Insolite : Un adolescent se fait retirer 232 dents


Perdre ses dents, ce n’est pas intéressant pour personne, car une fois partie les dents d’adultes, elles ne repousseront plus. Mais ce n’est pas le cas pour ce jeune homme qui souffre d’une maladie qui est rare
Nuage

 

Insolite

Un adolescent se fait retirer 232 dents

 

0f64ef10-dbb0-49df-ae89-0324a1bea5dd

STRDEL / AFP / Getty

Laurie Bergeron

Un jeune homme de 17 ans s’est présenté à l’hôpital à Mumbai, en Inde, puisqu’il avait les gencives enflées. Les médecins ont découvert que sa souffrance était causée par un nombre incroyable de dents dans sa bouche. 260 pour être exact.

Ashik Gaval a souffert d’intenses douleurs à la mâchoire pendant plus d’un an avant de quitter son village et d’aller à la recherche d’un traitement en ville.

L’adolescent, atteint d’une maladie rare, a subi une intervention lundi pour se faire extraire 232 dents.

«Un odontome complexe, qui a causé la formation de plusieurs dents à partir d’une seule gencive, est responsable du malaise d’Ashik. C’est une sorte de tumeur bénigne», affirme le chirurgien dentiste Sunanda Dhiware.

L’adolescent a été opéré durant plus de six heures. Le Dr Dhiware lui a coupé la gencive et les 232 dents sont tombées les unes après les autres. Le jeune homme n’a plus que 28 dents dans sa bouche. Malheureusement, les médecins croient que de nouvelles dents peuvent éventuellement pousser.

Il s’agirait d’un record mondial. 

http://www.journaldequebec.com/

Montréal Elle déplume puis dévore un oiseau cru dans le métro


C’est vraiment dégoutant, même si dans la vidéo, on ne voit pas distinguement ce qu’elle fait (heureusement). En plus, manger un oiseau cru, il y a sûrement risque de contamination et qu’elle personne peut faire une telle chose et en plus en public. Sûrement pas une personne saine d’esprit.
Nuage

 

Montréal

Elle déplume puis dévore un oiseau cru dans le métro

 

Capture d’écran, YouTube)

Par Sarah Bélisle | Agence QMI

La police recherche une jeune femme qui a déplumé, puis mangé un oiseau cru en plein wagon du métro de Montréal sous le regard dégoûté des passagers.

Un des passagers, écœuré, a filmé la scène qui s’est déroulée sur la ligne orange à la hauteur de la station Jean-Talon il y a quelques semaines. Sa vidéo circule maintenant sur internet.

On y voit une femme entre 17 et 25 ans d’origine asiatique. Elle porte un haut de bikini et une mini jupe. Il est impossible de distinguer le visage. Penchée au-dessus d’un sac de plastique, elle gesticule.

Les passagers près d’elle s’éloignent rapidement, un air de dégoût au visage. On comprend que la femme est en train de déplumer l’oiseau en question dans le sac.

«Je vais vomir», s’exclame l’homme qui filme avant d’ajouter quelques instants plus tard: «Et elle le mange! Elle le mange!»

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) tente de retracer la jeune femme dont on ignore pour l’instant l’identité.

Accusations ou soins?

 

«On va commencer par la retrouver, puis faire une entrevue avec elle. Après, on verra si on va vers les soins psychiatriques ou vers le criminel, ou les deux», explique l’agent Manuel Couture.

Plusieurs passagers ont été incommodés par ses gestes. Voilà pourquoi le SPVM étudie la possibilité de porter des accusations criminelles à l’encontre de la femme pour avoir troublé la paix.

Il n’existe aucun règlement qui empêche de déplumer et de manger un oiseau cru dans le métro.

Mais «vu que ça a visiblement dérangé les gens, on considère ça comme troubler la paix», explique l’agent, qui souligne que la décision de porter des accusations ne sera prise qu’une fois que la femme aura été rencontrée.

Aucun client n’a rapporté l’événement au moment des faits à la Société de transport de Montréal (STM), indique la porte-parole Amélie Régis. Aucune plainte n’a été enregistrée non plus.

http://tvanouvelles.ca

Chine : La petite fille qui se transforme en chat


Les soins médicaux devraient être gratuits pour tous, ou du moins avoir un barème pour permettre aux moins nantis d’être soignés, et ce, partout dans le monde. Cette maladie très bizarre va peut-être avoir un heureux dénouement grâce à des gens qui vont aider les parents pour payer l’opération
Nuage

 

Chine

La petite fille qui se transforme en chat

 

La petite fille qui se transforme en chat

Crédit photo : gracieuseté, Daily Mail

Une petite Chinoise de six ans atteinte d’une rare forme de maladie de la peau est maintenant surnommée «catgirl» parce que son dos est pratiquement complètement couvert de poils noirs.

