Dans l’Amérique armée, des prénoms d’un drôle de calibre


Donner un prénom à un enfant, est une décision importante, j’aime bien les prénoms rares mais jusqu’à un certain point. Quelle idée de donner un patronyme qui a rapport aux réseaux sociaux ou pire aux armes à feu ? Même si ces patronymes ne sont pas dans les plus populaires, pour bien des Américaines, les armes à feu est presqu’un culte
Nuage

 

Dans l’Amérique armée, des prénoms d’un drôle de calibre

Ils sont loin d'être majoritaires, mais « Colt », « Remington » ou « Ruger » sont de plus en plus donnés aux Etats-Unis. Révélateur d'une époque ?

Ils sont loin d’être majoritaires, mais « Colt », « Remington » ou « Ruger » sont de plus en plus donnés aux Etats-Unis. Révélateur d’une époque ? | JLHOPGOOD/CC BY 2.0

Colt, Remington, Ruger. Ce n’est pas l’inventaire d’une armurerie, mais la liste de trois prénoms qui sont donnés de plus en plus fréquemment aux Etats-Unis.

Laura Wattenberg, créatrice du site BabyNameWizard, tient depuis des années des statistiques et a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet. Elle a ainsi constaté, à partir des fichiers officiels de la Social Security, que les noms d’armes à feu avait connu une croissance exponentielle dans les maternités au cours des dernières années. Le nombre de petits Colt a par exemple augmenté de 492 % entre 2002 et 2012. La hausse pour les jeunes Remington a explosé de 360 %. Quant aux Ruger, le premier fabricant d’armes aux Etats-Unis, le chiffre atteint les 513 %, leader oblige.

Pour être tout à fait honnête, ces prénoms, malgré cette hausse vertigineuse, restent donnés dans de très faibles proportions. On ne compte qu’un petit millier de Colt, 666 Remington et 118 Ruger. Autant dire une goutte d’eau (ou de sang) par rapport aux quatre millions de naissances qui ont lieu chaque année aux Etats-Unis. Pas franchement de quoi venir troubler la hiérarchie des prénoms les plus donnés, qui étaient en 2012, toujours selon les statistiques de la Social Security, Emma et Sophia pour les filles, et Mason, William ou Liam pour les garçons.

PETITS FACEBOOK ET RETWEETS

Le phénomène a tout de même interpellé Laura Wattenberg, qui, depuis qu’elle a commencé son recensement, en a vu pourtant passer des vertes et des pas mûres en matière de prénom. Dernièrement, des petits Facebook ou Retweets ont été ainsi enregistrés. Toutefois, les réseaux sociaux ont moins de succès que les armes en matière de prénom.

Mais dans un pays où toutes les dix-sept minutes une personne est tuée par arme à feu et qui, en 2013, a connu 236 tueries de plus de quatre victimes, donner à son enfant le nom d’un revolver ou d’une carabine ne peut être tout à fait anodin. Laura Wattenberg compare les prénoms à des « fossiles », qui peuvent en dire long sur une époque :

« Quand on regarde en arrière, dit-elle, on peut avoir une idée de quoi les gens parlaient, de leurs obsessions comme de leurs rêves. »

FAIBLE SUCCÈS POUR KALACHNIKOV

Dans ces conditions, quelle signification donner au fait que Gunner (« artilleur ») soit passé de la 739e place des patronymes les plus courants en 1999 à la 293e ? Ce prénom est même devenu plus populaire que le plus traditionnel Gunnar, à la consonance pourtant très proche. Remington, qui est à la fois, paraît-il, féminin et masculin, s’est, lui, hissé du 731e rang il y a dix ans au 421e aujourd’hui. La cote des Gauge (« calibre ») est également en forte augmentation. C’est à se demander ce que certains seraient prêts à faire pour bien armer leur enfant dans la vie. Kalachnikov n’est pas encore répertorié, pas assez made in America, sans doute.

