Le progrès


Alors que nous sommes très avancé dans tous les domaines que ce soit la science, la médecine, la technologie … il reste des enfants qui eux vivent des cauchemars a la merci de la faim, des prédateurs (humain) du manque d’amour
Nuage

 

Le progrès

 

 

P1010091

 

Le mot progrès n’aura aucun sens tant qu’il y aura des enfants malheureux.

Albert Einstein

L’heureux malheur


Beaucoup de gens après une vie d’épreuves sont soit des meilleurs personnes ou au contraire des gens renfermer et rancunier … tout comme l’entourage ceux qui sont rester contre vent et marée et d’autres sont partie voir ailleurs.
Nuage

 

L’heureux malheur

 


 

Certains, qui ont beaucoup souffert, ont acquis une telle sagesse, une telle humanité, à travers la souffrance, ils sont en somme devenus des personnes à ce point meilleures que force est de conclure à ce paradoxe: leur mauvaise expérience fut une bonne chose.

La même conclusion s’impose, si étonnante soit-elle, en ce qui concerne les amis, les proches, les amoureux ou les époux dont la relation s’est grandement améliorée à la suite d’une pénible épreuve. Celle-ci les a incités à s’épauler et a resserré leurs liens d’autant.

Enfin, n’était le risque que le malheur anéantisse ou désunisse les êtres au lieu du contraire, on aurait raison de leur en souhaiter au moins un, au cours de leur vie. Car alors on serait sûr qu’il préparerait leur bonheur.

Laurent Grenier

Le saviez-vous ► Dangereuses, les saucisses ?


Si nous savions tout ce qu’il y a dans les aliments transformées peut-être qu’on y penserait deux fois avant d’y mordre a belle dent ..  Peut-être que c’est une assez bonne raison pour changer un peu nos habitudes alimentaires, car il semble que les aliments transformés, c’est de nous faire manger n’importe quoi
Nuage

 

Dangereuses, les saucisses ?

 

Les Nord-Américains consomment des millards de hot-dogs chaque année, mais que contiennent leurs saucisses?

 

Sur  l’étiquette, on trouve généralement la viande comme ingrédients principal

En 2009, une étude publiée dans Annals of Diagnostic Pathology a évalué la teneur réelle en viande de plusieurs marques de saucisses à hot dog,

Avec la microscopie optique électronique, on a déterminé que les saucisses étaient en moyenne, composées d’eau à 57 % et de viande à seulement 5,7%. D’autres tissus ont été trouvés, y compris des os, du collagène, des vaisseaux sanguins, des nerfs périphéries, du tissus adipeux, du cartilage et de la peau. Notons que les saucisses augmentent les risques de plusieurs cancers.

Une étude canadienne publiée en 2008  dans Nutrition And Cancer a examiné le lien entre la consommation de viande et le cancer. Cette étude a conclu que la viande et la viande transformées (comme la saucisse a hot dog) étaient directement liées à l’augmentation du risque de plusieurs cancers, notamment ceux de l’estomac, du côlon, du pancréas, du sein et de la prostate.

Les saucisses végétariennes, qui sont désormais en vente partout, sont une bonne  solution pour rendre votre hot dog un peu plus santé

La Semaine/Santé Prévenir/Anne-Marie Roy Nutritionniste/Février 2012

Apprendre avant de dormir favorise la mémorisation


Ce n’est pas nouveau, c’est une étude qui viens d’affirmer d’autres faites sur la mémorisation. D’ailleurs, c’est ma méthode d’apprentissage, après une lecture qui n’a aucun rapport, je révise ce que je veux apprendre, je ferme la lumière, et je récite ce que je viens de réviser puis je dors …
Nuage

 

Apprendre avant de dormir favorise la mémorisation

 

© Shutterstock

Agence QMI

 

SOUTH BEND, Indiana – Apprendre de nouvelles informations avant d’aller dormir favorise le processus de mémorisation, selon une récente étude réalisée par des chercheurs de l’Université Notre-Dame du Lac, situé dans l’État de l’Indiana.