Les parents de Zhao Zinrui se sont aperçus qu’elle avait une petite plaque de poils noirs dans son dos il y a à peu près un an, rapporte le Daily Mail.


(Crédit photo: gracieuseté, Daily Mail)

Rapidement, la situation s’est détériorée et les poils ont commencé à se propager. C’est devenu trop difficile pour la mère de Zinrui qui a fini par les abandonner elle et son père.

Les médecins avaient d’abord dit qu’il s’agissait d’une marque de naissance, mais maintenant les poils couvrent pratiquement la moitié de son corps.

La petite a maintenant besoin d’une importante opération, car les poils atteignent maintenant ses bras et son visage.


(Crédit photo: gracieuseté, Daily Mail)

Les médecins avaient d’abord dit à la famille que la petite ne pouvait pas être opérée avant d’avoir cinq ans, mais maintenant qu’elle a six ans, son père n’a pas l’argent nécessaire.

«Maintenant qu’elle a l’âge, on n’a pas l’argent. Même si on a tout économisé depuis qu’on sait qu’elle va avoir besoin de l’opération», a raconté son père, Zhao Laif.

Après avoir donné une entrevue à la télévision locale, des personnes ont donné de l’argent pour aider aux traitements. Tout porte à croire qu’elle pourra être opérée prochainement.

http://tvanouvelles.ca

Un château du Moyen Âge en construction en France


Si, un jour, je vais en France, j’irais certainement visiter ce château en construction comme au temps du Moyen-âge. Voir la cuisinière et sa coquine en action ainsi que le talemelier comme s’ils étaient au temps médiéval
Nuage

 

Un château du Moyen Âge en construction en France

 

Un château du Moyen Âge en construction en France

Les outils et techniques de l’époque sont utilisés dans la construction.  Photo AFP

Marjorie Boyet

 

TREIGNY – Le pain au levain cuit dans le four et les premières peintures murales ornent les murs: la vie de château s’organise à Guédelon, au centre de la France, seize ans après le début des travaux de construction de ce château fort du XIIIe siècle.

Cette aventure pharaonique a germé en 1997 dans la tête de Michel Guyot, propriétaire du château de Saint-Fargeau, qui sous son enveloppe de briques roses cachait une ancienne enceinte médiévale, à une quinzaine de kilomètres de là. Un an plus tard, il décidait de lancer la mise en chantier d’un château respectant les techniques du Moyen Âge à Guédelon, en collaboration avec Maryline Martin, l’actuelle directrice du site.

Pas de recettes

Aujourd’hui, dans le four de la cuisine de Guédelon, le feu de bois crépite, tandis que la cuisinière Françoise de Montmollin et sa «coquine» – son aide de cuisine – préparent une arboulastre, une tarte aux herbes typiquement médiévale.

«Il ne pouvait pas y avoir de recettes à l’époque car seuls les moines écrivaient», relate Mme de Montmollin, 66 ans, dans sa longue robe violette, les cheveux couverts d’une coiffe blanche.

Grâce à des «testaments de paysans du XIIIe siècle» où «poulets, cochons, brebis» étaient légués en abondance, cette architecte de formation a déduit que la population de l’époque mangeait «beaucoup de viande».

«Ce n’est pas vrai dans tout le Moyen Âge; au XIVe siècle, on va mourir de faim», rappelle-t-elle.

«Je suis dans une cuisine XIIIe, avec des ingrédients XIIIe, des outils de cuisine XIIIe et ça ressemble aux enluminures; vous dire si c’est exactement le goût, je ne sais pas», nuance-t-elle.

Dans un coin de la cuisine, Max, le boulanger ou plutôt le «talemelier», travaille la farine fournie depuis deux mois par le moulin à eau de Guédelon, construit au coeur de la forêt à partir de vestiges du XIIe siècle découverts dans le Jura.

«On est certain que dans le pain médiéval, il devait y avoir un peu de sable», déclare l’homme jovial de 68 ans, «et beaucoup de gens mouraient d’empoisonnement du sang à cause des abcès».