Face à la fantaisie sans limite des parents pour choisir un prénom, l’Etat mexicain de Sonora, voisin des Etats-Unis, a, lui, préféré prendre les devants et dresser une listes de 61 prénoms interdits, parmi lesquels Burger King, Twitter, Hitler, Virgin ou encore Terminator. Colt, Remington et Ruger n’ont visiblement pas encore traversé la frontière. Mais pour combien de temps encore ?

http://www.lemonde.fr

Elle reçoit un texto de "maman"… enterrée depuis 3 ans !


Ceux qui me connaissent savent que je ne crois pas aux revenants, fantômes ou qu’importe comment les gens les appellent, alors une telle histoire, surtout à cette époque de l’année m’a fait sourciller et pourtant, elle n’est que trop plausible Pour cette fois, oui, c’est sûrement un vrai fait vécu
Nuage

 

Elle reçoit un texto de « maman »… enterrée depuis 3 ans !

 

Elle reçoit un texto de "maman"... enterrée depuis 3 ans !

Photo : KATERINA SULOVA/AP/SIPA

INSOLITE – La famille de Lesley Emerson, enterrée avec son téléphone depuis 2011, avait l’habitude de lui envoyer des textos pour faire face à la douleur. Hier, la petite-fille de la défunte a reçu une réponse.

 

« Vous avez un nouveau message. » Quand Sheri Emerson, 22 ans, découvre l’auteur de son dernier texto, son sang ne fait qu’un tour. Il s’agit de sa grand-mère, Lesley, enterrée 3 ans plus tôt.

La famille avait choisi de placer le téléphone de la défunte dans son cercueil, enterré à South Shield en Angleterre. Une manière de rester connectés en envoyant occasionnellement des textos.

Seulement hier, après avoir envoyé quelques mots à sa grand-mère, Sheri reçoit une réponse hantée le lendemain :

« Je veille sur vous. Vous allez y arriver, tout va bien se passer. »

Puis un second message :

 « Je veille sur vous. Tout va s’arranger. Tenez le coup. »

A quelques jours d’Halloween, une réponse d’outre-tombe serait de circonstance.

« Un végétarien inquiétant » au bout du fil

En réalité, l’opérateur a réattribué le numéro à un autre utilisateur, bien que la famille avait explicitement demandé qu’il reste hors-service.

« Je me suis sentie malade quand j’ai lu ça, j’étais choquée et je ne savais pas quoi penser », a expliqué Sheri au Dailymail.

Quand la jeune femme a questionné son mystérieux interlocuteur à propos de son identité, celui-ci s’est alors défini comme « un végétarien inquiétant »… avant de s’excuser pour cette supercherie de mauvais goût.

Espérons pour la famille de Lesley qu’une boîte aux lettres a également été installée dans sa tombe, la technologie n’ayant pas fait ses preuves.

Justine Knapp

http://www.metronews.fr

Un perroquet rentre chez lui 4 ans plus tard, bilingue


J’aimerais bien me perdre pendant 4 ans et être bilingue .. Si un oiseau peut le faire. Hein !!
Nuage

 

Un perroquet rentre chez lui 4 ans plus tard, bilingue

 

Le perroquet africain gris est capable de chanter, parler et même d’aboyer. [CC / Orikin1998/Wikipedia]

Darren Chick, un habitant de Torrance, en Californie, pensait ne plus jamais revoir son perroquet. Le propriétaire de l’oiseau l’avait perdu quatre ans plus tôt.

Le journal San José Mercury News rapporte l’histoire : il y a quelques jours, une propriétaire d’une société d’éducation canine de Torrance, Teresa Micco, a entendu frapper à son carreau. Surprise de voir un perroquet africain gris à sa fenêtre, Teresa recueille alors l’oiseau.

Bien que la femme commence à s’attacher à l’animal, qui se révèle être un bien joyeux compagnon (ndlr, le perroquet gris est capable de chanter, parler anglais et même d’aboyer), elle se met à la recherche du propriétaire de l’oiseau sur Internet.