Cette recherche démontre que le sommeil contribue à consolider la mémorisation et à faciliter l’apprentissage. Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont testé la mémoire de 207 élèves qui dorment au moins six heures par nuit. Les participants à la recherche ont dû apprendre des paires de mots, à 9 h et 21 h. Leur mémoire a ensuite été évaluée 30 minutes, 12 heures et 24 heures plus tard.

Lorsque la mémoire est testée 12 heures après l’apprentissage, les résultats s’avèrent meilleurs lorsque les participants ont eu une nuit de sommeil plutôt qu’une journée de veille.

Quand le test est effectué 24 heures après, la mémorisation s’avère meilleure lorsque la période de sommeil est survenue peu de temps après l’apprentissage.

Selon la psychologue Jessica Payne, auteure principale de l’étude,

«le cerveau se consoliderait durant le sommeil».

Dormir peu de temps après avoir appris de nouvelles informations pourrait en effet permettre de «stabiliser» les souvenirs, diminuant l’impact négatif de la période d’éveil sur la mémorisation.

Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue scientifique «PLoS ONE».

http://sante.canoe.ca

L’ours polaire, une espèce plus vieille que prévu


Il y a t’il un espoir pour l’ours polaire malgré les changements climatiques si on suit son histoire il se peut que oui, mais encore faut t’il que la pollution et la chasse ne soient pas des obstacles insurmontable a franchir ..
Nuage

 

L’ours polaire, une espèce plus vieille que prévu

 

PHOTO: REUTERS

 

Mathieu Perreault
La Presse

L’ours polaire est beaucoup plus vieux que prévu. L’espèce s’est séparée de l’ours brun il y a 600 000 ans et non 100 000 ans. Cela signifie qu’il est mieux équipé pour s’adapter aux changements climatiques, parce qu’il en a connu davantage.

Mais les mâles polaires ont continué à s’accoupler avec des ourses brunes pendant des centaines de milliers d’années, jusqu’à il y a 100 000 ans. Les ourses les choisissaient parce qu’ils étaient plus grands que les ours bruns.

«Les techniques génétiques ont progressé», explique l’auteur principal, Frank Hailer, de l’Université de Francfort, qui a travaillé sur des ours suédois. Il publie ses résultats dans la revue Science. «Jusqu’à maintenant, on avait réussi à n’analyser que l’ADN hérité de la mère. Comme les ours polaires mâles ont continué de s’accoupler avec des ourses brunes et à faire des enfants fertiles, on a pensé que les deux espèces s’étaient séparées il y a 100 000 ans. Mais quand on regarde le génome au complet, la séparation est beaucoup plus ancienne.»

Ce nouvel arbre généalogique signifie que l’ours polaire a vécu jusqu’à une dizaine d’ères interglaciaires, dont certaines ont vu l’Arctique complètement dépourvu de glace, comme on le prédit pour les étés de la fin du XXIe siècle.

«On peut donc penser que l’ours polaire est plus résistant aux changements climatiques que prévu, dit le biologiste Frank Hailer. Mais je ne suis pas optimiste. Dans les dernières ères interglaciaires, il n’y avait pas la pression de la chasse et des activités humaines, ni la pollution.»

M. Hailer veut maintenant observer comment l’ours polaire a pu s’adapter à autant de changements climatiques.

«Il faudra notamment voir si l’accouplement avec les ourses brunes a pu augmenter les perspectives de survie de l’ours polaire.»

http://www.cyberpresse.ca

Starbucks n’utilisera plus de colorant à base d’insectes


Je ne suis pas végétalienne mais j’approuve ce changement … J’avais appris que plusieurs aliments comme certains bonbons était colorer avec ces cochenille dans une série télévisée … de quoi qu’on peut apprendre presque tout partout
Nuage

 

Starbucks n’utilisera plus de colorant à base d’insectes

 

PHOTO: AP

Associated Press
New York

L’entreprise américaine Starbucks a annoncé, jeudi, qu’elle renonçait à utiliser dans ses boissons un colorant alimentaire rouge fabriqué à partir d’insectes broyés, pour ne pas déplaire aux végétaliens.