À l’intérieur du logis, les murs d’une chambre se sont parés d’un sous-bassement ocre jaune et de végétaux stylisés dans des tons orangés.

«Raffinement»

 

La peintre, Valérie, 45 ans, s’est inspirée des fresques du XIIe siècle de l’église de Moutiers à 4 kilomètres de Guédelon.

Façade, mobilier, charpente, «tout était peint à l’époque, c’était une période très colorée avec des teintes très vives, très soutenues, mais on n’est pas parti dans l’idée de peindre tout comme à l’époque parce que ce serait peut-être un peu trop pour nos yeux maintenant», dit cette ancienne décoratrice sur céramique.

De l’extérieur, le logis et deux des six tours du château, dont la tour de la chapelle, ont pris forme. Les tailleurs de pierre s’activent au côté des maçons, qui montent les éléments de construction en haut des tours grâce à des «cages à écureuil», ancêtres de la grue.

«Ça devient un chantier un peu moins "bâtiment, pierre", on attaque la phase décoration», se félicite Maryline Martin.

Validé scientifiquement

Considéré comme un laboratoire à ciel ouvert, le chantier pédagogique, où travaillent 70 salariés et une vingtaine de bénévoles, attire 300 000 visiteurs par an, dont les entrées financent l’essentiel du coût des travaux.

Les artisans, forgerons, cordiers, vanniers, portent les vêtements de l’époque du règne de Saint-Louis, excepté les chaussures de sécurité, législation du XXIe siècle oblige.

Depuis l’origine de Guédelon, un comité scientifique valide chaque étape du chantier.

Pour l’aménagement des pièces du château, comme les peintures murales, Mme Martin n’est pas «encore 100 % sûre de (leur) proposition». «Si il faut, on refera, on rebadigeonnera», précise-t-elle.

Pour elle, «le château en devenir, un peu comme certaines pièces de Versailles qui n’ont jamais été terminées, pousse à la réflexion permanente».

Et cela pourrait durer «encore au moins quinze ans», selon elle.

http://fr.canoe.ca

Crash avion Malaysia Airlines : Il échappe à la mort deux fois


Un homme a échappé deux catastrophes aériennes de la Malaysia Airlines en quelques mois. Quand ce n’est pas ton heure, il y a des événements qui arrivent sans que l’on comprend pourquoi. Ce n’était pas sa destinée de mourir à ces deux avions
Nuage

 

Crash avion Malaysia Airlines : Il échappe à la mort deux fois

Il échappe aux deux crashs de la Malaysia Airlines

Le site du crash du vol MH17 et le miraculé Maarten de Jonge.

Photo : NEWSCOM/SIPA

MIRACULÉ – Un Néerlandais a frôlé la mort à deux reprises en cinq mois. Il aurait dû prendre place dans les deux avions de la Malaysia Airlines qui se sont crashés en Ukraine et dans l’Océan Indien. Mais des échanges de billets de dernière minute lui ont sauvé la vie.

Maarten de Jonge est un cycliste professionnel au palmarès modeste. Mais face à la mort, ce Néerlandais de 29 ans mène deux victoires à rien. Il a en effet la particularité d’avoir échappé aux deux catastrophes aériennes qui ont récemment frappé la Malaysia Airlines : le crash du vol MH17 en Ukraine jeudi, et la disparition du vol MH370, en mars dernier dans l’Océan indien.

La semaine dernière, ce coureur de l’équipe malaisienne Terengganu Cycling Team devait embarquer à bord du Boeing 777 reliant Amsterdam à Kuala Lumpur, afin de rejoindre le continent asiatique où il dispute la grande majorité de ses compétitions. Mais jeudi, au dernier moment, Marteen décide de bouleverser ses plans pour des raisons financières.

"J’ai préféré prendre un vol le dimanche car il était 300 euros moins cher. Il ne restait qu’une seule place…", confie le chanceux dans les médias néerlandais.

Une volte-face salutaire puisque l’avion s’écrasera quelques heures plus tard au milieu d’un champ ukrainien, abattu par un missile probablement tiré par les séparatistes pro russes. Une tragédie dans laquelle 298 passagers et membres d’équipage, dont au moins 189 citoyens néerlandais, ont trouvé la mort.