Teresa tombe sur une annonce d’un couple qui a perdu son perroquet, lequel ressemble en tout point à l’animal qu’elle a recueilli.

Malheureusement pour le couple, la puce électronique du perroquet révèle qu’il n’est pas l’oiseau qu’ils cherchent.

Une puce électronique défectueuse

De plus, impossible pour Teresa d’obtenir plus d’informations avec les données de la puce électronique du perroquet gris : les informations ont été mal enregistrées.

Pas découragée pour autant, Teresa Micco continue ses recherches, qui la mènent jusqu’à une boutique d’animaux exotiques.

Le vendeur de la boutique, qui a gardé les papiers du perroquet, lui donne le nom et le numéro de téléphone du propriétaire de l’oiseau : Darren Chick.

De belles retrouvailles

Déterminée, Teresa ne s’arrête pas à un coup de fil sans réponse : elle se rend au domicile de Darren Chick pour lui remettre Nigel, son perroquet.

En ouvrant la porte, l’homme est surpris. Teresa raconte :

« Il m’a regardé comme si j’étais folle et m’a dit que que son perroquet s’était perdu il y a quatre ans. »

Darren Chick, le propriétaire de l’oiseau est ému et n’en croit pas ses yeux : il prend son perroquet égaré il y a plusieurs années dans ses mains.

Nigel, qui parlait alors anglais avec un accent britannique, a bien changé : il a maintenant 4 ans de plus et parle couramment espagnol. 

http://www.directmatin.fr

Ce chien très spécial est allergique… aux hommes


Allergique aux chiens ou aux chats, c’est malheureux, mais on sait que sait que cela existe, mais qu’un animal soit allergique à l’homme ? Il a fallu se mettre à l’évidence qu’un chien peut être allergique à l’être humain
Nuage

 

Ce chien très spécial est allergique… aux hommes

 

Par Sophie Le Roux

Crédits photo : Lucky Dog Retreat

 

Adam, c’est le nom d’un Labrador vraiment pas comme les autres. Ce pauvre chien vit derrière les barreaux d’un refuge à Indianapolis aux Etats-Unis. Lorsque les bénévoles de l’association Lucky Dog Retreat l’ont recueilli, Adam était dans un bien triste état. Et malheureusement, tous les soins qui lui ont été apportés n’y ont rien changé, ni les bains, ni les médicaments, ni son nouveau régime alimentaire.

« J’ai pensé que le vétérinaire plaisantait »

Un vétérinaire a alors réalisé des tests sanguins afin de déterminer l’origine de son mal. Et contre toute attente, il a découvert que ce sont les humains qui rendaient Adam malade.

« J’ai pensé que le vétérinaire plaisantait, mais tout comme nous pouvons être allergiques aux chiens, il est allergique aux squames humains » explique à RTV6 Robin Herman, qui dirige le refuge Lucky Dog Retreat.

Profondément touchés par le triste sort du Labrador noir, l’équipe du refuge et le vétérinaire mettent désormais tout en oeuvre pour que soit mis au point un traitement pour soulager Adam, qui souffre notamment d’intenses démangeaisons. Et pour y parvenir, bien sûr, ils ont besoin d’argent.

Sur la voie de la guérison ?

« Il est intelligent, il apprend, connaît tout un tas d’ordres, c’est un chien merveilleux. Ce n’est pas de sa faute. Nous avons récolté autant d’argent que nous le pouvions et nous ne nous arrêterons pas tant qu’il n’ira pas mieux »  affirme Robin Herman.

Et le vétérinaire se montre très optimiste.

« Il semble penser que nous pourrons le soigner » se réjouit Robin, précisant que la désensibilisation d’Adam pourrait commencer dans les jours à venir.

