Gadjet ►Les meilleurs gadgets inutiles… donc indispensables!


A t’on vraiment besoin de ses bidules qui probablement amusera un certains temps mais finira surement dans le fond d’un tiroir et qui viendra s’ajouter a l’accumulation des objets inutiles dans les dépotoires ou dans les centres de récupération
Nuage

 

Les meilleurs gadgets inutiles… donc indispensables!

 

Top - Les meilleurs gadgets inutiles... donc indispensables!

Sphero est la première boule robotisée qui se contrôle à partir de votre téléphone intelligent ou votre tablette.

© Courtoisie

Il y a des gadgets conçus pour nous faciliter la vie, nous aider à garder la forme, nous tenir informer, nous guider sur une route inconnue… Imaginez des gadgets amusants qui viennent combler un besoin qu’on ignorait avoir. Petite liste de gadgets inutiles donc indispensables.


Petite imprimante Little Printer

Configurée depuis votre téléphone intelligent, l’imprimante Little Printer cherche sur le Web le contenu qui vous intéresse, des grilles de sudoku ou les nouvelles du jour, et vous imprime votre mini journal en format facture. L’imprimante n’a pas besoin d’encre puisqu’elle utilise du papier thermique, ne faisant que le noircir légèrement.

Disponible en 2012 via le site du fabricant


Sphero, la boule télécommandée

Top - Les meilleurs gadgets inutiles... donc indispensables!Sphero est la première boule robotisée qui se contrôle à partir de votre téléphone intelligent ou votre tablette. Équipée d’un gyroscope et d’un accéléromètre, Sphero peut se déplacer selon vos souhaits sur une distance de 15 mètres. La boule possède également une caméra pour filmer à partir d’endroits parfois inusités et une DEL RGB intégrée pour la colorer au gré de vos humeurs.

160 $ chez Sphero


Clé USB diffuseur d’huile essentielle

Vous pourrez bénéficier des bienfaits de l’aromathérapie grâce à cette clé USB en forme de fleur. Il suffit de la brancher dans n’importe quel port USB pour qu’elle diffuse sa douce odeur de lavande, de camomille ou de jasmin et transforme votre environnement de travail en un endroit paisible et relaxant.

10 $ chez USB Scent Flower


Puppy Tweets


Le gadget parfait pour les propriétaires de chien qui sont accros aux réseaux sociaux. Grâce à Puppy Tweets, votre animal de compagnie pourra désormais écrire ses états d’âme sur Twitter. Tous les faits et gestes de votre chien sont captés par le médaillon suspendu à son collier Puppy Tweets et ensuite retransmis sur son compte Twitter (que vous aurez préalablement créé pour lui). Plus de 500 phrases en anglais ont été configurées, comme « Reviens vite à la maison », « Je joue parce que je m’ennuie de toi ».

30 $ sur Puppy Tweets


T-shirt détecteur de réseaux Wi-Fi


Ce chandail 100 % coton est la façon la plus rapide de détecter les réseaux Wi-Fi autour de vous! Non seulement il repère les réseaux Wi-Fi avoisinants, mais affiche l’intensité du signal. Un chandail pratique pour vous…et ceux qui vous regardent.

19,99 $ USD sur ThinkGeek

http://fr.canoe.ca

Il y a 50 ans, on buvait un Coca par trimestre


Quand j’étais petite on avait un commerce, une salle de quille qui appartenait a ma mère, on vendait aussi des boissons gazeuses a 11 cent, des croustilles a 5 cent ou 10 cent, les pop cicle a 5 cent etc .. Même si on en vendait, on n’avait le droit le dimanche a prendre quelque chose après le diner Ca bien changer, maintenant le soda remplace le lait, les aliments tout préparer haut en calories et lipides font office de repas .. Enfin, pas pour tout le monde, heureusement
Nuage

 
États-Unis → «Il y a 50 ans, on buvait un Coca par trimestre»

 

États-Unis - «Il y a 50 ans, on buvait un Coca par trimestre»

© Shutterstock

«Il y a 50 ans, on buvait un Coca-Cola par trimestre, aujourd’hui c’est tous les jours et dans des proportions énormes», déclare à l’AFP la nutritionniste Barbara Moore, directrice de Shape Up America («Remettre l’Amérique en forme»), à l’occasion d’une conférence sur l’obésité.