Il frôle la mort cinq mois plus tôt

Mais ce qui rend l’histoire de ce Néerlandais encore plus incroyable, c’est cet autre revirement de dernière minute qui lui avait déjà sauvé la vie en mars dernier. A l’époque, il devait se rendre à Pékin depuis la capitale malaisienne. Une fois de plus, l’homme échange son billet "afin de prendre un avion 50 minutes plus tôt". Le vol MH377 décollera donc sans lui et disparaîtra des écrans radars, au large du Vietnam, deux heures plus tard avec 239 personnes à bord. Près de cinq mois plus tard, le mystère reste entier.

Si son histoire passionne les médias de son pays, Maarten de Jonge aimerait aujourd’hui retrouver l’anonymat.

 Dans un communiqué publié sur son site officiel, le cycliste explique ne plus vouloir "répondre aux très nombreuses sollicitations des radios et des télévisions".

"Ce qui s’est passé est terrible. Par respect pour les victimes et leurs familles, je ne pense pas qu’il soit approprié de s’attarder sur mon histoire", écrit-il.

Et quand on lui demande s’il serait prêt à remonter à bord d’un avion de la Malaysia Airlines, le miraculé répond par l’affirmative :

"J’ai eu de la chance deux fois, pourquoi pas une troisième…"

http://www.meltybuzz.fr

Top 10 des réactions les plus stupéfiantes à la photo de Spielberg avec un tricératops (mort)


    Moi, ce qui me dérangeait de cette blague, c’est que cela entraine a la réputation envers une personne (colère, frustration, etc.)  qui en sommes ne sont pas du tout fondée. Mais pour les réactions, c’est à se dresser les cheveux sur la tête. Il y a des gens qui ont un grand manque d’éducation de l’histoire de la vie sur Terre. C’est inimaginable
    Nuage

     

    Top 10 des réactions les plus stupéfiantes à la photo de Spielberg avec un tricératops (mort)

    Source photo : Facebook / Jay Branscomb

    Il y a quelques jours, l’humoriste Jay Branscomb a publié sur son mur Facebook une photo où on voit Steven Spielberg poser gaiement devant un tricératops au sol avec en légende :

    "Une photo scandaleuse d’un chasseur posant gaiement à côté d’un tricératops qu’il vient de massacrer. Merci de partager pour que le monde puisse montrer du doigt et faire honte à cet homme malhonnête".

    11 000 commentaires enflammés plus tard, on peut faire un bilan : non, tout le monde n’a pas reconnu Spielberg, tout le monde ne connait pas Jurassic Park, mais tout le monde a quelque chose à dire :

  • Ceux qui ont un doute

    joke

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Ceux qui ont reconnu ce cher Steven mais qui ont quelques soucis avec l’orthographe

    stephen

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Celui qui s’inquiète un peu quand même

    Ils ne sont pas une espèce protégée ?

    list

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Celui qui va à contre courant

    Moi je dis fuck à vous tous bande de haineux, vous êtes justes jaloux parce qu’il va avoir une putain de tête de rhinocéros sur sa cheminée

    8

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Celui en colère

    Oh mon dieu ! Ce mec est tellement méchant. Tuer une créature aussi mignonne. Ils sont menacés donc il devrait arrêter ! Qu’est ce que cet animal lui a fait ? J’espère qu’il va avoir des problèmes avec la loi. La police du Dakota du nord ne fait-elle donc rien ?

    12

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Celle qui défend les herbivores, les carnivores eux on s’en tape

    Et c’est un herbivore ! Quelle sorte de monstre tue un herbivore ?

    14

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Celle qui a vu l’entourloupe mais qui n’a pas compris que c’était une blague

    Désolée mais j’ai un peu pitié du pauvre type qui a écrit ça en premier lieu !!??!! Mais où était-il tout ce temps???

    17

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Le révolté, mais où va le monde ?