 

http://wamiz.com

Les secrets d’une centenaire branchée


Avoir cet âge et être aussi en forme et curieuse, c’est encourageant. Voilà, une centenaire qui n’a pas peur de tout ce qui est technologiquement nouveau
Nuage

 

Les secrets d’une centenaire branchée

 

Photo : André Bazinet

Catherine Bergeron

Coupdepouce.com

Ricaneuse, allumée, inspirante et belle (sa photo en témoigne!), Aline Loiselle travaille toujours et n’a surtout pas peur de la techno. Pas mal pour une p’tite jeune de 101 ans et trois mois.

Si vous demandez à Mme Loiselle de vous révéler les secrets de sa jeunesse et de sa fougue, elle hésitera, puis rigolera de bon cœur. La dame admet avoir de bons gènes – son père et son frère sont décédés à 94 et 98 ans -, mais elle n’a ni fontaine de Jouvence ni révélations choc à nous faire. Seulement quelques grandes vérités: rester active, bien se nourrir et profiter de la vie.

«Je prends un bon déjeuner tous les matins et je vois les choses du bon côté. Je ne m’énerve jamais pour rien.»

À cela, la Montréalaise ajoute qu’elle est curieuse et qu’elle s’intéresse à tout. Elle suit l’actualité de près et, surtout, elle sait tirer profit des avancées technologiques. Outre l’ordinateur de sa fille, qu’elle utilise sans crainte, et la tablette que son fils lui a offerte, elle possède un appareil photo numérique, qu’elle apporte à chacune de ses sorties, un cadre numérique et un sudoku électronique. La technologie agirait-elle sur la centenaire comme un élixir de jeunesse?

«J’aime ça, et ça garde mon cerveau actif!»

Parlant de rester active, Aline Loiselle n’a jamais eu peur du travail. Elle a commencé dans les manufactures à 16 ans et depuis, elle n’a jamais arrêté. À la maison, on lui apporte toujours des robes à rapiécer et des pantalons à ajuster.

«Le travail ne fait pas mourir, vous savez?»

Propriétaire de sa maison jusqu’à 90 ans, la dame, veuve depuis plusieurs années déjà, ramassait les feuilles à l’automne et tondait régulièrement la pelouse.

«Quand je suis déménagée chez ma fille, pas parce que j’avais besoin d’aide, mais parce que je voulais l’aider, elle, je lui ai dit: « Laisse-moi du gazon, j’amène ma tondeuse! »»

Selon ses dires, les hommes du voisinage n’avaient jamais vu ça! On la croit.

Aline et la techno en rafale

Le premier appareil techno que vous avez eu?

Bien avant la télévision, il y a eu l’électricité! Vous savez, quand j’allais à l’école, à Upton, on faisait nos devoirs à la lampe. Le matin, il fallait laver les lobes qui étaient boucanés.

Et aujourd’hui, parmi tous les appareils que vous possédez, lequel préférez-vous?

Bien franchement, je les aime tous! Mais je dois dire qu’en vieillissant, sans la télévision, les journées seraient un peu plus plates.

Les beaux côtés de la technologie?

C’est pratique pour garder contact avec les gens qu’on connaît et qu’on aime. Ma fille, par exemple, parle avec des amis sur l’Internet. On se voit dans l’écran, pas besoin de se déplacer!

Et les mauvais côtés?

Il n’y en a pas. Mais moi, même avec la technologie, je prends mon temps. Y’a rien qui presse dans la vie.

Préférez-vous la vie avec ou sans technologie?

Avec, mais il faut savoir doser. Je fais mes choix. Le lave-vaisselle, par exemple, je ne l’utilise pas. J’aime bien laver la vaisselle. Je suis très chanceuse de tout voir ça avant de mourir. C’est pas tout le monde qui a cette chance. Les choses évoluent, c’est beau!

Les enfants passent-ils trop de temps devant un écran?

Ça oui, par exemple! Mais d’un autre côté, ils sont pas mal savants. Mes petites-filles, elles savent tout faire avec ça.

Les sites de rencontres, qu’en pensez-vous?

Ha! Ça, c’est pas toujours bon. Les gens se séparent beaucoup aujourd’hui, ils se séparent trop vite. C’est la mode. C’était bien différent dans mon temps.