 

Par Fabienne Faur

Q: Comment s’explique la spectaculaire progression de l’obésité aux USA en 30 ans?

R: «Les raisons sont multiples. Par exemple, partout, mais particulièrement en Amérique, l’industrie alimentaire conçoit des produits qui forment une combinaison de graisse, de sucre et de sel, pour qu’ils aient plus de goût.

Quand le fabricant de chips Fritos, il y a 30 ans, a lancé le slogan

 "On parie que vous ne pouvez pas n’en manger qu’un",

tout était dit. Et le message se vérifiait dans les faits. Les gens qui en mangeaient un ou deux en voulaient encore davantage. Aujourd’hui, allez au rayon céréales, il y en a au goût chocolat, au goût de biscuits, etc. Ce sont des gâteaux, presque des bonbons, à haute teneur en sucre et en graisse, faits pour attirer les enfants qui en réclament toujours plus.

L’industrie des sodas s’est développée depuis 20 ou 30 ans, l’obésité aussi. Coca-Cola et Pepsi-Cola ont un succès énorme.

Personnellement, j’ai plus de 60 ans et quand j’étais enfant, je buvais un Coca une fois par trimestre. La bouteille contenait alors 100 ml. Aujourd’hui, non seulement les enfants et les adultes en boivent tous les jours, mais ce n’est plus 100 ml, c’est 400 ml, 600 ml, voire même un litre au restaurant. Ces quantités énormes renferment un surplus de calories, sans aucun intérêt nutritionnel.»

Q: Les comportements des Américains sont-ils aussi en cause?

R: «En Amérique, la nourriture est accessible et peu chère, grâce aux subventions accordées à l’agriculture, notamment aux secteurs du maïs et du sucre. Même les familles les moins fortunées emmènent leurs enfants au fast-food plusieurs fois par semaine. Plus de la moitié d’un dollar consacré à la nourriture aux États-Unis sert à acheter un repas préparé à l’extérieur.

Il y a plusieurs décennies, on allait au restaurant peut-être une fois tous les trois ou quatre mois. Aujourd’hui, certains enfants mangent dehors tous les jours. Et quand les Américains ne mangent pas dehors, ils se font souvent livrer. En définitive, ils n’apprennent pas à cuisiner, ils n’ont pas le temps, ne veulent pas, car c’est facile de ne pas apprendre. Vous n’avez pas de vaisselle à faire, vous ne salissez pas de casseroles.»

Q: Que faire pour changer la donne?

R: «Le problème est que les obèses ont tendance à avoir des enfants obèses, ce qui perpétue la situation. La nation entière doit changer son attitude face à l’alimentation, et pour cela privilégier la qualité à la quantité

http://fr.canoe.ca

Le plus petit mammouth jamais identifié a vécu en Crète


Ce bébé mammouth a captivé autant les savants que les propane a la vue de ce corps qui aussi bien conserver .. D’ailleurs, il y avait eu un excellent reportage a la télévision lors des premiers examens de ce petit spécimen  Un pincement au coeur quand même que sa vie a été bien courte
Nuage

 

Le plus petit mammouth jamais identifié a vécu en Crète

 

AFP/Archives

Le plus petit mammouth jamais identifié vivait en Crète voici des centaines de milliers d’années et mesurait seulement 1,13 m au garrot, pour un poids d’environ 310 kg, indique une étude publiée mercredi.