    Allez tuons des choses parce que nous le pouvons. Qui a besoin des tricératops, des lions ou des abeilles, pour ce que ça compte ?

    bee

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Celui qui en profite pour parler de créationnisme

    Ils ne sont pas réels et n’ont jamais été mentionnés dans la bible

    bible

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Celle qui a compris la joke mais qui a un peu de mal avec les dates

    Cet animal n’existe plus depuis des centaines d’années. Connards.

    mille

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Celui à qui on la fait pas !

    photoshop

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

  • Et puis celui qui ne comprend pas même quand on lui explique

    Je me fiche que ce soit Steven Spielberg, il n’aurait pas du tuer cet animal

    Steven-Spielberg-Triceratops-840x538

    Source photo : facebook de Jay Branscomb

 

http://www.topito.com

Afrique du Sud Un garçon de 9 ans épouse une femme de 62 ans


Même si ce mariage ne semble qu’être symbolique, c’est aberrant de marier une personne d’un certain âge avec un enfant. Si ce n’est que pour calmer d’éventuel conflit, il doit sûrement avoir d’autre moyen plus sain
Nuage

 

Afrique du Sud Un garçon de 9 ans épouse une femme de 62 ans

 

(Crédit photo: capture d’écran Mirror)

Un petit garçon de neuf ans d’Afrique du Sud a épousé une femme de 62 ans pour la deuxième fois.

Même si Saneie Masilela dit souhaiter unir un jour sa destinée à quelqu’un de son âge, il affirme aimer sa femme, Helen Shabangu, mère de cinq enfants. Cette cérémonie lui permettra d’apaiser les ancêtres familiaux, a rapporté le journal U.K. Mirror.

Il s’agissait du deuxième mariage pour l’enfant et la sexagénaire. Cette fois-ci, la cérémonie s’est déroulée dans le village de la mariée, Ximhungwe, officialisant le rite de l’année dernière qui a eu lieu dans le village du garçon.

(Crédit photo: capture d’écran Mirror)

Une vidéo mise en ligne sur YouTube par Barcroft Media, montre le marié et la mariée s’embrasser après la cérémonie, et ce, sous les yeux du mari d’Helen, Alfred, 67 ans.

Le garçon et la femme ne vivent pas ensemble.

 

http://tvanouvelles.ca

Fautes d’orthographe dans un bulletin scolaire


Personnellement, je suis consciente que je fais beaucoup de fautes, surtout avec les accords de verbes et les prépositions, et mes tournures de phrases, cependant, avec ma faiblesse en langue écrite, je n’aurais pas travaillé dans l’enseignement ou la direction d’une école. Je peux comprendre que l’école ne pouvait pas revenir en arrière, mais dès le départ, ces erreurs n’auraient pas dû exister et leur excuses est trop simpliste surtout pour un si court message qui accompagne le bulletin
Nuage

 

Bulletin scolaire

Fautes d’orthographe dans un bulletin scolaire

 

PHOTO ISABELLE MAHER

Alexandre Bourré et sa mère, Suzanne Aubé, ont été choqués de recevoir un bulletin accompagné d’un message signé de la direction dans lequel se sont glissées des fautes.

Dans un envoi massif de messages accompagnant le dernier bulletin scolaire, la direction d’une école secondaire signe un envoi destiné aux élèves dans lequel se sont glissées des fautes d’orthographe.

«Repose toi bien et revient nous en forme.»

Cette phrase contenue dans un message qui accompagnait le dernier bulletin scolaire a fait sursauter le jeune Alexandre Bourré.

«Ça m’a sauté aux yeux. Il me semble que ça ne s’écrit pas de même», s’est exclamé l’élève de 17 ans qui ne se considère pourtant pas comme particulièrement doué en français.

«J’ai montré le message à mon frère qui est plus “bolé” que moi en français et il m’a confirmé qu’il y avait bien des fautes», relate-t-il.

L’erreur est humaine, concède l’adolescent, mais venant de la direction de l’École l’Horizon à Repentigny, ça passe moins bien, croit la mère de l’élève de cinquième secondaire.

«On reproche à nos jeunes de ne pas savoir bien écrire leur français. Je trouve aberrant et choquant que l’école ne donne pas un meilleur exemple», confie Suzanne Aubé.

Une erreur de procédure

C’est la directrice de l’École l’Horizon, Huguette Guilbault, qui a rédigé le message avant de l’acheminer à sa secrétaire pour qu’elle l’insère dans le bulletin.

«Normalement la secrétaire retourne une version finale de l’envoi afin de le faire approuver par la direction, mais cette fois ça n’a pas été fait», explique Éric Ladouceur, coordonnateur aux communications à la commission scolaire des Affluents.

Lorsque la direction a réalisé que le message contenait des fautes de français, il était trop tard, les 1500 copies de trois pages (recto verso) du bulletin avaient été imprimées. On a donc tout de même pris la décision de les poster.