Votre application préférée sur votre tablette?

Le puzzle. J’en fais un par jour. Il y a le sudoku, aussi. J’aime ça quand c’est difficile.

Quel conseil vous donneriez-vous à un aîné qui n’oserait pas utiliser l’ordinateur ou la tablette?

Je les encouragerais! Il faut essayer, il ne faut pas avoir peur. C’est pas dangereux!

Jamais trop tard pour apprendre

Contrairement à la croyance populaire voulant que les aînés aient peur de la technologie et qu’ils ne montrent que très peu d’intérêt pour elle, Karina Néron, technicienne en loisir au Réseau FADOQ, mentionne qu’Aline Loiselle n’est pas la seule.

«Les cours d’informatique et d’initiation à la tablette et à la photographie numérique affichent toujours complet», précise-t-elle, ajoutant que leurs apprentis, dont l’âge moyen est de 64 ans, sont toujours très enthousiastes.

http://www.coupdepouce.com/

Elle trouve une sangsue de 8 cm dans son nez


Ce n’est pas le genre de souvenir qu’on aime rapporter au retour d’un voyage à l’étranger. Ce n’est pas non plus très ragoutant de voir cela dans le nez et qui en plus aurait pu être dangereux voir mortel
Nuage

 

Elle trouve une sangsue de 8 cm dans son nez

 

Daniela Liverani a trouvé une sangsue de 8 cm dans son nez - © Caters News Agency

Daniela Liverani a trouvé une sangsue de 8 cm dans son nez © Caters News Agency

Après un beau voyage en Asie du Sud-Est, une jeune Britannique a vécu un vrai cauchemar lors de son retour à Edimbourg. Daniela Liverani a en effet souffert d’importants saignements de nez causés par la présence d’une sangsue longue de 8 cm dans son orifice, rapporte 20Minutes, citant le Daily Mail.

Cette jeune femme de 24 ans se rappellera longtemps de son voyage au Vietnam, marqué déjà par un accident de moto. Elle a en effet ramené de son séjour une invitée surprise qui aurait bien pu lui coûter la vie. De retour à son domicile, Daniela s’est mise à saigner du nez de façon abondante. Elle a d’abord pensé qu’il s’agissait d’un vaisseau sanguin qui avait explosé. Mais à chaque fois qu’elle souhaitait enlever le caillot de sang, celui-ci remontait à l’intérieur de sa narine.

« Elle sortait jusqu’à ma lèvre inférieure »

« Quand j’étais dans la douche, elle sortait jusqu’à ma lèvre inférieure et je pouvais la voir, a-t-elle relaté. Une fois, je me suis dépêchée à sortir de la douche pour aller voir de plus près ce qui se passait dans mon nez. En m’approchant du miroir, j’ai vu des nervures. C’est là que j’ai constaté que c’était une bestiole » peut-on lire dans le Journal de Montréal.

La jeune femme s’est donc rendue aux urgences les plus proches afin de faire examiner son nez. C’est alors que le médecin a aperçu la sangsue. Mais l’opération pour la retirer du conduit nasal n’a pas été simple.

 « J’étais à l’agonie. Chaque fois que le docteur tirait sur la sangsue, je sentais de puissants tiraillements à l’intérieur de mon nez. Puis soudainement, après une demi-heure, la douleur s’est arrêtée. Le docteur tenait la sangsue avec des pinces » explique Daniela Liverani.

La sangsue aurait pu continuer jusqu’au cerveau

La sangsue qui mesurait 8 centimètres a finalement été retirée du nez de la jeune femme, qui aurait ramassé le parasite au Vietnam, « en nageant ou ayant bu de l’eau », a commenté Mark Siddal, conservateur au Musée américain d’histoire naturelle à New York et expert des sangsues.

Cette histoire aurait pu se finir très mal, selon lui. En effet, la sangsue aurait pu continuer son chemin jusqu’au cerveau de la jeune femme.

http://www.ladepeche.fr

Et Voici Exactement Pourquoi On Ne Juge Jamais Quelqu’un Sur Son Apparence.


