Un escroc gallois échappe à la justice en faisant croire qu’il est tétraplégique


Je trouve cela long deux ans qu’il put éviter d’affronter la justice. Et pourquoi, que sa soi-disant paralysie aurait pu lui faire éviter sa sentence ?
Nuage

 

Un escroc gallois échappe à la justice en faisant croire qu’il est tétraplégique

 

Photo :  REX/REX/SIPA

Alan Knight est conduit pas sa femme en fauteuil roulant à une audience au tribunal de Swansea, au Pays-de-Galles.

GRANDE-BRETAGNE – Un Gallois accusé d’escroquerie a échappé à la justice durant deux ans en se faisant passer pour tétraplégique. Une supercherie finalement découverte grâce notamment à des caméras de vidéosurveillance

Escroc jusqu’au bout. Confondu pour escroquerie aux dépens de l’un de ses voisins, Alan Knight, un Gallois de 47 ans, échappait à la justice depuis deux ans en faisant croire qu’il était devenu tétraplégique suite à une chute, rapporte la presse britannique. Avec la complicité de son épouse, le quadragénaire avait jusqu’alors évité d’être jugé en prétextant notamment une aggravation de son état. Ce dernier n’avait pas hésité à apparaître intubé et avait même prétendu être tombé dans le coma après son accident : une chute en arrière alors qu’il réparait son garage.

Le quadragénaire est accusé d’avoir escroqué un homme âgé sans famille et de lui avoir soutiré 40.000 livres (environ 50.000 euros). La victime, qui croyait avoir trouvé un voisin attentionné, se voyait en fait dépouiller de ses économies. L’escroc était même allé jusqu’à modifier son testament pour se désigner comme héritier légitime.

Confondu par des images de vidéosurveillance

Démasqué en 2012, au terme de plusieurs années d’escroquerie, la plus longue que l’enquêteur en charge du dossier a eu à traiter, a-t-il commenté, Alan Knight a pris cette fois le parti de tromper la justice en faisant croire qu’il était paralysé au niveau de la nuque.

Aux soupçons des médecins qu’il côtoie à l’hôpital au cours de ses visites périodiques, vont cependant venir s’ajouter les preuves irréfutables de la supercherie d’Alan Knight. L’homme a en effet été récemment filmé à un péage au volant de son véhicule. L’analyse de l’utilisation de sa carte bancaire a en outre permis aux policiers de visionner les enregistrements de vidéosurveillance d’un magasin où il a effectué des courses en famille bel et bien sur ses deux pieds.

http://www.metronews.fr

DOGTV, une chaîne rien que pour les chiens bientôt sur nos petits écrans !


Je ne sais pas si ces émissions seront aussi au Canada mais je trouve cette idée de faire une télévision adaptée pour les chiens un peu dérisoire. En fait, je ne comprends pas comment la télévision pourrait aider les chiens à être zen, actif et social, alors que rien ne vaut l’activité extérieure pour l’animal.
Nuage

DOGTV, une chaîne rien que pour les chiens bientôt sur nos petits écrans !

Par Sophie Le Roux Crédits photo : Lettuce. – Flickr

Voilà un moment déjà que les chiens américains ont leur chaîne de télévision à eux et rien qu’à eux. Il s’agit de DOGTV, lancée en 2012 aux Etats-Unis puis au Japon, en Corée du Sud et en Israël.

Et voilà que cette chaîne « développée par des scientifiques, approuvée par les toutous ! » s’apprête à débarquer dans nos contrées.

Détendre et stimuler les chiens

C’est d’abord en Allemagne que DOGTV est attendue. Puis elle devrait être lancée partout en Europe, et donc en France dans quelques mois.

« Mais une chaîne de télé pour les chiens, ça sert à quoi ? » vous demandez-vous certainement !

Elaborée avec des experts animaliers, DOGTV a pour mission de détendre nos toutous, les stimuler, mais aussi contribuer à leur sociabilisation. Trois types de programmes sont en effet proposés : des vidéos relaxantes, des images de chiens batifolant joyeusement, et des scènes de la vie quotidienne.

« Grâce à des années de recherche avec certains des meilleurs experts mondiaux des animaux de compagnie, un contenu spécial a été créé pour répondre aux attributs spécifiques des chiens en terme de vision et d’audition et prend en charge leur comportement naturel » lit-on sur le site de la chaîne.