«Pour des raisons de délais et de coûts, la direction a choisi de ne pas réimprimer d’autres bulletins. Nous avons des dates à respecter pour le ministère de l’Éducation et il fallait vite envoyer le document pour que les élèves en difficulté aient le temps de s’inscrire aux cours d’été», précise M. Ladouceur.

«Je comprends que c’est une erreur qui aurait dû être évitée, mais la fin de l’année est une période particulièrement occupée», ajoute-t-il.

Cette année, Alexandre Bourré a multiplié les périodes de récupération afin d’améliorer ses notes en français. Grâce à son acharnement, il a vu sa note augmenter, raconte-t-il fièrement.

«Le français, c’est notre langue et notre culture. Il faut le préserver. Que le milieu de l’éducation fasse ce genre de fautes, ça paraît mal», conclut-il.

http://www.journaldequebec.com

Un Américain revendique un territoire d’Afrique et fait de sa fille une princesse


On appelle souvent nos petites filles, sa princesse, mais en faire de vraies princesses … C’est un peu extrême. Si le papa réussit de faire reconnaitre ce royaume, sa fille sera une princesse légalement. Ce n’est pas un peu trop ?
Nuage

 

Un Américain revendique un territoire d’Afrique et fait de sa fille une princesse

 

Un Américain revendique un territoire d'Afrique et fait de sa fille une princesse Comme de nombreuses petites filles, Emily rêve depuis toujours d’être une princesse. C’est désormais chose faite puisque son papa lui offre le Bir Tawil, un territoire non-revendiqué situé au sud de l’Egypte.

Jeremiah Heaton, un papa américain a traversé l’Atlantique pour honorer sa promesse : faire de sa fille Emily une vraie princesse.

"Aujourd’hui, avec le soutien du gouvernement égyptien, j’ai voyagé 14 heures dans le désert pour atteindre Bir Tawil. Une fois arrivé, j’y ai planté un drapeau confectionné par mes enfants." explique Jeremiah sur sa page Facebook.

 Il n’en faut pas plus à l’État du Nord-Soudan pour voir le jour, le 16 juin dernier. Le Bir Tawil, ce petit territoire de 2060 km² situé entre l’Égypte et le Soudan, était le dernier morceau de terre n’ayant jamais été revendiqué par la moindre nation. Aujourd’hui, il a peut-être trouvé preneur !

Jeremiah Heaton s’est autoproclamé chef d’état du territoire, faisant de sa fille de 7 ans la Princesse Emily. Ce papa qui tient ses promesses a encore besoin du soutien de l’Union Africaine pour que son royaume soit reconnu officiellement. Par la suite, la famille projetterai de créer un complexe agricole sur ce nouveau Royaume du Nord-Soudan.

Jeremiah et Princesse Emily devant le drapeau de leur Royaume.

http://www.linternaute.com

Il met le feu à sa maison en essayant de tuer une araignée


Une phobie, c’est vraiment une peur incontrôlable et la peur extrême des araignées, peut dégénérer comme c’est le cas ici. La maison en flamme et des milliers de dollars de dégâts et l’araignée a peut-être fuit devant le danger
Nuage

 

Il met le feu à sa maison en essayant de tuer une araignée

 

L’homme a tenté de tuer l’araignée avec une torche faite maison.[CC / Fyn Kynd / FlickR]

En essayant désespérément de tuer une araignée, un résident de Seattle a mis le feu à sa maison de location. Personne n’a été blessé, mais les dégâts sont estimés à plusieurs milliers de dollars.

Lorsqu’il s’est rendu compte de la présence d’une araignée dans la buanderie, un Américain de 24 ans a décidé de tuer l’arachnide. Il a alors fabriqué une torche en utilisant du spray et un briquet.

Mais, l’araignée a tenté de pénétrer dans le mur qui s’est enflammé. Le feu s’est ensuite propagé jusqu’au grenier de la maison située dans un quartier résidentiel de Seattle, rapporte la chaîne locale Kiro TV.

60.000 dollars de dégâts

Après avoir tenté de stopper l’incendie avec de l’eau, le malchanceux a contacté les secours. Ces derniers ont rapidement mis fin aux flammes, mais les dégâts de la maison de location atteignent les 60.000 dollars.

Fort heureusement, personne n’a été blessé. Le locataire et sa mère, avec qui il vivait, ont été pris en charge par la Croix Rouge.

L’araignée, elle, n’a pas été retrouvée.

http://www.directmatin.fr