Encore une fois, on peut avoir foi en l’humanité quand on voit ce genre d’organisation pour rassurer et protéger des enfants victimes de violence. Cela donne une autre vision des motards assez inattendue du moins à ce que l’on connait
Nuage

 

Et Voici Exactement Pourquoi On Ne Juge Jamais Quelqu’un Sur Son Apparence.

motards1

Pour beaucoup de personnes, les bikers font peur. On les perçoit comme des voyous et des brutes… mais, il y a plus de bikers que l’on ne le croit.

Ce gang, par exemple, aime intimider les gens. Cependant, ils n’intimident que les personnes qui osent s’en prendre aux enfants.

On les appelle les Bikers Against Child Abuse International (soit Les Bikers Du Monde Entier Contre La Violence Envers Les Enfants). Et ils ne plaisantent pas avec ça. (source)

Ces bikers se distinguent par leur passe-temps favori : aider les innocentes jeunes victimes d’abus.

Vous pourriez être pris de court par leur attitude gentille et généreuse, mais ils sont plus que des bikers avec simplement du cuir et des chaînes. Ces bikers agissent comme des gardiens pour les enfants victimes d’abus.

motards2

Cette fille en violet a été maltraitée par un parent – quelqu’un en qui elle aurait dû avoir confiance. Il a quitté l’État, mais la procédure pénale progresse lentement, donc il n’est pas non plus en prison.

Elle vit encore dans la peur, mais cette foule aux allures disgracieuses dans son allée est là pour l’aider à se sentir à nouveau en sécurité.

Ils sont membres de la branche de l’Arizona des Bikers Against Child Abuse International, et ils portent leur devise sur leurs vestes en cuir noir et leurs tee-shirts :  «aucun enfant ne mérite de vivre dans la peur.»

motards3

Le pouvoir et l’attitude d’un biker peuvent aider un enfant vulnérable à se sentir en sécurité… et ÊTRE en sécurité.

Si cette petite fille doit aller témoigner contre son agresseur au tribunal, ils iront aussi, marchant avec elle jusqu’à la barre des témoins et s’asseyant dans les premières rangées. On lui dira : «Regarde-nous, pas lui.» et quand elle en aura fini, ils l’encercleront encore pour la raccompagner dehors.

motards4

Ces bikers ont même accueilli cette jeune fille dans leur gang, en lui faisant une veste en jean avec le nom «Rhythm» écrit dessus, pour une fille qui danse et qui adore la musique.

motards5

Ces bikers sont tous bénévoles et offrent 10, 20 voire plus d’heures par semaine. Ils ne demandent aucun remboursement en carburant ou de temps qu’ils sacrifient dans leur travail. Les bikers doivent être forts, non seulement pour protéger les enfants mais pour être capable d’encaisser le coup quand ils apprennent ce que leur jeune protégé a traversé.

Un enfant de 8 ans battu par sa maman, un autre de 6 ans molesté par le petit-ami de sa mère. Une fille, de 10 ans, violée Ils sont formés par un professionnel en santé mental habilité et affilié à la branche.

Chaque biker devra donner ses empreintes digitales et on procédera à une intense vérification de leur casier judiciaire, équivalente à celle que subissent les travailleurs de la protection de l’enfance dans l’État ou les forces de l’ordre, avant de pouvoir rejoindre le groupe.

motards6

Ces bikers ne cherchent pas les ennuis. La seule chose qu’ils veulent faire, c’est s’assurer que des enfants innocents ne se sentent pas seuls, ou trop impuissants.

«C’est déjà assez effrayant pour un adulte d’aller au tribunal», nous dit-il. «Nous n’allons pas laisser l’un de nos jeunes enfants traumatisés y aller seul.»

N’oubliez pas de partager l’histoire de ces “motards au grand coeur” avec vos proches ci-dessous.

http://bridoz.com