"Si vous deviez le reconstituer, je vous dirais de le faire un peu comme un bébé éléphant, mais plus trapu, avec des membres plus épais, et à l’âge adulte il aurait des défenses recourbées", a expliqué à l’AFP Victoria Herridge, paléontologue au Muséum d’Histoire naturelle de Londres et auteur de l’étude.

"L’image la plus proche serait celle d’un bébé éléphant d’Asie, mais avec des défenses", résume-t-elle, jugeant que l’animal, disparu depuis longtemps, était "probablement assez mignon".

Le "nanisme insulaire" est un phénomène bien connu des biologistes. Sans doute pour résister à la pression d’un environnement restreint, de ressources limitées et à une prédation accrue, les espèces de grands mammifères confinées sur des îles ont tendance au cours de leur évolution à développer une taille réduite. A l’inverse, les petits mammifères tendent à augmenter leur taille au fil du temps.

Des exemples d’éléphants préhistoriques (Paleoloxodon) nains sont ainsi bien connus sur des îles de Méditerranée, comme la Sicile ou Malte.

Un fossile trouvé en 1907 par des scientifiques britanniques dans le nord de la Crète avait lui aussi été longtemps attribué à la famille des éléphants.

Pour tenter de dissiper une polémique en cours sur la généalogie compliquée de ce pygmée crétois, Mme Herridge et ses collègues ont procédé à une comparaison anatomique de dents et d’ossements du mini-mastodonte avec ceux d’autres éléphants et mammouths nains déjà connus.

Selon eux, le spécimen crétois est bel et bien un mammouth, qui doit donc répondre au nom savant de Mammuthus creticus.

Sa taille réduite, 1,13 m au garrot, en font "le plus petit mammouth à avoir jamais évolué", assurent les chercheurs dans leur étude, publiée par la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.

© 2012 AFP

http://actualites.ca.msn.com/

Un lecteur peut se comporter comme un personnage


Êtes-vous capable de rentré dans un livre au point de dans votre tête de vous identifier pendant un certains temps a un personnages ? Semble t’il qu’en employant la narration JE, cela serait plus efficace, pour ma part, je n’aime pas vraiment ce genre de narration j’aime mieux le il ou elle
Nuage

 

 

Un lecteur peut se comporter comme un personnage

 

 

COLUMBUS, États-Unis – La lecture a de nombreux bienfaits, notamment au chapitre de l’acquisition des connaissances, de l’apprentissage de la langue ou encore de la simple détente, mais des chercheurs ont découvert qu’elle pouvait aussi avoir une influence positive sur le comportement.

Des chercheurs de l’Université Ohio State, à Columbus, ont découvert que les lecteurs qui se perdent littéralement dans le monde d’un personnage fictif peuvent aller jusqu’à changer leur propre comportement et leur façon de penser pour s’approcher du personnage en question.

La recherche se penchait sur les implications pour des lecteurs de vivre les émotions, les pensées, les croyances et les réactions d’un personnage comme si elles étaient les leurs, un phénomène que les chercheurs ont surnommé la «prise d’expérience» (experience-taking).

Ils ont découvert que la prise d’expérience pouvait mener à des changements réels, bien que parfois temporaires, dans la vie des lecteurs.

Dans une expérience, par exemple, les personnes qui s’identifiaient fortement à un personnage ayant dû surmonter plusieurs obstacles pour aller voter étaient beaucoup plus susceptibles d’aller voter dans une élection réelle plusieurs jours plus tard.

Une autre expérience a démontré que les personnes qui avaient réalisé une prise d’expérience alors qu’elles lisaient une histoire impliquant un personnage d’une ethnie ou d’une orientation sexuelle différente démontraient ensuite une attitude plus favorable face à l’autre groupe et étaient moins suceptibles de les stéréotyper.

La prise d’expérience n’est cependant pas garantie. Elle ne peut survenir que lorsque le lecteur ou la lectrice est capable de s’oublier en lisant. Par exemple, la plupart des sujets étaient incapables d’y arriver s’ils lisaient dans un cubicule avec un miroir.

