou au pinceau dur, lustrer avec un linge blanc ou à la brosse à meubles".

Un détartrant pour les WC

mariesacha - fotolia.com

Mariesacha – Fotolia.com ©  Mariesacha – Fotolia.com

Pour détartrer la cuvette des toilettes, Carole fait

chauffer 1 litre de vinaigre blanc jusqu’à ébullition et le verse aussitôt après dans les WC. Puis, elle le "laisse agir une ou deux heures (plus si elles sont très entartrées) et le tartre part ensuite comme par enchantement, sans frotter et les toilettes brillent. C’est écolo et bon marché".

 

 

Un nettoyant pour le réfrigérateur

l'eau de javel n'est pas forcément nécessaire pour nettoyer son frigo.

L’eau de Javel n’est pas forcément nécessaire pour nettoyer son frigo. ©  Janis Smits – Fotolia.com

Michèle utilise des produits écologiques pour nettoyer son réfrigérateur, plutôt que l’eau de Javel. Dans sa recette maison,

elle mélange 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude dans un bol à moitié rempli d’eau tiède, avant de remuer. Puis elle ajoute le jus d’un demi citron et les 5 gouttes d’huile essentielle de citron. 

Le produit est prêt l’emploi.

http://www.linternaute.com

Le bruit: calamité écologique


L’homme moderne a peur du silence,  et pourtant le silence est tellement difficile a trouver .. car la nuit on met la radio pour dormir .. ou l’éventail pour couper le bruit extérieur, on met la télé pour un fond de bruit, on se promène avec le bruit de la circulation .. des gens au travail … et quand on peut enfin avoir le silence, il y a un son constant qui pas naturel qui scille quelque part
Nuage

 

Le bruit: calamité écologique

 

 

« Le silence se meurt, le bruit prend partout le pouvoir ; c’est la seule calamité écologique dont personne ne parle.  »

Alain Finkielkraut

Jour de la Terre


Demain c’est le Jour de la Terre et plusieurs activités vont se dérouler. C’est aussi une journée que nous devons nous conscientiser sur nos actions et des conséquences sur la planète et sur les générations à venir .. plusieurs personnes connu on signé cette missive pour dénoncer les abus en temps que gouvernement sur l’exploitation des ressources naturelles
Nuage

 

Jour de la Terre

 

 

Nous,
Hommes, femmes et enfants de bonne volonté
Nous nous rassemblons pour dire au monde que nous avons à cœur
La terre riche, généreuse et fragile que nous habitons
Et la défense du bien commun en ce pays;   

Nous nous rassemblons parce que nous sommes convaincus
Qu’avec notre potentiel et notre savoir-faire
Nous pouvons adopter une meilleure stratégie dans l’usage du trésor
Que sont nos terres, notre eau et l’air qu’on respire;

Nous nous rassemblons
Parce que nous croyons que l’utilisation de nos richesses naturelles
Doit se faire en accord avec les populations
En harmonie avec la nature
Au profit de tout le monde
Et dans l’intérêt des générations à venir;

Nous nous rassemblons parce que nous croyons qu’il est possible
De nous développer selon un modèle
Qui soit une source d’enrichissement réel, de progrès et de fierté
Et une source d’inspiration pour le monde entier;

Nous affirmons que nous sommes favorables au développement, à un développement qui soit viable, qui fasse une large part aux énergies renouvelables, au transport écologique, au commerce équitable, à la revitalisation des régions et à une agriculture durable, et nous affirmons qu’il est capital d’orienter nos efforts vers une économie où prospérité sera synonyme de qualité de vie;

Nous nous rassemblons pour dénoncer le désengagement du protocole de Kyoto, les dégradations dues à l’exploitation des sables bitumineux, les modèles actuels de développement minier et forestier, les risques liés à l’exploitation du gaz de schiste, du pétrole, de l’uranium et à l’utilisation de l’énergie nucléaire sur notre territoire;

Nous refusons d’être dépossédés de nos richesses et des sources d’un véritable progrès.

Et nous demandons:

Que le gouvernement du Canada participe pleinement au protocole de Kyoto, qu’il intensifie la lutte contre les changements climatiques, qu’il cesse toute subvention aux compagnies pétrolières et gazières et qu’il poursuive toute politique de développement en répondant aux objectifs économiques, écologiques et sociaux les plus élevés au monde;

Que le gouvernement du Québec se dote d’une véritable stratégie, pour le Nord et l’ensemble du territoire, où le développement de nos ressources naturelles et énergétiques répond à nos exigences les plus hautes en matière de partage de la richesse, de respect de l’environnement et des populations, maintenant et pour les générations à venir;

Voilà pourquoi nous signons cette déclaration et que nous nous engageons à prendre part à un vaste rassemblement le 22 avril et à l’événement unique qui aura lieu à 2 heures précises, à Montréal.

Plus de 32 000 signataires de tous horizons ont signé ce texte dont Claude Béland, Paul Gérin-Lajoie, Pierre Fortin, Ghislain Picard, le Père Benoît Lacroix, Lise Payette, Paul St-Pierre Plamondon, Pierre Thibault, Gilles Julien, Alain Vadeboncoeur, Laure Waridel, Ugo Lapointe, Frédéric Back, Fred Pellerin, Dominic Champagne, Richard Desjardins, Ariane Moffatt, Yvon Deschamps, Denys Arcand, Marina Orsini, Claude Meunier, Roy Dupuis, François Girard, Sébastien Ricard, Gilles Vigneault, Vincent Vallières, Hugo Latulippe, Marc Labrèche, Margie Gillis, Marie Laberge, Pierre Lapointe, Pascale Montpetit, Louis-José Houde, Stéphane Archambault, André Bélisle, Steven Guilbeault, Sidney Ribaux, David Suzuki, Karel Mayrand.