Et ça marche ! C’est du moins ce qu’on affirme du côté de DOGTV.

« Nous recevons des retours constants de la part des gens sur ce que les chiens regardent, quand ils le regardent et pour combien de temps » explique au Hollywood Reporter Yoav Ze’evi, le responsable du développement de la chaîne à l’international.

Et de souligner : « L’Europe est un lieu naturel pour l’expansion. Dans la plupart des pays entre 30% et 50% des foyers ont un chien. Il s’agit d’un canal de niche, mais c’est une assez grosse niche »

Si DOGTV est une chaîne dédiée aux chiens et non aux humains, un nouveau programme plus axé sur les maîtres devrait bientôt être lancé : il sera réalisé avec les nombreuses vidéos de toutous que reçoit chaque jour la chaîne. Une émission sur la nutrition est également dans les tuyaux.

http://wamiz.com

Attaquée par un requin, la jeune surfeuse Kirra-Belle Olsson prend la défense de l’animal


Elle n’a que 13 ans et elle a très bien compris que le requin ne suivait que,son instinct, et ce, dans son environnement. Elle aurait pu y rester, mais elle a vaincu pour être en mesure de revenir sur la terre ferme. Je trouve très honorable de sa part de ne pas avoir de rancœur envers les dents de la mer … Elle doit être une très bonne personne
Nuage

 

Attaquée par un requin, la jeune surfeuse Kirra-Belle Olsson prend la défense de l’animal

 

La sagesse n’attend pas le nombre d’années. C’est ce qu’on peut penser en découvrant la réaction de Kirra-Belle Olsson, surfeuse australienne de 13 ans, après une attaque de requin.

Kirra-Belle Olsson a été attaquée par un requin vendredi 17 septembre alors qu’elle surfait à Avoca Beach, une plage de Nouvelle-Galles du Sud, bien connue des amateurs de vagues en Australie. L’animal l’a mordue au mollet et au pied, mais Kirra-Belle ne lui en tient pas rigueur.

« J’ai pris la vague et j’ai senti quelque chose attraper mon pied à deux reprises, j’ai pensé que c’était un ami qui essayait de me faire peur », a déclaré la jeune surfeuse à ABC News. « La troisième fois, le requin a tourné autour de moi et a essayé de me tirer vers le fond. »

La jeune fille s’est alors mise à crier avant de rapidement regagner la cote, choquée et prise de fous rires nerveux.

Kirra-Belle a eu une belle frayeur ce jour-là, mais elle a insisté sur un point: ce n’est pas la faute du requin. La jeune surfeuse a expliqué à la presse qu’elle avait « pris la vague du requin », un affront dans le monde du surf où il est très mal vu de griller la priorité. Pour elle et son père qui l’a accompagnée à l’hôpital, l’animal a pris son pied pour un poisson.

Kirra-Belle a publié plusieurs photos de ses blessures sur son compte Facebook peu de temps après l’attaque. Dans cet album sobrement intitulé « J’ai été attaqué par un requin », l’une des images montre une profonde lacération au niveau du mollet. Face aux commentaires inquiets de ses amis, la jeune australienne a publié un commentaire prenant la défense de son agresseur:

« Les requins sont des créatures formidables lorsque je plonge avec eux et ils n’attaquent pas à moins de vous prendre pour un poisson. Je ne suis pas une personne négative alors, si vous publiez des commentaires négatifs, je vous demande de bien vouloir arrêter. »

« C’est leur environnement, ils continuent seulement à faire ce qu’ils font tous les jours, a également déclaré Kirra-Belle au Daily Telegraph. Ca n’est pas comme s’ils se disaient « tiens voici un humain, je vais le dévorer. »

Kirra-belle Olsson sur Facebook

http://quebec.huffingtonpost.ca

Une mère crée la polémique en disant préférer son chien à son propre fils


Que des gens préfèrent des animaux que ses propres semblables, je peux à la rigueur comprendre ce choix, mais que des parents préfèrent un animal plus que leurs propres enfants, et je sais qu’il y en a plus que l’on pense, cela je ne comprends pas. Je pense que cette journaliste a un besoin de reconnaissance qu’elle ne semble pas trouver chez son fils. Je suppose, qu’elle n’est pas attentive a certains moments qu’elle pourrait vivre avec son fils. Elle semble focaliser plus sur ce qu’il fait de mal. J’aime beaucoup mon chat, mais si je devais faire un choix entre mes enfants et petits-enfants, ce sera eux plutôt que ma vieille Fripouille Me semble qu’à la place de l’enfant, j’aurais ressenti un rejet de ma mère
Nuage