D’autres phénomènes ont également été constatés; ainsi, la version d’une même histoire écrite à la première personne du singulier (utilisant la narration au «je») et impliquant un personnage issu du même milieu que le lecteur avaient beaucoup plus d’impact que celles écrites à la troisième personne du singulier (narration avec il/elle) ou mettant en scène un personnage provenant d’un milieu différent.

Une autre expérience a démontré que, dans le cas d’un personne d’origine ethnique ou d’orientation sexuelle différente de celle du lecteur, la prise d’expérience était beaucoup plus élevée lorsque la différence du personnage était révélée tard dans l’histoire. En d’autres termes, il était plus difficle de s’identifier à un personnage différent de soi lorsqu’on savait dès le départ que cette différence existait.

Les travaux du groupe de chercheurs sont publiés dans le Journal of Personality and Social Psychology.

http://actualites.ca.msn.com

Et si Jack l’Éventreur était une femme ?


Un crime connu dans tout l’Occident et probablement plus loin encore qu’est Jack L’Éventreur qui a inspiré nombres de films d’horreur mais, qui n’a jamais été résolu. Encore aujourd’hui, on tente avec ce qui reste des preuves, des documents relatant l’affaire, on fait d’autres spéculations qui sont possible .. Une femme, une tueuses en séries sont certes rare mais cela existe
Nuage

 

Et si Jack l’Éventreur était une femme ?

 

Une reproduction des journaux de l'époque.
Une reproduction des journaux de l’époque. Crédits photo : AKIRA SUEMORI/ASSOCIATED PRESS

 

Un avocat estime que le célèbre tueur britannique du XIXe siècle était l’épouse d’un chirurgien, qui figure lui-même parmi la liste potentielle des suspects. Une théorie accueillie avec beaucoup de scepticisme.

124 ans après les meurtres de cinq prostituées londoniennes, le mythe de Jack l’Éventreur engendre toujours son lot de théories. Dernière en date, celle d’un avocat à la retraite John Morris qui affirme que le tueur en série était une femme: Lizzie Williams. Cette Galloise était mariée au chirurgien John Williams, considéré comme un suspect potentiel par certains spécialistes de Jack l’Éventreur (surnommés Ripperologystes). Lizzie Williams, 38 ans au moment des crimes, aurait visé ses cinq victimes par frustration et vengeance car elle ne pouvait avoir d’enfants, avance John Morris.

Cinq victimes avérées, toutes des filles de joie, sont attribuées à Jack l’Éventreur qui a sévi entre le 31 août et le 9 novembre 1888 dans l’Est londonien avant de disparaître. Dans son livre Jack the Ripper the hand of a woman, John Morris rappelle que le tueur a enlevé l’utérus de trois de ses victimes. Un acte qui suppose une certaine connaissance de l’anatomie que Lizzie Williams aurait pu gagner auprès de son mari. Pour appuyer sa théorie, John Morris a épluché des centaines de documents d’époque: procès-verbaux, rapports d’autopsie…

L’avocat souligne qu’aucune des victimes n’a été agressée sexuellement. Les effets personnels d’une des filles ont été déposés autour d’elle «d’une manière typiquement féminine». Trois boutons appartenant à une bottine ont été découverts maculés de sang près d’une autre victime. Les restes brûlés d’une cape, jupe et chapeau ont été retrouvés dans la cheminée de la dernière victime, Mary Kelly. Or, des témoins ont déclaré lors de l’enquête n’avoir jamais vu la jeune femme de 25 ans les porter.

Dépression nerveuse après l’arrêt des meurtres

 

Ancien avocat, John Morris, 62 ans, a nommé d'origine galloise Lizzie Williams (ci-dessus) que le monstre de Whitechapel - et affirme qu'elle a tué ses victimes parce qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfants

Lizzie Williams.