***

Collectif d’auteurs

http://www.ledevoir.com

Achat vert: des produits afficheront leur bilan carbone


Si les gens comprennent bien ce qu’est l’empreinte carbone lors de leur achats, il se peut que cela puisse faire la différence. De toute façon, plus nous connaitrons les produits québécois, mieux notre économie se portera ainsi que l’environnement
Nuage

 

 

Achat vert: des produits afficheront leur bilan carbone

Achat vert: des produits afficheront leur bilan carbone

 

Dix entreprises participent au projet-pilote visant à identifier le «bilan carbone» de produits: Yoplait, Bell, Chantiers Chibougamau, Rio Tinto Alcan, Alcoa, Aluminerie Alouette, Fibrek, Enerkem, Interplast et Laboratoire M2.

photo Stéphane Champagne

Sylvain Larocque
La Presse Canadienne

Si tout va comme prévu, les consommateurs québécois pourront, d’ici quelques années, connaître le «bilan carbone» de chacun des produits qu’ils achètent.

Imitant des pays comme la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et la Suède, le gouvernement du Québec a lancé lundi un projet pilote qui doit mener à l’implantation à large échelle de la certification de l’«empreinte carbone» des produits et des services.

À terme, dans le secteur de la grande consommation, la quantité de CO2 générée tout au long du «cycle de vie» de chaque produit (fabrication, distribution, utilisation et disposition) serait indiquée (en grammes) sur l’emballage.

L’initiative vise à encourager les consommateurs à choisir les produits ayant le plus faible bilan carbone possible. Le gouvernement fait le pari que la certification et l’étiquetage carbone favoriseront les entreprises québécoises, puisque la principale source d’énergie de ces dernières est l’hydroélectricité, qui est très peu polluante.

«Quand quelqu’un veut acheter un produit québécois et qu’il voit que son empreinte carbone est moins importante que pour un produit chinois, par exemple, ça donne un avantage à nos entreprises», a déclaré lundi le ministre du Développement économique, Sam Hamad, lors d’un point de presse.

L’entreprise Ultima, qui fabrique les produits Yoplait, fait partie du projet pilote. Il a toutefois été impossible de savoir auprès de l’entreprise à partir de quand les consommateurs pourront voir le bilan carbone de leur yogourt sur les étiquettes.

Produits industriels

La même logique s’appliquera dans le secteur des produits industriels comme l’aluminium et le bois d’oeuvre. La certification carbone pourrait faciliter les ventes à des clients soucieux de l’environnement et pourrait même accroître les exportations dans certains pays.

Par contre, en l’absence d’un marché mondial du carbone, les produits dont la fabrication a généré moins d’émissions de gaz à effet de serre n’ont pas, sauf exceptions, une plus grande valeur économique que les autres.

À court terme, les entreprises québécoises ne pourront donc pas demander plus cher pour leurs produits, aussi écologiques soient-ils. Il faudra voir si le démarrage d’un marché commun du carbone Québec-Californie (Western Climate Initiative), l’an prochain, changera la donne.

Mais pour Jean Simard, pdg de l’Association de l’aluminium du Canada, il est important de monter dans le train tout de suite. Les trois producteurs québécois d’aluminium – Rio Tinto Alcan, Alcoa et Alouette – participeront au projet pilote annoncé lundi.

«On se dit "pourquoi ne pas faire reconnaître (les faibles émissions générées par la fabrication de l’aluminium québécois)?" Le jour où on pourra valoriser (la certification), on l’aura», a affirmé M. Simard.

En plus des alumineries, les entreprises Interplast (contenants d’oeufs en plastique), Fibrek (pâte à papier) et Chantiers Chibougamau (bois d’oeuvre) font partie du projet pilote.

La certification carbone est également applicable dans le secteur des services. Bell Canada s’en servira pour chiffrer l’avantage écologique que représente pour ses clients l’utilisation de ses deux centres de données québécois (sur six au Canada).

Enerkem (valorisation des déchets) et Laboratoire M2 (désinfection) feront de même dans leurs domaines d’activités.

L’un des principaux défis du projet pilote sera de choisir parmi les différentes méthodologies qui existent dans le monde quant au calcul, à la vérification, à la certification et à la communication des émissions de gaz à effet de serre.

Par ailleurs, les effets bénéfiques de ce qu’on appelle aussi l’«affichage environnemental» ne sont pas garantis.

En Thaïlande, par exemple, un organisme environnemental a récemment constaté que si l’impact a été favorable pour plusieurs entreprises qui vendent à d’autres entreprises, il a été «très faible» dans le secteur du commerce de détail en raison d’un manque de compréhension du grand public.

Au terme du projet pilote, Québec versera aux entreprises qui veulent faire certifier leurs produits à faible empreinte carbone une aide financière pouvant atteindre 40% des dépenses admissibles de commercialisation, et ce, jusqu’à concurrence de 150 000 dollars. Le gouvernement a réservé 24 millions de dollars au total à cet effet.

www.cyberpresse.ca