Une mère crée la polémique en disant préférer son chien à son propre fils

 

 

Une mère crée la polémique en disant préférer son chien à son propre fils

 

Publié par Laure Gautherin

Le billet de Kelly Rose Bradford publié sur le Daily Mail n’est pas passé inaperçu outre-Manche. Et pour cause, la jeune femme admet, sans aucun remord, qu’elle aime parfois sa petite chienne Mathilda plus que son fils William.

Lorsque Kelly Rose la regarde et plonge ses yeux dans les siens, elle ressent alors un amour incommensurable la submerger, exactement comme celui dont une mère est envahie en voyant sa fille. Sauf que, comme elle le dit elle-même si bien, Mathilda n’est pas sa fille, même si elle est considérée comme faisant partie de la famille. Non, Mathilda est sa chienne, un West Highland White terrier de 4 ans.

« Je l’aime autant que mon fils de 11 ans, Williams, écrit-elle dans un billet publié sur le site du Daily Mail. En fait, je l’aime parfois plus que lui et je n’ai pas du tout honte de l’admettre. »

Une déclaration qui n’est évidemment pas passée inaperçue après de ses concitoyens qui s’en sont indignés, malgré ses tentatives d’explication.

« Mon fils met du bazar dans la maison. On doit le gronder, lui rappeler de faire ses devoirs et de ranger ses affaires, ou le disputer lorsqu’il répond mal alors que ma chère Mathilda, avec sa nature douce, est toujours obéissante, constante et déborde d’affection, écrit la journaliste bien connue outre-Manche. Tout ce que je fais pour Mathilda provoque de l’amour et de la gratitude. Toutes les gamelles sont englouties avec excitation et beaucoup de frétillements de queue, la moindre évocation qu’une balade donne lieu à de joyeux jappements et à des léchouilles humides. A l’inverse, peu importe le nombre de plats que j’imagine pour William, combien de vêtements je lui ai lavé ou combien de fois je l’ai emmené à la piscine, c’est à peine si j’ai le droit à un « merci ». »

Alors, fils ingrat ou mère indigne ? Les Britanniques ont tranché ! Ils ont été nombreux à vivement réagir à ces propos.

« Je n’aurais pas supporté que ma mère dise une chose pareille », commente une internaute sur Twitter.

« Pour le trophée de la mère de l’année, elle repassera« , écrit un autre.

Certains auraient même été jusqu’à contacter les services sociaux.

Je ne suis pas la seule !

Kelly Rose Bradford, elle, a de nouveau dû se justifier à la télévision. Son article ayant créé une telle polémique, elle s’est retrouvée l’invitée exclusive de l’émission This Morning au cours de laquelle elle a réaffirmé sa position.

 Pour elle, les enfants finissent par bouder leurs parents, contrairement aux animaux. Mais bien plus que la gratitude ou l’affection exprimées, c’est le fait que sa chienne, éternelle enfant, aura toujours besoin d’elle, tandis que William va grandir et devenir autonome, qui la conforte dans cette préférence.

« Un chiot appelle le même amour qu’un nouveau-né, une sorte de fascination doublée d’un besoin de le protéger et le chérir. Avec les enfants, cet amour évolue, devient plus profond, moins obsessionnel. Avec un chien, cela ne change pas car il aura toujours besoin de vous de la même manière », écrivait-elle déjà dans le Daily Mail.

« Je ne suis pas la seule« , a-t-elle clamé.

Il est vrai que si Kelly Rose a décidé de publier ce billet, c’est parce qu’elle venait de lire les résultats d’une étude révélant qu’une image de leur enfant ou une photo de leur chien provoquaient chez les mamans les mêmes émotions. De là à dire qu’elles en préfèrent un à l’autre…

Et tandis que de plus en plus d’Américaines choisissent d’adopter un animal plutôt que d’avoir un enfant, pour diverses raisons, Laverne Atrobus, psychologue également invitée sur le plateau, explique que le chien offre effectivement une relation durable, bien que forcément plus courte que la maternité, mais aussi exempte de complications.