L’entreprise américaine Starbucks a annoncé, jeudi, qu’elle renonçait à utiliser dans ses boissons un colorant alimentaire rouge fabriqué à partir d’insectes broyés, pour ne pas déplaire aux végétaliens. La chaîne basée à Seattle a expliqué dans un message mis en ligne dans la section blogue de son site internet qu’elle avait pris cette décision après avoir reçu des plaintes de certains consommateurs et effectué une évaluation rigoureuse.

La compagnie a précisé qu’elle remplacerait l’extrait de cochenille, fait du jus de minuscules coléoptères, par le lycopène, un pigment à base de tomate.

L’extrait de cochenille est fréquemment utilisé dans la fabrication de produits alimentaires et cosmétiques comme le yogourt, le rouge à lèvres et le shampoing. Starbucks l’employait pour colorer ses boissons à la fraise ainsi que certaines de ses pâtisseries.

Selon l’entreprise, la transition sera complétée d’ici la fin du mois de juin.

Une pétition mise en ligne sur le site change.org demandant à la chaîne d’arrêter d’utiliser le colorant de cochenille a recueilli plus de 6000 signatures. Elle avait été lancée par une femme de la Caroline du Sud qui voulait informer le public que les boissons aux fraises de Starbucks n’étaient pas végétaliennes.

http://www.cyberpresse.ca

Éloge du ménage


Je sens un vent de protestation … mais c’est le temps de penser au grand ménage … mur, garde-robe, tiroir etc pour laisser rentrer la belle saison et en profiter .. Mais c’est harassant le ménage a moins d’aimer cela .. et pourtant il y a plusieurs aspects positif a faire le ménage ..
Nuage

 

Éloge du ménage

 

ILLUSTRATION RACHEL HOTTE, LA PRESSE

 

Sophie Allard
La Presse

Qui n’a pas dans son entourage une maniaque du balai, une accro du plumeau ou une consommatrice compulsive de détergents ? Elles pulvérisent le moindre amas de poussières et chassent avec entrain les taches tenaces. Pour elles, le ménage du printemps, c’est comme Noël pour les enfants. Elles n’ont peut-être pas tort… Après tout, le ménage peut être bénéfique pour votre tête, votre corps et même votre vie sexuelle !

«Une maison propre, aérée et bien rangée, c’est assurément sain pour l’esprit. Ça donne une impression d’équilibre et ça crée une sensation de bien-être et de mieux-être», indique la psychologue Germaine Beaulieu.

«Souvent, les gens m’appellent parce qu’ils n’en peuvent plus de vivre dans une maison embourbée, désordonnée. Ça les empêche d’être heureux», indique Sarah Barrette, membre de l’Association des organisateurs professionnels du Canada.

Elle aide notamment ses clients à mieux organiser leur maison.

«Les gens veulent se sentir bien chez eux, dans leur cocon. Quand on élague, on fait de la place pour la circulation d’idées nouvelles.»

L’action même de faire du ménage est bénéfique pour la santé psychologique, semble-t-il. Selon un sondage britannique, 60% des femmes préfèreraient le ménage au sexe en raison de son «effet thérapeutique» ! Des chercheurs anglais ont établi que 20 minutes de ménage par semaine contribuent à réduire de 20% les risques de souffrir de stress et d’anxiété. Ces risques seraient réduits de 33% grâce à la pratique régulière du sport.

 «En période d’examens, j’ai vu des étudiants très stressés qui, au lieu d’étudier, faisaient le ménage de leur placard. Ça les aidait à faire baisser la pression et à mettre de l’ordre dans leurs idées», dit Germaine Beaulieu. Faire le ménage aiderait même à éloigner la dépression.