John Morris voit aussi dans l’arrêt des assassinats après le meurtre de Mary Kelly un élément à charge supplémentaire contre Lizzie Williams. Des spéculations très contestées font état d’une liaison entre John Williams et Mary Kelly. Lizzie Williams aurait arrêté sa folie meurtrière après avoir éliminé sa rivale, défend John Morris. Peu après la fin des meurtres, la Galloise a souffert d’une dépression nerveuse, remarque John Morris. Morte en 1912, elle n’a jamais été interrogée par la police.

La parution de Jack the Ripper the hand of a woman en mars dernier a été discrète, mais l’essai a trouvé un nouvel écho dans la presse anglophone, mardi, suite à la parution d’un article dans le Birmingham Times. En revanche, l’accueil des historiens a été beaucoup plus frais, à en croire John Morris.

«Ma théorie va à l’encontre de croyances très anciennes. Parce que tout le monde est convaincu que Jack était un homme, toutes les preuves allant dans le sens d’une tueuse en série ont été ignorées», déplore-t-il.

Ceci dit, John Morris n’est pas le premier à avoir émis l’hypothèse d’une criminelle. Le détective en charge de l’affaire en 1888 ne l’excluait pas.

Dans les années 1930 était évoquée la piste d’une sage-femme pratiquant des avortements clandestins.

En 2006, des prélèvements ADN sur les lettres qu’aurait écrites Jack l’Éventreur suggéraient que le rédacteur de ces missives était plutôt une femme.

Sur la longue liste de suspects ayant retenu l’attention de la police londonienne est apparu un seul nom féminin, Mary Pearcey, exécutée en 1890 pour avoir égorgé la maîtresse de son mari.

Faute d’avoir mis la main sur le meurtrier, au fil des décennies, romanciers et criminologues ont incriminé plus d’une quarantaine de personnes dont le peintre impressionniste Walter Sickert, un intendant des pompes funèbres, un petit-fils de la reine Victoria, un marin allemand exécuté aux États-Unis en 1894…

http://www.lefigaro.fr

Windsor, Ontario Accoucher au Tim Hortons


Accoucher dans un restaurant du genre Tim Hortons est en effet assez rare, et personnellement je n’aurais vraiment pas aimer accoucher dans un endroit comme une toilette public grandement utilisé Mais, bon ce qui compte c’est que la petite fille et sa maman se porte bien
Nuage

 

Windsor, Ontario : Accoucher au Tim Hortons

 

Accoucher au Tim Hortons

Crédit photo : Agence QMI

Une femme a donné naissance à une fille dans les toilettes d’un Tim Hortons, mardi matin, à Windsor, en Ontario.

Shireen Anderson s’était rendue à l’établissement de restauration rapide pour utiliser la salle de toilette lorsque le travail d’accouchement a soudainement commencé, une semaine avant la date prévue de l’arrivée de la cigogne.

(photo: Agence QMI)

Les employés du Tim Hortons ont accouru à son aide et l’ont aidé à accoucher tout en gardant la communication avec un intervenant du service d’urgence 911.


La petite Azauria est née vers 11h15. La mère et l’enfant ont été transportés par ambulance à l’hôpital. La paire se porte bien.

«Les employés du Tim Hortons ont très bien réagi. Ils ont accompli un bon travail d’équipe», a indiqué Dennis McFarlan, chef de district des services ambulanciers.

(photo: Agence QMI) La petite Azauria Lorraine Anderson pesait 7 lbs et 14 onces et était en parfaite santé lorsqu’elle a vue le jour.

Jem Olajide, 27 ans, qui était postée au service de commandes à l’auto au moment des événements, disons-le, inhabituels, a précisé que tout le monde est demeuré calme.

«Nous voulions nous assurer que tout le monde soit confortable. Tout s’est passé très rapidement. Ce fut une expérience assez incroyable», a-t-elle relaté.

http://tvanouvelles.ca/