 « Il est parfois plus simple d’avoir ce genre de relation simple. »

Chienne de vie.

http://www.aufeminin.com

L’araignée dans la peau


 

Heureusement, que ce genre de mésaventure n’arrive pas souvent. Faut avouer que même si l’araignée est très petite, son passage chez ce jeune homme est assez spectaculaire
Nuage

 

L’araignée dans la peau

 

Capture d’écran Nine News/Youtube

Ses amis l’ont surnommé «Spi­der-Man». Sauf que Dylan Thomas n’a ni superpouvoirs ni costume bleu et rouge.

En effet, cet Australien de 21 ans aurait «hébergé» pendant trois jours une araignée tropicale dans son corps. Lors de son séjour à Bali (Indonésie), il y a deux semaines, le jeune hom­me s’est réveillé un matin avec une trace rouge remontant depuis son nombril, sur une dizaine de centimètres.

«J’étais comme écorché avec un couteau», a-t-il indiqué au journal NT News.

Inquiet, Dylan s’est rendu le lendemain à l’hôpital. Mais les médecins, pensant à une piqûre d’insecte, lui ont prescrit une crème apaisante. La marque a continué à s’étendre et des cloques douloureuses sont même apparues. Le troisième jour, l’Australien a donc décidé de consulter un dermatologue. Celui-ci lui aurait alors retiré du ventre un arachnide de la taille d’une tête d’allumette.

La bestiole aurait pénétré à l’intérieur de sa victime par une récente cicatrice de l’appendicite. Des tests devraient être réalisés ­rapidement sur l’araignée pour déterminer son origine.

http://actualite.portail.free.fr/

Dans l’Amérique armée, des prénoms d’un drôle de calibre


Donner un prénom à un enfant, est une décision importante, j’aime bien les prénoms rares mais jusqu’à un certain point. Quelle idée de donner un patronyme qui a rapport aux réseaux sociaux ou pire aux armes à feu ? Même si ces patronymes ne sont pas dans les plus populaires, pour bien des Américaines, les armes à feu est presqu’un culte
Nuage

 

Dans l’Amérique armée, des prénoms d’un drôle de calibre

Ils sont loin d'être majoritaires, mais « Colt », « Remington » ou « Ruger » sont de plus en plus donnés aux Etats-Unis. Révélateur d'une époque ?

Ils sont loin d’être majoritaires, mais « Colt », « Remington » ou « Ruger » sont de plus en plus donnés aux Etats-Unis. Révélateur d’une époque ? | JLHOPGOOD/CC BY 2.0

Colt, Remington, Ruger. Ce n’est pas l’inventaire d’une armurerie, mais la liste de trois prénoms qui sont donnés de plus en plus fréquemment aux Etats-Unis.

Laura Wattenberg, créatrice du site BabyNameWizard, tient depuis des années des statistiques et a écrit plusieurs ouvrages sur le sujet. Elle a ainsi constaté, à partir des fichiers officiels de la Social Security, que les noms d’armes à feu avait connu une croissance exponentielle dans les maternités au cours des dernières années. Le nombre de petits Colt a par exemple augmenté de 492 % entre 2002 et 2012. La hausse pour les jeunes Remington a explosé de 360 %. Quant aux Ruger, le premier fabricant d’armes aux Etats-Unis, le chiffre atteint les 513 %, leader oblige.

Pour être tout à fait honnête, ces prénoms, malgré cette hausse vertigineuse, restent donnés dans de très faibles proportions. On ne compte qu’un petit millier de Colt, 666 Remington et 118 Ruger. Autant dire une goutte d’eau (ou de sang) par rapport aux quatre millions de naissances qui ont lieu chaque année aux Etats-Unis. Pas franchement de quoi venir troubler la hiérarchie des prénoms les plus donnés, qui étaient en 2012, toujours selon les statistiques de la Social Security, Emma et Sophia pour les filles, et Mason, William ou Liam pour les garçons.

PETITS FACEBOOK ET RETWEETS

Le phénomène a tout de même interpellé Laura Wattenberg, qui, depuis qu’elle a commencé son recensement, en a vu pourtant passer des vertes et des pas mûres en matière de prénom. Dernièrement, des petits Facebook ou Retweets ont été ainsi enregistrés. Toutefois, les réseaux sociaux ont moins de succès que les armes en matière de prénom.