C’est d’ailleurs ce que pense Kelly Lambert, neurobiologiste et psychologue au Randolph-Macon College, à Ashland, en Virgine. Selon elle, faire des tâches manuelles qui exigent un minimum d’effort stimulerait notre circuit de la récompense, ce qui déclencherait la production d’endorphines (hormones liées au bonheur).

«Nous mangeons des plats tout préparés. Nous lavons à la machine des vêtements achetés en prêt-à-porter. Ce confort contribuerait à augmenter le nombre de dépressions en privant notre cerveau des satisfactions associées à la réalisation des tâches manuelles, a-t-elle déjà écrit dans le magazine Cerveau et Psycho. Nous sommes programmés pour éprouver de la satisfaction lorsque nous faisons quelque chose d’utile avec nos mains.» Plus l’effort est intense, plus la satisfaction serait grande.

À l’inverse, le désordre peut avoir un effet néfaste.

«Dans les foyers qui vivent dans un désordre qui leur est imposé avec poussières et saletés, par exemple dans le cas de rénovations, le niveau d’anxiété augmente, les gens sont maussades et tendus», indique la psychologue Germaine Beaulieu.

Il y a des exceptions. «Pour diverses raisons, certaines personnes se disent bien dans des maisons désordonnées, remplies d’objets divers. Si elles ne sont pas prêtes à faire le ménage, elles deviennent angoissées dans un espace vidé et rangé», indique Sophie Legault, auteure du livre Vaincre le désordre.

À noter: le ménage compulsif et le désordre extrême peuvent être des signes de troubles psychologiques qui nécessitent une consultation en psychothérapie.

Entraînement ménager

Bon pour la tête, le ménage est aussi bon pour le corps. S’il est vigoureux, il peut contribuer à réduire les risques de maladies cardiovasculaires et même le cancer du sein. Chez les femmes de moins de 50 ans qui font de 16 à 17 heures de tâches ménagères par semaine (repas, ménage, etc.), les risques de cancer du sein seraient diminués de 30%. Chez les femmes ménopausées, ces risques baisseraient de 20%, selon une étude britannique.

Certains seront aussi heureux d’apprendre que, pour 30 minutes de tâches ménagères exigeantes, on brûle environ 150 calories. C’est l’équivalent du golf, de la marche rapide et de la danse. Cirer le plancher à quatre pattes, laver les vitres avec énergie ou battre les tapis est d’ailleurs plus demandant qu’une séance d’aquaforme ou de tennis de table (140 calories)!

Partage des tâches

Cela dit, pour que le ménage soit bénéfique, mieux vaut que le partage des tâches soit équitable. Selon une étude américaine menée chez des travailleurs à temps plein, plus une personne se sent responsable des tâches domestiques, plus sa tension artérielle est élevée. C’est particulièrement vrai pour les femmes et les personnes à faible revenu. La nature même des tâches influence le niveau de tension. Lors de l’étude, le ménage, le lavage et la cuisine étaient liés à la tension systolique la plus haute, suivis des réparations de la voiture et de la maison, et ensuite, de la gestion des finances familiales.

Encore aujourd’hui, les Québécoises s’occupent davantage des tâches domestiques que leurs conjoints: elles y consacrent 60% de leur temps productif, contre 40% pour les hommes. C’est ce qui ressort d’Un portrait statistique des familles au Québec publié en 2011.

«Mieux vaut avoir un équilibre, ça crée moins de tensions dans le couple, indique Germaine Beaulieu. Les gens ont plus de facilité à dénoncer qu’à s’asseoir et trouver une solution. Au lieu de continuellement remettre ça sur le tapis, mieux vaut s’entendre une fois pour toutes et respecter nos engagements.»

Un avantage au partage équitable des tâches? Les couples dont l’homme met souvent la main à la pâte auraient une vie sexuelle plus épanouie, indiquent des chercheurs américains. Est-ce parce que la femme est moins fatiguée ou parce que les hommes comblés au lit ont davantage tendance à aider leur conjointe? L’histoire ne le dit pas…

http://www.cyberpresse.ca