Mais dans un pays où toutes les dix-sept minutes une personne est tuée par arme à feu et qui, en 2013, a connu 236 tueries de plus de quatre victimes, donner à son enfant le nom d’un revolver ou d’une carabine ne peut être tout à fait anodin. Laura Wattenberg compare les prénoms à des « fossiles », qui peuvent en dire long sur une époque :

« Quand on regarde en arrière, dit-elle, on peut avoir une idée de quoi les gens parlaient, de leurs obsessions comme de leurs rêves. »

FAIBLE SUCCÈS POUR KALACHNIKOV

Dans ces conditions, quelle signification donner au fait que Gunner (« artilleur ») soit passé de la 739e place des patronymes les plus courants en 1999 à la 293e ? Ce prénom est même devenu plus populaire que le plus traditionnel Gunnar, à la consonance pourtant très proche. Remington, qui est à la fois, paraît-il, féminin et masculin, s’est, lui, hissé du 731e rang il y a dix ans au 421e aujourd’hui. La cote des Gauge (« calibre ») est également en forte augmentation. C’est à se demander ce que certains seraient prêts à faire pour bien armer leur enfant dans la vie. Kalachnikov n’est pas encore répertorié, pas assez made in America, sans doute.

Face à la fantaisie sans limite des parents pour choisir un prénom, l’Etat mexicain de Sonora, voisin des Etats-Unis, a, lui, préféré prendre les devants et dresser une listes de 61 prénoms interdits, parmi lesquels Burger King, Twitter, Hitler, Virgin ou encore Terminator. Colt, Remington et Ruger n’ont visiblement pas encore traversé la frontière. Mais pour combien de temps encore ?

http://www.lemonde.fr

Elle reçoit un texto de "maman"… enterrée depuis 3 ans !


Ceux qui me connaissent savent que je ne crois pas aux revenants, fantômes ou qu’importe comment les gens les appellent, alors une telle histoire, surtout à cette époque de l’année m’a fait sourciller et pourtant, elle n’est que trop plausible Pour cette fois, oui, c’est sûrement un vrai fait vécu
Nuage

 

Elle reçoit un texto de « maman »… enterrée depuis 3 ans !

 

Elle reçoit un texto de "maman"... enterrée depuis 3 ans !

Photo : KATERINA SULOVA/AP/SIPA

INSOLITE – La famille de Lesley Emerson, enterrée avec son téléphone depuis 2011, avait l’habitude de lui envoyer des textos pour faire face à la douleur. Hier, la petite-fille de la défunte a reçu une réponse.

 

« Vous avez un nouveau message. » Quand Sheri Emerson, 22 ans, découvre l’auteur de son dernier texto, son sang ne fait qu’un tour. Il s’agit de sa grand-mère, Lesley, enterrée 3 ans plus tôt.

La famille avait choisi de placer le téléphone de la défunte dans son cercueil, enterré à South Shield en Angleterre. Une manière de rester connectés en envoyant occasionnellement des textos.

Seulement hier, après avoir envoyé quelques mots à sa grand-mère, Sheri reçoit une réponse hantée le lendemain :

« Je veille sur vous. Vous allez y arriver, tout va bien se passer. »

Puis un second message :

 « Je veille sur vous. Tout va s’arranger. Tenez le coup. »

A quelques jours d’Halloween, une réponse d’outre-tombe serait de circonstance.

« Un végétarien inquiétant » au bout du fil

En réalité, l’opérateur a réattribué le numéro à un autre utilisateur, bien que la famille avait explicitement demandé qu’il reste hors-service.

« Je me suis sentie malade quand j’ai lu ça, j’étais choquée et je ne savais pas quoi penser », a expliqué Sheri au Dailymail.

Quand la jeune femme a questionné son mystérieux interlocuteur à propos de son identité, celui-ci s’est alors défini comme « un végétarien inquiétant »… avant de s’excuser pour cette supercherie de mauvais goût.

Espérons pour la famille de Lesley qu’une boîte aux lettres a également été installée dans sa tombe, la technologie n’ayant pas fait ses preuves.

Justine Knapp

http://www.metronews.fr